La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ces femmes qu'on guillotina

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5716
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Marie GARRIGUE   Dim 22 Déc 2013 - 21:19

Une intéressante information de Niavlys 1980 :

Exécution de Marie GARRIGUE, 47 ans à Carcassonne le 19 janvier 1828.
Condamnée à la peine capitale le 12 novembre 1827 pour avoir assassiné le petit Dieudonné BARRIERE, 5 ans, fils de l'avocat chez qui elle logeait.
C’est la dernière femme guillotinée du département.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
(Note du forum:Adelayde, notre administratrice, est décédée le 1er mars 2018 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5716
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 14 Fév 2014 - 13:47


Cet article est une découverte de Niavlys



Le Petit Parisien, 24 juin 1922

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
(Note du forum:Adelayde, notre administratrice, est décédée le 1er mars 2018 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
trody
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 61
Localisation : limeil-brevannes(val de marne)
Emploi : agent d'acceuil social
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 14 Fév 2014 - 18:50

merci adelayde pour cet articulet, en effet cette dernière série de femmes guillotinées, ( citée à son époque ) leurs places seraient aujourd'hui dans un asile psychiatrique, elles n'avaient rien à y faire sous l'échafaud, exemple tuer ses enfants, de la pire manière, en leur faisant avaler clous ou aiguilles, ou encore une autre qui a fait carrément cuire sa progéniture !
brrrrrrrrrr !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mar 9 Déc 2014 - 10:26



Page 20 :

- Source : gallica.bnf.fr
Revenir en haut Aller en bas
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 580
Age : 57
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Dim 14 Déc 2014 - 15:44


Deux femmes qui ont perdu la tête pour Jules-Henri Desfourneaux ( pour sa faute   Wink ) :          

Czeslava (Czeslawa) Sinska, veuve Bilicki, guillotinée le 29 juin 1943 à Chalon-sur-Saône , pour avoir tué et découpé son mari avec l’aide de son amant.

Lucienne Fournier (née Thioux) guillotinée en 1947 à Melun, semi-clocharde quadragénaire, elle fit noyer son mari de trente ans son ainé, au soir de leurs noces en le balançant d'un pont sur la Marne, avec la complicité de ses filles et du petit-fils de son époux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Dim 14 Déc 2014 - 16:18

Bonjour à toute l'équipe !
De Janvier 1941 à Avril 1949, Jules-Henri a eu 7 femmes ( enfin, je me comprends, Georgette n'avait pas une tête à prêter ses jouets... No )
à son actif : 6 "droits communs" et 1 "avorteuse", assez médiatisée du reste par la suite...Le Grand Anatole, malgré un palmarès des plus fournis, avait réussi à échapper à ce genre de corvée   Son père Louis avait "expédié" une cliente dans sa jeunesse (celle de Louis...)
et en avait été fort traumatisé, il se dit qu'il y avait un accord tacite avec la Chancellerie pour que les dames soient grâciées  Question
Si ce sujet vous intéresse, faites-le moi savoir, je refouillerai dans ma bibliothèque...en tous cas, A. Obrecht, qui avait participé en tant qu'adjoint de 1° classe à trois exécutions de femmes, en avait gardé un fort mauvais souvenir, et il n'était pas du modèle impressionnable !
Amitiés à toutes/tous  sunny
Revenir en haut Aller en bas
Montpelhièr Occitània
Condamné à mort


Nombre de messages : 5
Age : 43
Date d'inscription : 30/12/2014

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mar 30 Déc 2014 - 22:49

Bonjour.
Tout nouveau sur ce forum, mon 1er post est pour signaler l'exécution de .... mon arrière-arrière...-arrière-grand-tante en 1826.

Tout commence en 1823 dans le village de Sussargues, près de Montpellier, dans l'Hérault.
Marguerite Carrat (ma tata), une fille du village, vit avec François Bonino, un piémontais, ancien soldat. Ils se seraient déjà mariés si l'extrait de naissance de Bonino avait pu arriver jusqu'à Sussargues.

Un jour Bonino disparaît : Marguerite affirme qu'il est parti en Espagne avec les armées françaises.
La vie continue, Marguerite se consolant très vite dans les bras de Jean-Baptiste Dumont, veuf d'une tante de Marguerite !!!
Ils se marient mais dans le village, la rumeur court : Bonino aurait été assassiné par Carrat et Dumont.
Mais pas de cadavre, pas de preuves ... mais 3 ans plus tard, une lettre anonyme conseille aux enquêteurs de creuser dans le jardin de Dumont.
Et là, sous la luzerne, on trouve un squelette d'homme, c'est Bonino, il a été tué d'un coupe de bêche sur le crâne.
Les époux sont confondus et s'accusent mutuellement. Le frère de Marguerite (mon arrière -...-arrière papi) enfonce même sa sœur en l'accusant d'avoir voulu ensuite tuer Dumont !
Les époux sont guillotinés le 17 octobre 1826 à Montpellier.

Cette histoire avait disparu de la mémoire du village et la tradition orale n'avait pas transmis cette horrible affaire. C'est par hasard, lors de recherches généalogiques aux Archives Départementales, que l'on a trouvé ce récit.

Bon bout d'an !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 6:57

Hello MO!!!
Bienvenue sur le forum!

Le net est tellement petit que l'on se retrouve ici comme sur MI!!^^

Je connaissais déjà l'Histoire puisque je l'avais déjà lu également aux AD.

A bientot!
Tof1


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frankm
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 47
Localisation : Pays de la Loire
Date d'inscription : 14/05/2013

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 9:23

Les 2 guillotinés (Tata & Tonton) sur cette page :
http://guillotine.voila.net/Palmares1792_1831.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guillotine1889.free.fr/
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5716
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 9:52

Bonjour Montpelhièr Occitània, bienvenue sur le forum  santa

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
(Note du forum:Adelayde, notre administratrice, est décédée le 1er mars 2018 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montpelhièr Occitània
Condamné à mort


Nombre de messages : 5
Age : 43
Date d'inscription : 30/12/2014

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 10:30

Merci à tous !
Effectivement Tof, le monde est vraiment petit !!!! Very Happy

Merci Frankm pour le lien (par contre les noms de tata et tonton sont mal orthographiés ;-)

N'ayant pas trouvé de journaux de l'époque, je ne sais pas où ils ont été exécutés à Montpellier (place de l'Hôpital Général comme pour le fameux Martini en 1892 ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 13:44

http://livre.fnac.com/a2691158/Gisele-Vigouroux-Les-grandes-affaires-criminelles-de-l-Herault-de-1826-a-2003#ficheResume


MO cela fait l'objet d'un chapitre tata tonton...^^

Et l'ai emprunté à la médiathèque de Clapiers l'année dernière,c'est pour ca que je connaissais l'histoire!
Après je pense que les minutes du procès sont disponibles car j'ai recherché pour le forum les noms des condamnés à mort pour Sylvain dans les années 1820.
Par contre il m'avait fourni les références des archives des AD mais je ne les retrouve plus(fait le ménage dans ma messagerie.. );si il passe sur le forum,il nous redonnera les références des ouvrages à demander lors d'une prochaine visite;j'irais les rechercher à ta place si tu veux te sachant occuper sur Bordeaux.. jocolor


J'ai mis plusieurs photos sur le forum des minutes d'autres condamnés à Montpellier mais je n'arrive pas à remettre la "main" dessus... si Adelayde peut nous aider?..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montpelhièr Occitània
Condamné à mort


Nombre de messages : 5
Age : 43
Date d'inscription : 30/12/2014

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 15:09

Merci Tof !
Oui je connais le bouquin, l'auteur était venue à Sussargues pour "enquêter".
Mais on avait retrouvé cette histoire bien avant, aux Archives, avec les minutes du procès (référencées 2 U 2 510).
Y'avait pas mal de pages, pas forcément déchiffrables pour un non-habitué comme moi, et je suis passé à côté de pas mal d'infos (lieu de l'assassinat à Sussargues, lieu de l'exécution à Montpellier, prénoms de certains témoins ....) Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 17:58

Tu as les références déjà!!! je les note et dès que j'y retourne je te prends des photos et je t'aiderais à déchiffrer tout cela!

Bon réveillon MO et allez La Paillade!! Cool Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mitchou34
Exécuteur cantonal


Nombre de messages : 152
Age : 62
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: A Montpelhièr Occitània   Mer 31 Déc 2014 - 18:10

Je connais Sussargues mais je ne connaissais pas cette tragique histoire.C'est une belle entrée en matière pour un nouveau et en plus un témoignage de première main puisque des liens de parenté t'unissent à ces deux infortunés raccourcis à Montpellier.
Bienvenu au club de la part d'un compatriote et vive La Paillade!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 31 Déc 2014 - 18:12

Si en plus on est plusieurs à supporter La Paillade!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mitchou34
Exécuteur cantonal


Nombre de messages : 152
Age : 62
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: Le meilleur   Mer 31 Déc 2014 - 18:20

On est au moins deux Tof même si c'est très moyen cette saison et qu'on est loin des fastes de l'année où nous fumes champions.Mais bon,on veut y croire quand même.
Allez,finissez bien l'année et le meilleur pour vous tous en 2015!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montpelhièr Occitània
Condamné à mort


Nombre de messages : 5
Age : 43
Date d'inscription : 30/12/2014

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 1 Jan 2015 - 13:42

Jamais 2 sans 3 !
Bona annada a tots et en particulier à mes compatriotes pailladins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montpelhièr Occitània
Condamné à mort


Nombre de messages : 5
Age : 43
Date d'inscription : 30/12/2014

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 1 Jan 2015 - 13:43

tof1 a écrit:
Tu as les références déjà!!! je les note et dès que j'y retourne je te prends des photos et je t'aiderais à déchiffrer tout cela!


Super, c'est très gentil, merci Tof !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 1 Jan 2015 - 15:14

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Femme condamnées à mort et graciées   Jeu 19 Mar 2015 - 16:10

Pierre Bouchardon. Préambule à son texte sur La dernière guillotinée. Voir : http://guillotine.cultureforum.net/t2212p75-les-parricides

Oui, mais on n'exécute plus les femmes. »
Cette phrase, que l'on entend souvent prononcer, correspond à une réalité déjà vieille.
L’usage, en effet, a prévalu contre la loi. Et bien que notre Code pénal n'ait jamais cessé d'édicter la peine de mort à l'égard des filles d'Eve, nul président de la République ne veut plus se résoudre à laisser la justice s'accomplir jusqu'au bout. C'est comme une consigne que se passent les hôtes successifs de l'Elysée.

Il est cependant des forfaits dont se détourne, quel qu'en puisse être l'auteur, tout sentiment de pitié. Ignore-t-on, d'autre part, que le crime lâche et odieux par excellence, l'empoisonnement, est, neuf fois sur dix, le crime des femmes ? Si celles-ci savaient que, dans les cas extrêmes, leur sexe ne suffit pas à les soustraire à la mort, peut-être y regarderaient-elles de plus près avant d'accomplir l'irréparable ! La vision du châtiment suprême en retiendrait-elle une seule sur vingt, une seule sur cent, que ce résultat justifierait, tout au moins à de rares intervalles, le montage de la guillotine.
Pourtant, chaque fois que la nécessité le commande, le jury continue à se montrer inexorable en matière de crimes féminins ; il refuse même souvent de signer tout recours en grâce, et les magistrats concluent à l'exécution capitale, à propos de mégères dont le moins qu'on puisse dire, c'est que, si la peine de mort n'existait pas, il faudrait l'inventer pour elles.

A-t-on oublié Antoinette Sierri l’empoisonneuse de Saint-Gilles, condamnée, par la Cour d'assises du Gard, le 27 avril 1926, à la peine de mort ? Dans un dessein cupide, cette diabolique créature avait fait passer six personnes de vie à trépas, en employant un violent toxique qui sert à détruire la pyrale, ce papillon dont la chenille attaque la vigne. En pleine audience, elle lança aux assistants les pires injures, et son crime parut si monstrueux que le Président de la République hésita, dit-on, à faire grâce.




Le Petit Parisien, du 28-04-1926.

Mais, pour parler d'affaires plus récentes encore, je citerai trois femmes qui, dans le cours du même trimestre des Assises de la Seine, s'entendirent infliger le châtiment capital pour des crimes qui soulevèrent l'exécration de tous : Josépha Kurès, le 13 octobre 1928 ; Anne-Marie Peuron, femme David, le 7 novembre, et Blanche-Charlotte Vergucht, femme Vabre, le 20 novembre.

Qu'avaient-elles fait ?

Deux fois condamnée pour vol et frappée d'un arrêté d'expulsion, Josépha Kurès n'en était pas moins demeurée à Paris, et même elle avait réussi à entrer, comme employée, dans un commerce d'approvisionnements. L'exercice de sa profession l'ayant mise en rapports avec un commissionnaire aux Halles, elle pénétra chez celui-ci le 2 juillet 1927 et, après lui avoir dérobé un peu plus de cinq mille francs, emmena sa fillette Carmen au bois de Boulogne. Là, elle étrangla l'enfant avec un foulard et abandonna le cadavre dans un fourré.




Le Petit Parisien, du 14-10-1928.


Horribles vengeances.

Le cas de la femme David est plus horrible encore.
Un matin, Mme Boude, demeurant à Pierrefitte, donna le sein à son bébé, la petite Simone, et, après l'avoir laissée endormie dans son berceau, s'absenta pour quelques courses urgentes. Quand elle revint, l'enfant pleurait à chaudes larmes et un mince filet de sang s'échappait de sa bouche. Une fièvre intense s'étant déclarée, on appela le médecin qui diagnostiqua une gastro-entérite. Mais, déjà agonisante, Simone expirait, après avoir souffert le martyre et sans qu'on eût soupçonné la véritable cause de son mal.

La mère se rappela alors qu'elle avait eu, tout récemment, une altercation violente avec sa propriétaire, la femme David. Elle apprit qu'aussitôt après son départ, cette dernière s'était introduite dans la chambre, donc avait pu s'approcher du berceau. Prise d'un pressentiment sinistre, elle demanda l'autopsie et obtint de la justice que cette mesure fût ordonnée. Alors... alors, on découvrit que le petit être était mort étouffé par une éponge qu'on avait enfoncée dans sa gorge avec une telle violence que le pharynx avait été déchiré et que, coincé à cette place, le corps étranger avait provoqué un abcès fatalement mortel. La tortionnaire n'était autre que la femme David, et c'était la vengeance qui lui avait soufflé cette barbarie sans nom.




Le Petit Parisien, du 08-11-1928.


Autre tueuse d'enfants, la femme Vabre.

A
cariâtre, vicieuse, violente, alcoolique, elle avait épousé, à la Courneuve, un veuf chargé de famille. Elle ne fut pas longue à dévoiler sa véritable nature et elle répandit, dans la maison, une terreur telle que le père, qu'elle avait lui-même failli tuer d'un coup de hachette, jugea indispensable d'éloigner les enfants. Le 15 mars 1928, elle s'en fut chercher, à Drancy, l'aîné, Jean-André, âgé de quatorze ans, qu'elle détestait d'une façon particulière. En l'amadouant par de douces paroles, elle réussit à le ramener à la Courneuve. Alors, se déroula une scène atroce, dont le  bouleversement des meubles portait témoignage. Un couteau à la main, elle poursuivit le petit garçon à travers la pièce et le frappa sans merci, dix fois, vingt fois, lui tailladant les mains, lui ouvrant la gorge, le tuant enfin. Devant les jurés, comme elle demandait pardon en pleurnichant, son mari lui jeta : la Grâce ! Jamais! Elle a assassiné mon petit bonhomme. Condamnez-la à mort ! »





Le Petit Parisien, du 21-11-1928.


Crimes abjects dans leurs mobiles, abominables dans leur exécution, et tous les trois commis sur des enfants sans défense ! L'opinion publique se révolta. Elle comptait que les auteurs — des monstres à face humaine — seraient livrés au bourreau, mais le temps n'était plus où les femmes jouaient leurs têtes. Josépha Kurès et les deux autres bénéficièrent de la clémence présidentielle.

Pierre Bouchardon (1934).

Source : gallica.bnf.fr

— Toutes ces grâces ont été accordées sous la présidence de Gaston Doumergue
(13-06-1924/13-06-1931).
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5716
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 29 Juil 2016 - 17:28



L’Est Républicain, n° 783 du 25 juillet 1891








L’Express du Midi, n° 9 086 du 4 décembre 1917

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
(Note du forum:Adelayde, notre administratrice, est décédée le 1er mars 2018 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 580
Age : 57
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mar 2 Aoû 2016 - 8:11

Curieux.

1850 A Melun, la femme Jeanne Pachot, a perdu son melon ! study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5716
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mar 2 Aoû 2016 - 12:44

Pourquoi son melon, Filomatic ?        Smile

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
(Note du forum:Adelayde, notre administratrice, est décédée le 1er mars 2018 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
trody
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 61
Localisation : limeil-brevannes(val de marne)
Emploi : agent d'acceuil social
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mer 8 Mar 2017 - 20:42

Monsieur Bill a écrit:
Henri a écrit:
Gaston Deferre aussi etait socialiste, et republicain (et probablement aussi mele a de sombres histoires). Il etait aussi partsan de la peine de mort, comme Mitterand ministre de l'interieur , a l'epoque e la guerre d'Algerie.
Pas sur que la politique ait toujours a voir avec ce genre de choix...

François Mitterrand a été Ministre de l'Intérieur de Mendès en 1954 et Garde des Sceaux de Guy Mollet,  Président du Conseil  en 1956. C'est à ce titre qu'il a eu l'occasion de se montrer très défavorable à certains recours en grâce !

http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2798

merci pour ce très bon article, je viens juste d'en prendre connaissance, pourtant il date, merci, vraiment c'est trés enrichissant et très précis sur les condamnations à mort de cette époque en Algérie et le comportement du sieur Mitterrand de cette époque ou il fut ministre et de l’intérieur et de la justice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ces femmes qu'on guillotina
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ces femmes qu'on guillotina
» la retraite des femmes
» Femmes et créatrices d'entreprise : zoom sur les aides
» Témoignage femmes entrepreneurs pour mon memoire
» mabrouk les sages femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT :: Par département-
Sauter vers: