La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2468
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793   Dim 17 Aoû 2014 - 20:51







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793   Dim 17 Aoû 2014 - 22:43

Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - Journaliste et homme politique (Chartres, 1754 - Paris, 1793)
Chef le plus en vue des girondins pendant la Révolution et principal rival de Robespierre dans les premiers mois de la Convention,
Brissot est en 1789 un homme de lettres raté doté d'une mauvaise réputation. Personnage double, à la fois vertueux et intrigant, d'un caractère léger et confus donnant prise à ses adversaires politiques, ce fils d'un traiteur de Chartres connaît en effet des débuts peu brillants. En 1774, il abandonne le droit pour s'installer à Paris et satisfaire ses ambitions littéraires, ajoutant à son nom celui « de Warville » par anglomanie ; mais il ne parvient qu'à se compromettre dans la « Librairie clandestine ». Il fait cependant deux expériences journalistiques : il collabore de 1778 à 1783 au Courrier de l'Europe, journal franco-anglais, et fonde à Londres le Journal du lycée de Londres (1784-1785), qui est un échec. Défenseur de la liberté, il prend parti pour l'indépendance américaine, puis, en 1782, pour la révolution genevoise, rencontre en Suisse Mirabeau et, surtout, le banquier genevois Clavière, dont il devient l'ami. Si, en 1784, il est emprisonné pour dettes à Londres, puis embastillé à Paris pour des pamphlets contre la reine, et rapidement libéré en échange de renseignements sur les bas-fonds littéraires, son sort s'améliore dès sa sortie de prison : il participe alors aux affaires financières de Clavière, avec lequel il rédige un ouvrage sur les États-Unis, fonde une éphémère société gallo-américaine, puis, en 1788, la Société des amis des Noirs, qui combat l'esclavage dans les colonies, et se lie avec Sieyès, Condorcet ou encore La Fayette.
L'engagement révolutionnaire.

Au cours d'un voyage aux États-Unis, il apprend la convocation des États généraux et rentre en France, mais ne peut se faire élire député. Cependant, le 6 mai 1789, il lance le Patriote français, journal bravant la censure, aussitôt interdit, puis relancé le 28 juillet, qui fait de lui un précurseur de la presse libre. Sa feuille, qui connaît un grand succès jusqu'au 2 juin 1793, défend l'égalité civique et la prépondérance du pouvoir législatif tout en s'opposant aux excès populaires. Membre de la Commune de Paris en juillet 1789 et du Comité de législation, il ne s'impose sur la scène politique qu'à l'été 1791, jouant après Varennes un rôle de premier plan dans le mouvement républicain ainsi qu'au Club des jacobins. Élu député, membre du Comité diplomatique, il dirige la politique étrangère de la Législative, dont il devient le leader de l'automne 1791 au printemps 1792, ses partisans étant alors dénommés « brissotins ». Sa politique belliciste fait l'unanimité, à l'exception de Robespierre. La guerre, qui doit selon Brissot affermir la Révolution en opposant le principe de la liberté universelle à celui du despotisme, est aussi une arme politique censée lui permettre de l'emporter sur ses adversaires royalistes et feuillants, et forcer le roi à prendre parti. Cette période, durant laquelle il apparaît comme le chef du parti girondin, marque son apogée, mais son étoile décline avec les premières défaites militaires, tandis que, soucieux de maintenir le ministère girondin, il se met en retrait du mouvement républicain et ne joue aucun rôle dans la chute de la monarchie le 10 août 1792. Réélu à la Convention, il s'y montre farouchement hostile à la démocratie directe et au mouvement populaire, dénonce avec virulence le pouvoir de la Commune et des sections de Paris. Il est exclu du Club des jacobins le 12 octobre 1792. Lors du procès du roi, il vote pour le sursis. Discrédité aux yeux d'une partie de l'opinion et compromis par la retentissante trahison de Dumouriez, avec lequel il est lié, il perd le long duel qui l'oppose à Robespierre, de l'automne 1792 au printemps 1793, pour le contrôle de la Convention. Décrété d'arrestation avec les principaux chefs girondins à la suite des journées des 31 mai et 2 juin 1793, il attire sur lui la vindicte du Tribunal révolutionnaire, qui l'accuse d'avoir voulu rétablir la monarchie, et meurt guillotiné le 31 octobre.

http://www.larousse.fr/archives/histoire_de_france/page/143

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2468
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793   Dim 24 Aoû 2014 - 20:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2468
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793   Mar 13 Oct 2015 - 18:10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jacques-Pierre Brissot dit "Brissot de Warville" - 1793
» Jacques-Pierre Heurtevent - Siméon-Michel Monsallier - 1885
» Vivre après la mort de l’euro. Les éditoriaux de Jacques Cheminade
» CITATION....L ABBE PIERRE
» Louis XVI - 1793

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: