La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Barrière de Grenelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: La Barrière de Grenelle   Lun 9 Fév 2009 - 22:05

Un nombre important d'exécutions militaires par fusillade ont eu lieu à la Barrière de Grenelle à Paris (autrefois appelée la Barrière des Ministres), une des portes du vieux mur des Fermiers-Généraux qui ceinturait Paris.

Cette porte se trouvait à la hauteur du 61, Boulevard de Grenelle (XV°). Plus précisément à l'emplacement du guichet de vente de la station de métro " Dupleix " (ligne 6). Aucune plaque commémorative ne rappelle bien sûr l'événement. A noter que c'est en cet endroit que fut exécuté en 1809 Armand de Chateaubriand (frère du grand écrivain romantique), en 1812, les généraux Malet, Lahorie et Guidal (conspiration de Malet), et en 1815 le colonel De La Bédoyère, apparemment avancitard mais naif.

Généralement, les condamnés sortaient de Paris par cette porte, puis étaient adossés au mur face à la campagne. (Source: Jacques Hillairet : " Dictionnaire historique des rues de Paris ". Paris, Editions de Minuit, 1963, 2 volumes et un supplément).

http://ameliefr.club.fr/Charles-de-la-Bedoyere.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: La Barrière de Grenelle   Lun 9 Fév 2009 - 22:20

Autre lien:

http://209.85.129.132/search?q=cache:F6mi5xQp7xkJ:www.archive.org/stream/promenadesdansto15rochuoft/promenadesdansto15rochuoft_djvu.txt+fusill%C3%A9+%22barri%C3%A8re+des+ministres%22&hl=fr&ct=clnk&cd=2&gl=fr

Citation :


Le mur d'enceinte des fermiers généraux s'élevait sur
l'emplacement occupé aujourd'hui par le métro.

La partie du boulevard près de la Seine
s'appela boulevard de la Gunette et la partie qui avoisine la place Cambronne s'appelait boulevard de La Motte-Picquet.

Le boulevard reçut son nom actuel dans toute son étendue en 1864.
Sur ce boulevard se trouvait la barrière des Ministres qui devint la barrière de Grenelle. Elle se trouvait dans l'axe de la rue de Lourmel
actuelle.

C'est par cette barrière que sortait le cortège
des condamnés qui, de 1797 à 1815 furent exécutés
contre le fameux mur de Grenelle.

Les condamnés étaient adossés contre le mur de l'enceinte face à la
plaine, sur l'emplacement où se trouve actuellement le
bureau de la station Dupleix. Le comte de Mesnard, convaincu de menées royalistes, y fut fusillé le premier en 1797 et mourut en brave.

Contre ce même mur furent exécutés Armand de Chateaubriand
(1809), puis MM. de Trion, Chenu, Merle d'Ambert, le chevalier des Roches, etc.

Les généraux Malet, Guidal et Lahorie y furent exécutés le 29 octobre 1812.

Le général de La Bédoyère, qui commanda lui-même le feu, y fut
fusillé en 1815.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: La Barrière de Grenelle   Lun 9 Fév 2009 - 22:33

Ménard:

Citation :

La Commission militaire siégeait à la Maison commune, place
de Grève, autrement dit à l'Hôtel de Ville.
Le premier émigré qui comparut devant elle (10 octobre 1797) fut Marie-Antoine-Alexandre-Dieudonné, comte de Mesnard, né à Luçon (Vendée), capitaine-colonel en survivance des gardes de Monsieur.

En 1789 il avait émigré en Angleterre, était rentré en 1792 et s'était rendu ensuite à Coblentz. Arrêté, non pas à Paris, mais à Passy, le 26 septembre 1797,. il écrivit à l'un des directeurs que « pour obéir à la loi, il était sorti de Paris dans les vingt-quatre heures, avec l'intention de s'éloigner du territoire de la République dans les quinze jours suivants, mais que, n'ayant pu réaliser aucune espèce de fonds pour entreprendre ce voyage, il était resté à Passy et n'avait pu dès lors exécuter complètement la loi.

A l'audience, on lui reprocha d'être porteur de faux passeports : mais quel
émigré n'était pas dans ce cas? — de les avoir payés! c'est que les
agents du gouvernement les vendaient ; d'y être désigné sous un faux
nom : c'était le seul moyen de vivre. Il n'eut pas de défenseur et fut
condamné à mort. Le lendemain il fut conduit à la plaine de Grenelle.

Le lendemain — pour l'exemple — La Kéveillère-Lépeaux, président du Directoire, invitait les journaux « subventionnés » à reproduire le texte du jugement et le récit de l'exécution.

D'autres royalistes viennent mourir à la même place, MM. de Trion, Chenu, de Beuville, Merle d'Ambert, le comte de Lorges, le chevalier des
Roches, le comte Pilliot de Coligny, etc ...




La Barrière de Grenelle servit jusqu'au début du Second Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Barrière de Grenelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Barrière de Grenelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Barrière de Grenelle
» Adolphe-Tiburce Gamahut – Le crime de la rue de Grenelle - 1885

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: