La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   Mer 1 Oct 2008 - 16:58

À la mémoire de Louis et Arthur MOREAU et de leurs parents.
__________________________________________________

Un vieil homme marche très lentement entre les tombes dans l'allée centrale d'un cimetière. Son frère le suit à quelques pas. A Saint-Laurent-du-Maroni, situé tout au bout de la route au nord de la Guyane, le soleil est brûlant, la brousse commence non loin de là.

Du nord de la France où ils vivent retraités jusqu'à cette terre lointaine qui a été, pendant un siècle, terre de bagne, ces deux anciens mineurs ont fait le voyage dans un seul but: se recueillir sur la tombe de leur père. Il y a quarante-deux ans qu'ils ne sont pas venus. Louis et Arthur Moreau ont passé dix ans de leur vie au bagne après qu'un conseil de guerre les ait condamnés en 1914, avec toute leur famille, pour intelligences avec l'ennemi. Mineurs, ils avaient alors 18 et 20 ans. Une Cour militaire les a réhabilités en 1935.Ils étaient innocents en effet.

Retournés à la mine dès leur rentrée en France, ils sont redevenus, en apparence du moins, des hommes comme les autres le jour de leur réhabilitation mais ce jour-là, pour entendre le jugement, il manquait deux personnes à leur côté: leur mère était morte à la prison de Rennes et leur père au bagne de Guyane où il était avec eux. Mort d'épuisement et de chagrin.

Ce sont donc deux vieillards qui sont revenus un jour de mars 1967, en Guyanne. Ils ont quitté Cayenne un dimanche à quatre heures du matin pour parcourir, dans la voiture qui les emmenait, 250 kilomètres dont 60 de piste sous le soleil tropical.

Arrivés épuisés à Saint Laurent-du-Maroni, ils se sont fait déposer aussitôt à l'entrée du cimetière et là, ils n'ont pas hésité un seul instant sur la direction à prendre. Ils n'ont eu qu'à se souvenir, il est vrai. Leur père a été enterré le 7 avril 1923 par l'un d'eux. Louis Moreau était seul alors. Son frère venait d'être envoyé dans un autre pénitencier du bagne. En entrant, il a regardé, en passant, un nom sur une pierre tombale: Pierre L. surveillant militaire. D'autres tombes portent une inscription semblable mais lui, c'est plus loin qu'il va, tout au fond du cimetière pour se livrer, dans la chaleur étouffante de midi, à la plus poignante des recherches.

Il n'a jamais été certain de retrouver la tombe de son père. Quarante-deux ans ont passé... mais il est trop bouleversé pour avoir encore cette crainte-là. Une trompette de jazz joue dans une maison voisine. Sa plainte est lancinante. L'entend-il? C'est au cimetière des bambous qu'il se trouve comme autrefois. Au bagne on appelait ainsi, à cause des bambous qui l'entouraient, l'enclos des bagnards car, même morts, ils n'avaient pas le droit d'être mêlés aux honnêtes gens. Les bambous sont toujours là, au fond...


__________________________________________


2012-04-06 par Adelayde

« Les bagnards innocents » par Bruno d'Épénoux- Éditions Solar - 1967.
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   Ven 6 Avr 2012 - 15:26


Louis Moreau raconte leur aventure au journal Nord-Matin le 12 avril 1966 – Reportage Gérard Coucke -

Toute l’affaire commence un jour de Novembre 1914.
"Nous habitons alors à Grenay, nous avions évacué notre maison de Bruay pour fuir les allemands. Nous étions six à la maison : mon père Louis âgé alors de 48 ans, trop vieux pour être mobilisé et qui comptait déjà 35 ans de mine, ma mère Adèle, mes frères Arthur 19 ans, Raoul six ans et Alfred 5 ans, et ma sœur Georgette 14 ans. Mon autre frère Georges était au front. J’avais 18 ans. Je travaillais à la mine avec mon père… La maison se trouvait à la cité du Maroc, un coron peuplé exclusivement de mineurs. En ce mois de novembre 1914, il était également occupé par des troupes françaises et la maison des Moreau avait été réquisitionnée comme les autres pour héberger des soldats. Le front était tout proche. Lignes allemandes et françaises se touchaient presque.

Nuit et jour autour des « cahutes » restées debout, de furieux combats aux issues incertaines s’engageaient. De là une vague d’appréhension, de craintes et de soupçons, une espionnite aigue que la plus infime coïncidence venait fortifier et exalter.
Chez les Moreau la vie continuait tant bien que mal. Les deux Louis père et fils, et la famille partageaient leur pain avec les soldats qu’ils recevaient. L’un d’entre eux ordonnance d’un capitaine du 21° régiment d’infanterie, pour remercier les Moreau de leur hospitalité, leur offrit en ce début Novembre du savon, une brosse et la lanterne d’un cycliste allemand récupérée dans les lignes au cours d’une attaque. Le jeune Louis, qui reçut ce cadeau, l’accepta avec d’autant plus de joie qu’il le destinait à son frère Georges le jour où celui ci viendrait en permission. C’était un objet précieux et rare.

Le 18 novembre 1914, il était environ 21 heures, nous étions tous couchés. Mon père en revenant de la mine, avait essuyé sur la route un violent bombardement et il en était encore commotionné. Soudain on tambourine à la porte. Une voix cria : - Ouvrez ! ou nous enfonçons la porte !
Ma mère se leva et alla ouvrir. Des hommes, revêtus de longues pelisses d’automobilistes entrèrent en trombe dans la maison. Ils poussèrent violemment ma mère en lui criant :
- Vous avez un espion chez vous ! Où est-il ?
Entre temps mon père était également descendu. Les hommes le séparèrent de ma mère chacun d’un côté et l’accusèrent lui aussi d’héberger un espion. Affolé par tout ce vacarme et croyant qu’il s’agissait des allemands, je descendis à mon tour. Ce fut pour recevoir une magistrale paire de gifles !

Les hommes, des soldats français, fouillèrent alors la maison de fond en comble. Ils découvrirent la lanterne allemande .
- C’est avec ça, hein que vous faisiez des signaux aux allemands ? Avouez !…
- Un signau, répliqua naïvement Adèle Moreau, qu’est ce que c’est ?
L’étonnement des Moreau était d’autant plus grand qu’ils parlaient tous le patois du Nord et comprenaient fort mal le Français. Ils étaient tous illettrés ou presque. Il fallut leur expliquer qu’ils étaient accusés d’avoir envoyé par la fenêtre de leur maison des messages chiffrés à l’ennemi, sans doute avec la lanterne saisie !
Nous ne comprenions rien de rien à toute cette histoire, comment aurions nous pu faire des signaux aux allemands alors que nous n’avions aucune goutte de pétrole à la maison ? La lanterne n’avait d’ailleurs jamais fonctionné depuis que ce soldat me l’avait donnée.
C’est si vrai que nos accusateurs craquèrent presqu’une boite d’allumettes entière pour arriver à la faire marcher. Et encore a-t-il fallu, sur leur demande que mon frère Arthur humecte la mèche avec de l’huile pour la faire prendre ! Les soldats se mirent de plus belle à hurler, nous traitant d’espions et nous brutalisant. Coups de poing et de pieds s’abattirent sur nous.
On nous accusait, nous des français, d’être des agents de l’ennemi, alors que mon frère Georges se battait au front pour sa Patrie !

Finalement les soldats nous emmenèrent tous au château de Bully, Rue J. Jaurès, où l’on nous parqua dans une cave sous la garde de soldats en armes.
Puis, nous fûmes séparés. Mon père, mon frère Arthur et moi-même fûmes conduits devant des officiers pour être interrogés. Ils ne nous posèrent pas beaucoup de questions. Ils parlaient surtout entre eux et sans cesse, le mot espion revenait dans leurs propos. Ils nous firent signer des papiers en blanc. Certains étaient écrits, mais nous ne pouvions comprendre quoi que ce soit, et pour cause, nous ne savions pas lire ! Enfin, on nous conduisit tous dans les écuries à chevaux de la fosse n°1 pour y passer la nuit."
Que s’était-il donc passé ?

Les Moreau le sauront, mais bien plus tard dans le box des accusés, face au conseil de guerre.
Depuis le 12 novembre 1914, les batteries allemandes installées devant Grenay, ne cessaient de bombarder le village.
Louis Moreau le père, était rentré de Périgueux où il avait été démobilisé en raison de son âge et de ses charges familiales. Et depuis ce jour là une épicière du village avait cru voir à la fenêtre de leur maison d’étranges lueurs qui coïncidaient avec les bombardements ennemis.
Chaque soir depuis le 12 novembre, à la tombée de la nuit, et peu après que ces mystérieux signaux aient été émis, les allemands harcelaient la commune.
Dans ce lourd climat d’inquiétudes et de soupçons qui pesait sur le village menacé, l’épicière intriguée par cette coïncidence, formula rapidement la conclusion qui s’imposait à son esprit tourmenté : Les Moreau informaient l’ennemi ! Le père ne venait-il pas de rentrer alors que tous les hommes étaient au front ?
Certes on avait dit qu’il revenait de Périgueux, mais ne rentrait-il pas de la zone occupée, de son ancien village là où se trouvent les allemands ? Pourquoi, depuis son retour, chaque soir, l’ennemi bombarde-t-il Grenay toujours à la même heure ? Et sans chercher à en savoir davantage, l’épicière dénonça les Moreau aux autorités militaires.

L’énigme pourtant restait entière les Moreau niant farouchement et la lampe trouvée chez eux n’ayant jamais fonctionné !
L’explication vint plus tard, bien plus tard, après que toute la famille eût été envoyée au bagne ;
C’est Paul Painlevé, alors ministre de la guerre, qui la révéla après coup : la lumière que l’on avait prise pour un signal était celle de la veilleuse à huile dont les Moreau, faute de pétrole, se servaient chaque soir pour aller se coucher.
Le travail à la mine était dur, les journées longues et le réveil matinal.
Pour cette raison et faute d’un éclairage suffisant, la famille se couchait peu après la tombée de la nuit. Chaque soir, pendant qu’ils gravissaient l’escalier pour monter dans leurs chambres à l’étage, cette veilleuse portée par Adèle Moreau était visible de l’extérieur. En défilant chacun à leur tour devant la veilleuse, ils provoquaient ainsi une interruption de lumière.
C’est ce qui fit croire à un signal codé, ajouta le Ministre. D’ailleurs on s’aperçut plus tard que leur maison n’était pas visible des lignes allemandes !
On s’y trompa de bonne foi à l’époque mais on s’y trompa.


Conseil de Guerre - "Ils nous interrogèrent les uns après les autres, parfois ensemble. Ce n’étaient que coups et menaces.
Ils étaient furieux de nous voir résister. Tous les jours, nous étions battus. Une fois un des policiers mit son revolver sur la tempe de ma sœur Georgette, âgée alors de 14 ans, pour la forcer à avouer au nom de toute la famille ! Mais Georgette ne dit rien. Ils s’acharnèrent surtout sur ma mère qui était accusée de porter la lanterne et qui avait dit aux petits de ne jamais dire oui. Pour eux, elle avait commis un véritable crime ! "

Ils furent jugés le soir du 10 décembre 1914 dans la classe d’une école de Sains-en-Gohelle.
"La séance a duré plusieurs heures et parmi les officiers qui nous jugeaient, certains même se sont assoupis pendant l’audience ! Nous étions devant le conseil de guerre de la 13° division d’infanterie, accusés de complicité d’espionnage et d’intelligence avec l’ennemi ! ce fut une parodie de justice."
Une seul pièce à conviction : la fameuse lampe allemande qui n’avait jamais servi.
L’accusation reposait sur la dénonciation de l’épicière et la défense était assurée par un sergent, commis d’office et qui se borna à quelques timides observations.

Adèle Moreau reprit devant ses juges son argumentation naïve : « Je vous jure que je ne sais point ce que c’est qu’un signau. Dites le moi et je vous dirai si j’en ai fait.
Louis Moreau, le père, clama son innocence et celle de tous les siens, invoquant la présence de son fils aîné au front.
Louis, le fils, soutint crânement son père et Arthur réclama qu’on l’envoie lui aussi au combat, « Afin, dit-il, que mon acte prouve mon innocence et mes sentiments de bon Français ! »

C’est dans la cave de l’école que, tard dans la nuit, les Moreau prirent connaissance du verdict :
Adèle Moreau était condamnée à mort ; son mari et Louis à 5 ans de travaux forcés au bagne. Arthur qui au cours de l’audience s’était révolté contre la mauvaise foi de ses accusateurs et les avait traités de menteurs, étaient condamnés à 5 années supplémentaires, soit 10 ans de bagne !
Georgette (14 ans) fut envoyée dans une maison de correction et les petits Raoul (six ans) et Alfred (cinq ans) confiés à l’assistance publique !
La prison de St Pol les accueillit à nouveau. Puis on les sépara, les hommes d’un côté pour le bagne, la mère de l’autre pour le poteau d’exécution.

Cette sentence injuste provoqua deux morts immédiates.
La sœur d’Adèle Moreau, Céline Lecos, devint folle à l’annonce du verdict. Elle partit au hasard, en pleine bataille et fut tuée d’une balle perdue dans une tranchée. Georges, l’aîné des Moreau, bouleversé par la nouvelle, se porta volontaire pour les missions les plus dangereuses et fut lui aussi tué peu après.
Ils ne revirent pas Adèle dont la peine fut commuée à la détention à perpétuité et internée à la prison centrale de Rennes. Minée par le chagrin, elle mourut de désespoir en 1919 seule.
Pour les deux frères, Louis et Arthur, enchaînés ils furent conduits à Paris puis à Orléans et enfin à l’île de Ré où un navire spécialisé dans le transport de forçats venait chercher deux fois par an sa cargaison humaine.

En Mai 1915, Ils reçurent une lettre d’une cousine qui disait que cette condamnation avait soulevé l’indignation des habitants du village et des camarades mineurs du père et que des démarches avaient été entreprises afin de les libérer.
A la fin du mois de Mai 1915, ils embarquèrent sur un cargo « Le Loire » pour la Guyane.
Dès leur arrivée, le directeur du pénitencier et le gouverneur de la Guyane leur dirent :
« Nous savons que vous êtes innocents, mais il vous faudra attendre la fin de la guerre pour que votre cas soit examiné, en attendant tenez vous tranquille.
Ils furent séparés – Arthur partit au pénitencier de Kourou – Louis et son père sur celui de Saint Laurent du Maroni.
Louis Moreau ne fut jamais séparé de son père, ils s’épaulèrent mutuellement pour survivre à cet enfer. La santé du père déclinait peu à peu, usé par trop d’espoirs déçus, par le chagrin et la misère.

En 1919 le directeur les appela pour leur annoncer le décès de la mère à la prison de Rennes. Louis le père ne s’en remit pas, le 10 décembre 1919, ils furent libérés, mais la loi prescrivait que tout forçat libéré devait doubler son temps en Guyane avant de pouvoir rentrer en France. Sans argent, sans travail, les libérés finissaient par retourner au pénitencier.
Louis Moreau trouva à se faire embaucher comme ouvrier de voirie au salaire de 3 francs par jour.

En 1923, un matin le père donna des signes de faiblesse et s’éteint en disant «Adèle et mes ch’tiots », il fut enterré en homme libre au cimetière civil de St Laurent du Maroni.

En Juin 1925 Louis avait achevé son temps de peine. Arthur avait terminé sa peine mais ne pouvait partir, sa condamnation excédant 8 ans, il devait rester à vie en Guyane.
C’est la mort dans l’âme que Louis revint en France seul avec la volonté de tout faire pour être réhabilité.
Il débarque le 23 Juillet 1925 et se rendit à Grenay où il fut accueilli avec joie par les habitants.
Il retrouva peu après sa sœur Georgette qui s’était mariée. Mais une joie beaucoup plus grande encore l’attendait : quelques jours à peine après son arrivée, il reçut une lettre de son frère lui annonçant qu’il avait été grâcié et qu’il pouvait revenir en France. Pour la première fois depuis 11 ans, la justice intervenait enfin en leur faveur.
Mais cette joie fut de courte durée, ils allèrent à l’assistance publique pour voir leurs 2 frères ce qui leur fut refusé car ils étaient toujours condamnés.

Le député Alfred Maës s’employa 3 ans durant à obtenir leur réhabilitation en vain et pour comble de malheur en 1926 les gendarmes vinrent chercher Arthur - qui entre temps s’était marié et avait trouvé un travail de mineur – il s’indigna en prétextant qu’il avait été gracié, mais l’armée exigeait qu’il fasse ses 3 années de service militaire !
Arthur fut expédié comme un vulgaire assassin, menottes au poing entre deux gendarmes au dépôt de Collioure, puis jeté dans les cales d’un cargo avec d’autres exclus, il fut conduit à Oran et il fut affecté à un bataillon d’Afrique, il fut gracié un an après.
Enfin le 19 janvier 1935, la cour spéciale de justice militaire entama la procédure de révision du procès de novembre 1914, et annula purement et simplement la condamnation de 1914.

Le seul souhait émis par Louis fut de retourner à St Laurent du Maroni pour se recueillir sur la tombe de son père.
Ce n’est qu’en 1967, grâce à la solidarité des associations, de la population, de la municipalité de Bully-les-Mines et de son maire Jean Mallet qu’une somme de 5.000 frs est récoltée pour que les frères Moreau puissent s’envoler le 16 Mars 1967 pour la Guyane, en pèlerinage avec l’espoir de se recueillir sur la tombe de leur père, ce souhait ne se réalisera pas car, passé un délai de 5 ans les tombes qui n’ont pas de concession à perpétuité sont supprimées.
La promesse faite a été tenue, ils rentrèrent chez eux ayant pu réaliser la seule chose qui leur tenait à cœur.


http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/Pagesvecuesrecitstemoignages/Civils/soupconnee-tragedie-famille-sujet_306_1.htm

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 66
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   Lun 29 Juil 2013 - 11:07

Je ne comprends pas, car Moreau a bien une sépulture que j'ai saluée (et photographiée)

Se pourrait-il que ce soit un monument ajouté longtemps après?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1236
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   Lun 29 Juil 2013 - 14:15

Petite question : qu'est-il advenu de l'épicière ?

Cette idiote (et je pèse VRAIMENT mes mots) a-t-elle au moins reçu un châtiment moral - mépris du village, ruine de son commerce - pour sa dénonciation sans fondement ?

Décidément, de tous les crimes, la stupidité est décidément le pire !

Mort aux cons.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 66
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   Lun 29 Juil 2013 - 14:49

Citation :
Petite question : qu'est-il advenu de l'épicière ?

Elle est coupable de connerie incommensurable, c'est à la fois beaucoup et peu.

Posons-nous aussi et surtout la question* de savoir ce que sont devenus ces braves officiers du conseil de guerre, qui étaient tous des gens instruits, posés, étant sans doute passés par Saint-Cyr. Eux n'avaient pas l'excuse de l'ignorance s'ils avaient celle de la connerie méchante, telle "le témoin"

* Mais on connaît la réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Louis Moreau parle   Dim 12 Jan 2014 - 23:44

Archives de la Radio Télévision Suisse :
Entretien de l'ex bagnard Louis Moreau avec le journaliste Jacques Bofford, le 17 mars 1967, avant le départ pour le « pélerinage » en Guyane. Durée 14mn 43.
http://www.rts.ch/archives/radio/divers/emission-sans-nom/3945397-15-ans-de-bagne-17-03-1967.html




Document : PhotBully
Lire l'article du journal L'Avenir de l'Artois

http://bethune.lavenirdelartois.fr/actualite/Pays_d_Artois/PaysdeBully/2013/01/07/article_soupconnes_a_tort_d_espionnage.shtml


Dernière édition par mercattore le Lun 13 Jan 2014 - 9:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   Lun 13 Jan 2014 - 8:53

Terrible témoignage!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis et Arthur Moreau, bagnards - histoire d'une innocence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire vraie de Louis-Dominique Cartouche - 1721
» Une exécution capitale à Saint-Louis - Sénégal
» A quoi tiennent les grandes décisions..P'tit Louis Sarko pauvre Bourcier?
» Histoire de mieux connaître Barroso...
» Louis POIDEVIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: