La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Images de la Grande et de la Petite Roquette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 6 Fév 2009 - 15:24

Bonjour Mercattore,
Pour que vous puissiez avoir une image plus éclaircie sans besoin de changer l'éclat de votre écran.
Ayez une bonne fin de semaine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 6 Fév 2009 - 16:04

Ok, Javier, merci. Wink
Passez de belles journées.
Revenir en haut Aller en bas
tOma de l'Est
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 39
Localisation : Paris, la Roquette
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Sam 7 Fév 2009 - 18:43

Citation :
Les alentours de la Petite et de la Grande-Roquette en 1870.
Ah que ces rues évoquent comme souvenirs !

A noter : l’orthographe différent pour la rue Servan, et le changement de nom de certaines rues.


Citation :
Plan de la 4ème section de la Grande-Roquette, située dans l'aile ouest du bâtîment, où était incarcéré Monseigneur Darboy. (cellule N°23, jouxtant un poste de surveillant)
Ces plans furent publiés par Amodru, vicaire de Notre-Dame des Victoires, lui-même otage à la Roquette.
En fait, la cellule n° 23, plus spacieuse, était d’abord occupée par l’abbé de Marsy qui la proposa à Mgr Darboy qui occupait la cellule N° 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/laroquette
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Sam 7 Fév 2009 - 21:27

Oui, j'ai oublié de le citer.
Abbé Laurent Amodru La Roquette, P.M Laroche, libraire-gérant, Paris, Vve Casterman, Imp.-Librairie, Tournai - 1873.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 12 Fév 2009 - 0:53

INTERMEZZO.

Au fil du pavé,
jadis, dans le XIème arrondissement ...


Le barbu reviendra...vous entendrez son orgue,
Il vous racontera les pays qu'il a vus,
Il chantera pour vous les refrains de la sorgue
Et vous vous souviendrez d'un Paris disparu...


Bernard Dimey (1951-1981), « Le bestiaire de Paris ».

48, rue de la Roquette. Entrée du passage Thiéré. 1913. (cliché Roll).

31, rue de la Roquette. Entrée du passage Saint-Sabin. 1913. (cliché Roll).

Autre entrée du passage Thiéré.

Vue axiale d'une partie du passage Thiéré.

Passage Thiéré. Le bal du « Petit balcon ». Réputé dans les années 30, l'un des musettes les plus fréquentés de Paris.

Salle de danse du « Petit Balcon ». A remarquer l'ingénieux dispositif aérien accueillant l'orchestre, permettant un gain de place pour l'évolution des danseurs et une vision sur la piste de danse par les musiciens leur servant à doser la musique, notamment quand le tenancier passait parmi les couples pour récolter les jetons en criant " et passez la monnaie", "passer la monnaie"...

Artistes du « Petit balcon » (cliché m).

La récréation (cliché m).

Angle de la rue de la Roquette et de la rue de Lappe.

Carrefour de la rue de la Roquette et de la rue de Lappe.

Cour donnant sur la rue de Lappe. Indication murale pour un bal de la rue de Lappe.

Rue de Lappe. Voie très ancienne. D'abord réputée pour ses bistrots à mauvais garçons, cette rue devint ensuite très célèbre grâce à ses multiples bals-musette. Leur entrée en était gratuite mais les danses se pratiquaient avec jetons payants. Le plus couru fut le « Balajo », qui existe toujours, mais l'orchestre a disparu est la clientèle est devenue "bobobranchée".
On aperçoit ici les Bal « Bousca », l'un des plus couru dans les années 30, et le bal « Carcanague ». Tout ce quartier a quasiment perdu son habitat populaire.

Jetons de danse du « Carnacague ».

Non localisé. A remarquer, les bornes sur l'entrée de la cour et destinées à protéger les piétons lors du passage des voitures attelées.

Non localisé. Les bornes de protection se poursuivent dans le couloir.

Vue axiale du passage des Taillandiers.

Non localisé. Bistro de quartier, avec un superbe comptoir. Les comptoirs de bistros, appelés populairement « zinc », sont en réalité en étain (pur ou mélangé). Aujourd'hui le meilleur fabricant de ces « zincs à l'ancienne » est toujours la maison Nectoux, mondialement connue, longtemps installée à Paris et ensuite à Puteaux (92).


Clichés: Séeberger frères, sauf Roll et m.


Dernière édition par mercattore le Mer 11 Mai 2011 - 15:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 12 Fév 2009 - 9:37

Sympa la machine à remonter le temps !
De bien beaux clichés !
Merci Mercattore !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 12 Fév 2009 - 12:28

Ca agrémente de temps en temps des sujets austères, content que la remontée vous ai plu, Élie. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: rue de lappe   Jeu 12 Fév 2009 - 18:43

mercattore a écrit:
Ca agrémente de temps en temps des sujets austères, content que la remontée vous ai plu, Élie. Smile

Merci Cher Mercattore. Ces photos restituent parfaitement l'esprit de ces temps évanouis. J'ai cru voir sur une affiche des caractères hébraiques .Le quartier de la Rue de Lappe comportait dans les années 20 ou 30 une forte population juive immigrée de l'Europe de l'est. Francis Lemarque , l'excellent chanteur, en parle abondamment dans son autobiographie dont la lecture est très agréable et intéressante

http://www.abebooks.fr/servlet/SearchResults?an=Francis+lemarque&sortby=3&sts=t&x=54&y=6

http://www.dailymotion.com/video/x74674_mouloudji-rue-de-lappe_music

http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Lemarque

http://www.rfimusique.com/sitefr/biographie/biographie_9015.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 12 Fév 2009 - 19:12

Merci pour les liens, Bill. Quant au bouquin je vais l'acheter car je ne l'ai pas. Je voulais citer la chanson de Francis dans mon post, mais j'ai oublié.
C'est bien d'avoir donner le lien pour l'écouter. Par contre sur youtub, je ne l'ai pas vu.
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 13 Fév 2009 - 0:47



Exécution de Gustave Doré et Adolphe Berland à la Place de la Roquette le 27 juillet 1891
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 13 Fév 2009 - 9:56

Superbe format, Javier. Le dessin doit provenir d'un journal lyonnais (j'ai oublié son nom). J'avais posté ce dessin je ne sais plus où, mais beaucoup moins grand et moins fin que celui-ci qui est est d'un réalisme réussi. Si vous en en trouvez d'autres, n'hésitez pas, surtout dans ce format nous sommes preneurs. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 13 Fév 2009 - 12:46



Exécution de Louis Anastay le 09 avril 1892 à la Place de la Roquette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 13 Fév 2009 - 16:21

C'est curieux, l'aspect de l'exécuteur ne rappelle pas Louis Deibler.
Revenir en haut Aller en bas
konvoi
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 195
Age : 66
Localisation : Montauban (82)
Emploi : retraité, inscrit sur le forum le 27-01-2006
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 13 Fév 2009 - 18:46

INTERMEZZO.

Au fil du pavé, jadis, dans le XIème arrondissement ....

Merci Mercattore je suis un amoureux du vieux Paris....... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Dim 15 Fév 2009 - 16:14

Je le suis aussi, Konvoi. Content que le post vous a plu.
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 20 Fév 2009 - 13:51

La fameuse remise de la rue de la Folie-Regnault . . . "maman Clarence" (légende de la photo).

Savez-vous qui était maman Clarence ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 20 Fév 2009 - 17:49

Belle moisson de photos aujourd'hui, Javier. Merci pour tous ces documents. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: La Petite-Roquette   Jeu 26 Fév 2009 - 15:58

« En 1836, les petits délinquants sont transférés à la Petite-Roquette, flambant neuve, où sont également placés les corrigés paternels, — environ 10% des effectifs. Progressivement, le même régime est appliqué à tous. Après une période auburnienne, au cours de laquelle les problèmes disciplinaires furent aigus, le solitude complète est introduite pour les enfants de la correction paternelle en 1838, puis étendu à tous en {color=red] 1840,[/color] sous l'impulsion du préfet de police Delessert, cellulaire convaincu à la suite de Toqueville, rapporteur en 1840-1844 d'un projet de loi visant à adopter l'isolement cellulaire dans toutes les prisons françaises. La solitude punitive et corrective devient alors la clef de la réforme, et la Petite-Roquette un terrain d'expérience que l'on vient visiter.

Soustraire l'enfant à la mauvaise influence de sa famille, de son milieu et de ses camarades est désormais l'objectif suprême. Plus aucun exercice en commun. Le travail se pratique dans la cellule, équipée d'un table et de quelques outils. La promenade, obligatoirement individuelle, pose de gros problèmes. Les enfants sortent un par un, une demi-heure par jour, tous les trois jours s'ils sont nombreux. En 1841 sont construits des préaux cellulaires où il pratiquement impossible de courir. Pour la messe on aménage 276 alvéoles où les enfants suivent l'office sans voir leurs voisins. « Ils y pénètrent par six ouvertures, en marchant l'un derrière l'autre, mais séparés par une distance de vingt pas. Chacun pénètre dans sa case et, en s'y enfermant, ouvre du même coup la case que doit occuper le suivant. » L'aumônier, l'abbé Crozes, a inventé le « voile noir » , un capuchon inspiré du costume des pénitents et des masques de Pentoville, une prison cellulaire anglaise ouverte en 1842; l'enfant doit rabattre ce capuchon sur son visage lorsqu'il circule ou se rend à la table de communion.

Pour éviter les rencontres entre enfants, qui sont sa phobie, l'abbé imagine un train à roulettes : « Chacun prend place à l'intérieur d'une boîte grillagée montée sur roulettes , qu'il pousse lui même sur les rails d'un petit train circulaire. Les petites boîtes se suivent mais sont aménagées de telle façon que le jeune ne peut voir que devant lui et reste donc pendant toute sa promenade parfaitement isolé. Il ne voit pas ses camarades et ne peut pas être vu d'eux. Car la vue souille autant que le contact et la parole. »

Alimentation médiocre, hygiène douteuse (une serviette par semaine pour quinze détenus qui se succèdent à l'unique lavabo du couloir), froid crucifiant (les hivers rigoureux se soldent par des pieds gelés), taux de maladie et de mortalité font de la Petite-Roquette une résidence sinistre. Jeanne Gillet a étudié 407 enfants incarcérés en 1852. En mauvaise condition physique, de petite taille, souvent quasiment nus, sans souliers, ou en sabots, ces enfants portent parfois « le Bergeron bleu » des apprentis ou des vêtements de fortune, étonnamment bigarrés. Nés pour la plupart en province, quelquefois en Italie, ils se disent urbains pour 72% et sont très mobiles. Une majorité d'entre eux sont sans famille, orphelins ou enfants naturels. Parmi ces jeunes détenus, 43% se disent sans profession et 57% énoncent des occupations variées : apprentis ou « tireurs de chassis » (voitures à bras qui étaient alors le principal instrument des échanges parisiens). Leur délit ?

D'abord le vagabondage (39%) puis le vol simple (32%) : petits vols à l'étalage ou chapardages de vivres, de friandises et de jouets. Enfin, la mendicité (14%); le reste est négligeable (2% d'attentats aux bonnes moeurs etc.). Beaucoup furent arrêtés en bandes, fondées sur le voisinage ou sur les relations provinciales : Auvergnats, Savoyards, Italiens « petits musiciens qui se multiplient sous le Second Empire. Cinq enfants Bertorelli, tous cousins et joueurs de vielle, sont écroués en 1836 pour trois mois; motif : mendicité dans les maisons. Quatre ramoneurs de huit à onze ans, qui habitent la cour Saint-Jean-de-Latran, écopent en 1847 de dix-huit mois pour le même motif. Les « mômes » qui ont moins de douze ans sont moins nombreux que les douze-seize ans, frêles adolescents dont beaucoup sont récidivistes et qu'on voit grandir d'un écrou à l'autre. »



Quelques cas d'enfants à la Petite-Roquette (Registres d'écrou, Archives départementales de Paris, d'après Jeanne Gillet (1) La Petite-Roquette.

DELVEAUX, Augute, dit Dreux, sans parents, né en Seine-et-Oise, habitant rue du Faubourg Saint-Denis, N°212, sans état, incarcéré à neuf ans le 7 novembre 1836 pour vagabondage, vêtements « hors-service », libéré le 26 novembre 1836; repris le 6 décembre, toujours pour vagabondage et libéré le 5 janvier 1837; repris le 8 avril 1837. Condamné à neuf ans d'éducation correctionnelle. Décédé Le 10 août d'une phtisie mésentérique (écrous N°341, 358 et 549, DY3/2).

MORLAIX, Paulin, sans asile, sans état; entre à huit ans le 15 décembre 1835 pour vagabondage, né dans la Marne. Cheveux blonds, yeux roux, nez retroussé, menton rond, visage ovale. Vêtements « hors de service » Condamné à huit ans d'éducation correctionnelle. Décédé le 30 avril 1837 d'une inflammation d'intestins (écrous N°833, DY3/D).

LATASTE Jean-Baptiste, enfant naturel de Catherine Place, né à Paris, tireur de chassis, entré à quinze ans, Le 30 septembre 1841, pour vol et vagabondage, condamné à trois ans de correction. Libéré à titre provisoire le 10 mai 1844, réintégré, sans doute pour mauvaise conduite, le 29 mars 1845, libéré en août. On le retrouve à dix-huit ans, à nouveau incarcéré pour vol, escalade, effraction et violation de sépulture, et condamné à quatre ans de correction en 1845. Il meurt le 22 juin 1847 en prison.


1) Jeanne Gillet (maîtrise d'histoire), Délinquance juvénile et réforme pénitentiaire au XIXème siècle. La Petite-Roquette. 1975, 306 pages (dactylographiées).

Source : Extrait d'un article de Michelle Perrot , professeur d'histoire contemporaine, Les enfants de la Petite-Roquette, publié dans la revue HISTOIRE, mai 1987, N°100.



Le métier de ramoneur connaissait des périodes de morte-saison.
Pour pallier à ce fait les enfants-ramoneurs devenaient musiciens.
Ils étaient alorsconsidérés comme mendiants.


A suivre...


Dernière édition par mercattore le Lun 14 Mar 2011 - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2469
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Dim 1 Mar 2009 - 8:42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: "Maman Clarence "   Dim 1 Mar 2009 - 9:16

Bonjour à toute l'équipe !
De mémoire, Maman Clarence était, soit la gardienne de la maison dont dépendait la remise, soit la tenancière de la boutique mitoyenne, qu'on aperçoit du reste sur la photo de Javier. En tous cas, elle détenait les clés de ladite remise, en sus de l' Exécuteur, bien sûr !
J'ai lu que son fils ou son neveu , un jeune garçon en tous cas, vivait avec elle, et se faisait de l'argent de poche auprès des journalistes en les prévenant lorsque le fourgon de la " bécane " était préparé pour une sortie en province, il suffisait alors à la presse de "pister" ledit fourgon jusqu'à la gare parisienne concernée, et de soudoyer les employés de ladite gare pour connaître le futur lieu des exploits d'Anatole...Trop beau pour être vrai ? Il
faudrait que je retrouve mes sources study
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Dim 1 Mar 2009 - 11:57

Yes, Piotr. The book is intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Mar 3 Mar 2009 - 0:18

Bonsoir,
En référence à Maman Clarence, ce que j'ai lu c'est qu'elle était la concierge et ce qu'elle raconte c'est, à peu près, comme l'indique Pierrepoint. S'il est vrai que ceux-ci sont ses mots, elle racontait:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Mar 3 Mar 2009 - 10:17

Javier a écrit:



Le fils devait toucher un pourboire de chaque journal pour cette information, mais c'était du travail pour avertir plusieurs journaux... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Mar 3 Mar 2009 - 11:06

Pour Le Petit Journal, trente francs, Mercattore. Quel serait le tarif aujourd'hui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Mar 3 Mar 2009 - 12:26

Cela dépend de la période, Javier. Maman Clarence ? Elle doit avoir habité à coté de la remise à guilllotine dans les premières années de 1900 ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Images de la Grande et de la Petite Roquette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Images de la Grande et de la Petite Roquette
» Une fleur simple, la plus grande du monde végétal!!
» Petite nouvelle, mais déja grande fan !
» Quelle voiture de petite taille permet d installer 3 sièges isofix à l'arrière???
» PETITE NOUVELLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: