La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Images de la Grande et de la Petite Roquette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 13:19

Une jolie photo de la Petite Roquette



Dernière édition par Javier le Jeu 29 Jan 2009 - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 13:51

Javier, s'il vous plait, vous pouvez localiser la photo ?
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 14:01

Oui Monsieur. C'est pour vous.
http://www.paulfrecker.com/pictureDetails.cfm?pagetype=home&typeID=5&ID=4347
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 14:42

Wink Je voulais vous dire, est-ce à la Grande-Roquette ?
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 15:12

Bon, j'ai revisé mon message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 15:18

Javier a écrit:
Bon, j'ai revisé mon message.

La Petite. Bonne`photo, bien contrastée. Trouvaille intéressante, Javier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 19:28

Quelques commentaires sur la Grande-Roquette.
______________________________________

L'exécution

Cinq ou six fois par an, les journaux de Paris racontent en détail à leurs lecteurs une exécution, depuis le réveil du condamné jusqu'à la dernière minute de sa vie. Chacun sait, grâce à la chronique, ce qu'on l'on a fait, ce qu'on a dit, pendant la dernière toilette et jusqu'au pied de l'échafaud. Les journaux illustrés donnent une reproduction par le dessin de la fatale machine. Les autres se contentent d'aller de la rue de la Folies-Rregnault à la rue Vicq-d'Azyr pour décrire avec soin la maison où les pièces de l'instrument de mort démonté sont conservées, et prendre en passant l'adresse exacte du bourreau. II serait donc inutile de revenir sur des scènes trop connues.


La grâce

« Il est midi moins un quart, à l'horloge de la mairie du XIème. Dans l'avenue, au bout de laquelle on aperçoit l'entrée du Père-Lachaise, s'avancent deux voitures escortées par des gendarmes : un tourbillon de roues et de pieds de chevaux. Abadie surveillé par des agents se trouve dans la première. Par les portières ouvertes, il jette des regards, à droite, à gauche, tout en roulant une cigarette. De temps en temps, il se soulève à demi sur son siège pour regarder en avant. Gilles est dans la seconde voiture. Ils cherchent à se faire voir et crieraient volontiers leurs noms pour être reconnus. II y a de l'effarement dans ces yeux de condamnés. L'homme qui, après avoir attendu depuis deux mois son exécution à chaque minute, revoit le monde, la lumière, croit renaître et sortir du tombeau. On a voulu les bien traiter. Point de voilure cellulaire. C'est par la portière du fiacre, voisins des vivants presque à les toucher, qu'ils revoient la rue, la ville, Paris.

Un gamin des rues s'est arrêté dix secondes en voyant venir ces voitures, avec leurs cochers pressés — miracle ! — avec les gendarmes dont la-tête et le chapeau, suivant le trot du cheval, dépassent par derrière. Tout à coup, devinant, il s'est écrié d'une voix perçante : « Gilles et Abadie (1) ! » Les passants se détournent, les portes s'ouvrent, les fenêtres. Mais les deux complices sont déjà loin. Reviendront-ils jamais à de bons sentiments? Ce n'est pas vraisemblable. Ils n'ont fait que rire et se moquer en apprenant qu'on avait eu pitié d'eux.

(1) Gille Pierre (et non Gilles) et Abadie Émile : Assassins d'une vieille dame pour la voler. Condamnés à mort le 30-08-1879, puis graciés par le président Jules Grévy. Peines commuées en travaux forcés à perpétuité. Le 10 février 1881, ils embarquent de l'île d'Oléron pour la Nouvelle-Calédonie.


Les trois cellules

« L'entrée, l'entrée unique des cellules qui ne se séparent en effet qu'à l'intérieur, est dans la galerie qu'on aperçoit au fond de la cour. C'est, une grande porte peinte en vert,de forme arrondie dans le haut. Il faut soulever le marteau et frapper pour avertir le surveillant qui se tient dans l'antichambre, lorsqu'on veut entrer. Un guichet s'ouvre alors, un guichet dissimulé extérieurement, sous une plaque de fer. C'est neuf, c'est bien entretenu, cette lourde porte de chêne sur laquelle on ne néglige pas de passer de temps en temps une nouvelle couche de couleur. Elle est hermétiquement fermée, bien posée, solide et discrète, sur ses deux marches propres. Mais il y a quelque chose qui donne froid, dans la vue de ce bois qui colle au mur. On devine des rages impuissantes, des soupirs, des douleurs, des angoisses inexprimables, derrière ces planches solides qui semblent ne devoir remuer jamais. C'est une tombe bien entretenue. Quand on s'arrête à regarder, à méditer, au bout de quelques minutes, cette porte a l'air de cacher des cadavres et ce mur a des blancheurs de sépulcre.

L'intérieur des cellules ne diffère presque en rien du logement destiné dans les prisons où ils vivent séparés, à recevoir les détenus. Pour dormir, un lit de sangle, avec la literie, matelas, traversin, couverture. A hauteur d'homme, le long du mur, l'étagère sur laquelle sont déposés les paquets et les vêtements. Mais les cellules, ici, sont plus larges, à l'exception de celle du milieu, sur la longueur de laquelle on a réservé l'antichambre destinée aux surveillants. Elles contiennent un poêle et des chaises de paille. On peut laisser sans crainte un certain nombre d'objets à la disposition du prisonnier. Il ne peut pas se suicider puisqu'il est gardé par un soldat qu'on fouille avant d'entrer, et un surveillant.Il ne sortira plus de là que pour marcher au supplice. Cent pas tout au plus. On frémit en pensant aux affreux scélérats qui ont fait ce court, ce dernier voyage, depuis Lacenaire jusqu'à Tropmann, Billoir, Barré, Lebiez et Prévôt.

Faut-il aller jusqu'à renoncer à toute exécution en public ? Oui, si l'on peut répondre d'une manière satisfaisante à deux objections. Tous les grands criminels ne sont pas pris dans les derniers rangs de la société. Aussi le peuple, s'il n'a pas vu le supplice, refuse-t-il de croire que certains individus ont expié leur crime. Peut-être suffira-t-il de déléguer dans la loi certaines personnes qui seront tenues d'assister à l'exécution, magistrats, aumôniers, membres de la municipalité, représentants de la presse. On peut essayer. Il faut aussi que les partisans de l'abolition de là peine de mort renoncent à dire que l'on cache l'échafaud parce qu'on est honteux de s'en servir. En procédant à l'exécution à l'intérieur de la prison, il doit être bien entendu que c'est une pure concession qu'on leur fait. Ces réserves faites, l'exécution pourra sans difficulté cesser d'être publique.


Arboux Jules Les prisons centrales de Paris, Paris,
Imprimerie et Librairie centrales des Chemins de Fer, A.Chaix et Cie. 1881.


Sur Abadie , par M. Macé, ancien chef de la Sûreté.

Abadie est reste le type du prisonnier le plus désagréable insolent, brutal et toujours disposé à la révolte. Voici ce qui se passa le 14 août 1880 à la Conciergerie.

« M. Andrieux, à la suite de plaintes, fit venir Abadie dans le cabinet de M. Coré, directeur, et l'admonesta comme il le méritait. Le gracié de M. Grévy lui répondit « Je me plains du bouillon, il est trop clair; des œufs, ils sont trop cuits et je veux du vin, car j'aime pas l'eau, ma santé en souffre ». Le directeur remit au Préfet de police une corde que le prisonnier avait tressé avec des journaux. Abadie s'empressa d'en tirer une autre de dessous son vêtement et la présentant à M. Andrieux, lui dit « Voulez-vous la seconde confectionnée cette fois avec ma chemise ? Tant que je n'aurai pas de pantalons qui aillent mieux que ceux de votre tailleur de prison, je ferai des cordes pour les attacher. On ne veut pas me laisser mes journaux; je les recevrai quand même et si vous tenez à lire celui auquel j'adresse ma correspondance secrète, le voila; il enveloppe le couvercle d'une boîte de sardines transformée en couteau bon à tous les usages.
J'étais présent a l'entretien et M. Andrieux me remit la corde,le couvercle et la petite feuille du matin.


Macé Gustave La police parisienne — Mon musée criminel Paris, G. Charpentier et Cie. 1890.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 29 Jan 2009 - 22:04

Abadie avait formé une bande dont les membres devaient respecter un règlement en 45 points :

Article 1er. — La Société ne devra pas admettre plus de quatorze membres : douze hommes et deux femmes.

Art. 2. — Les hommes ne devront porter aucune arme qui n’aurait pas été reconnue par les chefs.

Art. 3. — Les armes se composeront de revolvers, couteaux de chasse, cannes plombées et coups de poing à crans.

Art. 4. — Tout individu portant d’autres armes sera puni de dix francs d’amende.

Art. 5. — Il est expressément défendu de commettre un délit en particulier et sans ordre des chefs. - Ce délit sera puni de la peine de mort.

Art. 6. — Aucun individu de la bande ne devra avoir de maîtresse. La seule permission accordée sera une maîtresse d’un jour, avec qui aucune parole ne devra être dite, sous peine de mort.

Art. 7. — Tout individu de la bande cherchant à savoir l’adresse des chefs ou leurs véritables noms sera puni de la peine de mort.

Art. 8. — Tout membre ne devra jamais avoir un domicile sous son véritable nom et ne devra, sous aucun prétexte, loger en hôtel.

Art. 9. — Il est expressément défendu, dans les délits commis, de garder sur soi obligations ou valeurs quelconques.

Art. 10. — Chaque individu devra avoir plusieurs vêtements propres de rechange et un vêtement de travail.

Art. 11. — On devra également travailler et ne jamais fréquenter les marchands de vins. — Tout homme pris en état d’ivresse sera condamné à six francs d’amende.

Art. 12. — Les sociétaires seront payés, travaillant ou ne travaillant pas, à raison de six francs par jour, plus dix francs sur les vols commis.

Art. — Tout vêtement taché de sang devra être brûlé et les cendres dispersées.

Art. 14. — Les chefs sont au nombre de quatre, dont deux seulement sont supérieur ; les deux autres conduiront la bande sur les lieux des vols.

Art. 15. — Tout homme, après un délit, devra fuir de son côté et ne sortir de chez lui qu’après la visite d’un chef qui prendra ce qu’il a sur lui l’objets provenant des vols.

Art. — Les hommes, principalement les chefs, devront être munis de faux papiers ou passe-ports.

Art. 17. — Tout homme devra se rendra à l’heure et au lieu donnés pour les réunions. — Un sociétaire en retard sera puni de trois francs d’amende.

Art. 18. — Le lieu de réunion est l’endroit donné par le sous-chef. — On discutera les endroits des vols à faire ou, s’il y a lieu, de punir un homme coupable d’un délit.

Art. 19. — Les chefs supérieurs auront pour femmes les deux femmes comprises dans la bande, qui seront en même temps les bonnes de l’endroit où ils habiteront.

Art. 20. — Les femmes ne devront jamais laisser entrer qui que ce soit sans savoir quelles sont les personnes et ce qu’elles viennent faire, elles préviendront l’un ou l’autre des chefs et devront faire attention à ce que l’on ne pénètre pas près d’eux.

Art. 21. — Les femmes seront armées d’un couteau de chasse et défendront les lieux d’habitation avec la plus grande rigueur possible.

Art. 22. — Toute personne de la bande étant arrêtée, soit par un agent ou gendarme, ne devra pas opposer de résistance, à moins qu’ils soient plusieurs à l’arrêter. Si le sociétaire est seul, il devra attendre que les autres viennent faciliter sa fuite.

Art. 23. — Tout individu arrêté et écroué au dépôt ne devra avouer aucun délit commis par lui ou par la bande et devra, autant que possible, justifier de son temps au moment du vol.

Art. 24. — Les hommes devront travailler sans chercher à gagner de fortes journées, le principal est que le temps soit employé, et l’on ne devra commettre aucune soustraction où l’on travaille et où l’on mangera. Un délit de ce genre sera puni de vingt francs d’amende.

Art. 25. — Le sociétaire devra être bien vêtu et ne fréquenter que les endroits convenables, afin de n’attirer aucun soupçon. Il ne devra également jamais trop dépenser ou faire voir de l’argent.

Art. 26. — Les mêmes peines et les mêmes recommandations sont faites pour les chefs supérieurs.

Art. 27. — Il ne devra jamais y avoir plus de quatorze membres dans la bande, dès qu’un membre n’y sera plus, une autre personne pourra le remplacer.

Art. 28. — Il est impossible de se retirer de la société, à moins de courir le danger de se faire condamner à mort. On pourra se retirer dans le cas où la bande viendrait à se dissoudre, néanmoins les chefs garderont la même autorité sur les hommes qui en ont fait partie et veilleront à ce qu’ils ne disent rien sur tout ce que le règlement défend.

Art. 29. — Chaque individu étant en prison aura droit à l’assistance de deux francs par jour, plus les vivres deux fois par semaine.

Art. 30. — Il ne sera assisté que par les femmes, auxquelles il donnera le nom de sœur, et n’écrira de lettres qu’à elles, quoiqu’elles soient écrites pour être remises aux chefs de la bande.

Art. 31. — Chaque sociétaire blessé ou malade recevra trois francs par jour, plus ce que le visiteur apportera.

Art. 32. — Les bijoux pris dans les vols devront être remis aux chefs, personne ne devra les porter sur lui ni chercher à les vendre.

Art. 33. — Les bijoux seront fondus et séparés selon leur métal et vendus à l’étranger par les chefs supérieurs.

Art. 34. — Chaque sociétaire devra être muni d’un passe-montagne et d’un loup pour se cacher les yeux, ainsi couvert il ne sera reconnu par personne.

Art. 35. — Il est expressément défendu de frapper avec les armes, tant que le cas ne sera pas nécessaire.

Art. 36. — Les cas nécessaires sont ceux : 1°) où l’un d’eux sera reconnu, 2°) où l’on connaîtrait le nom ou soit que le volé échappe ou crie.

Art. 37. — En ce cas. en emploierait les armes, soit coup de poing ou canne plombée, de manière à étourdir et, autant que possible, que ça n’occasionne pas la mort.

Art. 38. — Le couteau ou le revolver sera permis dans le cas où un sociétaire serait pris sans pouvoir se défendre ; en ce cas, n’importe quelle arme servira.

Art. 39. — Les fuites ne devront jamais être vues, c’est-à- dire se trouver un certain nombre d’individus ensemble : il faudra autant que possible, se disperser.

Art. 40. — Quoique cela, l’on ne devra jamais se sauver moins de deux ensemble, ce nombre étant reconnu nécessaire pour pouvoir se prêter main forte l’un à autre. L’un des deux, pouvant s’échapper, viendra chercher les autres dans les directions où ils se seront sauvés, afin de pouvoir délivrer celui qui serait arrêté.

Art. 41. — Si celui qui est pris ne voyait pas moyen de fuir malgré toute la résistance de ses collègues, il devra tâcher de se débarrasser de ses armes.

Art. 42. — Il ne devra s’en séparer qu’après avoir fait toute la résistance possible et essayé de les passer à un de ses collègues.

Art. 43. — Les armes devront avoir la marque du sociétaire, marque adoptée par les chefs. Ainsi, supposons qu’il se nomme Paul et qu’il serait sous la direction de Claude: il mettrait sur ses armes la lettre P, une croix, à côté M, voulant dire masculin, C, voulant dire Claude, qui serait son chef. — Si c’est une femme, qu’elle se nomme Marie, elle mettrait sur son couteau M, signifiant Marie, ensuite un trait, plus F, voulant dire féminin, et G, ou E. soit les chefs Gille ou Emile.

Art. 44 — Les hommes ne devront être porteurs, ni de leur livret ou acte de naissance, ni d’aucun papier à leur nom. Ces papiers seront remis à leurs chefs qui devront leur fournir des papiers sous un autre nom.

Art. 45 — Tout individu rentrant dans la société fera serment, sur un couteau déposé chez les chefs, qu’il ne dira rien du règlement, qu’il accepte pour sa conduite.
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 30 Jan 2009 - 16:22

Une page récente au sujet de la guillotine. La page vient d'un blog précédent.
Je ne connais pas bien toute l'histoire; s'il y a des erreurs vous pouvez les découvrir. J'ai vu quelques images dans le site de tOma de l'Est.

Traduite au français:
http://fr.babelfish.yahoo.com/translate_url?doit=done&tt=url&intl=1&fr=bf-home&trurl=http%3A%2F%2Fpeter-pho2.blogspot.com%2F2009%2F01%2Fabout-guillotine.html&lp=en_fr&btnTrUrl=Traduire

La page en anglais:
http://peter-pho2.blogspot.com/2009/01/about-guillotine.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 30 Jan 2009 - 17:58

Javier a écrit:
Une page récente au sujet de la guillotine. La page vient d'un blog précédent.
Je ne connais pas bien toute l'histoire; s'il y a des erreurs vous pouvez les découvrir. J'ai vu quelques images dans le site de tOma de l'Est.

Traduite au français:
http://fr.babelfish.yahoo.com/translate_url?doit=done&tt=url&intl=1&fr=bf-home&trurl=http%3A%2F%2Fpeter-pho2.blogspot.com%2F2009%2F01%2Fabout-guillotine.html&lp=en_fr&btnTrUrl=Traduire

La page en anglais:
http://peter-pho2.blogspot.com/2009/01/about-guillotine.html
Bonsoir à toute l'équipe !
Le texte anglais me paraît correct, effectivement tOma de l'Est a déjà diffusé un certain nombre de ces photos, mais l'historique est intéressant.
Par contre, comme d'habitude, la traduction par babelfish est assez douteuse !
Bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 30 Jan 2009 - 18:08

Oh, oui, la traduction est, comme d'habitude, mâtinée
de charabia.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Sam 31 Jan 2009 - 21:08

Grande-Roquette.


Rapport de police suite aux exécutions de BORÉ et BERLAND le 27-07-1891.

Revenir en haut Aller en bas
konvoi
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 195
Age : 66
Localisation : Montauban (82)
Emploi : retraité, inscrit sur le forum le 27-01-2006
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Sam 31 Jan 2009 - 23:29

Merci Mercattore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Dim 1 Fév 2009 - 12:31

La Grande-Roquette.

A gauche, porte de cellule d'un condamné à mort (rez-de-chaussée).

La cour promenoir.
Revenir en haut Aller en bas
tOma de l'Est
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 161
Age : 38
Localisation : Paris, la Roquette
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Dim 1 Fév 2009 - 13:05

Oui, merci mercattore,

En fait j'avais déjà vu, sur le site criminocorpus, ces documents qui sont vraiment exceptionnels, car il n'y a que très peu de photos de la Grande Roquette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/laroquette
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Dim 1 Fév 2009 - 14:21

Oui, j'ai mis ces deux-là, mais il y en a beaucoup d'autres, c'est une expo. intéressante.
Les documents ont été légèrement retravaillés.


Dernière édition par mercattore le Lun 11 Mai 2009 - 0:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Lun 2 Fév 2009 - 21:10

Les alentours de la Petite et de la Grande-Roquette en 1870.




Dernière édition par mercattore le Jeu 16 Juil 2009 - 12:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Mar 3 Fév 2009 - 0:50

Merçi bien Mercattore.
Je viens de trouver cette peinture

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



Lien: http://web.grinnell.edu/courses/his/s05/his237-01/Slideshows/1871_files/frame.htm#slide0025.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Mer 4 Fév 2009 - 13:37

C'est vrai que Carpeaux a aussi été peintre, on a tendance à l'oublier.


Plan de la 4ème section de la Grande-Roquette, située dans l'aile ouest du bâtîment, où était incarcéré Monseigneur Darboy. (cellule N°23, jouxtant un poste de surveillant).


Il y avait cinq otages désignés pour être fusillés avec Mr Darboy, ce 24 mai :
MM. DEGUERRY, curé.
CLERC, jésuite.
DUCOUDRAY, jésuite.
ALLARD, prêtre.
BONJEAN, président à la cour de cassation.

Ils ont été fusillés dans le chemin de ronde de la prison (et non dans une cour). La croix, située en bas du plan, indique l'endroit où ils furent exécutés.


Exécution des six otages du 24 mai. Estampe de Leroy Alphonse-Alexandre, d'après le tableau de Félix Philippeaux (Palais des Beaux-Arts de Lille).

Il n'existe pas de photographies d'exécutions d'otages, à la Roquette, rue Haxo, rue des Rosiers etc. par les fédérés de la Commune de Paris. Toutes celles que l'on peut voir dans des livres ou sur le net sont des photomontages réalisées après la Commune, en vue de propagande pro-Versaillaise, ou des photos-collage. Elles sont parfois encore présentées sans la mention « photomontage » et de ce fait on peut les croire authentiques.

Il en est de même pour les exécutions de fédérés de la Commune de Paris ((Rossel, etc.) à Satory (78 - Yvelines) par l'armée. Eugène Appert a été un spécialiste de ces photomontages pour les exécutions d'otages de la Commune de Paris qui ont été réunies dans un album intitulé « Les crimes de la Commune ».

Photomontage de l'exécution de Monseigneur Darboy et ses compagnons, par Eugène Appert.

Exécution des généraux Leconte et Thomas, rue des Roziers (Paris XVIIIème), le 18 mars 1871, par la Commune de Paris (cliché attribué à Appert). En réalité, Leconte et Thomas ont été fusillés l'un après l'autre. La célèbre agence photographique Roger-Violet chez qui l'on peut louer ce document (cher) ne mentionne même pas qu'il s'agit d'un montage photographique.

Photomontage de l'exécution des otages de la rue Haxo (Paris XXème), le 26 mai 1871, par la Commune de Paris.

Photomontage des exécutions (28 novembre) de ROSSEL, BOUGGEOIS et FERRÉ, membres importants de la commune de Paris, sur le plateau de Satory, par Eugène Apert [ Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis (93). M. Appert a respecté la vérité historique, Ferré ayant été fusillé sans bandeau. Les trois condamnés avaient exprimé ce désir, mais seul celui de Ferré fut réalisé (la raison en est obscure), le commandement passant outre pour les deux autres. Férré, délégué à la Sûreté générale, avait approuvé ou édicté l'exécution des six otages du 24 mai, à la Grande-Roquette.
___________________________________________

Photographies prêtant à contestation :

Photographie censée représenter des victimes de la répression Versaillaise, par Disdéri. Cette version est contestée par certains chercheurs qui affirment que ces corps sont ceux de soldats de l'armée française, tués par les allemands au cours de la bataille de Buzenval (Hauts-de-Seine-92), en janvier 1870.

Très célèbre cliché du photographe américain Robert Capa et annotée « Un soldat espagnol à l’instant précis où sa tête est atteinte par une balle », 5 septembre 1936. Des doutes demeurent encore aujourd'hui sur l'authenticité de cette photographie, certains chercheurs affirmant qu'elle est une mise en scène. Wikipédia écrit le contraire, mentionnant que ce soldat a été identifié comme étant Fédérico Borrell García. A ce sujet, voir ce site (en anglais) :
http://www.pbs.org/wnet/americanmasters/episodes/robert-capa/in-love-and-war/47/
Mais le négatif de ce cliché ayant été perdu, il est probable que les doutes subsisteront.


Spectaculaire photographie, mondialement connue, d'un soldat soviétique plantant le drapeau de son pays sur le Reichstadt de Berlin, lors de la prise de cette ville par l'armée soviétique en mai 1945. Son auteur, Evgueni Khaldei, photographe de l'agence gouvernementale soviétique Tass, préparait très soigneusement les mises en scènes de ses futures photographies. Cette dernière demanda de multiples répétitions.
* On pourrait citer beaucoup d'autres photographes, et ce depuis fort longtemps, ayant préparé très précisément les scènes de leurs clichés, et que l'on croit prises sur le vif. De nos jours, le très célèbre Robert Doisneau a utilisé maintes fois ce procédé, un de ses célébrissimes clichés « Le baiser de l'Hôtel de Ville » en étant un parfait exemple. On doit quand même faire un distinguo entre cette façon de procéder et celle des photomontage, photos-collage etc.


Dernière édition par mercattore le Mer 2 Mar 2011 - 20:42, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 5 Fév 2009 - 12:52

La Grande Roquette,



. . . à partir d'une photo de Sylvain (Sywan) et une autre de Michael (Boisdejustice)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 5 Fév 2009 - 13:44

Bonjour, Javier,

Il faut éclaircir le document, vous ne croyez pas ?


Dernière édition par mercattore le Mer 11 Mai 2011 - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Jeu 5 Fév 2009 - 23:50

Bonsoir Mercattore,
Je l'ai fait délibérément comme ça car la scène se déroule pendant la nuit ou à l'aube.
Vous pouvez voir la photo de la prison dans le site de Sylvain, http://site.voila.fr/guillotine , lien "prisons".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 6 Fév 2009 - 0:23

Je pensais bien que vous l'aviez fait délibérément, mais un tout petit peu plus clair non ? bounce
Enfin, c'est vous l'auteur, vous avez peut-être raison.
Revenir en haut Aller en bas
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 6 Fév 2009 - 0:59

La luminosité de la photo dépend aussi de l'éclat de l'écran. Je vois deux choses très différentes quand je change l'éclat de mon écran du maximum au minimum. Dans le cas de maximum éclat je n'aime pas la photo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   Ven 6 Fév 2009 - 12:01

Oui, c'est vrai. En éclairant l'écran différemment j'ai obtenu un meilleur résultat. Vous avez raison.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Images de la Grande et de la Petite Roquette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Images de la Grande et de la Petite Roquette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Images de la Grande et de la Petite Roquette
» Une fleur simple, la plus grande du monde végétal!!
» Petite nouvelle, mais déja grande fan !
» Quelle voiture de petite taille permet d installer 3 sièges isofix à l'arrière???
» PETITE NOUVELLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: