La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécutions en Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 16:44

Oui, mais il faut que ce soit à chaque auteur des posts concernés de faire le transfert, et dans L'ORDRE croissant.
S vous désirez commencer par 19h24, il faut donc que vous appuyez sur la touche éditer, que vous saississiez VOTRE POST, en le bleuissant, que vous cliquiez sur la fonction COPIER, puis que vous déposiez ensuite cette saisie sur le topic "LES ADJOINTS", EN CLIQUANT SUR LA FONCTION " COLLER ".
En outre, il faudrait ensuite effacer votre post et indiquer « transféré sur topic LES ADJOINTS ».
Ensuite, ce devrait être Boisdejustice, puis encore vous, puis Piotr etc....
A moins que Sywan puisse nous arranger cela...


Dernière édition par mercattore le Mer 15 Juil 2009 - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 16:49

En effet, c'est pas très simple...
Néanmoins je vais poster mes autres réponses dans le nouveau topic "les adjoints"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 1 Mar 2009 - 17:44

Votre attention, please.

EN CE QUI CONCERNE LES " ADJOINTS DES EXÉCUTEURS " (SAUF L'ALGÉRIE), PRIÈRE DE POSTER DORÉNAVANT SUR LE TOPIC « LES ADJOINTS » (CES MESSIEURS DU PETIT MATIN). MERCI. Wink


TOPIC « LES ADJOINTS »
http://guillotine.cultureforum.net/ces-messieurs-du-petit-matin-f5/les-adjoints-t1011.htm?highlight=les+adjoints
Revenir en haut Aller en bas
monseigneur
Bourreau de village


Nombre de messages : 91
Age : 60
Localisation : PARIS Bastille
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: guillotine de meyssonnier   Mar 3 Mar 2009 - 19:37

réponse à "bois de justice"

intéressant : Fernand Meyssonnier aurait utilisées les pièces de rechange envoyées par Roch à Paris (quand et chez qui et pourquoi seraient-elles tombées dans les mains de Meyssonnier?). Je crains que non et que la réponse ne se trouve ailleurs...

cherchez encore , messieurs, vous aurez la réponse bientôt.

cordialement
Boisdejustice a écrit:
Sur le sujet de la fameuse guillotine d'Algerie et sur les origines de la guillotine Berger...

Cela fait longtemps que j'essaye de resoudre cette enigme. Le document le plus interessant sur le sujet est le decret du 25 Novembre 1870, ou Cremieux, Ministre de la Justice, ordonne la construction de deux guillotines "du modele adopte en Algerie". Ces deux machines seront les deux premieres guillotines construite par Leon Berger pour la France... Mais cela indique, avec tres peu de doute, que la fameuse guillotine Berger "a mecanisme inverse" etait deja en service en Algerie en 1870... donc sa date de construction supposee de 1868 semble possible. Selon une source elle fut fabriquee pour l'executeur d'Agen (Ganie?) puis envoyee en Algerie "lors de l'elimination des Postes Regionaux" mais cela contredirait le fait qu'elle etait deja adoptee en Algerie a la date du fameux decret.

En tous cas elle fut en service de 1870 a 1959 sans interruption. Seulement vers 1957 deux autres guillotines Berger, celle de Paris et peut-etre celle fabriquee sous la direction d'Obrecht a l'arsenal de Vernon, seraient alle la retrouver en Algerie. Il est possible que la guillotine de Vernon n'ait jamais fait le voyage, car Obrecht la jugeait inutilisable. Mais jusqu'en 1957 la vieille machine ce fut la seule guillotine utilisee en Algerie et en Tunisie et probablement la seule machine Berger a mecanisme inverse.
Fernand Meyssonnier discute aussi dans son livre le sort les pieces de rechanges, envoyees de Paris au temps de Roch, qui ne pouvaient pas etre utilisees car elles etaient pour une guillotine plus moderne, avec le mecanisme non-inverse. Ce sont ces pieces de rechange dont il s'est servit pour fabriquer la guillotine pour son musee. Cette guillotine n'a donc jamais servi et n'est pas une des guillotines d'Algerie.

Les deux premieres guillotines Berger Francaises, en cours de fabrication en 1871, furent brulees par les Communards en Avril 1871. Deux machines de remplacement furent mises en service aux alentours du mois de Novembre 1871 d'apres les recherches de Sywan. Bien que divers livres sur la guillotine (Delarue, Jaeger, Foucart, Kershaw) parlent de plusieurs modifications faites par Anatole Deibler, je suis certain qu'il n'en est rien. En effet, la guillotine de St-Pierre qui est restee dans un entrepot dans l'ile de 1889 a nos jours sans jamais servir et doit dater, au minimum, de 1888 ou 1887 puisqu'elle a passe quelque temps a la Martinique avant de faire le voyage a St Pierre, est en tous points identique aux guillotines de 1907, 1909 et 1939. Elle a, par exemple, les galets en laiton sur le mouton qui d'apres certains auteurs furent ajoutes par M. Deibler en 1899 ainsi que les bouttoirs a ressort, la bascule a roulettes et les glissieres en laiton - toutes des "ameliorations" attribuees a Deibler. Je suis a present persuade que la machine construite par Leon Berger en 1871 etait identique en tous points a la guillotine moderne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Mar 3 Mar 2009 - 19:52

D'apres son livre, puisqu'elles ne servaient a rien pour la guillotine 1868, il les a simplement prises... en quelque sorte un souvenir de son travail en Algerie.

Il est possible qu'il cache quelque chose si leur provenance est moins "legale" ce qui ne m'etonnerait pas. Il indique que "sa" guillotine date des annees 1890.

Quand je dis du temps de Roch, je parle de l'executeur d'Alger, Roch, et non de celui de Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Mar 3 Mar 2009 - 23:29

Une journée nationale des guillotinés en Algérie ?
Oui, selon ce site :
http://www.lejourdalgerie.com/Editions/140708/Rubriques/Culture.htm
Revenir en haut Aller en bas
monseigneur
Bourreau de village


Nombre de messages : 91
Age : 60
Localisation : PARIS Bastille
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: tete dans le formol   Ven 6 Mar 2009 - 16:54

bonjour

la tête que Meyssonnier exposait dans son Mudée de Fontaine de vaucluse avait été achetée par mes soins lors de la Vente à Drouot des pièces du célèbre Musée anatomique du docteur Spitzner (1813-1894), dont une partie se trouve aujourd'hui à Paris au Musée des Arts Forains de J.P.Favand, une autre au Musée Orfila -Spitzner-Roussel Uclaf qui se trouve rue del'ecole de medecine, le reste chez votre serviteur. .

Le Docteur Spitzner présentait déjà sa tête dans le catalogue de la collection en date de 1895...

Donc cette tête était beaucoup plus ancienne que le début XXème bien sûr, quoi qu'ait pu en dire Mr.Meyssonnier qui était plus un narrateur pittoresque qu'un historien rigoureux, mais les deux ont leur charme...



mercattore a écrit:
A une exécution près ce site recoupe le chiffre du site ALGERIADES.

Il mentionne en outre que F.Meyssonnier conserve un tête d'exécuté dans le formol et qu'il précise que c'est celle d'un décapité à Paris en 1901 ou 1902.

Etant donné qu'à cette époque il n'y a pas eu d'exécution à Paris la tete ne peut qu'etre antérieure aux deux années citées par F. Meyssonnier -devant la Roquette- ou alors à partir de 1909 -sur le bd Arago-, à moins que ce soit celle d'un exécuté en province.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monseigneur
Bourreau de village


Nombre de messages : 91
Age : 60
Localisation : PARIS Bastille
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: pièces de la guillotine d'algérie   Ven 6 Mar 2009 - 17:27

en juin 1961, Fernand Meyssonnier part pour Tahiti... ... mais en réalité , il ne souhaitait pas aller aussi loin, car il devait être disponible comme aide en cas d'exécution et avait l'obligation rester joignable à tous moments... on le laisse partir pour des vacances mais pour Haiti... sur ce , il se trompe dans les billets et se retrouve en route pour TA-HI-TI (! rigolade mais bon, ce n'est pas très grave, il compte revenir...) , ... il y reste quelques semaines , mais problème, son père Maurice lui annonce que cela commence à sentir très mauvais à Alger et qu'il vaut mieux , s'il le peut qu'il reste un peu là-bas en attendant que cela aille mieux.... puis cela s'envenime, Indépendance etc... Fernand ne reverra plus l'Algérie, ...
( je certifie cette histoire que je tiens de la bouche même de Fernand qui me l'a racontée à plusieurs reprises entre 1985 et 1993)

... de ce fait , fernand n'avait NI de raison d'envoyer des pièces en France (pourquoi et chez qui, étant donné qu'il résidait en Algérie) NI de le faire après car il n'est jamais retourné en Algérie...

...il n'y a jamais eu de "pièces de rechange"... car en fait il s'agit des pièces qu'il a taxées sur la machine de papeete au cours de la "restauration" ... mais il y a peut-être prescription... et il était la seule personne à l'époque que ces pièces intéressaient vraiment...

alors...



Boisdejustice a écrit:
D'apres son livre, puisqu'elles ne servaient a rien pour la guillotine 1868, il les a simplement prises... en quelque sorte un souvenir de son travail en Algerie.

Il est possible qu'il cache quelque chose si leur provenance est moins "legale" ce qui ne m'etonnerait pas. Il indique que "sa" guillotine date des annees 1890.

Quand je dis du temps de Roch, je parle de l'executeur d'Alger, Roch, et non de celui de Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chogokinman
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 42
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 6 Mar 2009 - 17:44

Ah ce cher Fernand, comme il se présente lui-même dans son livre, devait être quelqu'un de très débrouillard !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monseigneur
Bourreau de village


Nombre de messages : 91
Age : 60
Localisation : PARIS Bastille
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 6 Mar 2009 - 18:48

...

très débrouillard...

et en fait tous nos politiques seront d'accord , la meilleure façon de faire l'histoire... c'est de l'écrire soi-même....

... alors , pour Fernand , on dira si ce n'est pas vrai, c'était bien trouvé...
chogokinman a écrit:
Ah ce cher Fernand, comme il se présente lui-même dans son livre, devait être quelqu'un de très débrouillard !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 7 Mar 2009 - 20:33

monseigneur a écrit:
bonjour

la tête que Meyssonnier exposait dans son Mudée de Fontaine de vaucluse avait été achetée par mes soins lors de la Vente à Drouot des pièces du célèbre Musée anatomique du docteur Spitzner (1813-1894)

Alors, c'était celle-ci :
http://guillotine.cultureforum.net/les-condamnes-a-mort-f2/vente-d-une-tete-d-un-condamne-a-mort-guillotine-t582.htm?highlight=tete+de+guillotin%E9
Revenir en haut Aller en bas
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Dim 8 Mar 2009 - 20:49

La guillotine et les exécuteurs en Algérie (1842-1900) (9)

L’énigmatique Pierre Lapeyre

Au lendemain de l’exécution de Saint-Denis-du-Sig, particulièrement maladroite et barbare, Gustave Rasseneux est révoqué par arrêté du Procureur Général du 10 novembre 1886. Un mois plus tard, toute la presse annonce que son successeur a officiellement été désigné. Il s’agit de Pierre Lapeyre, exerçant les fonctions d’exécuteur adjoint depuis de longues années. Qui est Pierre Lapeyre ? En fait, on connaît peu de choses de ses origines. Sinon qu’il a été adjoint des Rasseneux, père et fils, depuis au moins le début des années 1880. Il a donc une bonne connaissance du métier. Et quand on sait qu’il a exercé jusqu’en 1928, il n’est pas exagéré de dire qu’il a été exécuteur en Algérie pendant près de cinquante ans. Une sorte de record dans cette profession.
Pierre Lapeyre est né vers 1854. La plupart des journaux de l’époque rapportent des informations erronées sur sa situation familiale. La Dépêche Tunisienne, en 1900, affirme qu’il est le gendre de Jean-François Heidenreich et le beau-frère de Nicolas Roch, tous deux exécuteurs en chef du continent. Le Petit Fanal Oranais, lui, croit savoir qu’il est le beau-fils de Rasseneux père. La Vigie Algérienne prétend, pour sa part, qu’il est son neveu. Nous n’avons trouvé aucun lien entre Lapeyre et toutes ces familles de bourreaux avec lesquelles il n’était probablement pas apparenté. Ni trace de son éventuel mariage en Algérie.
En 1889, La Vigie Algérienne publie un portrait plutôt flatteur de Monsieur d’Alger : « Il s’identifie avec notre époque bourgeoise et se donne le physique d’un épicier de banlieue. Grosse tête blonde et rose, barbe en fer à cheval, carrure exceptionnelle d’épaules, lui donnent l’air de M. Prudhomme en tournée de villégiature. Il partage d’ailleurs, parait-il, avec le héros d’Henri Monnier, un goût innocent pour les occupations champêtres, la culture des fleurs, la taille des arbres et l’élève des oiseaux de basse-cour. Il habite une petite campagne à la Bouzaréah, aux portes d’Alger, et occupe les loisirs que lui fait le jury à rêver devant cet admirable golfe qui s’étend sous ses yeux, du cap Matifou au phare de Guyotville. Monsieur d’Alger est un père de famille honnête et paisible qui, dans la rue, ressemble à tout le monde et qui s’est acquis la considération de tous ceux qui ont eu affaire à lui. » En 1900, La Dépêche Tunisienne le décrit comme « un homme d’une quarantaine d’années, à la figure pâle et énergique, encadrée d’une barbe noire. Son accueil est doux et sympathique ; une seule chose domine dans sa conversation : la préoccupation d’accomplir correctement son œuvre. »
Il devait habiter Alger où nous lui connaissons au moins deux adresses : 87 rue Rovigo (1890) et 34 rue des Maugrebins (1895).
Comme ses prédécesseurs, lorsqu’il n’est pas en fonction, il ne revendique jamais sa terrible profession, se déclarant plutôt rentier, cultivateur ou propriétaire. Ce qui ne trompe personne.

La place d’exécuteur en Algérie qui, comparée à la métropole, pourrait passer pour une sinécure est en réalité plus difficile et, surtout, bien moins rémunérée. Vers 1890, quand l’exécuteur du continent touche 6000 francs de gages annuels, celui d’Afrique du Nord n’en perçoit que 2700 francs. Ses frais d’abonnement ne sont que de 2000 francs contre 10.000 à Paris. Quant aux trois adjoints, ils ne perçoivent que 1500 francs par an, alors qu’à Paris un adjoint de 1ère classe est payé 4000 francs et un de 2ème classe, 3000 francs.
En 1905, il est question de supprimer la place de troisième aide en Algérie. Le procureur d’Alger intervient auprès du ministère de la justice estimant qu’il a lieu, au contraire, de la maintenir «en raison de la situation particulière [de ce pays] où les exécutions doubles et triples sont assez fréquentes et où le service du montage et du démontage des bois de justice est beaucoup plus pénible que dans la métropole.»
Pour en savoir un peu plus sur Pierre Lapeyre, il a peut-être cette lettre anonyme adressée par un de ses voisins, en mars 1909, au ministère de la justice. A propos de l’éventuelle nomination d’un nouvel adjoint, la missive nous apprend surtout que Monsieur d’Alger a une maîtresse nommée Sophie Caverivière. Laquelle parait tout régenter : « Il s’est passé avec l’ancien aide des histoires à ne plus en finir car la maîtresse de Lapeyre dirige elle-même aussi bien la maison que les aides, et malheur à celui qui ne se soumet pas à elle. Lapeyre ne voyant que par elle.» Cette Sophie Caverivière était la sœur de Pauline Caverivière, épouse divorcée de François Saunal, exécuteur adjoint (révoqué après son divorce). On voit que chez les exécuteurs, en Algérie, les histoires de famille se mélangent intimement avec les relations professionnelles

En 1921, en procédant aux essais de la guillotine, pour s’assurer de son bon fonctionnement, Pierre Lapeyre se fait une déchirure musculaire dans la région lombaire. Ce qui provoque le report d’une exécution prévue dans les jours suivants. Déjà on spécule sur sa santé. A la fin de l’année, en recommandant Henri Roch au poste d’adjoint de 1ère classe, Henri Fiori, député socialiste d’Alger, évoque « le départ du chef actuel, âgé et malade, incapable d’assurer son service. »
Mais Lapeyre continuera son service, jusqu’à son décès au printemps 1928.

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Jeu 26 Mar 2009 - 21:03

Il semble que la guillotine d’Alger, dont nous avons déjà parlé, n’est pas si ancienne que nous le supposions. Les seuls éléments connus jusqu’à présent permettaient de la dater de 1868 environ.
Or, j’ai retrouvé plusieurs documents qui prouvent qu’une, voire deux ou trois, guillotines ont été expédiées en Algérie en 1874, 1882 et 1903.
Un article de presse, daté du 24 janvier 1874, fait allusion à une machine envoyée vers cette époque :
« M. de Paris, à peine revenu de Toul où il a procédé à l'exécution de Taurisson, ainsi que nous l'avons raconté, repart aujourd'hui pour une sanglante tournée dans laquelle il fera tomber quatre têtes. Avant de partir, l'exécuteur des hautes-œuvres a conduit ce matin au chemin de fer de Lyon; un immense colis à destination d'Alger. Ce colis n'est autre qu'une guillotine qu'il vient de fabriquer, au compte du gouvernement, pour le service de l'Algérie. »

Au début de l’été 1882, la presse française (L’événement, Le Gaulois, etc.) se fait l’écho d’un différent entre les bourreaux d’Alger et de Paris à propos de l’acquisition d’une guillotine. Voici ce qu’on lit, par exemple, dans La Presse N°172 du 25 juin 1882 : « Les journaux algériens annoncent un bizarre procès en perspective. Voici l'objet du litige : L'exécuteur des hautes œuvres d'Alger ne disposant que d'une guillotine usée par plusieurs années de services sentit le besoin de la remplacer. Il réclama donc un instrument neuf au gouverneur général, lequel en référa au ministre de la justice qui, après avoir mûrement examiné là question, accorda un crédit de deux mille francs. Monsieur d'Alger s'adressa aussitôt à son collègue de Paris et le pria de se charger de la commande. M. Deibler, le bourreau de Paris, à qui la clémence du président de la République fait des loisirs; accepta la proposition et la Louisette fut mise en chantier. Chaque jour Monsieur de Paris, allait consciencieusement examiner le travail des charpentiers. Lui même aiguisa le tranchoir, peignit de ses propres mains les montants et veilla à la confection du panier. Enfin, la funèbre machine se trouva prête et fut expédiée à Alger avec tous ses accessoires. Mais, à ce qu'on assure la note parut passablement salée. Elle se montait, dit-on, à 3,200 francs, c’est-à-dire à 1,200 francs de plus que le crédit ouvert. »

Enfin, un écho paru dans Le Progrès (Mascara) du 25 juillet 1903 signale : « Le Figaro annonce que M. Deibler vient d’expédier en Algérie une guillotine toute neuve fabriquée sous sa direction »

Difficile de faire la part des rumeurs reprises par les journaux et des faits avérés.


Une vraie guillotine au cinéma !

Photo de la guillotine d’Alger utilisée dans le film italo-algérien La bataille d’Alger, réalisé par Gillo Pontecorvo.
Ce long métrage en noir et blanc a été tourné en 1965, trois ans seulement après la fin des hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 1:14

Dans le decret du 25 Novembre 1870 Cremieux, Minister de la Justice, ordonne la construction de deux nouvelles guillotines du "modele adopte en Algerie".  Il n'y a aucun doute pour moi que la guillotine d'Algerie avec son mecanisme inverse, sa lunette de grand diametre, sa bascule sans decoupe pour l'ecoulement du sang, son paravent rectangulaire et sa grande hauteur  est la machine dont il parle.  Il s'agit de la seule machine Berger qui est tres differente de toutes les autres machines qu'on connait: celles de 1907, de Cayenne, de Fresne, de l'execution Weidmann, de Suede, de St Pierre, de Tahiti etc.  Elle est tellement differente que je suis convaincu qu'il s'agit du "prototype" de toutes les machines Berger a venir.

Je ne refute pas l'idee que d'autres machines auraient ete envoyees en Algerie apres 1868 mais celle qui a survecu jusqu'en 1961 c'est la vieille machine de 1868.  Meyssonnier corrobore cette hypothese dans son livre.

Une autre scene du meme film postee sous le sujet "La veuve va au cinema"
http://guillotine.cultureforum.net/la-machine-dans-l-imaginaire-f6/la-veuve-va-au-cinema-t125-120.htm


Dernière édition par Boisdejustice le Ven 22 Mai 2015 - 3:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 10:05

Ton hypothèse se base sur un unique document et l'observation d'une machine telle qu'elle apparait sur quelques photographies (entre la fin du XIXe siècle et aujourd'hui). Est-ce suffisant ?
Je n'écarte pas la possibilité que quelques articles de presse puissent être dans l'erreur. Cependant, ces diverses sources qui tendent toutes à accréditer un remplacement de la guillotine d'Alger, à un moment donné, doivent aussi être exploitées. Est-il concevable que les exécuteurs d'Algérie aient utilisé la même machine pendant près de quatre-vingts ans ?
Quant au livre de Meyssonnier je ne saurais trop recommander de l'utiliser avec prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 14:05

A la fin du livre de Meyssonnier il y a plusieurs documents du Manuscrit d'Andre Berger, dont cette information sur la guillotine d'Algerie. C'est la ou est indique que la machine fut construite par son grand pere, Leon Berger, en 1868 pour le departement du Gard.

Sans aller dans tous les details techniques cette guillotine est vraiment tres differente comparee aux dix autres guillotines Berger qui existent encore aujourd'hui et dont j'ai les photos (Saigon, Hoa Lo, Hanoi War Museum, Bourrail, Cayenne, Saint Pierre, Stockholm, Fresnes 1, Fresnes 2, Meyssonnier/Tahiti) (Il y en a au moins une ou deux de plus dont je n'ai pas de photo). En particulier c'est la seule qui possede le mecanisme inverse non-seulement parmi les machines survivantes a nos jours, mais aussi parmi celles visibles sur toutes les photos d'executions capitales sauf celles d'Algerie, de Tunisie et du Maroc. Toutes les autres machines, la plupart construites par Heurteloup entre 1880 et 1903, sont pratiquement identiques. La derniere machine utilisee par Chevalier en 1977 figure aussi sur une photo de 1891 donc elle fut en service 86 ans, pas loin des 91 ans que je donne a la guillotine d'Alger.

Il me semble improbable que Heurteloup ait construit une guillotine completement differente, avec un systeme techniquement inferieur, vers 1884 pour l'envoyer en Algerie. Il semble beaucoup plus logique que ce fut la premiere machine et que le probleme technique du mecanisme inverse fut resolu et elimine avec la machine de 1871 comme l'indiquent plusieurs auteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 15:47

Merci pour toutes ces explications dont je partage, en grande partie, les conclusions. En confrontant les archives je ne doute pas que nous puissions encore progresser dans ce que nous savons déjà de l'histoire de cette machine. J'ai énormément de documents inédits (plans, photos, rapports, etc.) que je vais essayer de mettre progressivement en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 15:57

Merci à vous deux pour votre travail sur la Veuve et sa mécanique !
Revenir en haut Aller en bas
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 16:37

Niavlys,

Merci a vous pour votre travail sur les executions avant 1870... un travail de recherche enorme.

Si par hasard dans vos recherches vous tombez sur des photos d'executes entre 1891 et 1939 qui ne sont pas sur mon palmares j'espere que vous penserez a moi... Je n'ai trouve que deux photos supplementaires depuis ma derniere mise a jour. Il s'agit de Frintz et Luntz et les photos sont de qualitee tres mediocre car elles sont aggrandies d'une photo de loin ou on voit les deux condamnes traverser une foule apres leur condamnation a mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 21:37

Jourdan,

Je suis tres interesse par ces documents, en particulier tout ce qui concerne les machines du modele "Berger" (Apres 1868). Ca fait un certain temps que je cherche a decouvrir non-seulement ce qu'il est advenu de toutes ces guillotines des colonies, mais aussi qui les a construites et en quelles annees... en quelque sorte une genealogie de la guillotine Berger.

Des archives en provenance de l'atelier Heurteloup seraient bien utiles.

J'ai fait un repertoire complet des diverses petites variations qu'on trouve sur ces machines afin d'etablir une sorte de progression dans leur construction.

La decouverte l'annee derniere de la Veuve de Saint-Pierre qui est une machine datant d'avant 1889 et qui en vertu d'avoir ete entreposee a Saint-Pierre de 1889 a 2008 est "d'origine" me donne un "modele de reference" et aussi la certitude que toutes les modifications et ameliorations de la periode Deibler, qui sont rapportees dans les livres sur le sujet n'ont, en fait, jamais eu lieu.

Cette machine est en tres bon etat et comporte encore les instructions de montage, les numeros peint sur le bois pour faciliter l'assemblage, la boite a outils, la caisse du couperet et le panier, presque neuf.

D'apres mes observations la machine est identique a celle photographiee en 1907, a celle des photos de Valence et a celle de Weidmann et de Petiot. Elle est aussi identique a la guillotine de la prison Civile de Cayenne dont on a des photos modernes. A part les plaques de retention des ressorts et la baignoire gigantesque elle est aussi identique aussi a la machine du Hanoi War Museum et aussi a celle de Hoa Lo qui a cependant quatres boulons a la base du tay (Lieu de deux).

C'est pourquoi je date toutes ces machines a environ 1888.

Les machines de Stockholm et de Bourrail sont d'une generation differente datant probablement de 1903. On a elimine les charnieres sur les jambes de force, on a mis les double-boulons a ces meme endroits. Le cadre de base n'est plus assemble avec des tiges de tension mais avec des gros pieux en acier aux quatre coins.

Je vais essayer de poster quelques photos de ces onze differentes guillotines Berger. Votre avatar en montre deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Ven 27 Mar 2009 - 22:31

C’est en effet très intéressant de reconstituer l’histoire de toutes ces guillotines. J’ai aussi intégré dans mes recherches les machines révolutionnaires dont j’essaie de retracer le parcours.

En vrac, quelques infos complémentaires :

23 octobre 1871 : Un menuisier du boulevard du Prince-Eugène a reçu la commande d'une guillotine neuve. La nouvelle guillotine, au lieu d'être peinte en rouge comme l'ancienne, sera noire. Le couperet tombera par un nouveau système dont M. Heindenreich est l'inventeur. La bascule sera aussi plus confortable. Le prix de l'instrument est de quatorze-cents francs environ, couteau compris.

En 1888, Desfourneaux confie à des journalistes que c'est lui qui monte et qui démonte la guillotine. Il se dit même l'inventeur du nouveau système qui fonctionne « à ravir » (c'est son expression) qui est peu encombrant, facile à transporter et d'une solidité à toute épreuve. « Desfourneaux a fait lui-même, de toutes pièces, la guillotine dont se sert actuellement Deibler, et il en parle comme d'un chef-d'œuvre. »

Janvier 1900 : On annonce que Deibler a commandé à son charpentier, Monsieur Vatan, cinq guillotines.

La guillotine de Stockholm (commande du ministère de la justice de Suède) a très précisément été construite en avril-mai 1903. Elle a été réalisée par l’architecte Ernest-Marcel Deschamps.

Au début de 1931, les amortisseurs en caoutchouc de la guillotine sont fabriqués par la Manufacture générale de caoutchouc Berjonneau, Jacqueau, Drieux et cie (Magasin et dépôt 20 rue Notre Dame de Nazareth Paris). Deibler les commande par douzaine (en fournissant un moule). Chaque amortisseur est facturé six francs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 4 Avr 2009 - 19:49

Une question - Existe-t-il une relation entre Vatan et le pere Heurteloup?

D'apres Foucart il a fabrique 12 guillotines Berger dans son atelier rue Pierre Bayle et il a aussi refuse la main de sa fille a Anatole Deibler... Je n'ai jamais vu mention de Vatan.

Ci-joint une nouvelle photo - Peut-etre l'execution de Boukhalfa Ahmed Meharek a Batna le 5 Fevrier 1912 - mais c'est pas sur.



Une chose m'embete: Deux aides tiennent le condamne pendant que deux autres remontent le couperet et preparent la machine... ca ressemble plutot a une execution multiple. Le titre de la photo est "execution a Batna en 1910" et d'apres le palmares il y a eu des executions a Batna en 1912, 1919 et 1920, 1920 etant une double execution. Si c'est vraiment a Batna je dirais 1920.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Sam 4 Avr 2009 - 21:03

Très belle photo que je ne connaissais pas. Effectivement, quand on observe l’image il semble qu’il s’agisse d’une double, voire d’une tripe exécution (c’était assez courant en Algérie). Un aide est en train de remonter le couteau ce qui indique qu’un condamné a déjà été exécuté. On ne l’aurait pas relevé au dernier moment s’il n’y en avait eu qu’un.
Si cette photo peut être datée des années 1910-1920, l’exécuteur est Pierre Lapeyre et il est assisté des frères Léon et Henri Roch et de Lucien Cavelli. A noter leurs tenues qui « tranchent » terriblement à côté du reste de l’assistance : redingotes, pantalons et hauts de forme noirs.

Je répondrai à tes questions sur la guillotine du continent dans une autre rubrique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Lun 6 Avr 2009 - 19:33

S’il s’agit bien de Batna, je crois avoir identifié l’exécution qui figure sur cette photo (elle n’est pas référencée dans le palmarès).
Ce cliché aurait été pris le 29 juillet 1919, vers 5 heures du matin, aux abords de la prison et en présence d’une foule importante.
Les condamnés sont Ayadir Boudjemaâ (qui a été guillotiné en premier) et son complice Saïd Mohamed, qui a offert une certaine résistance.
Ces deux hommes avaient assassinés le 17 mars 1918, pour les voler, un couple de commerçants du village nègre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1250
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   Lun 6 Avr 2009 - 20:22

Petite question qui me tarabuste depuis longtemps : Albert Camus a mentionné le cas d'un assassin multiple exécuté à Alger peu avant la 1ere guerre mondiale. Son père a assisté à l'exécution, et il en est revenu malade. Saurait-on de quel assassin il s'agit précisément ?

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécutions en Algérie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécutions en Algérie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exécutions en Algérie
» BEM Algérie 2011:bon courage...reussite
» Marché des changes: Un dinar trop faible arrange-t-il vraiment l’Algérie ?
» Des algériens dans une énigmatique association française
» Un Européen d’Algérie révolté contre l’injustice coloniale..1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: