La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Henriette-Blanche Canaby, la vraie Thérèse Desqueyroux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Henriette-Blanche Canaby, la vraie Thérèse Desqueyroux   Jeu 18 Aoû 2016 - 18:00

HENRIETTE-BLANCHE CANABY, LA VRAIE THÉRÈSE DESQUEYROUX

°°°°°°°




Henriette Canaby, à son procès en 1906, a inspiré le personnage de Thérèse Desqueyroux
© Photo repros « so », photos dr


THÉRÈSE DESQUEYROUX LA BORDELAISE

Henriette-Blanche CANABY, qui « soignait » son mari avec de l'arsenic, inspirera MAURIAC pour son illustre personnage. Ancien prof de médecine légale, Michel Bénézech a tous les documents du procès.

Le 16 juin 1905, ce qui se déroule au palais de justice de Bordeaux pourrait être un film. Or l'histoire est vraie. Le procureur vient de recevoir une plainte de Raymond Gaube, médecin et conseiller général dans les Landes. Le médecin dit avoir été informé par un pharmacien de Bordeaux. Ce dernier aurait délivré une ordonnance, au nom d'une certaine Henriette-Blanche Canaby, qui prescrit deux produits dangereux : l'aconitine et la digitaline. Du poison à forte dose. Le médecin se dit d'autant plus inquiet que ce ne serait pas la première ordonnance de ce type qu'on aurait présentée au pharmacien.


La copie de la fausse ordonnance, cœur du procès

54, QUAI DES CHARTRONS

Le docteur Gaube connaît la patiente (c'est une amie) mais affirme n'avoir jamais écrit, encore moins signé un tel document. Voilà comment les policiers débarquent au 54 du quai des Chartrons, une belle demeure en pierre avec vue sur la Garonne. C'est là que vivent Henriette et Émile Canaby. Elle est âgée de 39 ans, lui de 44.


La maison des Canaby, quai des Chartrons à Bordeaux

Émile Canaby est un courtier en vins. Lorsque les policiers le découvrent, il est au lit. Pris régulièrement de fortes fièvres, de vomissements, de diarrhées, il est couché depuis deux mois. Plus les jours passent, moins il peut se lever. Il est paralysé des jambes et commence à ne plus pouvoir bouger les mains et les bras.

Une tentative d'empoisonnement ? Henriette Canaby jure que non. Des détails intriguent tout de même les enquêteurs. Lorsqu'elle est proche de son mari, celui-ci va très mal. Il suffit qu'elle s'éloigne quelques jours pour qu'il se remette un peu. En plus, des doutes planent sur son couple. On dit qu'elle est « peu amoureuse » et s'est mariée par intérêt. Infidèle en plus ? On la voit souvent en promenade (même en vacances) avec « un ami de longue date ». Un certain Pierre Rabot.

INCARCÉRÉE À LA PRISON DU HÂ

L'affaire fait jaser aux Chartrons. Encore plus lorsque les graphologues affirment qu'Henriette Canaby a bien rédigé l'ordonnance et que les professeurs Lande, Pitres et Arnozan, médecins bordelais, concluent que la symptomatologie d'Émile est compatible avec une « polynévrite par intoxication chronique à l'arsenic ». Henriette Canaby est inculpée pour faux, usage de faux et d'empoisonnement. Elle est incarcérée à la prison du Hâ.

Le comble de l'histoire à ce moment-là, c'est qu'Émile, l'époux qui a frôlé la mort, ne partage pas l'avis des enquêteurs. Il défend son épouse. Par amour ? Pour l'honneur de la famille ? À nouveau debout et en pleine forme, il indique avoir toujours pris de la liqueur de Fowler (une préparation à base d'arsenic) pour soigner ses maux.

UN DOUTE

Un sérieux doute plane donc sur le procès qui s'ouvre le 25 mai 1906 devant la cour d'assises de la Gironde. Un doute dans lequel s'engouffre Léonce Peyrecave, l'avocat de l'accusée. Un défenseur capable à l'époque de faire pleurer tout le monde, jusqu'aux gendarmes, avec des effets de manches extraordinaires et un tonitruant « Fermons le code ! Ouvrons nos cœurs ! »

L'avocat joue sur les failles, l'absence de certitude côté experts et l'incroyable soutien du mari. Henriette Canaby échappe ainsi à la condamnation extrême. La cour l'acquitte du crime d'empoisonnement et la condamne seulement pour faux et usage de faux (les ordonnances) à quinze mois de prison.

À peine libérée, elle abandonne son mari, fait ses bagages et va vivre à Paris. Elle ne reviendra en Gironde qu'en 1936, trente ans plus tard, pour vivre auprès de sa sœur à Cambes, sa commune natale. Elle est morte le 31 octobre 1952, à 86 ans.

REVUE PAR FRANÇOIS MAURIAC

Étonnante histoire… Si étonnante qu'elle a bouleversé le jeune François Mauriac. Alors âgé de 21 ans, ce dernier a assisté au procès et avoué avoir été profondément marqué par la « petite silhouette entre les deux gendarmes dans le box des accusés, cette bouche mince, cet air traqué ».

Ainsi est né le livre « Thérèse Desqueyroux », en 1927. François Mauriac s'est inspiré de la vie d'Henriette Canaby. « J'ai emprunté à son affaire les circonstances matérielles de l'empoisonnement mais je n'ai pris qu'une silhouette. » Bien plus que cela en fait. Les similitudes sont nombreuses. Dans le livre, comme dans le film.

http://www.sudouest.fr/2012/11/14/therese-desqueyroux-la-bordelaise-877675-2998.php

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt


Dernière édition par Adelayde le Jeu 18 Aoû 2016 - 18:37, édité 2 fois (Raison : Mise en page)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Henriette-Blanche Canaby, la vraie Thérèse Desqueyroux   Jeu 18 Aoû 2016 - 18:01

À la une de L’Heure du crime, l’affaire Henriette-Blanch Canaby, qui a inspiré à François Mauriac l'héroïne de son célèbre roman, « Thérèse Desqueyroux ».

Bonne écoute !

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-heure-du-crime-lundi-26-novembre-henriette-canaby-la-vraie-therese-desqueyroux-7771230998

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Henriette-Blanche Canaby, la vraie Thérèse Desqueyroux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRE VRAIE.....EN RESUME DU SUJET
» Une petite histoire vraie inédite vécue par moi.
» HISTOIRE VRAIE?
» US Mint / liberty dollar /attaque contre la vraie monnaie
» LE PRUNEAU...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: