La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Guillotine et peloton d'exécution

Aller en bas 
AuteurMessage
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 63
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Guillotine et peloton d'exécution   Lun 27 Oct 2008 - 16:20

Bonjour

Le Palmarès indique que les condamnés de droit commun provinciaux étaient fusillées et non guillotinés entre 1944 et début 1947. Si la guillotine a fonctionné pour les exécutions parisiennes pendant cette période, comment expliquer qu'elle n'est pas été utilisée en dehors de Paris? . Problèmes de transports ? de reconstruction des infrastructures? Tout avis motivé est le bienvenu, notamment celui de Sylvain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1285
Age : 36
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Guillotine et peloton d'exécution   Lun 27 Oct 2008 - 19:32

Bonsoir Bill

Je pense que l'une des réponses les plus probables, vous l'avez vous même citée. Le problème de transport est vraisemblablement en cause : l'un des actes reprochés par l'occupant aux Résistants était de faire sauter les voies ferrées, et vu que la Bécane circulait en train...

Autre raison : il est plus que probable qu'en juin 1944, en premier lieu, on ait songé à envoyer Desfourneaux et ses hommes à Douai pour exécuter Deflette, Malle et Masson. Mais les autorités ont certainement dû se raviser vu le débarquement des troupes alliées en Normandie le 6 juin.

De plus, c'eut été dangereux pour les bourreaux : les exécuteurs étaient suspectés, mine de rien, de trahison, puisqu'ayant obéi à l'Etat français, même dans ses ordres les plus vils. Rappelons également qu'à la prison de Cuincy, en 1942 et 1943, Desfourneaux et ses hommes avaient eu à guillotiner quatre résistants. Si en pleine Libération, ils étaient tombés entre les mains des amis de leurs victimes, je vous laisse imaginer...
C'est également sûrement l'enquête de "moralité" faite au sujet des bourreaux entre 1944 et 1946 qui a dû retarder leur "remise en route".

Après, il y a eu une autre raison au fait d'envoyer les criminels de droit commun au poteau : la facilité. Les pelotons fonctionnaient à plein régime pour les collabos, on pouvait, entre deux traîtres, passer par les armes un assassin.

Petite précision pour en terminer sur le sujet des transports : c'est à partir d'août 1947, avec l'exécution de Schuller, que les bourreaux ont commencé à utiliser un camion Renault pour transporter les bois de justice.

Ensuite, on se souvient qu'il a fallu le temps de retrouver la guillotine pour exécuter Petiot. L'histoire dit qu'on n'en a retrouvé qu'une seule dans un entrepôt. Exécuter à Paris n'était pas un souci : les bourreaux avaient toutes les pièces détachées dans le hangar à la Santé. Mais comment faire en cas d'oubli au cours d'un déplacement ? Un boulon manquant, un ressort défoncé ? Comme il était périlleux de n'avoir qu'une seule machine en état de fonctionnement (sujette à usure, comme tout outil qui se respecte), il est possible que le gouvernement en ait fait construire une autre dans le courant du 2e semestre 1946-1er semestre 1947. Le temps nécessaire pour la fabrication expliquerait aussi le délai long de remise en marche des bourreaux en province.

En fait, toutes ces raisons réunies peuvent expliquer le manque à gagner des bourreaux trois années durant. Un manque à gagner qui fut rattrapé - ô combien - les années suivantes !

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 179
Age : 63
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: Guillotine et peloton d'exécution   Lun 27 Oct 2008 - 20:26

[quote=


En fait, toutes ces raisons réunies peuvent expliquer le manque à gagner des bourreaux trois années durant. Un manque à gagner qui fut rattrapé - ô combien - les années suivantes ![/quote]

Bonsoir

Analyse brillante dense et convaincante,cher Sylvain. Sur le nombre considérable des exécutions après 47, notamment en 1948 (43 ? ), on peut avancer comme explication partielle à cette inflation de moisson rouge, l'esprit du temps.

Les horreurs de l'Occupation , les difficultés de la reconstruction, la dureté extrême de la vie quotidienne, tous ces éléments tendaient à durcir l'esprit public en face du crime de droit commun. Le titulaire du droit de grâce, le Président, participait de cette vision et l'intégrait à sa décision ultime.

C'est une explication historico-sociologique qui vaut ce quelle vaut. mais Bill croit profondément aux dimensions sociales , culturelles ethnologiques et politiques s'agissant de l'application de la peine capitale. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guillotine et peloton d'exécution   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillotine et peloton d'exécution
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guillotine et peloton d'exécution
» Tenues d'exécutions
» Exécutions sommaires en temps de guerre
» Vidéos d'exécution
» Une exécution capitale à Saint-Louis - Sénégal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT :: Les carnets de Jules Henri Desfourneaux (1939-1951)-
Sauter vers: