La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5672
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Inhumation de Gorguloff   Sam 6 Oct 2012 - 15:25








Cette photo a été prise lors de l’inhumation de Gorguloff au carré des suppliciés du cimetière d’Ivry.

Mille mercis à Marie-Christine Pénin, webmaster de l’extraordinaire site ‘’Tombes-sepultures.com’’ qui m’a fait parvenir ces images et m'aimablement m’accordé l’autorisation de les reproduire sur le forum.


http://www.tombes-sepultures.com/crbst_4.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5672
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Paul Doumer - Président de la République   Ven 26 Oct 2012 - 14:56


Paul Doumer - Président de la République







Paul Doumer - caricature


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Mer 28 Nov 2012 - 16:09

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8209408/f1.zoom

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8209408/f2.zoom



Autre version de l'execution du journal "le populaire"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
multicoupe
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 37
Age : 59
Localisation : METZ
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: Paul gorguloff   Dim 3 Nov 2013 - 13:40

Arrestation, interrogatoire et procès de Paul GORGULOFF.
A l'époque les photographes de presse étaient partout et racontaient des histoires;
A mon avis très belles photos.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5672
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Dim 3 Nov 2013 - 14:14

Félicitations pour ces images, Multicoupe !  

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Dim 17 Nov 2013 - 14:22

Deuxième partie de l'article du journaliste Marcel Montaron intitulé Le carré des suppliciés, paru dans le magazine Détective. Voir la première partie de l'article concernant l'inhumation de Gorguloff  : http://guillotine.cultureforum.net/t1693p15-inhumation-des-supplicies-au-cimetiere-d-ivry?highlight=iVry

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °
Le fourgon noir, son panier et son escorte sont repartis. Les spectateurs de la sinistre cérémonie quittent à grand pas le cimetière. Et le mouvement de la rue les absorbe si vite, que la vision  de l'assassin de l'illustre vieillard s'efface dans la grisaille de cette longue avenue de banlieue, toute entière soumise à la loi du travail.

Pour moi, je vois encore le cou déchiqueté du supplicié et j'entends encore monter, devant l'échafaud, ses dernières paroles chantantes comme une plainte d'agonie :
Russie… Sainte Russie !

Au bord de la mort Gorguloff, n'avait point changé son visage de fou mystique. S'il fut un simulateur, il faut avouer qu'il a joué ce rôle jusqu'à cette suprême minutie où nul ne songe plus à tromper.
Pour ceux qui le veillèrent jusqu'au matin de l'expiation, Gorguloff laissera surtout le souvenir d'une extraordinaire absence d'angoisse.
Depuis son retour à la Santé, depuis le 27 juillet, il menait une existence apparemment normale. Il mangeait bien. On ne lui ménageait pas la nourriture. Viande à tous les repas. Double ration de vin et de légumes. Un quart de vin au déjeuner comme au dîner.
Et ceux qui l'observaient à travers le judas de sa cellule, toujours éclairée, pouvaient remarquer qu'il dormait bien.
Nulle gène apparente, nul trouble extérieur dans le sommeil de cet homme condamné à mourir. Nulle plainte non plus.

Il avait, comme tous les condamnés à mort, les pieds entravés par des chaînes, et on ne lui détachait les mains que pour lui permettre de manger. Il ne se plaignait jamais. Il semblait atteint d'une sorte d'anesthésie physique qui lui faisait oublier la meurtrissure des chaînes et des menottes. Et c'est sans un mot de révolte qu'il descendait le matin, ainsi entravé, à la sinistre promenade dans la cuve des morts-vivants. Mais il écrivait avec ardeur. Le besoin d'écrire est fréquent chez les condamnés à mort. Il est si violent que même les illettrés l'éprouvent. Chez Gorguloff, cela devint une sorte de passion. On peut même dire que les feuillets qu'il a rédigés pendant les cinquante jours qui ont procédé son exécution formeraient, reliés, un véritable volume.

Il écrivait à tout le monde : à Maîtres Henri Géraud et Marcel Roger, ses avocats. Au docteur Legrain, qui soutint à la barre la thèse de la défense. Au procureur général qui réclama sa tête. Aux directeurs de plusieurs journaux parisiens. Et même au roi d'Angleterre, à qui il faisait part de ses conceptions en matière de régime politique. Lettres incohérentes, contradictoires, reconnaissantes ou furieuses, reprochant aux mêmes personnes de l'avoir défendu à la barre des Assises et d'avoir déshonoré son idée.

Car il ne cessait de parler de sa fameuse idée. Ce n'était moins d'ailleurs une idée politique, comme au début, qu'une idée mystique, qu'un culte, dont il était à la fois le prophète et le propagandiste. Voilà ce qui le hantait désormais. Plus de vingt fois il s'était mis à écrire son testament, de sa grosse écriture d'écolier appliqué, qu'il encadrait parfois d'étranges ornements, de signes de musique et de croix entourées guirlande…
Lorsque ce testament, cet sorte d'évangile nouveau qu'il voulait, avant de mourir, offrir au monde, fut terminé, il en éprouva une grande joie et ne songea plus qu'à convertir à son culte ceux qui le visitaient.

Pitoyable, sa malheureuse femme venaient lui rendre visite chaque mardi. On l'amenait dans le parloir des condamnés à mort, une sorte de double cage, séparée en deux par une grille de fer, et derrière laquelle apparaissait bientôt entre deux gardiens et un brigadier, l'homme enchaîné promis au bourreau. Gorguloff écoutait avec indifférence sa femme parler de sa prochaine grossesse, de l'enfant qui allait naître. Extasié, il ne savait que répondre :
Je fais chaque jour de nouveaux disciples. Tu verras, tu te convertiras, toi aussi, à mon évangile. Maintenant je peux mourir. Pourquoi ne suis-je pas enfin guillotiné ? Qu'attend-on ?

Or, un jour, comme Me Henri Géraud, qui ne cessait, lui aussi, avec Me Marcel Roger, de lui rendre visite, lui demandait :
— Mais enfin, quels sont les disciples dont vous parlez constamment ?
Mais, mon cher maître, c'est vous, c'est Me Marcel Roger, ce sont mes gardiens, et c'est surtout la petite hirondelle qui passe chaque jour devant les vitres de ma cellule… Tenez, écoutez, mon cher maître…
Et Gorguloff relisait de sa voix chantante les neuf commandements de son évangile :

« Amis, aimez chaque fleur, chaque être car c'est la nature. Ne tuez rien qui soit vivant et qui ne veut pas vous tuer de même. Mais défendez vous contre chaque ennemi qui vous attaque. Car l'attaque et la défense c'est la loi de la nature. Amen ! »
Il lisait aussi les grandes fêtes naturistes prévues par son calendrier vert :
« Fête des fleurs, fête de la moisson, fête de la vigne, fête des oiseaux du monde où des processions religieuses partiront pour donner à manger aux oiseaux sauvages. Du 22 janvier au 22 mai, enfin, grand carême de la vie où il est absolument défendu de tuer tout ce qui est vivant… »

Maître Géraud écoutait, rêveur, les divagations de Gorguloff et songeait qu'il avait tué précisément le chef de l'État en plein mois de mai.
Ainsi Gorguloff, s'enfermant dans son rêve mystique et délirant attendant cinquante jours l'heure de l'expiation dans sa cellule de mort-vivant.
— Ca va, Gorguloff , lui demandait son gardien.
Ca va répondait-il, j'ai encore fait un disciple.
— Ah ! et qui ?
Le Directeur de la prison.

Gorguloff dormait profondément lorsque le verrou de sa cellule fut tiré de sa gaine. Trois gardiens entourèrent le lit. Le gardien-chef se pencha sur l'homme et lui toucha l'épaule :
— Gorguloff, réveillez-vous, nous avons quelque chose à vous dire.
Le condamné ouvrit tout grand ses yeux, s'assit sur son lit et compris. L'avocat général Gaudel était là et lui faisait connaître que l'heure du châtiment était arrivée.
Tout s'était passé dans un calme impressionnant. Et pourtant, si feutrés que fussent les pas dans le long couloir de la septième division de la haute surveillance, des coups de poing retentirent derrière l'une des portes verrouillées. Une voix s'éleva. Celle d'un autre condamné à mort. Lanio, l'assassin de l'agent Verjus. Peu d'hommes, comme ceux qui sont promis au couperet du bourreau, savent épier les bruits de la prison et les déchiffrer un par un…
— Qu'est-ce qu'il y a ?, cria Lanio, la sueur au front.
Un gardien courut  à son judas :
— Couche toi . Ce n'est rien. Quelqu'un de malade.
— Je parie que c'est Gorguloff, répliqua Lanio.
Gorguloff , qu'on aidait à s'habiller, n'avait pas encore prononcé un mot. On lui tendit la chemise de soie qu'il portait les premiers jours de détention. Et c'est machinalement qu'il enfila son veston. Cela avait duré, montre en main, vingt-deux minutes.

Puis ce fut, dans la chapelle improvisée des condamnés à mort, la brève cérémonie religieuse. Pour ne pas prolonger les affres du pénitent, le pope Gillet avait décidé de lui donner la communion sous les deux espèces. Gorguloff s'agenouilla devant le pope, dont la pâleur accentuait la longue barbe noire, taillée en pointe. Mais il ne répondit pas longtemps aux pieuses invocations du prêtre. Et rien n'était plus dramatiques que les chantantes litanies entrecoupées des véhéments propos du condamné :
On n'a pas écouté mon idée. L'Europe court à sa perte. Je suis la victime des anarchistes et des communistes.
— Amen, psalmodiait le père.
Il y avait là, sur un escabeau, un flacon de rhum et deux cigarettes.
Gorguloff refusa les cigarettes et avala le verre de rhum qu'on lui tendait. — un verre de rhum grand comme un verre de cuisine.
Puis il tomba dans une sorte de torpeur dont il ne devait plus se départir, comme si le rhum, tel un bienfaisant poison, eût soudain supprimé sa conscience et sa douleur.

Presque tous les condamnés à mort se plaignent, au moment de la toilette, quand, leur veste tombée, les aides de Deibler leurs ligottent  les bras dans le dos.
— Attention ! vous me serrez trop ! disent-ils.
Gorguloff, insensible à tout, n'éleva aucune protestation. Ces lèvres remuaient à peine et c'est comme un chant plaintif qui sortait maintenant de la bouche de l'homme qui allait mourir.
A l'intérieur du fourgon qui, lentement, interminablement, roule vers le boulevard Arago, Me Henri Géraud a posé sa main sur l'épaule du condamné.
Rien de plus tragique que ce dernier tête à tête dans la lueur tremblante de la lampe tempête qui éclaire, dans la sombre guimbarde, le visage livide de l'homme qui a tué et que l'on va tuer.

On a épuisé les dernières paroles de réconfort. Et chaque tour de roue vous rapproche de l'échafaud.
— Gorguloff, je vais voir votre femme tout à l'heure, votre femme qui m'a chargé de vous embrasser. Que dois-je lui dire ?
Je veux que mon enfant fasse, si cela se peut, un médecin, et qu'il soit élevé dans la haine du bolchevisme.
Le fourgon a stoppé. Déjà les aides soulèvent le colosse pour lui faire descendre les marches de la voiture, et l'un deux s'apprête à lui envoyer, en pleine poitrine,  le coups de poing qui oblige le condamné à tomber en avant sur la bascule fatale.

Je suis retourné au carré des suppliciés. Cinq jours s'étaient écoulés. Il ne restait aucune trace de la tombe de Gorguloff. Mais j'ai revu le même fourgon funèbre, les mêmes gardes à cheval, les mêmes fossoyeurs, et il s'en fallut de peu pour que la fosse, qui avait reçu le corps du régicide, servit à inhumer, ce matin-là, Lanio, le tueur d'agent.

Marcel Montaron.
Revenir en haut Aller en bas
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Dim 17 Nov 2013 - 18:08

Citation :
Déjà les aides soulèvent le colosse pour lui faire descendre les marches de la voiture, et l'un deux s'apprête à lui envoyer, en pleine poitrine,  le coup de poing qui oblige le condamné à tomber en avant sur la bascule fatale.
C'est la 1ère fois que j'entends parler de ce coup de poing. scratch

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Gorguloff se fait boxer...   Dim 17 Nov 2013 - 18:36

CARNIFEX a écrit:
Citation :
Déjà les aides soulèvent le colosse pour lui faire descendre les marches de la voiture, et l'un deux s'apprête à lui envoyer, en pleine poitrine,  le coup de poing qui oblige le condamné à tomber en avant sur la bascule fatale.
C'est la 1ère fois que j'entends parler de ce coup de poing. scratch
Bonjour à toute l'équipe !!!
Ai du mal à comprendre : En donnant à quelqu'un - Gorguloff ou pas Gorguloff -  un coup de poing en pleine poitrine, on le fait théoriquement tomber sur le dos...comment peut-il alors tomber en avant sur la bascule du Grand Anatole ?
Lumières seraient bienvenues Idea 
Bonne soirée !
P.S.: Un grand merci à Mercattore pour ses récits palpitants...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Dim 17 Nov 2013 - 20:14

Salut Pierrepoint,  

Froid dans la Manche ? sunny                                                                                                                      
Il est évident que Montaron " inclut le dos dans le mot poitrine.
Effectivement il aurait été préférable qu'il écrive dos.
Revenir en haut Aller en bas
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2445
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Mer 10 Sep 2014 - 18:31

http://www.paris-a-nu.fr/lassassinat-du-president-de-la-republique-paul-doumer/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mitchou34
Bourreau de village


Nombre de messages : 82
Age : 61
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: L'arme de Gorguloff   Jeu 11 Sep 2014 - 15:52

J'ai pu voir il y a quelques années,au Musée de la Préfecture de Police à Paris, l'arme et la balle qui a tuée le Président Doumer ainsi que le livre que feuilletait ce dernier au moment de son assassinat par Gorguloff.Des objets particulièrement émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5672
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Jeu 11 Sep 2014 - 23:11

Bonsoir mitchou34,

J'ai posté sur ce fil des photos du révolver et des balles le 22 juillet 2011.
En voici une autre :




L’arme du crime utilisée par Gorguloff pour abattre le président Doumer le 6 mai 1932 :
un revolver Browning S 15 cm, Herstal, Belgique, ce qui se fait alors de mieux et qu’il
n’aurait pas pu se procurer seul.

Cliché Amaury Lorin, avec l’aimable autorisation d’Isabelle Astruc, conservateur.
Musée de la Préfecture de police, Paris.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 539
Age : 56
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Ven 12 Sep 2014 - 2:21


Juste pour clarifier :

Pistolet automatique FN Modèle 1910.
Fabriqué en deux calibres; 7,65 mm et 9 mm.
La même pistolet a commencé la Première Guerre Mondiale, pendant l'attaque des archiducs d'Autriche, dans Sarajevo 1914
et qui est, généralement, attribué à tort à un FN 1900.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mitchou34
Bourreau de village


Nombre de messages : 82
Age : 61
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: Gorguloff (suite)   Ven 12 Sep 2014 - 8:39

Merci Adelayde.

Je me demande encore comment j'ai pu zapper les documents photographiques que vous aviez posté en juillet 2011?Une agréable piqure de rappel!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5672
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Ven 12 Sep 2014 - 10:36

Pas de souci, mitchou34 : le forum est si vaste et si riche en infos qu''il arrive qu'on en zappe quelques unes     queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 590
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Mer 24 Sep 2014 - 19:13

Article de l'Ouest-Eclair du jeudi 15 septembre 1932.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2445
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Jeu 23 Oct 2014 - 22:50

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
multicoupe
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 37
Age : 59
Localisation : METZ
Date d'inscription : 17/10/2010

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Ven 24 Oct 2014 - 12:35

Il ne restait que cela à faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Jeu 29 Jan 2015 - 22:56

Hebdomadaire L’œil de Paris (tous les samedis). 1932 (date précise du journal non identifiable).
Source : gallica.bnf.fr

AU PETIT JOUR, BOULEVARDD ARAGO...

Pour tuer un homme, condamné par un jury, et reconnu responsable par une partie des médecins spécialistes, est-il vraiment besoin de ce décor de Grand-Guignol, et de cette mise en scène pour films allemands d'épouvante ?
Une innovation, pourtant, à l'exécution de Gorguloff : la grande foule, cette fois, a été refoulée à quelques centaines de mètres, et il faut rendre cette justice au service d'ordre que, même pour les gens du monde en tenue, il s'est montré plus strict que celui des Assises.

Autour de la guillotine, en cette nuit de mardi à mercredi, peu de curieux, en somme. Magistrats, journalistes, policiers, militaires : presque tous étaient là en service commandé, et l'on ne vit pas se renouveler les scènes indescriptibles qui suivirent la décollation de Gaucher (Gauchet) — des amateurs d'émotions fortes rompant les barrages d'agents pour venir tremper leurs mouchoirs, dans les flaques... Souvenirs !

Dans un silence de guet-apens, la machine de Deibler se dresse. L'un des aides a conservé, au coin de la bouche, un bout de cigarette que, correct, il ne rallume pas. En casquette, vareuse bleue de menuisier, ces muets travailleurs déçoivent par la banalité de leurs silhouettes. Une sorte de contremaître est en kaki, avec un béret basque. C'est lui qui, tout à l'heure, se hissera sur une échelle pour fixer au sommet la poulie du couperet.
— Drôle de métier, tout de même, confie un jeune garde...

A l'arrivée de Deibler — chapeau melon sur le sourcil, et barbiche blanche — un chuchotement parcourra le premier rang des spectateurs accoudés à la barrière :
—  Comme il a l’air d'un bourgeois !
Cependant que, d'un mouvement familier, il enfonce volontiers ses mains dans ses poches, et qu’en s’en retournant à la prison pour prendre livraison du « client », il fera jaillir, pour fumer, l'éclair d'une flamme de briquet...

Le jour ne se lèvera-t-il donc pas ? Depuis longtemps, tout est prêt. Les hommes du bourreau ont emporté leurs falots, et à peine discerne-t-on, à quelques mètres, les casques des cavaliers somnolant sur le rebord du trottoir. Comme c'est long... L'autre, là-bas, doit avoir déjà la nuque tondue. Quelque chose s'appesantit sur les estomacs.
— Un coup de rhum ? offre notre confrère De Nys en tirant une fiole de sa poche.
— Pas de refus, approuve Pierre Bénard.

Une masse sombre, qui monte, avec des points rouges : les gardiens de la Santé, la pipe aux dents, arrivent à leur tour au spectacle…….
— Vous l'avez vu ? Comment est-il  ?
— Ça va plutôt mal. C'est « son idée » qui le tracasse. Il ne parle que de ça. Et puis, il est costaud le gars. Il va falloir serrer les noeuds...
— A ce que tu en penses, il est fou ?
— Comment veux-tu reconnaître ça ? C'est un exalté, si tu veux. A moi, il ne s'est jamais plaint.
— Les voilà...
Non, on ne devrait pas entendre le fourgon... A qui fera-t-on croire que ce véhicule de cauchemar, sordide, cahoteux, traîné au pas par deux rosses boiteuses, avec Deibler aux guides et deux aides sur les brancards, les jambes pendantes, ne saurait être remplacé par rien d'autre ?

Et puis, il y a la porte qui s'ouvre mal, Me Géraud qui, d'un soulier incertain, cherche le marchepied, le pope qui trébuche... Et derrière eux, les dépassant de la tête et se découpant, livide, au clignotement d'un quinquet, Gorguloff hagard, qui attend, les poignets au dos et la chemise échancrée... Des secondes qui s'écoulent. Un remous. Une sorte de bousculade. Les becs électriques qui s'éteignent soudain. Des secondes, encore... Puis un coup sourd, comme un piston de locomotive.

Brusquement le boulevard Arago s'éclaire sur une débandade de gens. Des reporters américains s'interpellent. Des moteurs ronflent. Des chevaux galopent. Autour des aides qui, posément, ont ôté leurs vestons noirs pour remettre leurs " bleus », agents et gardiens de la Santé s'attardent en connaisseurs :
— Il y a moins de sang que pour l'Arabe (1), fait un habitué.
— Il a pourtant été dur, celui-là. J'ai vu le gros là devant, avec la moustache, le tirer par les oreilles quand il était dans la lunette.
— Un fou, je dis, moi. Je l'ai eu à la promenade.
— Un fou, sans blague ? Ils l'auraient gracié.
— Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'il ne sera pas du déjeuner de la présidence, ce midi à Rambouillet.
— Un banquet à Rambouillet, aujourd'hui ? Qu'est-ce que tu peux raconter comme bobards !

Ses derniers jours

Les derniers jours du condamné furent marqués par des soucis d'ordre vestimentaire. Ce fou mystique prêchait, on le sait, l'Evangile Vert. Pour dire sa messe, il lui fallait donc selon lui une soutane verte… Il réclama heure par heure sa soutane verte à l'administration pénitentiaire. Et bien qu'il soit d'usage de ne rien refuser à celui qui va mourir, on dut faire une infraction à la règle...puisque c'est la première fois qu'on allait guillotiner un fou.

Article non igné.

(1) Mohamed ben Driss, exécuté le 15-10-1931.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5672
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   Dim 5 Avr 2015 - 20:53



L'exécution de Gorguloff : la rue de la Santé avant l'exécution

Photographie de presse / Agence Mondial

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Paul Gorguloff assassine Paul Doumer - 1932
» Charlotte Corday assassine Jean-Paul Marat - 1793
» De Paul A. Forex Portfolio à Paul A. Forex Consulting
» Paul Irniger
» L’assassinat de Monsieur Guillotin - le crime du Quai Paul-Bert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: