La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une exécution supplémentaire en 1977

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
brossman
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : ------------ Photo de la carte professionnelle d’André OBRECHT, en hommage au dernier grand exécuteur français --------------------------
Date d'inscription : 21/10/2011

MessageSujet: Une exécution supplémentaire en 1977   Lun 15 Fév 2016 - 7:40

"La Machine" (1977)

Un film de l'excellent Paul Vecchiali, réédité en livre-DVD par La Traverse et Les Editions de l'Oeil

Paul Vecchiali, qui y incarne le rôle de l'avocat du condamné, utilise le cinéma pour communiquer son aversion de la peine de mort, notamment dans une interview journalistique filmée dans la rue devant l'Elysée, après son entrevue avec le président de la république.

Cette film s'inspire très fortement de l'affaire Ranucci (enfant, chien noir, reconstitution, scénario de l'exécution), même si il s'en éloigne un peu sur le sujet du crime et les motivations de l'assassin.

L'exécution (tournée de jour pour des raisons cinématographiques) est filmée en plan séquence, et avec beaucoup de réalisme, jusqu'à montrer sans fard la violente découpe de la tête par le couperet.

Paul Vecchiali a eu recours à des conseillers techniques pour ce film, et notamment Jean-François Le Forsonney, avocat de Christian Ranucci.

Comme on le voit dans le film, l'acteur a fait don de sa vie pour le film et a été réellement guillotiné.

A voir sur Youtube (séquence finale de l'exécution) :
https://www.youtube.com/watch?v=0ppVMPSAIC8#t=1h29m50s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1492
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Une exécution supplémentaire en 1977   Lun 15 Fév 2016 - 13:23

brossman a écrit:
"Comme on le voit dans le film, l'acteur a fait don de sa vie pour le film et a été réellement guillotiné.

Je pense qu'il s'agissait d'humour noir, mais vous n'avez pas mis de smiley ou de guillemets... Wink

Personnellement je trouve plus vraisemblable l'exécution de François Toledo, dans ce film:



En effet,l'angoisse et la grande faiblesse du condamné, due au stress, y sont plus perceptibles.

De même, la gêne des personnes présentes y est plus visible.

En outre, la "cérémonie" est faite sans aucun temps mort, "tambour battant", à la différence du film que vous évoquez où le condamné reste plusieurs secondes sur la planche avant que la lame ne tombe.

Mais je vous remercie de m'avoir fait connaitre ce film que j'ignorais.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 518
Age : 56
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Une exécution supplémentaire en 1977   Jeu 18 Fév 2016 - 5:39


http://guillotine.cultureforum.net/t125p495-la-veuve-va-au-cinema-films ....... et aussi notre image principale de FORUM.

La Prison représenté dans le film, c'est une prison française vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1232
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Une exécution supplémentaire en 1977   Sam 20 Fév 2016 - 18:12

Dans les deux cas, c'est bien une prison qui a servi de lieu de tournage.

Pour l'exécution de Toledo, il s'agit d'une partie de la maison départementale de Nanterre (403, boulevard de la République). L'endroit cumulait plusieurs fonctions (hospice, résidence pour indigents...) mais également deux quartiers cellulaires : c'était une prison pour mendiants et condamnés en correctionnelle à de courtes peines.



Après leur désaffection pénitentiaire, les quatre bâtiments existent toujours, et font partie intégrante du Centre d'Accueil et de Soins Hospitaliers. J'ignore s'ils ont servi pour d'autres films que La vie, l'amour, la mort.

En ce qui concerne "La Machine", en étudiant les scènes pénitentiaires du film, je sais désormais où cela a été tourné : à la maison d'arrêt de Corbeil, dans l'Essonne, 26 rue Féray.



Devenue centre de semi-liberté en 1970, la prison, construite en 1883, désormais vouée à accueillir de courtes peines - et la nuit uniquement -, accueille depuis cette époque en journée de nombreux tournages de films. De mémoire, je cite "Les Ripoux" - on voit Philippe Noiret se promenant dans une des cours similaires à celle où on supplicie Lentier - ou la série télé "Clem", ou l'héroïne y est incarcérée suite à une fausse accusation, mais il y en a d'autres ("Pierre Goldman", pour Canal +) - je pense même que toutes les fictions de TF1 où une prison est nécessaire doivent se tourner là-bas. On la reconnaît, dans les plus anciens films, pour sa porte peinte, côté cour, en couleur jaunâtre (elle est désormais bleu-gris).

Concernant la peine de mort, Corbeil a vu au moins deux fois la guillotine de cinéma en ses murs : la première fois, c'était avec Vecchiali. La seconde, c'est avec José Giovanni, pour "Une robe noire pour un tueur" (même si le condamné parvient à s'évader juste après la levée d'écrou).
La cellule du condamné à mort, située à l'extrémité Nord du bâtiment, est la même dans les deux cas - je suppose qu'il s'agissait d'un "mitard", au vu de la grille qu'elle comporte.

Dans "La Machine", Lentier sort de sa cellule, tourne à gauche pour accéder à une salle où l'attend la levée d'écrou et un autel de fortune. En continuant dans la même direction, il aboutit à une pièce ronde avec au moins 9 portes, chacune donnant sur une cour de promenade en contrebas. Lui prend la troisième porte (sens des aiguilles d'une montre) pour accéder à l'échafaud.



José Giovanni donne à Simon Rissler - Claude Brasseur - l'occasion de faire le chemin inverse. Rissler prend au début la même direction que Lentier, mais la première pièce est désormais une vraie chapelle, avec un véritable autel. La porte qui conduit à la mini-rotonde et aux cours de promenade est fermée. Demi-tour donc jusqu'à l'extrémité du bâtiment et la sortie principale. C'est plus réalistement dans la cour d'honneur que les bois de justice se trouvent... qui ne serviront pas à cette occasion...

_________________
"C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut. C'est par l'élixir de Sapho que ma pensée s'accélère. Les lèvres se tachent, les taches deviennent mise en garde. C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
brossman
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : ------------ Photo de la carte professionnelle d’André OBRECHT, en hommage au dernier grand exécuteur français --------------------------
Date d'inscription : 21/10/2011

MessageSujet: Re: Une exécution supplémentaire en 1977   Dim 29 Mai 2016 - 16:20

Un grand merci à Nemo et son érudition pour ces renseignements très intéressants !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une exécution supplémentaire en 1977   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une exécution supplémentaire en 1977
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une exécution supplémentaire en 1977
» Heure supplémentaire comment sa se passe ?
» heures supplémentaires - pointeuse
» renseignements complémentaire dea
» heures supplémentaires à la demande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA MACHINE DANS L'IMAGINAIRE-
Sauter vers: