La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ces femmes qu'on guillotina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 31 Déc 2009 - 20:27

Familiarisez vous avec le PALMARÈS.
Pour les trois femmes indiquées par Boidejustice regardez entre 1940 et 1950 et des poussières, elle y sont.

PALMARÈS :

http://site.voila.fr/guillotine/Palmares1871_1977.html
Revenir en haut Aller en bas
Pibrac
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 59
Localisation : Guyane française
Date d'inscription : 14/12/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 31 Déc 2009 - 20:45

1° Elisabeth Lamouly veuve Ducourneau
2° Georgette Raymonde List épouse Monneron
3° Germaine Leloy/Godefroy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lalonde
Condamné à mort


Nombre de messages : 7
Age : 59
Date d'inscription : 31/12/2009

MessageSujet: c'est sympa   Ven 1 Jan 2010 - 0:31

merci pour les précision. Et bonne année 2010 Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pibrac
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 59
Localisation : Guyane française
Date d'inscription : 14/12/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 1 Jan 2010 - 0:34

Merci,de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pibrac
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 59
Localisation : Guyane française
Date d'inscription : 14/12/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 1 Jan 2010 - 1:06

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 38
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 1 Jan 2010 - 23:30

Il ne faut pas oublier Madeleine Mouton exécutée en 1948.

Sordide ironie que de porter un tel nom et de finir guillotinée...

Je ne sais pas s'il existe une photographie d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pibrac
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 92
Age : 59
Localisation : Guyane française
Date d'inscription : 14/12/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 1 Jan 2010 - 23:38

http://guillotine.site.voila.fr/MADELEINE_MOUTON.jpg
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 38
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 1 Jan 2010 - 23:49

Un grand merci.

Ce forum est une mine d'informations Very Happy

et bonne année !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lalonde
Condamné à mort


Nombre de messages : 7
Age : 59
Date d'inscription : 31/12/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Ven 1 Jan 2010 - 23:55

http://guillotine.site.voila.fr/MADELEINE_MOUTON.jpg

VOICI UN E PHOTOGRAPHIE DE LA FEMME MOUTON. POUR SON NOM DE FAMILLE C'est les hasards de la vie.

a plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 38
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Sam 2 Jan 2010 - 11:29

Je me souviens avoir lu le récit de son exécution (sur ce site probablement d'ailleurs, mais je ne retrouve plus le sujet).

Elle a fait un jeu de mots involontaire qui est lourd de sens :

Au moment où on lui a annoncé son exécution, elle n'a pas compris immédiatement. Le procureur lui a dit "il est l'heure de payer votre dette à la société" et elle a répondu naïvement "ça tombe bien j'ai de l'argent au greffe" (ou quelque chose dans le genre). Puis elle a réalisé que c'était sa vie qu'on lui demandait et elle a uriné de peur.

Cette réplique derrière son caractère incongru pose pas mal de questions : que veut dire payer sa dette ? Que vaut une vie humaine ? Une vie rembourse-t-elle une autre vie ? Aujourd'hui que la peine de mort est supprimée, on prend vingt, trente ans, voire plus (ce qui veut dire en fait qu'il faut les donner ou plutôt qu'ils sont prélevés sur le capital d'existence restant à un être humain). Parfois il y a un prêt de quelques années, un sursis, ou une ristourne sous forme de remise de peine. On parle d'inflation des peines comme l'on analyserait le cours des pommes de terre. Souvent l'on entend d'ailleurs à la fin des procès ou lors des libérations "c'est pas cher payé".

La justice se fait bâilleuse et comptable suivant un barème macabre. "tout est pesé, compté, divisé", comme l'écrivait les doigts sur le mur de Balthazar. On peut s'interroger sur le fait que le langage juridique emprunte tellement au langage économique. L'inquantifiable de la souffrance, l'humanité dans toute son horreur et sa nudité sont coulés dans la froideur du langage des banquiers. Mais peut-il en être autrement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Bourreau départemental


Nombre de messages : 285
Age : 61
Localisation : Cambridge UK
Emploi : vacataire/temporaire/artiste
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Madeleine Mouton   Sam 2 Jan 2010 - 11:44

Bonjour Petite Lucarne.

Sauf erreur de ma part, il me semble que cette phrase a ete prononcee par Elisabeth Lamouly...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 38
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Sam 2 Jan 2010 - 12:19

Merci pour cette correction et bonne année.

Cette phrase touche à beaucoup de questions que je me pose.

Par ailleurs, quelqu'un a-t-il une explication sur le changement d'attitude envers les femmes condamnées après la guerre.

Si je ne me trompe, il était de coutume depuis la fin du XIX siècle de gracier systématiquement les femmes. La peine de mort était prononcée, mais elle n'était jamais appliquée. Ce fut le cas pour Violette Nozière et l'aînée des soeurs Papin.

Par contre après la guerre pendant 4 ou 5 ans elles seront traitées comme les hommes et le couperet tombera fréquemment sur elles. Puis à partir des années 50 jusqu'à l'abolition, l'on reviendra à l'attitude antérieure à leur égard.

Pourquoi ce choix que l'on n’attendrait pas forcément d'un radical-socialiste comme René Coty puisque c'est lui qui avait le pouvoir de gracier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Sam 2 Jan 2010 - 14:47

Ne chargez pas René Coty de ce qui revient à Vincent Auriol. Wink
Revenir en haut Aller en bas
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 38
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Dim 3 Jan 2010 - 0:30

Au temps pour moi ! Où avais-je la tête (si vous me passez l'expression sur un site consacré à la guillotine Wink )

Merci pour le lien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 61
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: coty   Dim 3 Jan 2010 - 15:41

petite lucarne a écrit:
Merci pour cette correction et bonne année.


Pourquoi ce choix que l'on n’attendrait pas forcément d'un radical-socialiste comme René Coty puisque c'est lui qui avait le pouvoir de gracier ?

Pour mémoire, René Coty , Président de de 1954 à 1959 était un indépendant appartenant à la droite modérée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Bourreau départemental


Nombre de messages : 285
Age : 61
Localisation : Cambridge UK
Emploi : vacataire/temporaire/artiste
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: Les executions de femmes apres la 2eme guerre mondiale   Lun 4 Jan 2010 - 12:55

Bonjour, et meilleurs voeux atous le forum.
Je me demande si ce revirement temporaire dans le fait de gracier les femmes condamnees a mort n'etait pas du a une volonte de renforcer le lien entre les citoyens apres une periode terrible pour le pays. On a ete aussi tres dur avec les gens soupconnes de collaboration, reelle, grave ou pas. Et les choses se sont prtogressivement attenuees. il y a une scene dans une "Affaire de femmes" de Chabrol, ou l'on voit un militaire, qui je pense est un juge ou quelqu'un de ce genre, expliquer que vue la periode, et les epreuves que le pays traverse, on ne doit pas montrer de faiblesse. J'ai la sensation que l'on trouvait des idees semblables apres 1945, mais dans le camp d'en face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 125
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Lun 4 Jan 2010 - 21:54

Autre hypothèse: Le droit de vote venait d'être accordé aux femmes dans un contexte de promotion de leurs droits civiques et civils (qui attendront toutefois les années 60 pour progresser significativement).

Peut être le Présedent a considéré que si les femmes pouvaient voter, elles devaient pouvoir aussi "payer leur dette à la société".

Qu'en pense Olympe de Gouges ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 38
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 7 Jan 2010 - 17:34

Merci pour vos réponses.

Le rapprochement avec l'obtention du droit de vote pour les femmes est une hypothèse séduisante...

Le climat de l'épuration des collaborateurs après la guerre a aussi certainement un rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Révolution : Condamnées à mort : les femmes enceintes   Dim 31 Oct 2010 - 19:46

Note sur un livre :

« C'est à l'Hospice de l'archevêché transformé en infirmerie provisoire que l'on recevait les prisonniers de la Conciergerie. C'est là qu'étaient hospitalisées les femmes condamnées qui faisaient une déclaration de grossesse, et où étaient examinées par des médecins assistés de la citoyenne Prioux, sage-femme, et le procès-verbal de l'examen soumis à l'accusateur public. Si la condamnée était reconnue en état de grossesse, il était sursis à l'exécution jusqu'après sa délivrance, sinon l'envoi à l'échafaud suivait de quelques heures l'examen négatif. Nombre de femmes n'hésitèrent pas après leur condamnation à se déclarer enceintes pour retarder, ne fût-ce que de quelques heures, l'horrible marche de la guillotine.

M. Max billard nous conte ainsi l'histoire des femmes qui furent exécutées après leur délivrance : de Mme Quetineau *, veuve d'un général guillotiné six jours auparavant pour n'avoir pas battu les Vendéens, de Mme Roger, accusée « d'avoir prouvé dans plusieurs circonstances son aversion pour la Liberté et le Gouvernement républicain », de Mme de la Roche-Saint André, accusée d'avoir suivi les brigands (les Vendéens) avec son mari. Viennent ensuite les simulatrices et les femmes non reconnues enceintes par les médecins du Tribunal révolutionnaire, telles la princesse de Monaco ***, la princesse Lubomirska, etc., qui, toutes, moururent avec un remarquable courage, que bien des hommes eussent pu leur envier, sauf cependant la citoyenne Hébert **, la mère Duchesne, qui tomba en défaillance devant la guillotine. D'autres femmes échappèrent à la guillotine, comme Mme de Bonchamps, Claire Sevin, Mme de Blamont etc. grâce à leur état de grossesse qui fit surseoir à leur exécution et leur permit de voir la chute de Robespierre et de la Terreur qu'il incarnait. Alors ce fut Thermidor et la fin de la « grande épouvante ». Pons, de Verdun, intercède pour les femmes à la tribune de la Convention. Celles qui ont pu atteindre le 17 septembre 1794 sont sauvées mais après combien de vicissitudes ! »

L'auteur a recherché quel a été le sort des enfants des femmes guillotinées ou échappées au supplice. Ils devaient être envoyés aux Enfants Trouvés, mais il n'a pu retrouver leurs traces sur les registres.


Professeur de médecine M. Commandeur.

Source : Archives d'anthropologie criminelle de criminologie et de psychologie normale et pathologique, année 1914.

BILLARD Max : Les femmes enceintes devant le Tribunal révolutionnaire , 229 pages, 6 gravures, librairie académique Perrin, Paris 1911.

Ce livre est consultable sur Gallica :
http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=max+Billard

* Marie-Anne Latreille.

** Françoise-Thérèse de Choiseul-Stainville.

*** Marie Marguerite Françoise Goupil, femme d'Hébert, fondateur du fameux canard Le Père Duchesne , guillotinée avec Lucille Desmoulins, la femme de Camille Desmoulins.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Livre : Les femmes devant l'échafaud   Lun 7 Mar 2011 - 15:19

Jourdan Louis : Les femmes devant l'échafaud, éditeurs Michel Lévy frères, Paris, 1863.



Lien direct : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5789353v
Revenir en haut Aller en bas
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2426
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Mar 22 Mai 2012 - 20:18

Pibrac a écrit:


http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k684244r.zoom.r=guillotine.langEN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
niavlys1980
Bourreau de village


Nombre de messages : 79
Age : 36
Date d'inscription : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 24 Mai 2012 - 1:33

Femmes guillotinées : 1825 - 1867 :

http://guillotines1825-1870.wifeo.com/executions-femmes.php

Par Adelayde - 2012-07-13




Dernière édition par niavlys1980 le Jeu 5 Juil 2012 - 8:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   Jeu 24 Mai 2012 - 7:46

Quel boulot Sylvain
Franchement chapeau, on imagine aisément le millier d'heures de recherches et d'investigations.
C'est plutôt impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
trody
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 44
Age : 60
Localisation : limeil-brevannes ( val de marne )
Emploi : agent d'acceuil social
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Élisabeth Lamouly, veuve Ducourneau    Dim 14 Oct 2012 - 15:20

Une exécution qui commence dans le burlesque !

j'avais lu mais ça doit être il y a si longtemps car je ne me souviens plus si c'est dans un livre ou un papier quelconque qu'une condamnée qui allait être exécutée, s'entendant l'avocat général lui annonçant, la phrase rituelle à l’époque, à savoir !

madame il est temps de régler votre dette à la société!
celui-ci reçut comme réponse !
mais certainement monsieur , j'ai de l'argent au greffe !

je n'ai jamais su si c’était quelque chose de réelle ou d'une invention d'auteur !
est ce que ca a vraiment existé ?
et si quelqu'un se souvient du nom de cette condamnée !
merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1232
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Élisabeth Lamouly, veuve Ducourneau    Dim 14 Oct 2012 - 15:45

L'anecdote est tout ce qu'il y a d'authentique : le 8 janvier 1941, à Bordeaux, Elisabeth Ducourneau, uxoricide et matricide, est réveillée pour être exécutée. Voilà près de 54 ans qu'il n'y a pas eu d'exécution de femme en France (26 ans si on compte les exécutions en Lorraine occupée). Elle ne s'attend donc pas à son sort, persuadée d'être graciée comme toutes les femmes avant elles...

Quand l'avocat général lui fait cette annonce, "L'heure est venue de payer votre dette à la société", elle répond bien : "Mais certainement, j'ai de l'argent au greffe." Il faudra qu'une gardienne lui explique vraiment ce dont il s'agit... et les dernières minutes d'Elisabeth se dérouleront dans les hurlements de peur. Ils ne cesseront qu'avec la chute du couperet.

Jetez un oeil au Palmarès au http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html : les circonstances de beaucoup d'exécutions y sont recensées.

_________________
"C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut. C'est par l'élixir de Sapho que ma pensée s'accélère. Les lèvres se tachent, les taches deviennent mise en garde. C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ces femmes qu'on guillotina   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ces femmes qu'on guillotina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ces femmes qu'on guillotina
» la retraite des femmes
» Femmes et créatrices d'entreprise : zoom sur les aides
» Témoignage femmes entrepreneurs pour mon memoire
» mabrouk les sages femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: