La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécutions à la Une

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1498
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Exécutions à la Une   Mar 26 Jan 2010 - 12:36

benjamin a écrit:
A noter que le bourreau du bagne Hespel avait mis au point un système que je n'ai pas bien compris, qui assommait - ou du moins étourdissait - le condamné au moment de l'abaissement de la lunette. Il n'avais apparemment pas de photographe, car il tenait la tête par une oreille pour ne pas la laisser choir, et il la présentait "respectueusement" à l'assemblée.

Je crois que c'était Heidenreich (à vérifier) qui utilisait une masse qui tombait avant le mouton pour assommer le condamné. Mais je n'ai pas trouvé plus de précisions.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 66
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: Exécutions à la Une   Mar 26 Jan 2010 - 12:57

Citation :
Je crois que c'était Heidenreich (à vérifier) qui utilisait une masse qui tombait avant le mouton pour assommer le condamné. Mais je n'ai pas trouvé plus de précisions.

Cela est relaté par tous les historiens du bagne de Guyane pour Hespel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1233
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions à la Une   Mar 26 Jan 2010 - 15:41

C'est fort possible, je te fais confiance : je n'ai fait que reproduire l'orthographe trouvée dans un livre. Mais on connaît tous le mal qu'avaient les journalistes à écrire correctement les patronymes de l'époque !

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 66
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: Exécutions à la Une   Mar 26 Jan 2010 - 16:12

Citation :
Chaumié, par exemple, inventa un système, le "coup du Gaviot" : une masse d'une livre qui chutait juste avant le couperet, sur la tête du condamné, l'assommant. Ses successeurs y eurent recours parfois. Chaumié mourut de la lèpre, qu'il contracta en étant aspergé du sang du dernier de ses guillotinés.

Un certain Levantou, peu adroit, dut achever le travail du couperet à la machette.

Son successeur direct fut le plus célèbre des bourreaux du bagne. Il se faisait appeler le "Chacal", de son vrai nom Isidore Hespel. Il décapita 50 condamnés en 25 ans de carrière, notamment Morin et Villars en 1906, pour avoir assassiné des indigènes, ou bien le 1er février 1913 un certain Flesch qui avait gravement blessé le surveillant principal Raymond et le gardien de 2eme classe Proust en juillet 1912. Un matin, il procéda à une triple exécution en seulement 7 minutes. Il était très sérieux dans son travail, et semblait avoir trouvé là sa véritable vocation. Un tatouage sur son bras disait "Sauve qui peut, succombe qui doit". Pour pratiquer, Hespel n'hésitait pas à dénoncer les tentatives d'évasion. Ecrivant enormément, il signait ses lettres "Hespel, Isidore, exécuteur des hautes oeuvres des Iles du Salut". Il était fort doux avec...son matériel, et posait toujours délicatement la tête tranchée dans le panier d'osier. Après les exécutions, il allait sur la plage et criait à l'océan : "Je suis Hespel, dit le Chacal" plusieurs heures durant. Une des passions de cet assassin était la pêche, activité qui cadrait bien avec le calme du personnage. Il vendait le produit de sa pêche aux gardiens. Un jour, au début des années 20, un surveillant ne le paya pas, alors Hespel le tua. Il fut, étrangement, condamné à une peine légère : cinq ans de réclusion cellulaire. Une fois sorti, il fut libéré du bagne. Revenu à la vie civile, il reprit ses activités criminelles. Un surveillant le fit arrêter, mais il tenta de s'évader, et fut immédiatement repris alors qu'il grimpait le mur. Persuadé qu'un porte-clefs du nom de Lanoë l'avait dénoncé, il le poignarda mortellement lors d'une promenade. Libéré du bagne, son affaire ne dépendait plus du tribunal maritime, mais de la cour d'Assises de Cayenne, qui le condamna à subir la peine qu'il avait infligée à cinquante autre forçats. Il réclama alors le droit de monter la guillotine lui-même, car il n'avait pas confiance en le néophyte qui allait le remplacer, Louis Ladurelle. On refusa. Un matin de 1923, quand il fut conduit sur la bascule, il réprimanda Ladurelle en lui disant qu'il avait travaillé comme un cochon, et que la Veuve était bien mal montée.

Il s'agit effectivement de Chomet, natif de Seine & Marne. Hespel s'est peut être approprié l'invention due à ce dernier, qui aimait beaucoup son travail, se languissant quand il n'avait pas d'exécution.

Citation :
On exécutait au petit matin, vers les cinq heures. Tous les forçats se devaient d'y assister, agenouillés, encadrés par les surveillants, bras croisés et chapeau entre les mains. Les gardiens tournant le dos à la machine notaient clairement ceux qui détournaient le regard au moment de la chute du couperet, et se montraient particulièrement sévères avec ceux-ci, puisque la punition pouvait durer six mois de cachot. Quand tout était fini, dans un silence presque absolu, les bagnards regagnaient leurs quartiers jusqu'à ce qu'il soit l'heure de travailler. Au total, en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, 550 forçats furent guillotinés.

Totalement apocryphe. Que ce soit aux îles ou à St-Laurent, d'une part il n'y avait pas la place pour "tous les bagnards" dans les quartiers de condamnés, mais en plus les effectifs d'encadrement (en moyenne gardien pour 30 à 40 détenus quand on tient compte des permissions et congés interdisait ce genre de regroupement dans, en plus, des circonstances propices à la révolte. Une "délégation" était convoquée, qui comprenait des fortes têtes et au moins un bagnard par case collective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécutions à la Une   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécutions à la Une
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Photographies d'exécutions
» Les exécutions capitales - étude de J-C Farcy pour Criminocorpus
» Les exécutions en Gaule
» Prisons romaines et exécutions privées
» Exécutions en Bretagne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: