La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Gunther Voltz -1967

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Gunther Voltz -1967   Sam 17 Mai 2014 - 16:18






Le lundi 13 mars 1967 Gunther Volz, 29 ans, se rend chez des connaissances à Basse-Yutz, la famille de Jean Kintzinger, un maçon de 39 ans père de cinq enfants. Il déclare vouloir rencontrer l’institutrice de l’école mais ne connaît pas l’adresse. Il arrive à convaincre la mère que Solange l’aînée de neuf ans l’accompagne sur son cyclomoteur pour lui montrer le chemin. Le soir venu la fillette n’est pas rentrée et le père s’inquiète. Voltz avouera avoir tué la fillette après l’avoir violentée, il n’éprouvera jamais aucun remord ou regret.
http://scenedecrime.blogs.com/scenedecrime/fiche-criminelle-gunther-voltz.html

Me Michel Hellenbrand est encore à sa table de travail, ce 15 décembre 1967 en fin d'après-midi, quand sa secrétaire lui passe un appel du procureur général. L'échange est bref : "La grâce formée par votre client a été rejetée. Rendez-vous demain matin à 4 h 30 pour l'exécution." L'avocat blêmit en raccrochant son combiné. Sa nuit sera courte et agitée."Nous nous sommes retrouvés à l'heure convenue devant la maison d'arrêt Maurice-Barrès. Il y avait là l'avocat général qui avait requis la peine capitale contre mon client, le président de la cour d'assises, le commissaire de police qui avait dirigé l'enquête, le directeur et l'aumônier de la prison... Nous avons cheminé en procession jusqu'à la cellule de Gunther Volz. Mon client a sursauté quand le président a allumé la lumière et lui a annoncé le rejet de son recours en grâce, l'exhortant à être courageux", a souvent raconté Me Hellenbrand, aujourd'hui décédé. "Le gars s'est habillé, un peu sonné par ce réveil brutal, mais nullement affolé. Il était doux comme ces agneaux que l'on envoie à l'abattoir", rapporte encore l'avocat dans ses Mémoires (La peine de vie, La Pensée universelle, 1980).


Volz, 29 ans, accepte la bénédiction du prêtre mais repousse la cigarette et le verre de rhum que lui propose le directeur."Les aides du bourreau ont découpé le col de sa chemise avant de le ligoter. La guillotine est apparue derrière la porte donnant sur la cour. Tout s'est alors enchaîné : ils l'ont soulevé à toute vitesse, la planche a basculé et on a entendu le "chlag" de la lame qui tombait..." Quelques heures plus tard, une affiche fut placardée sur la porte de l'établissement : "Ce jour à 5 heures du matin, suite au verdict de la cour d'assises de la Moselle du 23 juin 1967 et après refus de grâce, l'exécuteur en chef des arrêts criminels a reçu au greffe de la maison d'arrêt de Metz le nommé Gunther Volz, aide couvreur, célibataire, condamné à la peine capitale, et l'a conduit dans une cour située dans l'enceinte dudit établissement, où il a été exécuté à mort, la tête tranchée conformément à l'article 12 du Code pénal."

Condamné pour le viol et le meurtre d'une fillette de 9 ans, Gunther Volz est le dernier condamné à mort messin. Contre cet ancien déserteur de la Légion étrangère, le ministère public avait requis "une peine implacable et irréversible"."La société ne peut tolérer l'existence d'un être aussi nocif", avait lancé à la cour l'avocat général Alphonse Fiegel. Par la voix de leur avocat, Me Daniel Delrez, les parents de la petite victime avaient courageusement indiqué qu'ils ne revendiquaient pas la loi du talion,"préférant la justice à la vengeance".

Commis d'office après seulement cinq ans de barreau, Me Hellenbrand avait jeté toutes ses forces dans la bataille."J'ai dit aux jurés que je ne croyais pas en l'exemplarité de la peine de mort. Je les ai mis face à leurs responsabilités en leur expliquant qu'il n'y aurait ni cassation ni grâce présidentielle", racontera-t-il plus tard, évoquant cette plaidoirie désespérée comme "le pire moment de sa carrière". Après seulement quinze minutes de délibéré, le verdict tombait sous les applaudissements de la salle. Article 12. Peine de mort. Me Hellenbrand avait vu juste. A l'Elysée, où il était allé plaider son recours en grâce, le général de Gaulle l'avait écouté "avec une infinie courtoisie". "En me raccompagnant, le président m'a dit apprécier les gens qui croient en ce qu'ils font. Mais je ne me faisais aucune illusion." Un homme comme de Gaulle, partisan de la peine de mort, pouvait-il gracier un assassin d'enfant, déserteur de surcroît ?

http://www.lepoint.fr/villes/les-derniers-condamnes-a-mort-messins-30-05-2013-1677161_27.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Gunther Voltz -1967   Sam 17 Mai 2014 - 18:19

Pour un général comme De Gaulle la désertion, la trahison suffit pour condamné à mort... voir le dernier fusillé français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Gunther Voltz -1967   Mar 20 Mai 2014 - 23:11

Petit article... on évoque sur les autres pages les 10 derniers guillotinés français...

http://www.linternaute.com/actualite/magazine/derniers-guillotines-france/gunther-volz.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gunther Voltz -1967   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gunther Voltz -1967
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gunther Voltz -1967
» Potain 207 PSR E numéro 20617 année 1967
» Grue potain PSR E de 1967

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: