La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lucien Sittler - 1937

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Lucien Sittler - 1937   Sam 25 Oct 2008 - 21:34

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Lucien Sittler   Jeu 16 Avr 2009 - 21:13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: SITTLER   Ven 17 Avr 2009 - 11:57

piotr a écrit:
http://www.dna.fr/articles/200902/03/vers-la-mort-la-cigarette-aux-levres,faits-divers,000001285.php

Vers la mort, la cigarette aux lèvres


L'article paru dans l'édition des Dernières Nouvelles de Strasbourg du 8 mai 1937, jour de l'exécution de Lucien Sittler. (Archives DNA)
Alors que Charles Berling incarne Robert Badinter à l'écran, l'ancien bâtonnier Lucien Baumann, 98 ans, évoque l'exécution de Lucien Sittler en 1937. Tout jeune avocat strasbourgeois, il avait assuré la défense de celui qui reste dans la mémoire locale comme le dernier condamné à mort.

Le poids du temps n'y change rien. Si sa vue n'est plus tout à fait opérationnelle et ses jambes fatiguées par près d'un siècle d'agitation, sa mémoire, elle, est d'une remarquable acuité.
A bientôt 99 ans, Lucien Baumann est probablement le dernier à pouvoir raconter « de l'intérieur » ce qu'étaient les exécutions à Strasbourg. La dernière remonte au 8 mai 1937. « A 4 h 28, Sittler était projeté vers la guillotine, la cigarette aux lèvres. »
Lucien Sittler était l'auteur d'un crime « odieux », « d'une sauvagerie inouïe ». Au cours d'une nuit de juillet 1936, ce SDF de 21 ans avait tué à l'arme blanche un père de famille qui vivait dans un ancien bastion, à Illkirch-Graffenstaden, « pour lui voler son allocation de chômage ». L'épouse de la victime et leurs six enfants, qui avaient été témoins de l'horreur, avaient réussi à s'enfuir.

Les instruments du crime
présentés aux jurés

Agé à l'époque de 26 ans, Me Baumann a prêté serment quatre ans plus tôt. Le jeune pénaliste accepte de défendre l'assassin. Le retentissement de l'affaire dans l'opinion est considérable. A tel point que le procureur de la République en personne prend les réquisitions au procès, qui s'ouvre le 8 février 1937 devant les assises du Bas-Rhin.
Comme le veut alors la procédure, les pièces à conviction sont présentées au jury : deux couteaux - dont l'un a la pointe recourbée et maculée de sang - et une hachette dont le fer est presque décollé du manche.

« Une défense désespérée »

« J'ai su d'emblée que j'aurais une défense désespérée, se souvient l'avocat. Ma seule possibilité eût été que le psychiatre trouve dans le caractère profond de Sittler des causes atténuatoires de responsabilité ». Mais la déposition de l'expert a été « très dure ». La cour rend son verdict après une petite heure de délibéré. L'accusé aura la tête tranchée en place publique.
Lucien Sittler attend sa sentence depuis le quartier des condamnés de la prison, située rue du Fil. Le pourvoi en cassation formé par Lucien Baumann est rejeté. Même sort pour le recours en grâce qu'il formule auprès du président de la République, Albert Lebrun.
L'exécution est prévue pour le 8 mai, « lorsque pointe l'aube ». Un peu avant, le défenseur rejoint à la prison le procureur, le greffier et des fonctionnaires de l'administration pénitentiaire. « Nous descendons au cachot, vers la cellule du condamné. Deux gardiens enlèvent leurs chaussures et, pieds nus, s'approchent de la porte pour vérifier qu'il dort (le criminel ignore le jour de sa mise à mort, ndlr). Ils ouvrent brusquement la porte et sautent sur le condamné. Puis ils lui lient les mains et les pieds. »

Une cigarette et du rhum
pour « réconforter »
le condamné

« A ce moment-là, le gardien-chef lui annonce que le pourvoi est rejeté et que l'exécution va avoir lieu. Pour le "réconforter", on lui donne une cigarette et un verre de rhum. » Lucien Baumann se rappelle d'un « moment excessivement difficile à vivre. J'avais le coeur serré », confie le nonagénaire.
Sittler est ensuite « traîné dans le couloir, jusqu'à la chapelle ». Comme tout condamné à mort, il a droit à une petite messe d'un quart d'heure. Tout est minuté très précisément jusqu'à l'exécution, prévue à 4 h 30. « J'avais demandé au bourreau ce qui se passait s'il ne voulait pas de messe. Il a eu cette réponse qui m'a marqué : "Vous n'avez qu'à lui raconter des histoires". »
Dans la cour, « Monsieur de Paris » est prêt. Le bourreau Deibler (*) a dressé les bois de justice, installé les poutres et les montants de la guillotine. « Une centaine » de curieux s'est massée devant la grille métallique - ouverte pour l'occasion - qui donne sur la rue de la Fonderie.
A 4h 28, Sittler monte sur l'échafaud. « Je l'ai vu être projeté contre la planche et basculer. Après j'ai tourné la tête. » De ce supplice - le seul auquel il ait assisté durant toute son existence - l'ancien bâtonnier conserve un souvenir mitigé : « C'est à la fois une vision abominable et un immense soulagement. On n'a plus ça devant soi, c'est derrière. »

« La peine de mort
est pire que le Talion »

« Sade disait que l'échafaud, c'est l'abattoir solennel. Je partage, glisse Lucien Baumann. La peine de mort est pire que le Talion. On n'a pas le droit de prendre la vie de quelqu'un, quelle que soit l'horreur de son crime. C'est contraire à la raison pure. »
Après Lucien Sittler, plus personne ne sera exécuté à Strasbourg jusqu'à l'abolition de la peine de mort, en 1981. La victoire de Robert Badinter a réalisé l'espoir de tous ces avocats qui, comme Me Baumann avant lui, avaient plaidé l'horreur de la décapitation.

Antoine Bonin
(*) Fils de Louis Deibler, bourreau de 1879 à 1899, Anatole Deibler a exécuté 395 condamnés à mort entre 1885 et 1939, dont 299 en tant qu'exécuteur en chef, de 1899 à 1939.
L'échafaud

Poète et homme de lettres, Lucien Baumann est l'auteur de plusieurs recueils de poésie. Il compte près de 80 000 vers à son actif et travaille actuellement sur trois nouveaux livres. Dans L'échafaud, il retranscrit par les mots une émotion qu'il a vécue le 8 mai 1937.

Dans la cour de la prison
A l'aube blême et chagrine,
Supplantant potence ou poison
Se dresse la guillotine.

Dans la cour de la prison
Regard perdu, faciès hâve,
Est apparu le garçon
Dans la corde qui l'entrave.

Dans la cour de la prison
Un homme à la chemise ouverte,
Bête soumise et offerte
A l'implacable rançon.

Dans la cour de la prison
Corps projeté qui s'affale,
Bourreau pressant le bouton
Pour la peine capitale.

Dans la cour de la prison
Couperet quittant l'ogive,
Le choc et l'ultime frisson,
Sang qui gicle comme eau vive.

Dans la cour de la prison
Où la cruauté culmine
Le spectacle se termine
Pour que la justice ait raison.

Une lame qui tombe
Une tombe qui s'ouvre
Quand le calme retombe
C'est le néant qui s'ouvre.




© Dernières Nouvelles D'alsace, Mardi 03 Février 2009. - Tous droits de reproduction réservés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Lucien Sittler - 1937   Mar 27 Mar 2012 - 18:11




°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les faits

Lucien Sittler 22 ans, mouleur. Dans la nuit du 3 au 4 juillet 1936 à Illkirch-Graffenstaden, assassine avec sa propre hachette - et aussi à coups de couteau - Eugène Beick, maçon, père de six enfants, pour voler son portefeuille contenant 50 francs.

Condamnation : 9 février 1937 ;
Exécution : 8 mai 1937

Source : le site de Nemo – Sylvain Larue, à visiter… sans modération queen :
http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Aux assises du Bas Rhin – Sittler condamné à mort
Strasbourg, 9 février. - De notre correspondant particulier


Les jurés du Bas-Rhin ont eu à connaître hier du meurtre accompagné de vol qualifié commis en juillet 1936à, Silkirch-Greffenstaden, par le jeune Sittler, mouleur en chômage, contre M. Beick, également chômeur et père de famille nombreuse.



L'audience s'est poursuivie ce matin par l'audition de deux, témoins de moralité ou plutôt d'immoralité.

M Jammet, procureur de la République, récemment arrivé à Strasbourg, a tenu à soutenir lui-même l’accusation. Pour lui, le crime de Sittler est le fait d'un apache, d'un « nervi » crapuleux. Son cynisme est révoltant : Pour écraser « cette bête aussi malfaisante qu'un serpent venimeux », l'avocat général requiert la peine de mort.
Après plaidoirie de M° Guillemot, qui réclame 20.000 francs pour la famille de la victime, M° Lucien Baumann, du barreau de Strasbourg, défend avec fougue. la cause désespérée de Sittler. Il ne peut plaider autre chose que les circonstances atténuantes, en s'appuyant sur des d'employeur qui sont favorables.
Après une heure de délibérations, les jurés répondent affirmativement aux huit questions posées sur le meurtre et le vol qualifié.
Quelques instants après, Sittler est condamné à la peine capitale. La partie civile obtient ce qu'elle réclamait. L'accusé ne bronche pas.

Le Petit parisien, n° 21 897 du 10 février 1937

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une exécution capitale ce matin à Strasbourg

Strasbourg, 7 mai. Pour la quatrième fois depuis la guerre, les bois de justice sont arrivés à Strasbourg en vue de l'exécution du nommé Victor Sittler, 24 ans, condamné à mort en février dernier par la Cour d'assises du Bas-Rhin, pour avoir tué, dans des conditions particulièrement odieuses, un chômeur, M. Neick, père de six enfants, auquel il déroba son indemnité de chômage. Vainement, la femme de la victime, qui logeait dans les casemates de Grafenstaden, avait imploré le meurtrier d'épargner son mari et de lui laisser la vie. L'exécution capitale aura lieu demain matin.

L’Ouest-Éclair, n° 14 790 du 8 mai 1937

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La tête de l’assassin Sittler est tombée hier à Strasbourg

Strasbourg, 8 mai. - Victor Sittler, l'assassin de M. Beick, a été exécuté ce matin à 4 h. 28.

Il dormait encore profondément lorsque le Procureur de la République, entouré du juge d'instruction, du médecin de la prison, de M- Baumann, défenseur du condamné, entra dans la cellule pour lui annoncer la nouvelle de son exécution. Aussitôt debout, Sittler fit preuve de courage; il s'habilla très vite et, sans dire un mot, se rendit à la chapelle pour entendre la messe et communier. A son avocat, il recommanda une dernière fois son enfant puis, livré aux mains de l'exécuteur des hautes œuvres, il laissa faire docilement sa dernière toilette ; il accepta avec empressement le verre de rhum et la dernière cigarette qu'on lui offrait. Et, la cigarette à la bouche, pâle mais sans défaillance, il monta à l'échafaud.

L’Ouest-Éclair, n° 14 791 du 9 mai 1937


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucien Sittler - 1937   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucien Sittler - 1937
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lucien Sittler - 1937
» Lucien-Félix Alexandre - 1911
» Collection de Lucien (CH)
» Lucien Léger, l'Etrangleur
» Lucien Boulay - 1938

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: