La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécutions en Bretagne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pilayrou
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 56
Localisation : Bretagne
Emploi : HS
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Exécutions en Bretagne.   Dim 25 Aoû 2013 - 16:34

Paru dans "Le Télégramme de Brest" de ce 25/8/2013.

"1951 est donc l'année où les dernières têtes tombent en Bretagne : le 29 juin avec l'exécution de Gustave Maillot à Saint-Brieuc et le 28 novembre avec celle de Joseph Jadeau. En France, la guillotine oeuvre pour la dernière fois à Marseille pour Hamida Djandoubi, en 1977. Dans le Finistère, la dernière exécution a eu lieu le 17 novembre 1945 : le docteur Joseph Eliès était fusillé pour assassinat ; la guillotine n'avait pas pu être transportée jusqu'à Quimper. Dans le Morbihan, elle remonte au 16 mai 1942 avec Gildas Le Roux. Et en Ille-et-Vilaine, elle a eu lieu le 4 février 1939 ; l'exécution de Maurice Pilorge fut aussi la dernière exécution publique en France. Quant à la dernière condamnation à mort, non exécutée, elle a été prononcée par la cour d'assises de Nantes, le 6 octobre 1971, à l'encontre de Jean-Pierre Boursereau, meurtrier d'un policier.

150 exécutions capitales de 1811 à 1951

En Bretagne, à partir de la création de la cour d'assises en 1811 et jusqu'en 1951, Annick Le Douget, greffière au tribunal de Quimper et historienne, comptabilise 150 exécutions capitales. Comme dans le reste de la France, les condamnations à mort sont surtout prononcées pour des atteintes aux personnes ; même s'il existe quelques verdicts pour des atteintes aux biens, notamment pour des incendiaires comme à Fouesnant ou à Pleuven. Les crimes les plus fréquents sont pour la majorité des assassinats (donc des meurtres prémédités), guidés par la haine, la cupidité ou la vengeance. Viennent ensuite les meurtres aggravés par certaines circonstances ou commis avec un autre crime : un meurtre avant un vol ou après un viol par exemple, et encore les crimes multiples ou commis en réunion. Les bandits de grands chemins n'ont droit à aucune indulgence. Il y a aussi les meurtres s'accompagnant de violences particulièrement atroces ou commis sur des personnes intouchables : parricides, meurtres d'enfants... Au XXe siècle, il y a eu une vingtaine d'exécutions en Bretagne jusqu'en 1951 : trois dans le Finistère, deux dans le Morbihan, sept dans les Côtes-d'Armor, six en Loire-Atlantique et deux en Ille-et-Vilaine. Parmi ces exécutions, onze ont été publiques (celles prononcées avant 1939) et neuf non publiques. Parmi les condamnés à mort, la Bretagne compte plus de femmes qu'ailleurs... Entre 1833 et 1880, en France, le pourcentage de femmes est de 12 % sur l'ensemble des criminels condamnés. En Bretagne, il est de 22 % ! « Parce qu'il y avait une criminalité féminine plus importante au XIXe siècle dans notre région », explique Annick Le Douget. La dernière exécution d'une femme en Bretagne est celle d'une empoisonneuse, Jeanne Liger, le 21 mars 1862 à Fougères. Au XXe siècle, la peine capitale fut prononcée à l'encontre de Bretonnes. Mais aucune tête ne tomba."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: La veuve en Bretagne   Jeu 1 Mai 2014 - 17:06

Voici un article parut sur le site Bretagne.com

La "veuve" à plein régime

Surnommée la « veuve », la guillotine a fonctionné à plein régime en Bretagne pendant la Révolution et surtout la période de la « Terreur ». Chaque département possédait la sienne et elle ne suffisait pas toujours à la tâche.

L'échafaud n'est pas une invention du « Siècle des Lumières ». Sous l'appellation d'exécuteur de la « haute justice » ou des « hautes oeuvres », l'homme en charge de cet instrument apparaît pour la première fois dans l'histoire au XIII e siècle. Néanmoins, c'est en 1789, sous la Constituante, que la peine de mort par décapitation a été officiellement instituée sur proposition du docteur Guillotin, lequel jugeait le procédé comme étant « le plus rapide et le moins barbare ». Surnommée la « veuve » ou « Louisette », c'est aussi durant la période révolutionnaire que la guillotine a connu sa plus intense activité, lors de la chouannerie opposée au régime républicain et à la Constitution civile du clergé qui s'ensuivit. Nombre de prêtres ayant refusé de prêter serment perdirent la vie sous le couperet et l'évêque du Finistère, Louis-Alexandre Expilly, qui supplanta Monseigneur de Saint-Luc et prêcha pourtant ardemment en faveur de la Constitution, ne fut pas épargné. À Paris, 1.376 ecclésiastiques montèrent à l'échafaud en moins de deux mois durant l'année 1795. Sans parler du tristement célèbre Carrier qui, malgré son zèle révolutionnaire et son acharnement contre les insurgés bretons, connut le même châtiment.

Ille-et-Vilaine : la « veuve » sur un égout
À la demande des administrateurs d'Ille-et-Vilaine, trois ans après la proclamation de la loi, le Directoire met aux enchères les travaux de construction de l'échafaud. Un entrepreneur de Rennes est déclaré adjudicataire sous réserve que le montage intervienne rapidement. Car la machine doit entrer en service dans les jours à venir. Deux braves garçons, accusés de conspiration contre la République, vont l'étrenner : le premier monte sous le regard apitoyé de la foule. « Adieu, citoyens de Rennes ! s'exclame-t-il. J'ai le plaisir de crier avec vous une dernière fois : Vive la Nation ». À ces mots, des femmes lèvent en l'air les enfants des condamnés en clamant « Grâce, Grâce ! ». En vain ! Tour à tour les têtes tombent. Durant les six premiers mois de son existence, 224 victimes vont ainsi périr sous la guillotine. Au total, 305 réfractaires au régime révolutionnaire seront châtiés de la sorte durant la seule période de la Terreur. Le spectacle du sang qui dégouline sur la place d'Armes (aujourd'hui place de la Mairie) est tel que le Conseil municipal ordonne le transfert de la Veuve sur la place de l'Égalité (place du Palais) au-dessus d'une bouche d'égout.

Finistère : un mouton expérimental
Au titre de chef-lieu du Finistère, Quimper se doit également de posséder une guillotine. Encore que le département en soit déjà pourvu par le truchement du bagne de Brest, dont l'opérateur ne chôme guère par les temps qui courent. Outre les tâches lui incombant dans son établissement, il lui faut exécuter les jugements prononcés par le tribunal révolutionnaire brestois spécialement créé pour suppléer à la mansuétude du tribunal criminel de Quimper à l'égard des contre-révolutionnaires. Ville bourgeoise, le chef-lieu demeure, en effet, dans son ensemble, attaché à l'Ancien Régime. D'où la tiédeur manifestée par ses juges dans leurs sentences. Les bois de justice arrivent à Quimper en août 1792 et, à titre d'essai, un mouton en sera la première victime dans une chapelle convertie en salle d'audiences. L'expérience ayant donné entière satisfaction, il ne resta plus, dès lors, qu'à trouver un emplacement définitif pour la machine. D'emblée le choix se porta sur la place où, trente-sept ans auparavant, face à la cathédrale, la potence avait mis fin aux aventures de Marion du Faouët. De 1793 à 1794, six personnes auront ici la tête tranchée.

Morbihan : un bourreau maladroit
Dans le Morbihan, la machine à décapiter arrive à Vannes en octobre 1792 mais n'entrera en service que six mois plus tard après l'insurrection suscitée par la levée de 300.000 conscrits. Théoriquement basée place de la Liberté (place de l'Hôtel de Ville), en fait, elle vagabondera d'une ville à l'autre selon les condamnations prononcées par les tribunaux révolutionnaires implantés dans le département. Ceux-ci vont principalement s'acharner sur les prêtres insermentés découverts dans des familles d'accueil. Cependant, l'indulgence dont fait preuve le tribunal criminel au chef-lieu du département (deux décapitations seulement à Vannes en quatre mois) ne satisfait nullement la Convention. De sorte que le proconsul est amené à transférer la « Veuve » à Lorient, place de la Montagne (Alsace-Lorraine). Commence alors une série en chaîne d'exécutions dont celles de deux femmes. L'homme en charge du couperet est un certain Eno, triste personnage à la vie publique scandaleuse, dont la maladresse à l'ouvrage fait paraît-il « souffrir mille morts » aux condamnés. À son actif, quarante-et-une têtes, lesquelles, ajoutées à celles tombées par ailleurs, feront dire que le Morbihan a été le département le plus éprouvé par la Révolution.

Côtes-du-Nord : exécutée devant sa maison
Comme Rennes et Brest, Saint-Brieuc avait accueilli avec joie la République naissante. Mais, en raison des excès liés à sa dictature, la population ne tarda pas à déchanter. Très vite, alors, les prisons se remplirent et s'activa la guillotine installée place de l'Égalité (Préfecture). Le titulaire du poste était un homme d'expérience, en l'occurrence Charles Le Caille, qui officiait précédemment au côté de la dame Gasnier, exécutrice des hautes oeuvres à Rennes. Six paysans emprisonnés pour s'être opposés à la levée en masse des conscrits inaugurèrent sa tâche. Dans la foulée, il trancha le cou à quinze suspects dont deux femmes inspirant une profonde pitié. L'une d'elles fut exécutée devant sa maison où se trouvaient ses cinq enfants. Non loin, à Lamballe, la Justice était tout aussi expéditive. En 1793, la « Louisette » fera ici, à elle seule, vingt-cinq victimes. Conscient toutefois de l'émotion causée dans l'opinion publique, le Directoire s'efforça de restaurer son image dès l'année suivante. La guillotine fut alors réservée, dans le département, aux seuls condamnés de droit commun.


Par Claude Péridy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: 20 mai 1922 : Fernand Lagadec (Rennes)   Mer 14 Mai 2014 - 22:07

Article du samedi 20 mai 1922 dans l'Ouest-Eclair.



Dernière édition par pier le Mer 1 Oct 2014 - 9:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions en Bretagne.   Lun 29 Sep 2014 - 18:23

Article de l'O-E, du jeudi 14 janvier 1909.

A propos d'une exécution à Brest en 1865...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Lagadec - 1922   Mer 1 Oct 2014 - 9:53

Voici le compte rendu de l'execution de Lagadec.

Dans l'article de journal du 19 mai, on parle de M. Deibler. On affirme qu'il est né le 2 novembre 1863 à Rennes (source ; état civil), hors quand on tape "anatole Deibler sur un moteur de recherche, il est né le 29 novembre 1863. Qui croire ?



Article du vendredi 19 mai 1922. l'O-E.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646914g/f4.zoom

Article du samedi 20 mai 1922. l'O-E.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k646915v/f4.zoom

Article du dimanche 21 mai 1922. l'O-E.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6469167/f4.zoom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1238
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Exécutions en Bretagne.   Mer 1 Oct 2014 - 10:53

Pier, Pier, Pier !

Mad 

N'avez-vous pas compris que la presse commettait de multiples erreurs ?
Par exemple, la quadruple exécution des marins du Foederis Arca s'est passée en 1866, pas en 1865...
Les journalistes de l'époque se contentaient de "on-dit"...
Fiez-vous aux informations les plus récentes, elles sont souvent beaucoup plus précises, surtout si elles émanent de ce forum !

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions en Bretagne.   Mer 1 Oct 2014 - 21:10

Embarassed Embarassed Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Allain NEDELEC - 1793   Ven 21 Aoû 2015 - 15:44

Bonjour,

Première exécution à Quimper du juge Allain NEDELEC, condamné à mort le 16 mars 1793, exécuté le 20 mars 1793.

La révolte de Fouesnant 1792-1793
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volte_de_Fouesnant#cite_note-8

Jugement du tribunal criminel de Quimper 16 mars 1793.
http://www.glenan.fr/sites/Foenizel/bulletin_10/10_Nedel.htm

Amts

Pier

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécutions en Bretagne.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécutions en Bretagne.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exécutions en Bretagne.
» Photographies d'exécutions
» Les exécutions capitales - étude de J-C Farcy pour Criminocorpus
» Les exécutions en Gaule
» Savoir passer un virage en Bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA VEUVE-
Sauter vers: