La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909   Mar 5 Nov 2013 - 18:11


Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909




Source – Le site de Boisdejustice :

http://boisdejustice.com/History/History.html





Les faits

Camille Favre - 24 ans, ouvrier agricole. Satyre assassin (viol et étouffement) de la petite Hélène Boisnard, 6 ans, le 4 juin 1909 à Thaims.

Condamnation : 18 août 1909 ;
Exécution : 6 novembre 1909 à Saintes.

Source – Le site de Sylvain Larue – Nemo :

http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html





Un Soleilland Charentais
LA ROCHELLE, 18 août. - Le jury vient de rendre un verdict de culpabilité sans circonstances atténuantes contre le nommé Camille Faivre qui, le 4 juin dernier, tua la jeune Hélène Boisnard, âgée de 6 ans.
Favre a été condamné à mort.


L’Ouest-Éclair, n° 3 871 du 19 août 1909





LA GUILLOTINE
Une tête est tombée
HIER MATIN
A SAINTES
-----:-----:-----:-----
Saintes, 6 novembre. Ce matin, à 6 heures 32 a eu lieu l'exécution capitale de l'ouvrier agricole Camille Favre, âgé de 24 ans, qui en juin dernier à Thaines, alors qu'il se rendait aux champs, avait abusé de la petite Boisnard, âgée de 10 ans, puis l'avait étranglée.

La guillotine devait être dressée sur la petite place à 5 mètres de la prison et dès 10 heures hier soir toutes les voies donnant accès sur cette place étaient gardées par des soldats du 6e régiment d'infanterie et des gendarmes.

A 6 heures un quart, arrivent à la prison MM. Bernard, procureur de la République ; Landredie, préfet de la Charente-Inférieure ; Gervais, sous-préfet de Saintes, et M° Pérant, avocat du condamné Favre qui dort à poings fermés. Le procureur le réveille et Favre ahuri et tremblant fortement écoute le magistrat qui lui annonce que son pourvoi est rejeté et que le moment d'expier est arrivé. Favre pleure abondamment et après qu'il s'est entretenu quelques minutes avec son avocat et l'aumônier de la prison, on le conduit dans le bureau du gardien-chef où le bourreau procède à sa toilette. Le condamné ne prononce aucune parole, il boit un verre de café et fume une cigarette. La dernière toilette est terminée.

La porte de la prison s'ouvre et on voit apparaître Favre, qui semble très résigné.
Il marche d'un pas assez ferme vers l'échafaud et embrasse l'aumônier. A ce moment les aides de M. Deibler empoignent le prisonnier et le jettent sur la bascule, le bourreau fait jouer le déclic de la guillotine et justice est faite.

La foule ne s'est livrée à aucune manifestation. Le panier contenant le cadavre du supplicié a été placé dans un fourgon qui s'est rendu au cimetière avec une escorte de gendarmes. Après un simulacre d'inhumation, les restes de Favre ont été conduits à l'hôpital où l'autopsie sera pratiquée aujourd'hui.


L’Ouest-Éclair, n° 3 942 du 7 novembre 1909

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Exécution de Camille Favre   Ven 8 Nov 2013 - 15:56


L'exécution de Camille Favre









_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909   Dim 17 Nov 2013 - 13:37



Cette carte-photo est vendue aux enchères par un particulier, au prix de départ de 100€. A son dos est portée l'annotation : « Camille Favre exécuté le 6 novembre 19O9 à Saintes ». Est-ce bien Favre ?

Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909   Jeu 21 Nov 2013 - 16:35


Charente-inférieure. Les aveux de l'assassin d'une fillette
Nous vous avons raconté le drame de Thaims, arrondissement de Saintes, ou la fillette Hélène Boisnard a été assassinée. Après enquête, Camille Favre, 25 ans, a été arrêté.
Le médecin légiste, qui a procédé à l'autopsie a démontré que la fillette a été horriblement, souillée par la brute infâme.
Favre jusqu'ici avait gardé une attitude d'un cynisme révoltant, niant tout. Devant l'évidence, Favre s’est décidé à avouer son forfait.

La Croix, n° 8 041 du 12 juin 1909
----=----=----=----=----
L'ASSASSINAT D'UNE FILLETTE

Condamnation à mort de l'assassin
La Cour d'assises de la Charente-Inférieure juge en ce moment un nommé Favre, qui est accusé d'avoir, le 5 juin dernier, violenté et étranglé une fillette de 6 ans, Hélène Boisnard.

Cette enfant habitait avec ses parents, d'honorables fermiers, à Montpellier-de-Médillan. Comme elle en avait l'habitude, elle partit après le premier déjeuner du matin, pour se rendre à récole. A midi, elle ne revint pas. Inquiète, la mère s'informa. Elle apprit que la petite Hélène n'avait pas assisté à la classe. La gendarmerie fut prévenue et les recherches commencèrent aussitôt.

Ce n'est qu'à 4 heures, le lendemain matin, que l'on découvrit la malheureuse fillette. Les vêtements déchirés, maculés de sang et de boue, elle gisait, morte, au fond d'un fossé. Des traces de strangulation étaient très nettes autour de son petit cou, et l'autopsie, que pratiqua sur place le docteur Mauny, médecin légiste, établit que la fillette avait été violentée.

Tout de suite les soupçons se portèrent sur Camille Favre, un garçon de ferme de 24 ans, que son patron avait envoyé, ce jour-là, en corvée dans les champs, et qui n'était rentré qu'à la nuit tombante, en fournissant sur l'emploi de son temps des explications inadmissibles.

Arrêté, Camille Favre fut forcé d'avouer. Il aurait nié que les taches dont ses vêtements étaient souillés auraient suffi à démontrer sa culpabilité. Sans les gendarmes, il eût été lynché par les habitants dans le trajet qu'il dut faire pour se rendre de Montpellier-de-Médillan à la prison de Saintes.

Favre était défendu par M° Péraut.
Favre a été condamné cette nuit à la peine de mort.
A la sortie du Palais de justice, la condamné a été l'objet de manifestations hostiles.

La Croix, n° 8 099 du 19 août 1909

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt


Dernière édition par Adelayde le Jeu 21 Nov 2013 - 20:36, édité 1 fois (Raison : Mise en forme du titre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909   Mar 26 Nov 2013 - 15:17

Exécution capitale à Saintes
-----:-----
De notre correspondant particulier
Saintes, 6 novembre. - L'exécution de Camille Favre qui, le 4 juin dernier, à Thaines (Charente-Inférieure), étrangla une fillette de 10 ans, la petite Bernard, a eu lieu ce matin, à 6 h. 15. Il n'y a eu aucun incident.

Favre dormait profondément lorsque les magistrats ont pénétré dans sa cellule. Réveillé par le procureur de la République, il s'est dressé sur son séant et a versé quelques larmes. Le condamné, sans aide, a mis son pantalon on l'a conduit au greffe.

Favre s'est confessé. La confession a duré trois minutes. Le curé de la paroisse Saint-Pallais lui a demandé s'il voulait entendre la messe. Le condamné lui a répondu qu'il n'en avait pas le courage. Le curé, M. l'abbé Billard, l'a accompagné jusqu'à la guillotine et l'a embrassé.
Il s'était écoulé dix-sept minutes depuis le réveil, qui avait eu lieu à 6 h. 15.

Contrairement à ce qui s'est produit trop fréquemment en pareille occurrence, la foule qui, cette nuit, avait circulé aux alentour de la prison, et qui, ce matin, remplissait les rues voisines de la place de l'exécution, ne s'est, à aucun moment, livrée à la moindre manifestation.

Le corps n'ayant pas été réclamé par la famille, le professeur Pitres, doyen de la Faculté de médecine de Bordeaux, spécialiste des maladies nerveuses, a demandé à être autorisé à pratiquer l'autopsie.
L'autorisation a été accordée sur l'engagement pris par lui de réserver exclusivement à une publication médicale le résultat des observations qu'il aura faites. L'autopsie a été pratiquée immédiatement.

M. Deibler a quitté Saintes par le train de 11 heures.

La Croix, n° 8 167 des 7-8 novembre 1909

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909   

Revenir en haut Aller en bas
 
Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Camille Favre, un Soleilland Charentais - 1909
» Exécutions en Charente-maritime
» M. Blot Sous-directeur de la Sûrété est abattu - 1909
» Les Chauffeurs de la Drôme - 1909
» Camille-Emile Maucuer-1934

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: