La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1496
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Jeu 7 Fév 2008 - 13:03

Bienvenue!

Aïe, pas facile à savoir. Le plus de renseignements à ce sujet était donné dans le livre de DELARUE "Le métier de bourreau" (la référence sur le sujet).

De mémoire, les gages d'exécuteurs étaient assez élevés jusqu'à Louis Deibler inclus (soit jusqu'à 1900), mais je n'ai plus les chiffres en tête. Je crois que c'est celui qui "toucha" le plus gros traitement, qui équivalait à celui d'un cadre , voire cadre supérieur.
Ils ne cessèrent de diminuer par la suite, son fils Anatole DEIBLER se plaignant régulièrement auprès de la chancellerie de l'indigence de son traitement. Il s'en tira malgré tout fort bien avec le patrimoine immobilier et la petite fortune laissée par son père.
Anatole DEIBLER eut droit à au moins une augmentation de la part de la chancellerie.

Par la suite, le traitement de l'exécuteur s'aligna sur celui d'un ouvrier et nécessita même l'apport financier d'une deuxième activité professionnelle.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Sam 25 Oct 2008 - 15:51

Difficile pour moi comme ça de dire à combien ça correspond effectivement.

Il me semble me rappeler vaguement que mon grand-père médecin militaire gagnait 2000francs/mois vers 1930 et que c'était considéré une belle somme.

Mais comme ça d'abord je ne suis pas su^r des appointements du grand-père ni de ceux de Deibler et de ses aides vers 1929/1930, époque marquée par une très forte inflation, sans parler de l'instabilité politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Sam 25 Oct 2008 - 15:58

Titus_Pibrac a écrit:
Difficile pour moi comme ça de dire à combien ça correspond effectivement.

Il me semble me rappeler vaguement que mon grand-père médecin militaire gagnait 2000francs/mois vers 1930 et que c'était considéré une belle somme.

Mais comme ça d'abord je ne suis pas su^r des appointements du grand-père ni de ceux de Deibler et de ses aides vers 1929/1930, époque marquée par une très forte inflation, sans parler de l'instabilité politique.


A vos machines !

http://www.insee.fr/fr/themes/indicateur.asp?id=29&type=1&page=achatfranc.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: références chiffrées   Sam 25 Oct 2008 - 16:27

On doit pouvoir trouver mieux !



http://clioweb.free.fr/dossiers/salaires/salprix.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Sam 25 Oct 2008 - 17:35

Cela cadre à peu près avec le salaire de mon grand-père médecin-lieutenant.

Ceci-dit, M. Deibler avec 10.000 francs par an n'était pas beaucoup payé eu égard au caractère infiniment difficile de son métier.

Cela ne correspond pas à plus de 17.000 €/an aujourd'hui, et encore, ce qui pour quelqu'un en fin de carrière comme lui ...

Pour ne rien dire de ses aides sous-payés.

Il y avait les primes de te^te mais vu le faible nombre de patient - moins de 10/an en moyenne - , je ne suis pas su^r que celà compense correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Sam 1 Nov 2008 - 21:55

En principe pour autant que je me rappelle les bourreaux sous la IIIème Répu percevaient une prime dite de te^te ou de panier pour chaque exécution.

Ce système a perduré jusqu'à l'abolition.

Mais je ne suis pas su^r que ce métier au XXème ait nourri son homme - je pense a priori que les exécuteurs faisaient en partie ce métier par "tradition" - le revenu provenant de ces activités n'étant pas mirobolant.

Evidemment je peux me tromper et m'excuse si c'est le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Dim 2 Nov 2008 - 9:13

Titus_Pibrac a écrit:
En principe pour autant que je me rappelle les bourreaux sous la IIIème Répu percevaient une prime dite de te^te ou de panier pour chaque exécution.

Ce système a perduré jusqu'à l'abolition.

Mais je ne suis pas su^r que ce métier au XXème ait nourri son homme - je pense a priori que les exécuteurs faisaient en partie ce métier par "tradition" - le revenu provenant de ces activités n'étant pas mirobolant.

Evidemment je peux me tromper et m'excuse si c'est le cas.
Bonjour, Titus !
La " prime de tête " est une légende qui a la peau dure...

Ne vous excusez surtout pas...Ai entendu à la télé, il y a quelques années, un haut magistrat en retraite, relatant une " conférence préparatoire" tenue à la Santé la veille de l'exécution Buffet/Bontems Question Question en parler comme d'un fait avéré, ladite "prime" étant même attribuée à Obrecht Exclamation Exclamation
Bonne journée. Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Dim 2 Nov 2008 - 14:49

Alors cette prime de panier est une légende ou non ?

Dans tous les cas, j'ai l'impression que le métier d'exécuteur n'était plus très rémunérateur au XXème S. Je le vois plus comme un complément utile pour un autre salaire. Deibler a-t'il continué à vendre son champagne après 1909 ? Desfourneaux à réparer des moteurs ?

Ce métier'a-t'il était vraiment "payant" dans le passé, pour Charles-Henri Sanson par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Dim 2 Nov 2008 - 14:51

Ou bien est-ce que l'inflation liée à la 1ère G.M. a réduit à peu de chose après 1918 des salaires corrects pour ce qui est de Deibler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Dim 2 Nov 2008 - 21:51

D'après jacques Delarue (Le métier de bourreau), Roch, exécuteur nommé en 1872, touchait à ses débuts 6000 francs de gages et un abonnement de départ de 12000 francs pour la première année et de 10000 francs pour les deux années suivantes. Ces 10000 francs francs annuels lui faisaient au total un revenu annuel de 16000 or, somme considérable pour l'époque qui faisait de Roch l'égal de rentiers fort aisés, riches même.

Delarue ajoute :

A une époque ou beaucoup d'ouvriers gagnaient moins de 5 francs par jour et un instituteur titulaire 100 francs par mois, c'était là ce qu'on appellait alors une «belle situation» d'autant plus belle qu'on ne le faisait travailler qu'une fois par mois en moyenne. C'était une rente de situation. Nous verrons de ce point de vu que les choses ont bien changé.
Mais la fin du XIXème siècle le métier de bourreau était devenu très rentable.
Revenir en haut Aller en bas
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1496
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Mer 5 Nov 2008 - 13:07

Pour en revenir à la prime de tête, je crois me souvenir que celle-ci a malgré tout existé durant la guerre d'Algérie et en Algérie seulement. Mais il s'agissait en fait d'une prime de risque, l'exécuteur et ses aides exposant leur vie aux tentatives de représailles du FLN.

Voir à ce sujet le livre de F. Meyssonnier.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Mer 5 Nov 2008 - 13:43

Quid de la période post-1914 avec l'inflation ?

Le poste d'exécuteur des arre^ts criminels est-il aussi bien rémunéré en terme de pouvoir d'achat que sous la Belle époque et le Second Empire ?

J'ai l'impression que cela s'était bien détérioré. Question Question Question Question Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Les tarifs du Bourreau - année 1755 (La Rochelle)   Ven 2 Sep 2011 - 11:30

Le tarif du bourreau donne un aperçu terrifiant des sévices pratiquées à l’époque sur les délinquants :

Tarifs de l'exécuteur des sentences criminelles :

Pour décoler 120 Livres (soit 2400 euros)
Pour bruler 100 Livres (soit 2000 euros)
Pour romper 60 Livres (soit 1200 euros)
Pour pendre 30 Livres (soit 600 euros)
Pour le fouet 10 Livres (soit 200 euros)
Pour la marque sur une épaule 5 Livres (soit 100 euros)
Pour la marque sur les 2 épaules 10 Livres (soit 200 euros)
Pour l’exposition au, carcan 10 Livres (soit 200 euros)
Pour couper le point 10 Livres (soit 200 euros)
Pour la question ordinaire et extraordinaire 15 Livres (soit 300 euros)
Pour lamande honorable 10 Livres (soit 200 euros)
Pour couper ou perser la langue 10 Livres (Soit 200 euros)
Pour décoler en effigie 60 Livres (soit 1200 euros)
Pour pendre en effigie 15 Livres (Soit 300 euros)
Pour bruler en effigie 50 Livres (soit 1000 euros)
Pour attacher au poteau ou potence les sentences pour les autres peines prononcées contre les contumax, comme bannissements à temps ou à perpétuité, fouet et flétrissure, galères, ou la question ordinaire et extraordinaire 15 Livres (Soit 300 euros)


On observe que le présent tarif n’est que pour lexecution des sentences qui se font dans la ville de la Rochelle, car si elles sont executées ailleurs, hors la ville , on augmente la taxe suivant la distance des lieux.

On observe aussy que pour les executions cy dessus establies que c’est lexecuteur qui se fournit de tout ce qu’il luy est necessaire lorsque lexecution se fait dans la ville de la Rochelle, car s’il se transportait ailleurs, hors de la ville soit pour rompre ou pour pendre, le juge criminel des lieux luy fait fournir dechaffaut et de pottence.

Il n’y a que pour les effigies de l’executeur ne fournit point de tableau. On délivre un exécutoire pour cet article suivant le prix convenu entre le procureur du roy et celuy qui fait le tableau.

L’exécuteur est obligé dexposer les corps de ceux qui sont executés soit aux fourches patibulaires ou autres endroits indiqués par les sentences, sans que pour cette raison de ce il luy soit rien payé.

Délivré copie du susdit tarif au sieur Lemercier

Le 6 juin 1755 de R

(archives du Présidial)




Dernière édition par epsylon le Ven 2 Sep 2011 - 14:12, édité 1 fois (Raison : pour ajout des correspondances en euros...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Ven 2 Sep 2011 - 12:37

Quelqu'un pourrait-il, sur le Forum faire une estimation en euros ?
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5638
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Cours des monnaies au XVIIIème siècle   Ven 2 Sep 2011 - 13:36


Le cours des monnaies au dix-huitième siècle.

J'avais relevé ces valeurs à l'occasion d'une lecture ("Les reines de France" par Simone Bertière ?)

L’unité est la livre, bien qu’il n’existe pas de monnaie correspondante. Seuls les louis d’or et les écus d’argent circulent. On estime qu’en 2009, une livre équivaut approximativement à 20 €.
-1 écu = 6 livres (120 €) ;
-1 louis = 24 livres ou 4 écus (480 €).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5638
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Ven 2 Sep 2011 - 13:41

Les deniers et les sous étaient utilisés en menue monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 52
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Les bourreaux de Bordeaux   Sam 29 Oct 2011 - 15:46

Archives départemental gironde

19 decembre 1730
Proset Jean valet de l’exécuteur des hautes œuvres

15 février 1731
jean Proget valet de l’exécuteur des hautes œuvres

1562-1599
gages Maitre des hauts œuvres 60 L (gages officiers du bazadais 273L15s)

Louis Maubert Maitre des hauts œuvres de Bordeaux 20 écus par an

Pierre ou André Chaigneau Maitre des hauts œuvres 60L


Pierre de la Boucherie exécuteur de la haute justice et a deux trompettes, 8livres pour avoir fouetté et fleurdelizé Jean de la Fon dit le menu

Pierre Guitard exécuteur de la haute justice

A l"executeur de Bayonne 18 Livres Tournois

Dépense: 25 sols, pour le traitement de l'exécuteur de haute justice d'Agen, mort le 8 février 1736
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Jeu 16 Aoû 2012 - 10:42

Relevé dans le Dictionnaire historique des arts, métiers et professions, exercés dans Paris depuis le treizième siècle, 1906, par Alfred Franklin.
Les chiffres dans le texte renvoient aux notes du bas de page, établies par Franklin.

LE BOURREAU

En vertu du droit de havage, il prélevait les jours du marché, sur chaque étalage une pleine main de chacun des légumes verts ou des grains exposés en vente à la halle . Il touchait encore certaines redevances sur les fruits, le poisson de mer et d'eau douce, les balais, le foin, etc. De plus, chaque lépreux habitant la banlieue de Paris lui devait quatre sous par an .1.
Le prieuré de Saint-Antoine avait le privilège exclusif de nourrir dans Paris des pourceaux. Le bourreau était chargé de saisir tous les autres rencontrés errants par la ville, et il recevait cinq sous pour chacun de ceux qu'il amenait à l'Hôlel-Dieu .2.

Ecoutons maintenant Sauval : « Les religieux de Saint-Martin [des Champs] doivent tous les ans, le jour de la Saint-Martin, à l'exécuteur de la haute justice cinq pains et cinq bouteilles de vin pour les exécutions qu'il fait sur leurs terres ; et le bruit court que, ce jour-là, ils le faisoient dîner avec eux dans leur réfectoire sur une petite table qu'on y voit : c'est un faux bruit dont on ne sait rien davantage. Les religieux de Sainte-Geneviève lui payoient encore cinq sols tous les ans, à cause qu'il ne prend point de droit de havée. L'abbé de Saint-Germain des Prés lui donnoit autrefois, le jour de saint Vincent, patron de son abbaye, une tête de pourceau, et le faisoit marcher le premier à la procession .3.»

Il recevait parfois une paire de gants. Cela, a-t-on dit, pour que ses mains parussent sortir pures de l'exécution dont il était chargé .4. Il pouvait s'emparer de l'argent qu'il trouvait sur les suppliciés. « Et est à noter que quand un homme est justicié pour ses démérites, ce qui est au dessous de la ceinture est au bourel, de quelque prix que ce soit .5. ». Cette phrase date de 1572. Vingt-cinq ans plus tard, Lestoile, racontant l'exécution d'un espagnol convaincu de tentative de meurtre, dit qu'on lui trouva cent doublons cousus en un coing de ses chausses, dont il y eust procès entre M. Rappin et le bourreau à qui les auroit, soutenant l'un et l'autre que le dit argent leur appartenait.
Lors des exécutions, ou à l'occasion des feux de la Saint-Jean, le bourreau louait des places aux curieux qui voulaient contempler de près tous les détails de la cérémonie. J'ai trouvé l'avis suivant dans un des recueils manuscrits de la bibliothèque Mazarine .6. : « Le sieur Bausire, maître ordinaire des hautes et basses oeuvres de la ville et banlieue de Paris, et le sieur Lepautre, son dessignateur effigiaire .8, advertissent le public qu'ils loueront des places sur leurs échafaux, à un prix raisonnable, pour voir le feu que l'on fera en Grève. L'on prendra les billets au pilori, chez Mrs leurs valets. Les places seront marquées d'une fleur de lys, et les méros d'une croix de Saint-André .7. »
Comme compensation à toutes ces prérogatives, le bourreau devait fournir les cordes, épées, couteaux et autres objets concernant sa profession;cependant les potences, bûchers et cotterets n'étaient pas à sa charge.

Au dix-septième siècle, la graisse humaine passait encore pour un excellent remède contre les rhumatismes, et en ce qui la concerne, le bourreau faisait aux apothicaires une concurrence regrettable. Ecoutons l'apothicaire Pierre Pomet : « Nous vendons de l'axonge humaine, que nous faisons venir de divers endroits. Mais comme chacun sçait qu'à Paris le maître des hautes oeuvres en vend à ceux qui en ont besoin, c'est le sujet pour lequel les droguistes et les apothicaires n'en vendent que très peu. Néanmoins, celle que nous pourrions vendre, ayant esté préparée avec des herbes aromatiques, seroit sans comparaison meilleure que celle qui sort des mains de l'exécuteur .8. ».

Contre l'apoplexie et la gravelle, on employait l'usnée ou le magistère de crâne humain. C'était une sorte de mousse verdâtre issue d'une tête de mort. Mais, comme le dit encore très bien Pomet, le plus savant apothicaire du dix-septième siècle, « le crâne des criminels nouvellement pendus, vidé de sa cervelle et de tout ce qu'il contient, bien lavé, bien séché vaut infiniment mieux : c'est celui que les droguistes vendent sous le nom de crâne humain .9. » . Le célèbre Lémery ne mettait pas en doute l'efficacité de cette préparation. Il écrivait en 1738 :

« Pour faire le magistère de crâne humain, on calcine le crâne et on le pulvérise subtilement. Mais ce magistère n'est qu'une tête morte privée de vertu ; on fera bien mieux d'employer, en sa place, du crâne d'un jeune homme mort de mort violente .10. ». On comprend, dès lors, pourquoi la vente des cadavres constituait au bourreau une abondante source de revenu.



1. Voy. Les droits du bourel de Paris dans Leber,
Dissertations, t. XIX, p. 173.
2. Fontanon. Édits et ordonnances, t. 1, p. 229 et 869.
3. Antiquités de Paris, t. II, p. 457.
4. Mémoires de la société des antiquaires de France, VIII,
(1829), p. 433.
5. Coté A 15407, 9e pièce.
6. Pour les coupables exécutés en effigie.
7. Les meneaux ou jetons sans doute.
8. Histoire générale des drogues, 2e partie, p. 7
9. Histoire générale des drogues, 2e partie, p. 8
10. Pharmacopée universelle, p. 350.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Ven 17 Aoû 2012 - 14:41

Alfred Franklin. Suite.

Pour un cadavre cédé à la Faculté, le bourreau recevait seulement trois livres. Les chirurgiens se montraient plus généreux. En 1659, ils achetèrent un supplicié cinquante-cinq livres, plus six livres de bougies, l'enlèvement ayant eu lieu pendant la nuit. L'arrêt du 28 mars condamne solidairement « Galliot, greffier criminel du Châtelet, Saint-Germain et Dubois, exempts, et l'exécuteur de la justice, à restituer les six livres de bougie et les cinquante-cinq livres mal pris et exigez pour avoir délivrance d'un cadavre supplicié ». La Taille de 1292 mentionne, dans la rue Guérin-Boucel .1. « Thevenot le bourriau ». Est-ce à lui qu'a appartenu le badelaire * dont se servait, au treizième siècle, le bourreau de Paris pour les décapitations et qui est aujourd'hui conservé au musée de Cluny .2. ?

Le bourreau de la prévôté de Paris avait pour costume officiel des chausses et un maillot couleur sang de boeuf ; les armes de la Ville étaient brodées sur la poitrine. Il était logé dans le bâtiment du pilori, autour duquel il avait fait élever plusieurs échoppes qu'il louait à de petits marchands. Il était tenu de former des apprentis ou aides, car la variété des procédés employés contre les patients faisait de l'office de bourreau un métier compliqué. Il fallait savoir faire sauter une tête d'un coup d'épée, manier le fer chaud, percer la langue, arracher les oreilles et les ongles, pendre, noyer, écarteler, brûler, rouer, etc. ; il fallait enfin savoir appliquer la torture.

* Sabre, ou épée, large et recourbé vers la pointe.

1. Rue Guérin-Boisseau
2. II a 0,79 de longueur et porte le n° 5475




Musée de Cluny Musée national du Moyen-Âge
________
6 place Paul Painlevé
75005 Paris
Renseignements : 01 53 73 78 00
Visites : Tous les jours, de 9h15 à 17h45, sauf le Mardi
Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre
Gratuit pour les moins de 26 ans (Attention, uniquement pour les membres
de la communauté européenne
Gratuit pour tous le 1er dimanche  du mois
Accès : Métro. Cluny-la Sorbonne - Saint-Michel - Odéon
RER. Ligne C : Saint-Michel / ligne B : Cluny-La Sorbonne
Revenir en haut Aller en bas
fischer
Condamné à mort


Nombre de messages : 6
Age : 39
Date d'inscription : 19/08/2012

MessageSujet: document précis   Lun 20 Aoû 2012 - 19:25

Bonsoir

pourriez-vous s'il vous plaît m'indiquer un document aux références précises où je pourrai trouver un détazil de toutes les sommes perçues par les bourreaux?

Je vous en serais très reconnaissant si vous m'aidiez.

Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5638
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Décret de la Convention nationale 18 frimaire an 2   Lun 18 Mar 2013 - 16:47




Décret de la Convention nationale 18 frimaire an 2 - transport de la guillotine, département de la Meurthe, Nancy.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5638
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Saisie-arrêt sur le traitement de l'exécuteur ?   Lun 20 Mai 2013 - 16:50


La question est… tranchée !




Le Siècle, 24 juillet 1846

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: le salaire du bourreau   Sam 14 Déc 2013 - 20:49

Bonsoir,
je viens d'apprendre, en lisant "Le tableau de Paris" de Mercier, que le bourreau est devenu salarié du royaume sous le règne de Louis XVI.
Qu'en était-il auparavant? Pouvait-on dire qu'il recevait des "gages", des émoluments?
Merci d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Dim 15 Déc 2013 - 11:31

je ne comprends pas, mon message vient d'être relié à celui sur les appointements du bourreau... Il était un message nouveau auparavant. Je ne comprends pas vraiment...
Merci d'avance de votre réponse
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5638
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   Dim 15 Déc 2013 - 21:00

Bonjour Dafalgan,

Votre post se rapporte à la rémunération des exécuteurs. Il ne doit pas faire l'objet d'un nouveau sujet mais être rattaché au sujet préexistant : "Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements".

Cordialement.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exécuteurs : rémunération - traitement - appointements
» Rémunération du créateur d’entreprise : RMI, Smic, Twingo ou
» rémunération à l'amplitude???
» rémunération des heures de nuits
» quelle est la juste rémunération d'un négociateur notarial ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CES MESSIEURS DU PETIT MATIN-
Sauter vers: