La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Emile Ferfaille - 1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Emile Ferfaille - 1918   Dim 20 Jan 2008 - 11:18

Je suis en train de lire un livre fort intéressant. Je connaissais l'histoire de Deibler qui avait dû aller en Belgique en 1918 à Furnes pour y guillotiner Emile Ferfaille mais ce livre m'en donne tous les détails de l'affaire et est fort appréciable.
Cet homme, soldat, avait assomé puis étranglé sa maîtresse enceinte, à qui il avait promis le mariage. Il faisait pour retarder la cérémonie car il avait une autre maîtresse avec qui il s'était fiancé et avait laisser savoir à plusieurs personnes qu'il n'allait jamais avoir l'intention d'épouser la première. Quand cette dernière, enceinte de quatre mois et demi, n'arrivait pratiquement plus à cacher son état et qu'elle commençait à lui faire des scènes plus que gênantes, il a pris la décision de la tuer. Il a longtemps essayer de faire croire que c'était dans le feu de l'action et qu'il était saoul mais l'accusation a démonté tout cela sans mal : le marteau avec lequel il l'a assomé, il l'avait volé et l'outil ne se trouvait donc pas là par hasart et la corde avec laquelle il l'a étranglée, il y avait fait des noeuds aux extrémités pour y créer des "poignées" (et donc mieux serrer... affraid )

Vous connaissez cette histoire ? study sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Dim 20 Jan 2008 - 11:58

Bonjour, Chantal, Wink

Oui, je crois que je l'ai lu dans le bouquin de Delarue, mais je crois qu'il donne peu de détails sur cette affaire.

Quel est titre de votre livre, Chantal ?
Revenir en haut Aller en bas
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Dim 20 Jan 2008 - 12:43

....c'est un livre en flamand... Laughing De laatste onthoofding (de Siegfried Debaeke)... Rolling Eyes study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Dim 20 Jan 2008 - 14:07

Chantal, il faut le traduire... bounce

Le Flamand est vraiment une langue difficile.

Dédé, où avez-vous encore dénicher ce document ? Le commissaire Maigret va être jaloux. bom
Revenir en haut Aller en bas
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Dim 20 Jan 2008 - 14:10

dédédu77 a écrit:
Bonjour,

Voici la couverture de l'ouvrage en question :


C'est exactement ça ! Le traduire est une chose fastidieuse... confused No scratch geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Abbé Cane
Aide non qualifié


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 2:35

Le livre est sous-titré "Fascinante enquête sur la dernière décapitation en Belgique", et c'est sûrement justifié !

Pour saisir le contexte, il faut se rappeler que :

— Jusqu'en 1998, on a continué à décerner des peines de mort en Belgique, et la loi disposait que les exécutions devaient être effectuées par décapitation en public... Fort heureusement, le Roi commuait toutes les sentences de mort depuis 1863, c'était une routine systématique (du moins pour les droit-co, car on a abondamment fusillé après les guerres).

— L'unique exception a été l'exécution de Emiel Ferfaille, et si je devais approuver une seule mise à mort, ce serait celle-ci, vu les circonstances.

— Cette exécution a eu lieu pendant la 1ère Guerre Mondiale, durant laquelle la Belgique non-occupée était réduite au Westhoek, le petit coin à l'Ouest du pays flamand, derrière l'Yzer, autour de Furnes, entre Dixmude et la mer.

— Deibler est venu officier le 26 mars 1918 à Furnes. La ville était alors sous le feu de l'artillerie allemande, 5 jours plus tôt Ludendorf avait lancé sa grande offensive de printemps, enfoncé les lignes anglaises pour pousser vers Arras et Amiens, était à deux doigts de casser la jonction entre armées britannique et française et d'atteindre la mer (le coup qui a mieux réussi aux Allemands en juin 1940). Pour un peu, Deibler et son équipe auraient été contraints d'embarquer à Dunkerque avec leurs bois de justice pour l'Angleterre !

Apparemment, l'écrivain Jean Botquin a publié l'an passé dans La Libre Belgique un compte-rendu du livre de Siegfried Debaeke, dont extraits suivent :

Debaeke nous apprend qu'entre 1914 et 1918 la Cour militaire belge prononça pas moins de 219 condamnations à mort dont 12 seulement furent exécutées, soit 11 pour des crimes dits de guerre( passibles du peloton d'exécution ) et 1 pour un crime de droit commun, l'assassinat perpétré par Emiel Ferfaille (26 ans, né à Menin) sur son amie, enceinte de ses oeuvres, Rachel Rijckewaert à qui ce maréchal de logis artilleur avait fait des promesses de mariage mensongères. Cette belle blonde de Furnes connut une mort atroce à coups de marteau, complétés par une strangulation au moyen de la corde que le meurtrier utilisait pour lier des légumes sur sa bicyclette. Après, il l'avait enterrée et recouverte de déchets de culture maraîchère. Quel était le mobile de ce meurtre prémédité? Ni plus ni moins, garder sa liberté pour continuer à s'amuser avec d'autres filles. Il y avait belle lurette que Rachel était remplacée. On le voit, la guerre n'empêchait pas le sexe, que du contraire. Circonstance aggravante, Ferfaille ne se soucia pas le moins du monde d'une petite vie (un embryon de quatre mois), en gestation.

A une époque où la peine de mort existait encore dans les textes ( art.8 Livre I Chap II du code Pénal de 1867. "Tout condamné à mort aura la tête tranchée... "), compte tenu du contexte de la guerre et de tous ses excès, et malgré le fait que depuis 55 ans la peine de mort n'était plus appliquée, -le Roi graciant chaque fois le condamné-, on peut comprendre le cas de conscience du Roi Albert I et du Ministre de la Justice Carton de Wiart, d'autant plus que la grâce aurait doublement protégé le condamné mis à l'abri du risque de mourir au front, en étant incarcéré à vie.

Le Roi, ayant donc décidé, devant l'horreur de ce crime crapuleux, de faire un exemple, il y avait deux raisons pour choisir la décapitation: d'une part, la loi qui la prévoyait pour les crimes de droit commun et, d'autre part, son aspect spectaculaire; le peloton d'exécution ressemblant trop au pur règlement de compte et à ce qui se passait dans les tranchées. Encore fallait-il une guillotine...

Dire qu'à l'époque des faits que nous venons de commenter, il n'y avait plus de guillotine, en Belgique, de même que de bourreaux, est inexact. Selon Debaeke, le dernier exécuteur des hautes oeuvres de justice était un certain Pierre Nieuwland, mort en 1929. Seulement, lui et ses deux adjoints, n'ayant jamais exécuté personne, ils n'avaient pas la main. Après le refus d'Albert I, on pensa, à un certain moment, à faire venir la guillotine de Bruges. Cette idée était impraticable car il fallait traverser le front de l'Yzer pour atteindre Furnes, située dans la partie contrôlée par l'Armée belge.

Par contre, au sud, la voie entre Paris et Furnes, même au pire des offensives allemandes, est libre et l'est restée jusqu'à la capitulation allemande. Le voyage d'Anatole Deibler, le bourreau prêté par la France, et de ses valets, Henri Desfourneaux et Louis Rogis dit gros Louis, et de la guillotine de campagne, plus petite que celle de Paris, peut débuter avec le train Paris Gare du Nord - Dunkerque...

Il n'en reste pas moins que le voyage n'est pas sans risque car le front anglais est ébranlé sous les coups de buttoir des Allemands. Et du côté d'Amiens, les Bois de justice ont bien failli flamber. "Le monsieur de Paris" s'énerve et commence à avoir peur de mourir, cela ne lui est jamais arrivé. A Dunkerque, on change de train pour Furnes où un camion de l'Armée belge les attend, sur lequel on transborde "la Veuve", sous escorte militaire. Furnes est bombardée par l'artillerie allemande. Quelques maisons de la grand-place sont détruites. On se résignera à officier dans la cour de la prison qui regorge de prisonniers. En attendant la "grand-messe", Deibler et ses acolytes logent à l'"Hôtel des Arcades" à la Panne où il fait plus calme. Avec un jour de retard, Emiel Ferfaille, après une nuit d'un sommeil de plomb- on aurait dit le sommeil du juste- est conduit à l'échafaud, à l'aube, pâle et ne comprenant pas ce qui lui arrive. "La Veuve" rouge lui tend les bras. Comme dit le peuple: "Il va éternuer dans le sac. Il l'a bien mérité." La grand-place qui aurait été pleine, si les Allemands étaient restés tranquilles, est vide.

Trente personnes seulement assistent à l'exécution, le nez sur l'échafaud, dont une fillette de 13 ans. Le corps est amené au cimetière d'Adinkerke afin que son âme, du moins pour autant que les meurtriers en aient une, ne puisse plus déranger celle de Rachel qui repose en paix dans celui de Furnes, sous les bombes. Quant à Deibler, "l'artiste", il a juré qu'on ne l'y prendrait plus. Il a vu la mort de trop près, et, pour une fois, c'était la sienne. A son retour à Paris, il ne quittera plus la ville [ euh ?... ] et, dans ses mémoires, il commet un lapsus. Il écrit qu'il est allé à Furnes pour exécuter un meurtrier de deux femmes et que le mobile était le vol. Le monsieur de Paris avait perdu la tête.


Texte intégral de cette recension:
http://www.lalibre.be/index.php?view=article&id=11&subid=118&art_id=338209
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 9:23

Bonjour à toute l'équipe !
Il existe une version romancée de toute cette histoire :
L'Obéissance , François SUREAU, Gallimard, 2007.
Disponible chez Amazon à un prix raisonnable, environ 12 € study Very Happy
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1246
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 14:07

Pierrepoint, ne recommande pas ce torchon à nos chers amis du forum !!!
L'histoire est bien trop romancée pour être crédible !
Vous voulez un bon livre sur les bourreaux ? "Dieu et nous seuls pouvons" est là.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 16:56

Sywan a écrit:
Pierrepoint, ne recommande pas ce torchon à nos chers amis du forum !!!
L'histoire est bien trop romancée pour être crédible !
Vous voulez un bon livre sur les bourreaux ? "Dieu et nous seuls pouvons" est là.

Des bourreaux de quelle époque ? study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 17:09



Dernière édition par le Ven 25 Jan 2008 - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1246
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 17:11

Les débuts assez peu ordinaires de Justinien Trouvé, bourreau de Bellerocaille en Aveyron en 1683, dans la première partie ; puis Saturnin, représentant la huitième génération familiale, envoyé en apprentissage en 1912 chez Deibler dans la seconde.
Ca reste de la fiction, il y a des erreurs, mais c'est infiniment moins pompeux et pompant que "L'obéissance". Et surtout, c'est drôle !

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 17:36

Sywan a écrit:
Pierrepoint, ne recommande pas ce torchon à nos chers amis du forum !!!
L'histoire est bien trop romancée pour être crédible !
Vous voulez un bon livre sur les bourreaux ? "Dieu et nous seuls pouvons" est là.
Aïeaïeaïe !!!
Panpan cucul, Pierrepoint ! Laughing Laughing
Je confesse que je n'ai pas lu le livre en question...Mais ne l'ayant pas lu, je ne l'ai pas recommandé Embarassed Embarassed En ai simplement signalé l'existence...En tous cas, voilà 12 € d'économisés tongue
Bonne soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 25 Jan 2008 - 23:40

A propos de Justinien Trouvé.
Il y avait un film que j'ai vu il y a pas mal de temps, c'était: "Justinien Trouvé ou le Bâtard de Dieu". C'est l'histoire d'un pauvre homme, n'ayant plus de nez, qui se fait mettre une prothèse en bois et qui devient bourreau malgré lui. On y retouve dans ce film, l'excellent et regretté Roland Blanche qui se fait rouer, ainsi qu'un autre regretté, j'ai nommé le grand Ticky Holgado.
Si mes souvenirs sont bons, c'est un film plaisant à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1246
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Sam 26 Jan 2008 - 12:21

Je confirme : "Le bâtard de Dieu", un film qui n'a pas eu un énorme succès, est bien une adaptation plutôt fidèle de la première partie du roman.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1522
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mar 29 Jan 2008 - 19:43

Je confirme "Dieu et nous seuls pouvons" est l'un des meilleurs romans écrits sur le sujet. Comme souvent d'ailleurs, le livre est bien supérieur au film.

L'auteur n'a pas écrit son roman sans une solide documentation car il y a des détails qui montrent qu'il savait de quoi il parlait.

Comme le rappelle Sywan il y a deux périodes: les bourreaux au 17ème siècle et les bourreaux au début XXème.

A lire absolument. Exclamation

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mar 29 Jan 2008 - 20:05

Sywan a écrit:
Je confirme : "Le bâtard de Dieu", un film qui n'a pas eu un énorme succès, est bien une adaptation plutôt fidèle de la première partie du roman.



Justinien Trouvé ou le Bâtard de Dieu.
1993 - France - Historique - 2h40
Réalisation : Christian Fechner.
avec : Pierre-Olivier Mornas (Justinien), Ticky Holgado (Beaulouis), Bernard-Pierre Donnadieu (Martin Coutouly), Bernard Haller (Juge Cressayet), Patrice Valota (baron Raoul)
Sortie France: 15 Septembre 1993.
____________________________

LES CRITIQUES SONT DURES.

Justinien Trouvé, ou le bâtard de Dieu (1993) de Christian Fechner

Elle :
Artificialité des décors et costumes, superficialité et invraisemblances de l’intrigue. En passant derrière la caméra pour s’essayer à la réalisation, le producteur Christian Fechner semble se réfugier dans un visuel outrancier. (Abandon)


Lui :
Tourné maladroitement comme une super-production, ce film n’inspire que peu d’intérêt. Tout sonne faux, tout est poussé à outrance comme s’il ne s’agissait que de faire des images spectaculaires sur une musique tonitruante. (Abandon)
Revenir en haut Aller en bas
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1246
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mar 29 Jan 2008 - 21:03

C'est bizarre, quand je l'ai vu, j'ai passé un bon moment, et je ne connaissais pas encore le roman... Je commençais à peine mes recherches sur la Veuve.
Les avis critiques sont super relatifs.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mar 29 Jan 2008 - 23:20

Oâh !
ELLE & LUI comme canards critiques de films, pfff !!!
Sincèrement, comme Sylvain, j'ai trouvé que c'était un film plaisant, à l'instar d'un film comme BLANCHE de Bernie Bonvoisin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1246
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mer 30 Jan 2008 - 1:13

"Blanche ! BLANCHE ! Ah non vraiment, mais quel nom à la con !!!"
Le cardinal

Pas du genre à casser trois pattes à un canard, mais j'avais bien aimé celui-là aussi : bon choix, Elie !

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Monsieu Anatole en Belgique   Lun 27 Oct 2008 - 16:47

Un petit bijou consacré à un déplacement célèbre Outre-Quiévrain effectué par Monsieur Anatole en Belgique en 1918. Il vient de sortir en Folio !


http://www.librairie-ledivan.com/detaillivre.php?gencod=9782070781928
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Bill
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : Journaliste
Date d'inscription : 10/10/2008

MessageSujet: Monsieur anatole à furnes 1918   Lun 27 Oct 2008 - 17:47

quote="Sywan"]Pierrepoint, ne recommande pas ce torchon à nos chers amis du forum !!!
L'histoire est bien trop romancée pour être crédible !
Vous voulez un bon livre sur les bourreaux ? "Dieu et nous seuls pouvons" est là.[/quote]

Sorry . je n'avais pas vu les posts sur le sujet avant de poster le mien !

Sylvain dont je prise fort les avis semblait manifester une violente hostilité à ce bouquin de François Sureau , "l'Obeissance". Pourquoi tant de répulsion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1246
Age : 35
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Lun 27 Oct 2008 - 19:09

On peut considérer "L'obéissance" comme un bon roman si d'aventure on n'a qu'une connaissance lointaine de l'histoire des bourreaux, de l'affaire Ferfaille, etc...

Mais erreurs dans les aides présents et épilogue complètement contradictoire par rapport à l'histoire véritable m'ont rendu ce livre foncièrement antipathique.

Ceci étant, le style est bon, cela, je ne peux le nier.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mer 29 Oct 2008 - 7:41

J'ai lu un petit livre concernant cette affaire. Intéressant.
J'ai commandé "L'Obéissance" par curiosité...on verra bien ! Laughing study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Ven 14 Nov 2008 - 7:51

Sywan a écrit:
On peut considérer "L'obéissance" comme un bon roman si d'aventure on n'a qu'une connaissance lointaine de l'histoire des bourreaux, de l'affaire Ferfaille, etc...

Mais erreurs dans les aides présents et épilogue complètement contradictoire par rapport à l'histoire véritable m'ont rendu ce livre foncièrement antipathique.

Ceci étant, le style est bon, cela, je ne peux le nier.

Tout à fait d'accord ! Je viens de le lire pendant mes week-ends à Vienne et à Londres (histoire de faire passer le voyage en avion plus rapidement...) et si c'est bien raconté, en forme de lettres, c'est assez loin de la réalité (même le nom est changé : Préfaille) puisqu'au moment de l'exécution, la guillotine est détruite et on réquisitionne des policiers qui doivent fusiller Ferfaille/Préfaille sur-le-champ... pale affraid confused Sleep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Javier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 783
Localisation : Euskadi
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   Mar 21 Avr 2009 - 16:21

mercattore a écrit:

Oui, je crois que je l'ai lu dans le bouquin de Delarue, mais je crois qu'il donne peu de détails sur cette affaire.

Voici le paragraphe du livre de Delarue (édition 1979).



Mais ici, ni le nom de l'assassin ni la raison du crime sont comme on a vu sur les posts antérieurs. Est-ce qu'il y a un erreur?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emile Ferfaille - 1918   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emile Ferfaille - 1918
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Emile Ferfaille - 1918
» Emile Henry - 1894
» L'affaire Ritondale -1918
» Emile Louis est mort hier
» La peine capitale ou L'expiation d'Emile Friant - tableau saisissant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: