La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Emile Buisson - 1956

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 61
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Emile Buisson - 1956   Sam 8 Nov 2008 - 12:03

Un Mesrine des Fifties

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/08/12/01016-20080812ARTFIG00002-emile-buisson-notaire-du-crime-.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foudurail
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Emploi : Cheminot
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Dim 16 Nov 2008 - 18:08

Merci de partager Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.foudurail.org
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 61
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Fraternité   Dim 16 Nov 2008 - 19:05

Seul le partage fait sens !

On dirait du Ségolène ! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamisole
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 41
Localisation : auvergne
Emploi : régleur emballage cosmétique
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Sam 25 Fév 2012 - 21:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamisole
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 41
Localisation : auvergne
Emploi : régleur emballage cosmétique
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Sam 25 Fév 2012 - 21:42

Francis guyot (ptit Francis) a gauche et Mimile Buisson à droite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kamisole
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 138
Age : 41
Localisation : auvergne
Emploi : régleur emballage cosmétique
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Dim 26 Fév 2012 - 12:29

Meurtre de Russac, émile Buisson a le n°3.
Désolé pour la qualité d'image.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Dim 26 Fév 2012 - 14:38

Difficile de croire qu'il ait pu être si paisible pendant la scène réelle.
De même pour Russac : "ok, je suis sage, je penche bien la tête en avant ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucienmias
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 37
Date d'inscription : 16/11/2012

MessageSujet: execution d’Emile BUISSON   Ven 16 Nov 2012 - 17:05

Bonjour a tous,

je cherche des renseignements sur le déroulement de l execution d’Emile BUISSON le 28 février 1956. Ayant lu "le carnet noir du bourreau" je n y ai pas trouvé beaucoup d infos...
Peut etre que parmis vous, certains on lu d autres livres sur le sujet et pourront peut etre me renseigner.
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Ven 16 Nov 2012 - 18:52

lucienmias a écrit:
Bonjour a tous,

je cherche des renseignements sur le déroulement de l execution d’Emile BUISSON le 28 février 1956. Ayant lu "le carnet noir du bourreau" je n y ai pas trouvé beaucoup d infos...
Peut etre que parmis vous, certains on lu d autres livres sur le sujet et pourront peut etre me renseigner.
Merci
Bonjour, lucienmias, et bienvenue à bord Smile
Dans son livre "Un maton pas comme les autres", Maurice Cieutat donne des détails sur ce qui vous intéresse...il y a tout un chapitre (24) sur Emile Buisson.
Bonne lecture study !!!
Revenir en haut Aller en bas
lucienmias
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 37
Date d'inscription : 16/11/2012

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Ven 16 Nov 2012 - 19:20

Un grand merci!
je me demandais justement si ce livre pouvait contenir des infos interessantes, j'ai ma réponse Very Happy
Je travaille sur la biographie des frères Buisson. J'ai consulté un bon nombre d'archives sur le sujet et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il y a du boulot...
Merci pour l'nfo! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lucienmias
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 37
Date d'inscription : 16/11/2012

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Mar 20 Nov 2012 - 11:20

Bonjour,

les condamnés a mort inhumés au cimetière de Thiais sont ils inscrits dans les registres? il me semblait qu’Emile Buisson avait été inhumé à Thiais mais aucune trace de lui dans les registres pour l’année 1956...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pilayrou
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 213
Age : 56
Localisation : Bretagne
Emploi : HS
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Mar 20 Nov 2012 - 11:31

"Flic story". Visible en plusieurs fichiers sur Youtube.
L'un des derniers bons films de Delon. Ce film est excellent. Borniche fait la chasse à "Mimile".




Lien mort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Mar 20 Nov 2012 - 12:44

lucienmias a écrit:
Bonjour,

les condamnés a mort inhumés au cimetière de Thiais sont ils inscrits dans les registres? il me semblait qu’Emile Buisson avait été inhumé à Thiais mais aucune trace de lui dans les registres pour l’année 1956...
Bonjour à toute l'équipe !
lucienmias, la confusion est fréquente...les guillotinés étaient enterrés dans le carré des condamnés à mort du Cimetière Parisien d'Ivry (Ne pas confondre avec le cimetière municipal de cette même ville), les derniers "clients" en furent Buffet et Bontems (le corps de ce dernier fut ensuite restitué à sa famille).Après 1981, je crois que les corps furent transférés, voire incinérés.Vous suggère, pour plus de détails, de contacter par MP notre confrère philandru, incontournable puits de science en matière de cimetières et autres sépultures study
Il est donc normal que feu Mimile ne figure pas dans les registres du cimetière de Thiais !
Bonne journée !
Revenir en haut Aller en bas
lucienmias
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 37
Date d'inscription : 16/11/2012

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Mar 20 Nov 2012 - 15:15

Merci pour l’info PierrePoint!
je viens d avoir confirmation auprès du cimetière d’Ivry. D’après la personne que j’ai eu au telephone aucune mention ne fait état d une demande de restitution du corps par sa famille. J’avais obtenu une info selon laquelle sa soeur Jeanne aurait pourtant fait cette demarche pour l inhumer au cimetière de Limeil Brevannes ou elle meme serait enterrée... A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 51
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Jeu 4 Avr 2013 - 19:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: « Mort ou vif »   Lun 29 Juil 2013 - 16:42


« Mort ou vif » : les chasses à l’homme les plus extraordinaires par Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias


Pour lire l’aperçu de l’affaire Émile Buisson (‘’Mimile’’) : sélectionner la section 37 à la table des matières.

Bonne lecture !


http://books.google.fr/books?id=T-qV_atiRkYC&pg=PT247&lpg=PT247&dq=Emile+Buisson&source=bl&ots=4SY7vAVQHF&sig=GqRftZGaS_cKbkFa2b_UEG-XTlY&hl=fr&sa=X&ei=Vnz2UeWMJYaSOKTxgNgJ&ved=0CGAQ6AEwBzge#v=onepage&q=Emile%20Buisson&f=false

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Emile Buisson - "Monsieur Emile"   Lun 5 Aoû 2013 - 13:53



Emile Buisson - "Monsieur Emile"

La spécialité d'Émile Buisson, dit «Monsieur Émile», fut l'attaque de convoyeurs de fonds. Ses attaques étaient minutées, toujours très violentes, souvent mortelles.  C'est l'inspecteur Roger Borniche qui se mit finalement aux trousses de l'insaisissable braqueur.
La gâchette facile, l'allure anodine, le tueur accéda à la notoriété au lendemain de la Libération et bénéficia de rivalités internes à la police.

La famille Buisson

Émile Buisson naquit le 19 août 1902 à Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire.  Toutefois, il grandit à Toulon-sur-Arroux, dans le Bourbonnais.
Le père Buisson, François, était la terreur du village.  Alcoolique notoire, il ne payait que l'alcool et se refusait à payer quoi que ce soit d'autre.  Vu sa réputation de "dur", les commerçants et son logeur se gardaient généralement de venir lui réclamer leur dû.
Émile Buisson fut donc élevé en voleur par un père toujours prêt à montrer l'exemple.
Hormis un frère aîné né en 1895, Jean-Baptiste dit "Le Nuss", Émile eut trois sœurs : Eugénie, Jeanne et Emma.  Pour assurer le repas, les enfants volaient dans les fermes et dans les caves du quartier, ces dernières étant réservées à la consommation personnelle du père.

A 13 ans, Jean-Baptiste Buisson intégra la mine mais en sortit dégoûté à la fin de la première journée.  Peu de temps après, il vola les économies de sa grand-mère et fila jusqu'à Marseille, puis Lyon.
Dans cette ville, "Le Nuss" intégra un groupe de malfrats et se spécialisa dans le perçage de coffres.  Arrêté en 1911, à l'âge de 16 ans, il fut envoyé au bagne pour enfants d'Aniane, un établissement brutal d'où les jeunes sortaient généralement plus révoltés et plus inadaptés qu'à l'arrivée.
A la même époque, la mère Buisson mourut et le père sombra dans l'alcoolisme le plus profond, devenant incapable de s'occuper de sa famille. Émile Buisson fut confié à une grand-mère qui ne parvint pas à le gérer.  De son côté, Eugénie, la plus âgée des sœurs, en vint à se prostituer afin de subvenir aux besoins de la famille.

En 1912, après un an de détention, Jean-Baptiste Buisson s'évada du bagne pour enfant ce qui constituait un véritable exploit.
En 1914, trichant sur son âge, il s'enrôla dans l'armée et se comporta avec bravoure pendant la première guerre mondiale.  En 1917, trois fois blessé, il obtint la croix de guerre et fut promu sergent.
Mais, décidément, les Buisson n'étaient pas faits pour l'autorité.  Profitant d'une permission, Jean-Baptiste Buisson déserta et gagna Toulon, où il intégra une nouvelle bande de cambrioleurs.
Arrêté à la fin de 1918, "Le Nuss" fut jugé pour désertion et condamné à dix ans de travaux forcés à purger au bagne algérien de Douéra.
Libéré anticipativement, en 1921, Jean-Baptiste Buisson reprit sa vie de cambrioleur dans la région de Lyon, puis à Paris.  Régulièrement arrêté, il accumula les petits séjours en prison.

De son côté, en 1918, âgé de 16 ans, Émile Buisson fut arrêté pour vol et détention d'arme à feu.  Trois ans plus tard, étant passé au vol à main armée, il fut condamné à une nouvelle année de détention.
A sa sortie, l'armée l'attendait et l'envoya au bataillon disciplinaire d'Afrique du Nord.  Démobilisé en 1925, Émile rejoignit Jean-Baptiste à Paris.
Menant une carrière en solo, Émile Buisson accumula les cambriolages.
A la même époque, grugé au poker par un Sicilien, Jean-Baptiste Buisson logea une balle dans la tête du tricheur.  Ce meurtre lui valut un nouveau jugement mais, jugé irresponsable, le "Nuss" fut envoyé à l'asile de Villejuif.
De son côté, molesté dans un bar du faubourg Saint-Martin par un caïd local, le Gros Marcel, Émile Buisson eut une réponse expéditive.  Peu après la bagarre, il revint au bar armé d'un pistolet et ouvrit le feu sans sourciller sur Gros Marcel.  Ce dernier, atteint à deux reprises, survivra sans garder de séquelle.  En s'imposant de la sorte aux malfrats locaux, "Petit Mimile" gagna ses galons de truand.

En 1926, après la libération du "Nuss", un différend opposa, à la sortie de boîte de nuit, Jean-Baptiste Buisson à un autre individu.  Lorsque ce dernier sortit une lame, Émile, voyant son frère en danger, ouvrit le feu immédiatement, tuant net le bagarreur.  Ce fut son premier meurtre.
Au cours des mois suivants, au cours d'un cambriolage chez un vieillard, Jean-Baptiste Buisson, surpris par sa victime, ouvrit le feu sur celle-ci.  La victime survécut mais "Le Nuss", dénoncé, fut arrêté, jugé pour tentative de meurtre et condamné à huit ans de réclusion criminelle.  Se fracassant volontairement le genou pour être envoyé dans un hôpital, il s'évadera de celui-ci avec l'aide d'Émile et de trois complices.
A peine libéré et remis de sa blessure au genou, Jean-Baptiste Buisson fut mêlé à une nouvelle bagarre de bistrot et abattit son adversaire, Roger Montaurois, un truand bordelais.
Recherché, Jean-Baptiste Buisson s'exila en Chine et s'y lança dans le trafic d'armes.  Etant payé en opium par les communistes de Mao, "Le Nuss" envoya bientôt de la drogue vers l'Europe et invita Émile à le rejoindre, ce qui fut fait.
En Chine, les Buisson achetèrent un restaurant et une boîte de nuit mais Émile, souffrant du mal du pays, rentra rapidement en France.

Des coups de plus en plus violents

En 1935, de retour en France, Émile Buisson s'associa avec deux braqueurs de haut vol, Émile Courgibet et Charles Desgrandchamps.
Le 29 décembre 1937, les braqueurs s'attaquèrent à un fourgon blindé devant le Crédit Lyonnais de Troyes.  En moins d'une minute, sans faire de victime, les gangsters raflèrent 1 800 000 francs, une fortune colossale à cette époque.  De nos jours encore, le braquage de Troyes reste considéré comme l'un des plus gros "coups" de la première moitié du XXè siècle.
Renseigné par un indicateur, les policiers arrêtèrent Desgrandchamps.  Ce dernier, pour éviter que sa compagne soit poursuivie pour complicité, se décida à dénoncer ses complices.
Courgibet se réfugia à New York et y changea d'identité.
Emile Buisson s'installa à Lille et y ouvrit un bordel avec sa part du braquage.

Respecté depuis l'attaque de Troyes, Buisson s'associa à Abel Danos, dit "Le Mammouth", un gangster de haut vol qui avait participé en 1936 à l'attaque du train de Marseille.
A eux deux, les bandits organisèrent le premier gros "casse" de l'Occupation.  Le 24 février 1941, rue de la Victoire à Paris, ils braquèrent deux encaisseurs du Crédit Industriel et Commercial qui furent abattus dans l'opération.  L'un des encaisseurs fut tué, l'autre très sérieusement blessé.  Le butin fut de 4 000 000 de francs.
Rapidement, la police identifia les braqueurs mais ces derniers demeurèrent introuvables.

En 1943, en tentant de se réfugier en Italie, Émile Buisson fut arrêté par la Gestapo et condamné à un an de prison pour port d'arme.
Avant d'être inquiété pour sa participation à l'attaque de Troyes en 1937, Buisson tenta une évasion, égorgeant un gardien qui ne survécut que par miracle.
Transféré à la prison de la Santé, "Monsieur Émile" se poignarda volontairement afin d'être envoyé en clinique, espérant y être libéré par des complices.
Revenu en France, "Le Nuss" s'associa à Desgrandchamps, Henri Dussac et Roger Dekker.
Le 3 septembre 1947, lourdement armés, les quatre hommes attaquèrent l'asile de Villejuif et libérèrent Émile Buisson en menaçant de leurs armes les surveillants.

Le tueur

Le 9 septembre 1947, les frères Buisson et trois complices braquèrent un restaurant de la place de l'Etoile à Paris, l'Auberge d'Arbois, délestant les riches clients de leur argent et de leurs bijoux.
Au moment de fuir, les gangsters furent pris en chasse par deux motards de la police.  Rattrapé par un de ses poursuivants, "Le Nuss", qui était au volant, fit une embardée qui envoya le motard dans le décor.
La poursuite du deuxième policier se poursuivit jusqu'à l'entrée de Clichy.  "Le Nuss" s'arrêta brutalement et le motard chuta en essayant d'éviter l'obstacle.  Voyant le policier blessé et immobilisé, une jambe coincée sous sa machine, Émile Buisson sortit de voiture et l'acheva d'une rafale de mitraillette.
Par cet assassinat lâche, Émile Buisson devint l'ennemi public numéro un.

Lors du partage du butin, Buisson remarqua qu'il manquait une bague qu'il avait lui-même enlevé du doigt d'une bourgeoise.  Soupçonnant Russac, l'un des braqueurs, de l'avoir volé, Monsieur Émile l'emmena le lendemain dans un bois d'Asnières sous prétexte d'aller enterrer une partie du butin.  Là, il abattit son complice d'une balle dans la tête.

Dénoncés, "Le Nuss" et Dekker furent arrêtés le 26 septembre 1947.  Emile lui parvint à fuir par les toits.
Ayant reconstitué une nouvelle bande, il attaqua, le 10 mai 1948, à Draveil, deux employés de la Sécurité sociale porteurs de 70 000 francs.
Puis, ce fut la paie d'un garage qui fut volée à Boulogne-Billancourt.  Les attaques se succédèrent : siège de la Sécurité sociale à Neuilly-Plaisance, bureau de tabac à Paris, Caisse d'allocations familiales à Étampes...  Buisson laissa plusieurs cadavres derrière lui, dont deux ouvriers abattus pour avoir tenté de s'opposer au vol de leur paie.
A Champigny, la bande de Buisson attaqua la Banque Régionale d'Escompte et de Dépôt, tuant au passage le directeur, Roger Gourmont, pour un butin inférieur à 40 000 francs.
Sur les quatre derniers mois, les gangsters s'étaient rendus responsables de vingt-deux braquages et avaient tué plusieurs fois.
Les complices de Buisson eux-mêmes commencèrent à s'inquiéter sérieusement lorsqu'ils virent Monsieur Émile devenir de plus en plus changeant, tirant parfois sans la moindre raison.
Le 17 février 1950, Buisson et ses sbires attaquèrent un fourgon de la Compagnie des tramways de Versailles et tuèrent un encaisseur.
Peu après, de plus en plus sauvage, ayant appris qu'un de ses complices - Désiré Polledri - travaillait sur des coups en solitaire, Émile Buisson abattit son complice d'une balle dans la nuque.


L'arrestation

Ce fut l'arrestation d'un complice mineur, en janvier 1949, qui fut finalement à l'origine de la chute de "Monsieur Émile".
Incarcéré, ce complice transmit une lettre à un certain Dédé de Deauville, un truand sans envergure, avec pour mission de la faire parvenir à Buisson.
Cette lettre était une réponse aux demandes de Buisson alors à la recherche d'argent, d'armes, de planques et de voitures.
Dédé de Deauville transmit la lettre à son destinataire, mais après un passage par la Sûreté générale.
L'inspecteur Borniche, en charge de l'affaire Buisson depuis 1947, décida de fournir au malfrat ce dont il avait besoin et ce pour mieux le capturer après coup.
Des policiers, infiltrés dans le Milieu, proposèrent une planque à Buisson.  Il s'agissait de l'auberge de la mère Odue, sur la route de Deauville, à Évreux.

Quelques jours plus tard, le 10 juin 1950, se faisant passer pour des clients, Borniche, sa femme et un collègue nommé Gillars pénétrèrent dans l'établissement et localisèrent le tueur.  Faisant mine d'avoir une conversation téléphonique importante, l'inspecteur Borniche, ayant vu la méfiance de Buisson s'atténuer, se jeta sur le tueur et le maîtrisa.
La carrière criminelle d'Émile Buisson s'arrêta là.



La mère Odue de nos jours

Le procès

Une fois arrêté, Buisson avoua tout, sauf la trentaine de meurtres dont on l'estimait responsable.
Le procès Buisson s'ouvrit le 18 janvier 1954.
Cherchant à atténuer son rôle, niant avec invraisemblance, Émile Buisson fut condamné à mort et transféré à la prison de la Santé où il attendit son exécution durant deux ans.

Le 28 février 1956, "Monsieur Émile" fut guillotiné.

Le dernier crime d'un Buisson était survenu peu avant, en décembre 1952.  Dans un bar parisien, entendant un certain Lucien l'Avocat dénigrer son frère, Jean-Baptiste Buisson abattit l'homme de plusieurs coups de Colt 45.
Condamné à seize ans de prison, "Le Nuss" fut libéré en 1969, à l'âge de 74 ans.  Il mourut dans la première moitié des années quatre-vingts.

http://users.skynet.be/dosscrim/emilebuisson/index.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le commissaire Chenevier arrête Émile Buisson   Sam 26 Oct 2013 - 5:33


Le commissaire Chenevier arrête Émile Buisson dit « l’ennemi public N° 1 »



Le commissaire Chenevier arrête Émille Buisson dit « l’ennemi public N° 1 » de Serge Desbois

Après avoir été 3 fois condamné à mort, s’être évadé 5 fois de prison, la traque se resserre sur Émile Buisson. Il n’a plus d’argent, il n’a plus d’arme.
Le commissaire Chenevier qui a toujours travaillé avec des « Indics » sans lesquels il n’est pas possible d’avancer nous dit-il, a le contact avec un bandit qui connaît un autre bandit qui lui a des contacts avec Buisson.

Pour faire plus sérieux, le commissaire fournit de l’argent pour que Buisson prenne pension dans une Auberge. Cette auberge existe toujours et se trouve à 10 km d’Évreux sur la route de Deauville. C’est « l’auberge de la mère Odue ».

Le commissaire, par inattention, lui fournit aussi par indics interposés, son pistolet, un « Stayr » autrichien de 7mm 65. Il l’a longtemps regretté.

Buisson est aux aguets. En effet à l’auberge arrivent un couple et un homme dans une voiture haut de gamme, une Delahaye. Buisson pense qu’il ne peut s’agir de policiers. En réalité il s’agit bien du commissaire Gillard, adjoint de Chenevier, de l’inspecteur Borniche et de son épouse Martine. Au piano de l’auberge, elle joue « cerisiers roses et pommiers blancs », signe de ralliement pour les policiers autour de l’auberge.

Le téléphone mural est près de Buisson. L’un des hommes demande l’hôtel Normandy à Deauville. Aussitôt les deux hommes sautent sur Buisson tandis que la femme joue de son sifflet pour faire entrer tous les policiers dans l’auberge.

Devant le petit gabarit de Buisson, Martine s’exclama au commissaire Chenevier : « Il pèse pas lourd votre terreur ». Réponse « C’est un gaillard qui n’a jamais tué qu’une vingtaine de citoyens ! »

Cette scène ne vous rappelle-t’elle pas un film ? C’est « Flic Story » de Jacques Deray avec Delon et Trintignant.

Le 26 février 1956, à 5 h 30 du matin, la tête d’Émile Buisson tombe dans la sciure de bois.

Le commissaire Chenevier n’était pas en bon terme avec Borniche parce que celui-ci s’était fait renvoyer de la police et qu’il s’était taillé une réputation de hâbleur. Mais c’est tout de même lui qui, avec le commissaire Gillard avait ceinturé Buisson.

Dans l’émission de Jacques Chancel du 15/12/76, le commissaire Chenevier nous avait indiqué que ce jour-là, à l’auberge, il y avait un Americain en train de déjeuner et qui avait assisté à la scène.
C’était un gars de la C.I.A. Il voulait inviter Chenevier à faire une conférence aux U.S.A.
http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=50486&surl=MUR

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt


Dernière édition par Adelayde le Lun 1 Juin 2015 - 18:13, édité 1 fois (Raison : Faute de frappe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Flic story   Mer 13 Nov 2013 - 15:48





On peut actuellement voir le film sur Youtube (ne pas attendre, les liens disparaissent à la vitesse grand V)

Liens morts...   Sad

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt


Dernière édition par Adelayde le Lun 19 Oct 2015 - 20:55, édité 2 fois (Raison : Liens morts :()
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 520
Age : 56
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Dim 29 Mar 2015 - 18:35







Image:https://criminocorpus.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Emile Buisson, ennemi public numéro 1   Lun 1 Juin 2015 - 18:10

Emile Buisson, ennemi public numéro 1

Jacques Pradel revient sur le parcours criminel d'Emile Buisson, l'ennemi public numéro 1 qui terrorisa la France dans les années 40.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/emile-buisson-ennemi-public-numero-1-7778554128

Bonne écoute !   queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 520
Age : 56
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Dim 18 Oct 2015 - 20:10




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 520
Age : 56
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Dim 18 Oct 2015 - 21:29


Savez vous pourquoi il fut appelé " Mimile " ?

Est-ce un petit surnom pour Émile en français ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
baboune55
Aide non qualifié
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 61
Localisation : Nice
Emploi : ancien commercial
Date d'inscription : 02/10/2015

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Lun 19 Oct 2015 - 12:17

Tout à fait. J'avais un oncle (hélas plus de ce monde - ou peut-être tant mieux pour lui) qui avait ce "petit nom".
Tout comme il y avait beaucoup d'André qu'on appelaient Dédé ...

(j'indique que je suis nouveau sur le forum. Je me suis présenté au moment de mon inscription mais je ne sais pas si je l'ai fais au bon endroit).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   Lun 19 Oct 2015 - 19:13

Bonjour baboune55, bienvenue sur le forum.  queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emile Buisson - 1956   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emile Buisson - 1956
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Emile Buisson - 1956
» Emile Delanoë - parricide et infanticide -1933
» Photos de criminels
» Coupe nette ou pas ?
» Emile Henry - 1894

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: