La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les vrais, les durs, les tatoués

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les vrais, les durs, les tatoués   Mar 16 Déc 2008 - 14:40


2012-04-06- par Adelayde

http://www.la-petroleuse.com/1464-2743-productpic/les-vrais-les-durs-les-tatoues.jpg




2012-04-06 par Adelayde

http://www.franceculture.fr/sites/default/files/imagecache/image_fleuve/2011/05/20/4256437/de-dos.gif



Dernière édition par mercattore le Sam 11 Avr 2009 - 22:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 62
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Mar 16 Déc 2008 - 17:55

L'histoire des tatouages et leur signification chez les gens du milieu a aussi été un sujet de recherche (avec les bourreaux, entre autres) de Jacques Delarue. Nous en avons parlé assez souvent. Il a publié un petit ouvrage sur cette question mais je ne sais pas si on le trouve encore dans le commerce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Mar 16 Déc 2008 - 18:12

On le trouve en occasion, quand...l'occasion se présente car le tirage n'a pas été significatif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Mar 16 Déc 2008 - 18:21

Je viens de voir qu'il a été réédité en 1999 mais qu'il est épuisé.

Dans sa première édition de 1950 il est vendu 120 et plus.



1999.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Lun 5 Jan 2009 - 0:21

SUR LES TATOUAGES.

Porter un tatouage n’est jamais anodin. Il engage pour la vie. Deux anecdotes historiques peuvent le rappeler. Nous sommes en 1807, Napoléon 1er nomme le maréchal Bernadotte roi de Suède. Quelle consécration pour ce simple soldat, issu du peuple parisien et monté en grade au hasard des batailles. Le voilà roi !


Mais, alors qu’il tombe malade, sa cour suédoise le presse de se faire saigner le long du bras. Bernadotte rentre dans une colère noire, refuse de découvrir son avant-bras. Acceptant enfin l’opération, il fait sortir tous les courtisans, saisit son médecin à la gorge et lui fait jurer de ne jamais dévoiler ce qu’il verra. Le médecin, tremblant, accepte, remonte la manche et aperçoit un petit tatouage sur le coude : entourant un bonnet phrygien, l’inscription « MORT AU ROI ». Parvenu couronné, Bernadotte, maréchal d’Empire, roi de Suède, voit soudain son passé de sans-culotte ressurgir.

Le tatouage est une marque indélébile de son passé, un stigmate que l’on doit assumer jusqu’à la fin. Il interdit la tricherie et les faux-semblants. C’est aussi la forme la plus extrême du défi. Ainsi, en pleine terreur stalinienne, un détenu condamné au Goulag sibérien s’est clandestinement fait piquer sur le dos, un dessin représentant deux cochons, l’un avec la tête de Lénine, l’autre avec celle de Staline, le cochon à tête de Lénine sodomisant Staline. Sans commentaires, chapeau l’artiste !

Le tatouage engage celui qui le porte. L’apogée du tatouage correspond sans doute, en occident, à la fin du XIXe siècle et au milieu du XXe siècle. Objet complexe, malgré son apparente simplicité, il est à la fois un argot graphique, une autobiographie corporelle, un stigmate volontaire et un défi.


Un argot graphique.

Des peaux qui, au fil d’une vie, se couvrent de motifs apparemment convenus, mais qui ont en fait une signification symbolique, se répondent et s’enrichissent les uns les autres et racontent des histoires, grivoises ou tragiques, drôles ou pathétiques. Le tatouage est un langage, un livre d’images pour adultes endurcis. C’est un langage argotique accessible uniquement à ceux qui en connaissent les codes.
Ainsi qui peut deviner qu’un point sur la troisième phalange de chaque doigt sauf le pouce signifie « le chemin du bagne », qu’un navire toutes voiles dehors crie en fait « l’espoir fait vivre » ?
On pourrait multiplier les significations cachées de ces figures : hirondelles, poignards, trois points. Si certaines, très obscures, ne sont accessibles qu’aux initiés, tel le falot, d’autres sont des rébus facilement déchiffrables. Moins le dessin révèle les douleurs passées, plus il semble accessible. C’est donc un alphabet graphique, la combinaison des différents motifs créant un sens nouveau. Ainsi si trois points signifient « Mort aux vaches » et cinq points « seul entre quatre murs », la combinaison des deux donne un sens légèrement modifié : « J’emmerde la police » et « Mort aux vaches ».

Mais cet argot trouve ses limites. Les policiers apprennent à vite à traduire ce langage, plus compromettant que des aveux, plus complet qu’un casier judiciaire. Mais ce point importe peu. Nos tatoués ne cherchent nullement à se cacher.


Un stigmate volontaire.

Le stigmate est la marque laissée par les clous dans les paumes de Jésus (souvenez-vous, ce charpentier un peu exalté). Il témoigne de la souffrance endurée pour sauver une humanité qui n’avait d’ailleurs rien demandé. A priori, rien de commun avec nos durs du XIXe siècle, mécréants et blasphématoires au possible. Et pourtant, les tatouages de christs en croix sont très fréquents. Etonnant ? Pas vraiment ! Ce type de tatouage est une provocation supplémentaire. Jésus, adoré par la bonne société, est aussi, pour le Milieu, un criminel, exécuté comme tel. Un frère de souffrance.

« Comme lui, j’ai souffert », lit-on sous la plupart de ces figures. La symbolique du tatouage gravite autour de la souffrance du tatoué, souffrance que lui inflige la société ou la « fatalitas », puis souffrance assumée lors de l’encrage, et enfin souffrance transcendée par les dessins, entre œuvre d’art et cri de rage. Jésus a accepté d’être marqué pour sauver l’humanité. Le voyou a enduré la souffrance de l’aiguille pour défier, avec panache, ses semblables.

Le tatoué assume donc le défi de la fatalité, la souffrance du tatouage fait écho à la souffrance sociale. Persuadé que l’on n'échappe pas à son destin, les motifs affirmant les coups du sort sont légions : « Souffre en silence », « fatalitas », « marche ou crève », entre autres.
Si le tatouage exprime une peine morale à travers une marque corporelle, il peut aussi en anticiper et en braver d’autres plus terribles encore. Attendant la guillotine, les truands les plus endurcis se font tatouer sur le cou le célèbre « découpez selon les pointillés ». Vies sans espoirs, mais non sans audaces, se préparant à l’ultime épreuve. Ce stigmate, peut aussi être décrypté comme un dernier exercice de liberté.
Poursuivi par la fatalité, promis à la guillotine, le truand entend indiquer lui-même au bourreau où trancher. C’est lui qui marque son corps. Même lors de l’exécution, il refuse de laisser ce privilège à la justice. Mais la plupart vivent assez longtemps pour raconter leurs vies, leurs espoirs et leurs peines à travers leurs tatouages. Les corps encrés témoignent de toute une vie.


Une autobiographie corporelle.

Que laissera à la postérité un marin, un voyou ou un souteneur ? Qui se préoccupe de leur sort, de leur vie, de leur passé sinon la répression de l’Etat ? Ces gens des marges n’ont d’autres biographes que les auditions, les rapports, les jugements et les casiers judiciaires. Leurs tatouages font écho et concurrencent la parole de l’Etat. Ils sont l’autobiographie corporelle de ceux qui ne laisseront pas de traces dans l’histoire, pas de louanges en tout cas. Imprimée à jamais dans leurs peaux, cette histoire disparaîtra pourtant avec eux. Souvenirs de services militaires, histoire de vengeances accomplies ou à venir, portraits de femmes et traits de personnalité, tout cela se lit sur les corps.

Epilogue, les années 1990, de « mort aux vaches » à « sauvez Willy ».
Si les anciens motifs existent toujours, une nouvelle sorte de tatouage est apparue à la fin des années 80. Il est aujourd’hui de bon ton, pour n’importe qui, d’arborer un petit « tatoo » discret. Longtemps exclusivement défi et stigmate, le tatouage est devenu aussi un accessoire de mode, un bibelot ne prêtant pas à conséquence. Ces nouveaux motifs, dont l’emblématique dauphin sur l’omoplate, n’ont plus aucune symbolique. De la souffrance ne reste que le moment bref de l’encrage, du reste moins douloureux avec les machines électriques. Dessins lisses, pour des vies lisses, n’exhibant rien de la vie de son porteur, ils n’ont rien en commun avec les authentiques tatouages.


Extrait du site : BARRATICA.


Dernière édition par mercattore le Lun 5 Jan 2009 - 0:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
kamisole
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 42
Localisation : auvergne
Emploi : régleur emballage cosmétique
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Jeu 24 Mai 2012 - 22:44

a lire:
Bat d’Af, la légende des mauvais garçons, de Fériel Ben Mahmoud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1236
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Jeu 24 Mai 2012 - 23:33

Actuellement, c'est vrai, le tatouage n'est plus vraiment une profession de foi. Mais pas toujours. Moi qui vous parle, j'en arbore quatre et envisage d'en faire au moins un, voire trois autres. Chacun représente un élément important de mon existence. Superstition, totem, goût pour la musique... Je ne suis pas un malfrat, ni un dur. Mais je n'irai pas graver dans ma peau une image qui ne signifierait rien du tout pour moi.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5685
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Sam 15 Juin 2013 - 14:15


Impressionnant ! J'ignore si le reste de leurs corps est aussi abondamment tatoué...

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5685
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le Mondial du tatouage en Colombie   Sam 20 Juil 2013 - 14:42


Le Mondial du tatouage en Colombie




















http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20130709.OBS8647/en-images-le-mondial-du-tatouage-en-colombie.html?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinsource

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5685
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Mer 4 Déc 2013 - 18:59


Tatouages - les dermatologues alertent sur les risques de cancer
Le syndicat national des dermatologues vénérologues (SNDV) met en garde dans un communiqué contre les dangers provoqués par les tatouages éphémères et permanents sur la peau.

Ce sont les encres de tatouages qui sont partiellement cancérigènes. Elles contiennent des métaux toxiques, comme l’aluminium, le baryum, le cadmium, le cobalt, le chrome, le cuivre, le fer, le mercure, le manganèse, le nickel, l’antimoine, le strontium et le vandium, qui « peuvent être cancérigènes lorsqu’ils se trouvent dans le derme ».

Le SNDV appelle donc le public à une plus grande vigilance avant le passage à l’acte. Les pigments contenus dans les encres peuvent également entraîner des affections de la peau, comme de l’eczéma, la sarcoïdose (maladie inflammatoire) ou des allergies.

Les tatouages au henné peuvent également être toxiques. Si le henné est en soi sans danger, il est souvent mélangé à d’autres produits, comme le paraphenylènediamine (PPD).

Autre problème lié aux tatouages : le contrôle des grains de beauté. En effet, les personnes ayant de nombreux grains de beauté ou taches de rousseur doivent consulter un dermatologue avant de se faire tatouer, car le tatouage complique leur surveillance.

Par ailleurs, il est conseillé aux personnes ayant déjà des problèmes de peau, comme du psoriasis ou la sarcoïdose, de ne pas se faire tatouer. Le tatouage a un effet aggravant sur ces lésions cutanées.
http://www.ladepeche.fr/article/2013/01/22/1542026-tatouages-les-dermatologues-alertent-sur-les-risques-de-cancer.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Ven 24 Oct 2014 - 15:30





Un képi blanc





Femme allemande



Gégène s’est fait serrer,
après avoir buté un chauffeur de bus parisien.
(L’Express [Neufchatel, Suisse],  n° de juillet 1959)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   Ven 24 Oct 2014 - 21:44



                                                                                                                                   


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les vrais, les durs, les tatoués   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les vrais, les durs, les tatoués
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les vrais, les durs, les tatoués
» LES femmes tatouées.
» le vrai visage de l'ONU
» C COM CHAT en ligne
» Nouvelle Graphiste sur le forum !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: