La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Valentin Doilin - 1910

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Valentin Doilin - 1910   Sam 6 Déc 2014 - 19:13

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k642672r/f1.image.r=doilin.swf

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k563807d.r=guillotine.langFR

L'exécution de Valentin Doilin a eu lieu ce matin, devant la porte de la prison du Mans, sous une pluie battante et au milieu d'une foule énorme. C'est à 6 h. 1/2 que les magistrats ont pénétré dans la cellule du condamné. Il venait de se réveiller et se tenait étendu sur son lit, les yeux ouverts. Tout d'abord, Doilin n'a pas compris le sens des paroles de M. Job, procureur de la République, lui annonçant le rejet de son recours en grâce. Son avocat, Maître Bouvier-Collet a dû le rappeler à la lugubre réalité. Le condamné a été alors saisi d'un violent tremblement. Il a balbutié: On va donc me couper le cou ? M. l'abbé Pignard, aumônier de la prison, s'étant présenté, Doilin a accepté avec empressement les secours de la religion et s'est confessé. Il a assisté à la messe avec ferveur et communié. On a remarqué que pendant la célébration de la messe, son attitude est redevenue plus calme et que son tremblement nerveux a presque disparu. Conduit ensuite au greffe, le malheureux a bu deux verres de vin blanc et une tasse de café, fumé deux cigarettes offertes par son avocat, et a demandé à M. l'abbé Pignard de lui bourrer sa pipe, pour la fumer une dernière fois. Pendant qu'on procédait à la toilette, Doilin a remercié longuement l'aumônier de ses bontés et fait à son défenseur quelques recommandations concernant sa famille. Il a demandé qu'on l'enterrât avec sa pipe et ses papiers. Puis le condamné a été dirigé vers le lieu de l'exécution, distant d'une dizaine de mètres. L'aumônier précédait Doilin, tenant en mains un crucifix. Le condamné est arrivé, soutenu par deux aides, au pied de l'échafaud. Il a embrassé la croix et l'abbé Pignard, puis s'est laissé pousser sans résistance sur la bascule fatale. Trois secondes plus tard, justice était faite. Il était 7 heures. Le corps, non réclamé par la famille, a été inhumé  au cimetière du Mans. Aucun incident marquant ne s'est produit. La Croix – 1er décembre 1910
thanks Michael:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Valentin Doilin - 1910
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Valentin Doilin - 1910
» Georges Graby - Henri Michel - Le wagon sanglant - 1910
» Jean-Jacques Liabeuf - 1910
» Jean Terry (Téry-Théry) - le Soleilland de l'Aveyron - 1910
» Le jour de la Saint-Valentin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: