La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécutions en Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 14 Fév 2009 - 21:29

Boisdejustice, bonsoir ! Et salut à toute l'équipe !
En ce qui concerne Gorguloff, il fut expédié par " Deibler jeune", ainsi nommé au début du siècle pour le différencier de son père et prédécesseur...Il est vrai qu'en 1932, Anatole n'était plus tout jeune, sauf le respect que nous lui devons post mortem Laughing
Bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 14 Fév 2009 - 21:46

Boisdejustice,
Sois rassuré je ne suis pas un débutant en matière de recherches historiques, j'ai même une belle et longue expérience dans ce domaine. Donc, en ce qui concerne les sources, je pense être capable de distinguer celles qui sont fiables de celles qui ne le sont pas.
J'en profite pour rappeler qu'il ne faut pas utiliser exclusivement internet pour faire de bonnes recherches. Tant de documents restent encore à trouver au fond des bibliothèques, des archives, et dans la mémoire des hommes. Internet véhicule souvent beaucoup de grosses bêtises.

Enfin, puisque nous parlons d'exécutions sensationnelles, quelqu’un a-t-il déjà évoqué sur ce forum celle d’Emile Henry, le 21 ou 22 mai 1894…. ? Ce jour là, Deibler à guillotiné un mort !
S’il y a des amateurs, on pourra en parler sur un autre topic car j'aimerais que l'on réserve celui-ci à la guillotine en Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 14 Fév 2009 - 22:02

Plusieurs episodes d'executions semi-ratees dont la derniere de Roch et une de Berger en Tunisie sont dus au mecanisme inverse et la lunette qui doit absolument etre fermee avant qu'on declenche le couperet.

J'ai vu la photo de l'execution d'Areski et de ses 7 complices. Ainsi que celle d'ou j'ai extrait la guillotine 1868 dans le lien ci-dessus. (Execution en Tunisie?) elle semble etre prise au meme endroit que la troisieme photo ci-dessous mais peut-etre pas lors de la meme execution? On voit des zouaves sur la photo en question alors qu'il n'y en a pas dans la photo ci-dessous.

Mais il y a aussi une serie de deux photos et une autre photo, deux executions differentes, dont je connais l'existence (voir ci-dessous) sans avoir pu me procurer des copies haute resolution. Les connaissiez vous? Avez vous une idee de quelles executions il s'agit? Et enfin comment se procurer des copies haute resolution?





Dernière édition par Boisdejustice le Sam 14 Fév 2009 - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 14 Fév 2009 - 22:18

La plupart des erreurs que je trouve sont dans des livres de bonne reputation comme l'ouvrage de Delarue et celui de Foucart...

L'histoire de l'execution Lefevre provient elle d'un magazine douteux (Le Crapouillot) mais a ete reprise par au moins deux auteurs dans leurs livres et maintenant c'est un fait "etabli" que cette execution fut ratee.

C'est pourquoi je suis tres mefiant. Les executions ratees, c'est le sujet favori des fabriquants de mensonges sur le sujet de la guillotine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 14 Fév 2009 - 22:29

J’avais déjà vu une de ces photos. Elles paraissent en effet avoir été prises en Algérie ou en Tunisie. On reconnait (sur celle du bas, à gauche de la guillotine) l’exécuteur Pierre Lapeyre (celui qui porte une barbe noire et un chapeau). Je ne suis pas certain des lieux. Sans garantie je pense que l’une de ces exécutions concerne Mohamed el Mecheri ben Adjeb, à Tunis, le 12 janvier 1900, à 6h10. A cette occasion, la guillotine a été dressée en dehors de la porte Bab-Saâdoum, sur la place que forme le carrefour des quatre routes qui aboutissent à cette entrée de la vieille ville arabe. Les aides étaient Saunal et Roch.
C’est un épisode que je dois évoquer dans un prochain article.


Dernière édition par Jourdan coupe tête le Dim 1 Mar 2009 - 13:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 14 Fév 2009 - 22:33

Boisdejustice a écrit:
La plupart des erreurs que je trouve sont dans des livres de bonne reputation comme l'ouvrage de Delarue et celui de Foucart...

L'histoire de l'execution Lefevre provient elle d'un magazine douteux (Le Crapouillot) mais a ete reprise par au moins deux auteurs dans leurs livres et maintenant c'est un fait "etabli" que cette execution fut ratee.

C'est pourquoi je suis tres mefiant. Les executions ratees, c'est le sujet favori des fabriquants de mensonges sur le sujet de la guillotine.

And don't forgot each guillotine execution(dramatic,bloody,spectacular) was an excellent greedy morsel for XIX century tabloids.
The tabloids are never 100% credible source of information.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 15 Fév 2009 - 18:47

Jourdan coupe tête a écrit:
Boisdejustice,
Sois rassuré je ne suis pas un débutant en matière de recherches historiques, j'ai même une belle et longue expérience dans ce domaine. Donc, en ce qui concerne les sources, je pense être capable de distinguer celles qui sont fiables de celles qui ne le sont pas.
J'en profite pour rappeler qu'il ne faut pas utiliser exclusivement internet pour faire de bonnes recherches. Tant de documents restent encore à trouver au fond des bibliothèques, des archives, et dans la mémoire des hommes. Internet véhicule souvent beaucoup de grosses bêtises.

Enfin, puisque nous parlons d'exécutions sensationnelles, quelqu’un a-t-il déjà évoqué sur ce forum celle d’Emile Henry, le 21 ou 22 mai 1894…. ? Ce jour là, Deibler à guillotiné un mort !
S’il y a des amateurs, on pourra en parler sur un autre topic car j'aimerais que l'on réserve celui-ci à la guillotine en Algérie.
Bonsoir, Jourdan !
SVP, ouvrez le topic de l'exécution d' Emile Henry ! Ai quelques infos livresques à ce sujet.Ai effectivement lu que E. Henry avait été guillotiné sinon mort, du moins inconscient, et qu'une autopsie aurait confirmé ce fait .
Au plaisir de vous lire.
Bien cordialement et bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Mar 17 Fév 2009 - 19:31

Dans son ouvrage La vie arabe, publié en 1856, Félix Mornand raconte dans quelles circonstances il a découvert et pu observer la première guillotine destinée à l’Algérie. Témoignage riche d’informations. Aucune indication n’est donnée quant à l’année où cette machine fut construite. Probablement en 1842.

« Il y a déjà des années, ayant alors l'honneur d'être attaché à la Direction des Affaires d'Afrique, je reçus, avec plusieurs de mes collègues, l'invitation d'assister à une expérience — administrative, — si l'on veut, mais sans précédent, à coup sûr, dans les fastes bureaucratiques. Il s'agissait de pourvoir l'Algérie d'une de ces machines expéditives qu'inventa un médecin philanthrope, et qui, en simplifiant le rôle du bourreau, abrègent celui du patient. La colonie avait semblé mûre pour cet emblème et ce produit d'une civilisation parfaite : en conséquence, et puisqu'il faut l'appeler par son nom, on avait commandé une guillotine à M. Henri Sanson, deuxième du nom, fils du célèbre, et remplissant alors lui-même les fonctions d'exécuteur, c'est-à-dire, et pour employer sa doucereuse périphrase, de constructeur, — entrepreneur des bois de justice.
La machine faite, il restait à s'entendre avec le fournisseur sur le mode de livraison, à s'assurer qu'elle était bien et dûment conditionnée, solidement constituée et en mesure de fournir un bon et durable service, ces sortes d'ouvrages ne pouvant souffrir la médiocrité, par des raisons que le lecteur me dispensera de déduire.
La machine nous attendait toute montée, dans l'atelier de M. Sanson, situé au bord du Canal *, prés de l'entrepôt des douanes, et ses deux bras (nommés jumelles en style du métier), se dressant au-dessus du mur de l'enclos, avaient attiré devant la porte de l'atelier une grande foule qu'il nous fallut fendre, et qui, en nous voyant passer, se demandait avec stupeur ce qu'allaient chercher là des gens de mine honnête, et lequel de ces beaux messieurs allait se faire guillotiner clandestinement. Nous fûmes reçus très-poliment par le propriétaire du lieu, - dans son salon de réception, - c'est-à-dire sur l'échafaud. M. Sanson, homme de manières convenables et d'une figure douce, était entouré de plusieurs gentlemen des plus distingués par leur mise : c'étaient ses aides, mal à propos nommés valets par le vulgaire, et plus injustement encore flétris d'un dicton fort connu; car je déclare avoir trouvé chez ces messieurs une parfaite urbanité et des empressements courtois, dont je ne doute pas qu'ils ne fassent profiter les criminels temporairement confiés à leurs soins. L'un d'eux nous fit même observer avec une suavité de sourire et un à-propos remarquables « qu'il était bon d'avoir des amis partout; » car, «dans la vie, ajouta-t-il, qui sait ce qui peut arriver ? »
Je reviens à l'invention de Guillotin. M. Sanson nous fit observer curieusement chaque détail de la machine, et les jumelles, et les poteaux, et la bascule, et le couteau, chef-d'œuvre de serrurerie, masse effroyable de plus de trente kilogrammes, acquérant par la vitesse de sa chute, en vertu de la loi du carré des distances, un poids presque incalculable. Tout était bien établi, bien soigneusement peint en rouge, pour que le sang n'y parût pas, comme sur la pourpre, et surtout, ce qui est l'essentiel, construit en vieux chêne, en chêne de vingt ans, dont MM. de Paris ont toujours ample provision chez eux pour les occasions semblables. Le chêne nouveau joue, comme tout ce qui est jeune, et c'est non-seulement un défaut capital, mais il est arrivé fort souvent que d'horribles tragédies s'en sont suivies. A telles constructions il faut donc de vieux chêne pour matériaux. […]
Cette expertise faite, il restait une dernière et plus décisive épreuve, celle du fonctionnement de la machine même. Il y a pour cela des épreuves pratiques et consacrées par l'habitude. D'abord on introduit dans le fatal guichet des bottes de paille très-serrées, présentant à peu près le volume d'usage. Si elles sont coupées nettement, on peut être certain que... Puis, si l'on veut pousser plus loin l'expérience (ce qui eut lieu en notre honneur), on présente au biseau homicide un malheureux mouton vivant, innocent des crimes humains, un agneau sans tache, dont le col, garni d'une épaisse toison, n'en est pas moins tranché avec une précision effrayante par le fer tombant comme la foudre, et comme elle grondant avec un bruit sinistre, qu'une fois perçu, l'oreille, fût-ce au bout d'un siècle, discernerait entre dix mille.
Ce simulacre de tragédie, cette répétition d'une pièce dont l'acteur principal ne joue jamais qu'une fois, ne laissèrent pas de nous causer certain petit frisson à tous. La machine, vue et approuvée, fut expédiée pour Alger. »

* Les bois de justice étaient conservés, vers cette époque, dans une remise située près du canal Saint-Martin. Par la suite, Sanson a installé la guillotine dans une autre remise sise au 83 de la rue du faubourg Saint-Jacques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Mer 25 Fév 2009 - 19:46

Corrections et mise à jour de la notice biographique d’Adolphe Deville

Adolphe Désiré Deville
Né le 4 juillet 1832 à Chartres
Fils de François-Eloi Deville, exécuteur de Chartres, et d'Anne-Victoire Desfourneaux

Nommé exécuteur adjoint, à Alger, le 24 août 1853
Nommé adjoint de 2e classe, à Paris, le 4 juillet 1879
Nommé adjoint de 1ère classe le 21 décembre 1888
Démissionne le 28 janvier 1909

Aussi bien à Alger qu’à Paris, il travaillait quelquefois chez lui à la réparation de chaussures.

Marié à Alger, le 5 août 1854, avec Jeanne-Louise-Adèle-Besson (née à Abbemans (Doubs) le 26 avril 1835) fille de Barthelemy Besson et de Jeanne-Séraphine Cancy, marchands colporteurs.
Dont trois fils, nés à Alger : Henri-François (né et décédé en 1855), Henri (né en 1856) et Emile-Adolphe (né en 1858 et mort jeune).

Un rapport de police indique que l’épouse d’Adolphe Deville lui fut infidèle, qu’elle eut plusieurs amants et quitta le domicile conjugal vers 1865. En 1906 elle habitait Marseille.

Deville eut, de son côté, une maîtresse, Elisa Schwartz, née en Alsace vers 1840 et décédée à Alger vers 1875. Ils vécurent maritalement au 41 rue Médée, à Alger.
De cette union sont nés deux enfants non reconnus : Emilie (née vers 1867. Etablie en Crimée, vers 1906, où elle était domestique) et Emile Adolphe (né à Alger le 14 décembre 1868. Marchand de parapluies ambulant vers 1906 et domicilié en banlieue)

Il eut une nouvelle maîtresse, Philomène-Antoinette Bricci (née à Alger le 16 janvier 1845), qu’il ramena à Paris en 1879, lorsqu’il y fut nommé adjoint de seconde classe. Ils se marièrent à la mairie du 17e arrondissement, le 25 septembre 1900 (ou 1906). Il avait aussi recueilli les deux enfants d’Elisa Schwartz qui l’accompagnèrent en France.

Adolphe Deville a successivement été domicilié à Alger : 65 rue de la Casbah, 1 rue Sidi Ferruch, 5 rue Lalahousse et 41 rue Médée. A Paris a habité, de 1888 à 1909, 11 rue Belidor, dans le 17ème.

Dans un rapport du 21 mai 1906, sur la situation de ses adjoints, Deibler indique à son propos : « Vu son grand âge ses facultés intellectuelles se trouvent insuffisantes pour accomplir ses fonctions avec promptitude et sang froid. Au point de vue physique, étant assez bien conservé pour son âge, il pourrait encore à la rigueur rendre quelques services pendant quelques temps. » En 1900 déjà, une note du ministère de la justice notait son « manque de sang froid ».

Le 28 janvier 1909, il adresse sa démission au ministère de la justice : « Je soussigné Deville Adolphe, né à Chartres le 4 juillet 1832, adjoint de 1ère classe à l’exécuteur des arrêts criminels vient par la présente adresser, vu son grand âge, sa démission d’adjoint à l’exécuteur. J’ai l’honneur d’être, monsieur le directeur, votre très humble, Deville. 11 rue Bélidor Paris XVII ».

Son fils Henri, né à Alger le 26 octobre 1856, était marchand de parapluies ambulant. En 1906, il était connu des sommiers judiciaires pour avoir été l’objet de quatre condamnations. La dernière remontait au 23 février 1886, date à laquelle il avait été condamné à un mois de prison pour mendicité. Célibataire, il habitait en banlieue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 28 Fév 2009 - 19:24

Boisdejustice a écrit:
Connais tu l'equipe complete de Valence? Louis Rogis est tres facile a reconnaitre mais les deux autres? Leopold Desfourneaux? Le photographe semble avoir dans les 40-45 ans.

Les trois aides qui assistaient Deibler à Valence (22 septembre 1909) sont : Léopold Desfourneaux, Roger-Louis Rogis et Marcel Deschamps. Ces deux derniers, déjà employés comme auxiliaires depuis 1899 (exécution de Damoiseau à Troyes), venaient d’être nommés adjoints de seconde classe par arrêté du 9 janvier 1909. Le premier en remplacement d’Alphonse Berger et le second à la place d’Edouard Desfourneaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 28 Fév 2009 - 20:40

Merci beaucoup, Jourdan. Qui a remplace Adolphe Deville qui demissionna en Janvier 1909 comme l'a indique Sywan?

Connaissez vous l'identite de ces deux aides photographies avec Anatole Deibler?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 0:33

Fin 1908, début 1909 Deibler avait constitué son équipe : Léopold Desfourneaux, Louis Rogis, Marcel Deschamps et, en raison de l’invalidité de Deville, avait proposé Jules-Henri Desfourneaux « qui a toute compétence et qui présente également à tous points de vue, les garanties nécessaires ».

Je ne suis pas tout à fait certain de l’identité des aides sur cette photo. Sans doute Desfourneaux et Marcel Deschamps. Je travaille à une petite biographie de ce dernier qui était un adjoint totalement atypique puisqu’il était également professeur, architecte, et constructeur de guillotine. Une sorte d’intellectuel fasciné par la veuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 7:22

Je ne suis pas tout à fait certain de l’identité des aides sur cette photo. Sans doute Desfourneaux et Marcel Deschamps. Je travaille à une petite biographie de ce dernier qui était un adjoint totalement atypique puisqu’il était également professeur, architecte, et constructeur de guillotine. Une sorte d’intellectuel fasciné par la veuve.[/quote]

Interesting information. Kind of Renaissance Man ? bounce
Please ,tell us a some more details about Deschamps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 9:02

Jourdan coupe tête a écrit:
Fin 1908, début 1909 Deibler avait constitué son équipe : Léopold Desfourneaux, Louis Rogis, Marcel Deschamps et, en raison de l’invalidité de Deville, avait proposé Jules-Henri Desfourneaux « qui a toute compétence et qui présente également à tous points de vue, les garanties nécessaires ».

Je ne suis pas tout à fait certain de l’identité des aides sur cette photo. Sans doute Desfourneaux et Marcel Deschamps. Je travaille à une petite biographie de ce dernier qui était un adjoint totalement atypique puisqu’il était également professeur, architecte, et constructeur de guillotine. Une sorte d’intellectuel fasciné par la veuve.
Bonjour à toute l'équipe !
Deschamps exerça jusqu'à début 1922, et suite à sa démission, fut remplacé le 4 Avril 1922 par André Obrecht.Sait-on s'il a participé à l'exécution de Landru, où Obrecht n'était que " témoin muet ", selon ses propres dires ?
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 13:10

Piotr, ce serait un réel plaisir de dialoguer avec vous mais... je ne comprends pas l'anglais !

Pierrepoint, Deschamps a donné sa démission en novembre 1921 pour prendre effet au 1er décembre suivant, il n'a donc pas participé à l'exécution de Landru.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 13:28

Je pense qu'il doit y avoir une liste des personnes sur la photo prise au marriage de Jules-Henri Desfourneaux en Avril 1909. On devrait y trouver, outre Louis Rogis, Jules-Henri, Anatole et Andre Obrecht, qui sont tous identifiables, Adolphe Deville (premier rang a gauche?), Leopold Desfourneaux et probablement Marcel Deschamps puisqu'ils se connaissaient tous tres bien et qu'il y avait un cercle tres ferme autour des executeurs.

L'homme en haut a droite dans la photo du marriage semble etre le meme qui marche a la droite de Deibler sur la photo ci-dessus, donc probablement Deschamps ou Desfourneaux. L'homme qui marche a gauche de Deibler est, a mon avis, le photographe a Valence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 13:52

Jourdan coupe tête a écrit:
Piotr, ce serait un réel plaisir de dialoguer avec vous mais... je ne comprends pas l'anglais !

Pierrepoint, Deschamps a donné sa démission en novembre 1921 pour prendre effet au 1er décembre suivant, il n'a donc pas participé à l'exécution de Landru.

Je parle le français très peu, mais dis quelque chose plus de
Deschamps:le architecte, le professeur et l'aide bourreau?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 14:03

Boisdejustice a écrit:
Merci beaucoup, Jourdan. Qui a remplace Adolphe Deville qui demissionna en Janvier 1909 comme l'a indique Sywan?

Connaissez vous l'identite de ces deux aides photographies avec Anatole Deibler?


j'avais mis cette même photo sur le post que voici, mais l'hébergeur l'a fait disparaître. La source du document mentionnait Louis Rogis et Henri Desfourneaux comme accompagnateurs de A. Deibler. Il me semble que le document provenait du livre de F. Foucart, mais je n'en suis pas sûr à 1OO%.

http://guillotine.cultureforum.net/ces-messieurs-du-petit-matin-f5/vous-avez-le-bonjour-d-anatole-t485.htm?highlight=vous+avez+le+bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 14:25

J'ai retrouvé la photo. C'est bien la même;

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 14:27

mercattore a écrit:
Boisdejustice a écrit:
Merci beaucoup, Jourdan. Qui a remplace Adolphe Deville qui demissionna en Janvier 1909 comme l'a indique Sywan?

Connaissez vous l'identite de ces deux aides photographies avec Anatole Deibler?


j'avais mis cette même photo sur le post que voici, mais l'hébergeur l'a fait disparaître. La source du document mentionnait Louis Rogis et Henri Desfourneaux comme accompagnateurs de A. Deibler. Il me semble que le document provenait du livre de F. Foucart, mais je n'en suis pas sûr à 1OO%.

http://guillotine.cultureforum.net/ces-messieurs-du-petit-matin-f5/vous-avez-le-bonjour-d-anatole-t485.htm?highlight=vous+avez+le+bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 14:28

J'ai retrouvé la photo. C'est la même, avec des distorsions en sus.

Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 15:21

Piotr,
J'ai posté une réponse sur Marcel Deschamps dans un nouveau topic qui sera consacré aux adjoints : les adjoints


Dernière édition par Jourdan coupe tête le Dim 1 Mar 2009 - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 15:31

Pour ce qui concerne les adjoints, afin de ne pas trop empiéter sur ce topic dévolu à « La veuve en Algérie » je vous propose que nous continuions dans une nouvelle rubrique exclusivement consacrée à ces messieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 15:40

Alors, on peut faire un transnfert des posts ci-dessus sur le nouveau post, mais si c'est le cas il faut transférer TOUS les posts concernant les adjoits, sinon cela deviendrait incompréhensible. Vos avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 16:03

Tout-à-fait d'accord Mercattore.
On pourrait transférer TOUS les posts à partir de ma réponse d'hier à 19:24, à propos des aides.
Je préfère te laisser ce soin, n'étant pas très familier avec la technique des transferts de posts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécutions en Algérie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exécutions en Algérie
» BEM Algérie 2011:bon courage...reussite
» Marché des changes: Un dinar trop faible arrange-t-il vraiment l’Algérie ?
» Des algériens dans une énigmatique association française
» Un Européen d’Algérie révolté contre l’injustice coloniale..1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: