La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Crimes non élucidés - cold cases

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Crimes non élucidés - cold cases   Ven 19 Nov 2010 - 17:48

La Police Judiciaire de LILLE a créé en son sein une cellule qui travaille exclusivement sur six affaires criminelles anciennes et non élucidées. Un cas unique en France.
Lire :
http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/faits_divers/2010/05/19/article_une_cellule_cold_case_a_la_pj.shtml

* Voir également le site de Stéphane Bourgoin :
http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=32778
Revenir en haut Aller en bas
Louison
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 414
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/12/2011

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Sam 28 Avr 2012 - 20:48

Espérons qu'on pourrait élucider l'affaire Villemin et l'affaire des Fiancés de Fontainebleau.... aussi l'affaire Ranucci.... silent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Sam 28 Avr 2012 - 20:52

Et les disparus de Mourmelon ???
Revenir en haut Aller en bas
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1233
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Dim 29 Avr 2012 - 2:20

Les disparus de Mourmelon est une affaire entendue, même si elle n'a pu se clore par un jugement en bonne et due forme. Pierre Chanal, selon la loi, demeure un meurtrier présumé, ok. Mais tous les indices - je pense en particulier aux poils des victimes retrouvés dans son van - permettent d'affirmer qu'il n'a pas été la victime d'une erreur judiciaire.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Dim 29 Avr 2012 - 9:14

Il aurait pu être complice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1498
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Dim 29 Avr 2012 - 15:54

Peu probable; c'était un solitaire.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: 1940 - L'énigme du crime de "la Maman des Poilus"    Mar 26 Fév 2013 - 10:47

On l'appelait la Mère Bizolon, la Maman des Poilus, la Mère des Poilus.                                                                                                                                             Marie-Josèphe Clotilde Thévenet (épouse Bizolon), est née le 21-01-1871, à Coligny, dans l'Ain, où elle passe de nombreuses années et se marie.

Elle se fixe ensuite à Lyon, dans le quartier Perrache. A l'entrée de la guerre de 1914, son fils unique est mobilisé. Elle décide d'être utile aux Poilus et installe une buvette dans le hall de la gare de Lyon-Perrache "Le déjeuner du soldat". Gratuitement, les soldats en transit reçoivent du café, un verre de vin, du pain.
                   
Le 18 mars 1915, son fils tombe aux combats de Notre-Dame-de-Lorette, dans le Pas-de-Calais. La Maman des Poilus est désormais seule, ayant déjà perdu son mari avant son fils.
Une carte l'autorisant à quêter au profit des Œuvres Sociales Militaires lui est délivrée. Les sommes récoltées lui permettent d'approvisionner Le déjeuner du  soldat . Par la suite, elle exerce son bénévolat à l'extérieur de la gare, dans un chalet-restauration, financé par la ville et érigé devant l'hôtel Terminus.





En septembre 1919, elle cesse son activité au chalet mais continue son aide aux soldats, dans l'ancienne échoppe où exerçait son mari (artisan cordonnier), apporte son soutien à des œuvres caritatives, aide les familles par des gardes d'enfants etc.
Pour services rendus à la nation, elle reçoit la légion d'honneur en 1925, des mains du maire de Lyon, Édouard Herriot, ainsi que des décorations étrangères.




La Maman des Poilus s'est mise sur "son 31" et arbore ses décorations.
                                                                         
Septembre 1939. C'est de nouveau la guerre. La maman des Poilus décide de reprendre du service et rouvre le chalet Chez la Mère Bizolon. Elle a 68 ans.



1939. Et je recommence...


Mais le 29 février 1940, un voisin la découvre à son domicile de la rue Henri IV, grièvement blessée, victime d'une agression. A l'hôpital, elle prononce : « J'ai été attaquée par un jeune qui venait relever le compteur », puis tombe dans le coma. Elle décède, le dimanche 3 mars.
Son mort par assassinat crée une grande émotion. La ville de Lyon organise ses obsèques qui réunit une foule nombreuse.
Le même jour, le quotidien Le Figaro annonce que la police est sur une piste intéressante.

Rapidement, un homme est arrêté. Et la police le soupçonne fortement. S'agit-il de la piste intéressante  mentionnée par le Figaro ? L'avis d' Edmond Locard, célèbre criminologiste lyonnais, professeur de médecine légale et fondateur du 1er laboratoire de police scientifique en France (Lyon) conforte l'opinion de la  police sur la culpabilité du suspect.

L'homme présente la particularité d'être unijambiste. Pendant son séjour au dépôt, il s'empoisonne. Le poison provenait d'une cache, évidée dans sa prothèse de jambe, ce qui lui permettait également d'y dissimuler une trousse de cambrioleur.
Le dossier du cambrioleur-unijambiste est donc refermé d'office, cependant, pour beaucoup, comme Edmond Locard, il demeure l'assassin de Clotilde Bizolon. Mais depuis un doute subsiste toujours.

                               

Edmond Locard.
Le lundi 25 février 2013, soixante-treize ans après l'assassinat de la Maman des Poilus, le quotidien Le Progès de Lyon vient de publier un article intitulé : Un témoin dédouane l'unijambiste accusé du crime de la Maman des Poilus
Ce témoin, Michel Petit, aujourd'hui octogénaire, déclare avoir vu, le jour du crime, un soldat s'enfuir par une porte, « juste derrière chez Clotide » précise-t-il.
Edmond Locard s'est-il trompé ?

                         


En mémoire de Clotilde Bizolon, un médaillon en bas-relief a été apposé sur la pile ouest de la grande Halle de la gare de Lyon Perrache, cours de Verdun.


1914-1918

Clotilde Bizolon est inhumée dans le cimetière de la Guillotière (Lyon VIIème), 228 avenue Berthelot.

Depuis la guerre, une rue de Lyon (IIème) porte son nom, suivi de la mention MAMAN DES POILUS (relie le quai Tilsit à la place Vollon).




Louche de la Maman des Poilus
(musée Gadagne - Lyon [Histoire de Lyon].


Dernière édition par mercattore le Mer 31 Déc 2014 - 16:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
pilayrou
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 214
Age : 56
Localisation : Bretagne
Emploi : HS
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Mar 26 Fév 2013 - 11:57

Pauvre femme ! Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 51
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Mar 26 Fév 2013 - 12:55

tres belle histoire(du moins au debut..)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 61
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: Le crime du Bois de Vincennes - découverte du cadavre de Mlle Guérinot   Mar 26 Fév 2013 - 20:46

Un crime dans le Bois de Vincennes - La découverte du cadavre de Mlle Guérinot

C'est dans un massif du square du Val-d'Osne, au lieu dit le « Gros-Arbre », et à l'entrée de la rue Decesne, que des cantonniers ont trouvé le cadavre de Mlle Guérinot, la septuagénaire victime des rôdeurs si nombreux dans ce coin de la banlieue parisienne.

Mlle Guérinot, gouvernante, au service d'un ingénieur de Saint-Maurice, était allée passer sa journée de dimanche à Auteuil chez un de ses neveux. Tandis qu'elle regagnait Saint-Maurice, des rôdeurs la surprirent et, l'ayant terrassée, ils l'assommèrent à coups de talons de bottes. Puis après avoir dévalisé la victime qui n'avait sur elle qu'une modeste somme de 2 francs environ, ils traînèrent le corps dans le massif du square du Val-d'Osne, où des cantonniers le trouvèrent le lendemain matin.

Dès que le bruit de la découverte d'un cadavre dans le bois se répandit dans les environs, de nombreuses personnes du voisinage accoururent et, parmi elles, la bonne de l'ingénieur chez lequel habitait Mlle Guérinot.

C'est ainsi qu'on put fixer immédiatement l'identité de la victime.

Une fois de plus, la police s'est efforcée de purger le bois de Vincennes de tous les rôdeurs qui l'infestent. Mas il faut espérer que le Parquet se montrera moins indulgent que de coutume pour les malandrins arrêtés, et qu'il ne s'empressera pas, comme il le fait trop souvent, de rendre à la circulation les rôdeurs qui sont pris dans les rafles du service de la Sûreté.

Le Petit Journal illustré du 26 Mars 1905





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 61
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Mar 26 Fév 2013 - 21:04

pilayrou a écrit:
Pauvre femme ! Crying or Very sad

Très triste Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le crime du Bois de Vincennes - découverte du cadavre de Mlle Guérinot   Mar 5 Mar 2013 - 13:51


ASSASSINÉE POUR TRENTE SOUS
-----:-----
Le Crime du Bois de Vincennes. – Une Femme assaillie par des Rôdeurs.
Le Coup du « Père François ». - Une Arrestation.
Quand, après avoir quitté la voie du tramway et laissé derrière soi l'octroi de Charenton, on suit l'avenue de Gravelle, toute peuplée de chalets et de pavillons dont les fenêtres s'ouvrent sur le bois de Vincennes, on arrive, après cinq minutes de marche, à un endroit que l'on désigne communément sous l'appellation du « Gros arbre », parce qu'un chêne puissant, dont le pied est entouré d'un banc circulaire, domine tous les arbres d'alentour.

Le soir, ce lieu est particulièrement désert. Des massifs de fusains, de larges plates-bandes plantées de rosiers et d'arbrisseau forment, derrière le « Gros arbre » une sorte de square dans lequel il est très facile de se dissimuler.

C'est là qu'hier matin, le garde Gancel et le cantonnier Chan qui l'accompagnait, ont découvert le corps d'une femme dont la tête était en partie enfouie dans la terre détrempée par les récentes pluies.

VICTORINE GUÉRINOT

Pendant que l'un des deux hommes restait auprès du cadavre, le second courait prévenir M. Marie, commissaire de police de la circonscription qui, à son-tour, avisait téléphoniquement M. Hamard et le procureur de la République.

Le chef de la sûreté arriva une demi-heure plus tard accompagné de son secrétaire, M. Join, de l'inspecteur principal Wahlen, du sous-brigadier Gaudinot et de plusieurs inspecteurs.

Tout de suite, on procéda aux constatations, et, en quelques minutes, M. Hamard se rendit compte de ce qui s'était passé.
A quelques pas du massif où l'on avait cherché à dissimuler le corps, à l'angle d'un pavillon ouvrant sur la rue de Corse, la terre était encore rougie d'une large flaque de sang. C'est à cette place que la victime avait dû être assaillie et frappée.

En effet, une rapide enquête fit connaître son identité. Il s'agissait d'une dame Victorine Guérinot, âgée de soixante-dix ans, gouvernante et femme de confiance au service de M Mallet, ingénieur, demeurant, avec sa famille, 111, avenue de Grenelle.

Au moment où, vers dix heures du soir, Mme Guérinot, qui s'était absentée toute la journée, se disposait à rentrer chez ses maîtres, elle avait été subitement attaquée par deux individus qui, après lui avoir labouré le visage avec un instrument en fer, avaient fouillé ses poches, croyant sans doute avoir mis la main sur une rentière revenant de Paris, où elle avait dû toucher la forte somme.

Les misérables avaient été singulièrement déçus, car Mme Guérinot ne devait pas avoir plus d'une trentaine de sous dans son porte-monnaie. Une alliance en or, cadeau de Mme Mallet, qu'elle portait au doigt, ainsi qu'une paire de boucles d'oreille sans aucune valeur, avaient également été enlevées à la victime.

On suppose que la pauvre femme a dû tout d'abord se trouver prise entre deux individus dont l'un lui aura fait, par derrière, le coup classique du « père François », tandis que l'autre la frappait, en plein visage, au moyen d'un instrument contondant, un coup de poing américain, par exemple. La violence du coup avait été si grande que l'œil droit était en partie sorti de l'orbite.
Si la mort n'a pas été instantanée, elle doit être survenue peu de temps après. En tout cas, Mme Guérinot n'a certainement repris connaissance à aucun moment.

Une fois leur victime à terre, les assassins ont traîné son corps jusqu'au milieu duparterre où on l'a découvert, mal dissimulé par les arbustes.
Le cadavre a été transporté à la morgue, où le docteur Thoinot en fera l'autopsie ce matin.

CHEZ M. MALLET
La nouvelle de l'effroyable assassinat de Mme Guérinot a plongé M. Mallet et sa famille dans la plus profonde consternation.

L'un des fils de l'ingénieur nous a dit :
« Ce qui vient d'arriver est épouvantable et tous, ici, nous regrettons cette brave et digne femme que nous aimions et que nous considérions comme notre parente.
« Il y a quarante ans environ qu'elle était dans la maison. Elle avait élevé ma mère, à laquelle elle était profondément attachée, et moi-même j'avais reçu ses soins.
« Elle nous avait quittés hier matin, à dix heures et demie, pour aller rendre visite à ses neveux, MM. Lesage : l'un habite à Ivry, 11, rue Philibert-Pompée, et est employé à la maison Richard-Brazier ; l'autre demeure 5, impasse Boileau, Auteuil.
« Comme elle en avait l'intention, elle avait dû déjeuner chez le premier et dîner chez le second. Elle nous avait dit qu'elle rentrerait par le bateau. Quand, dans la soirée, nous ne l'avons pas vu revenir, nous avons pensé que, peut-être, elle avait accepté de coucher chez son neveu d'Auteuil. Cependant, nous n'étions pas sans inquiétude, car jamais chose semblable ne lui était arrivée.
« C'est ce matin que nous avons connu l'affreuse vérité. C'est nous qui sommes allés la reconnaître au commissariat, où l'on avait provisoirement transporté le corps.

LES RECHERCHES
L'enquête, rapidement conduite, a déjà donné un premier résultat. Les inspecteurs de la sûreté, au cours de leurs recherches dans le bois et aux environs du « Gros arbre » ont arrêté un nommé Durand, dit « Piedbot » individu sans aveu qui, depuis quelques jours, avait été vu rôdant sur l'avenue de Gravelle et que la rumeur publique accusait d'être l'un des auteurs du crime.

Ce qui donnerait à penser qu'il est pour quelque chose dans l'assassinat de Mme Guérinot, c'est qu'interrogé sur l'emploi de son temps dans la soirée de dimanche, il a donné des explications assez confuses, dont quelques-unes sont impossibles à contrôler. Ce qui est certain, c'est qu'il a passé la nuit dans le bois, couché dans une cahute faite de planches et de papier goudronné.

S'il n'est pas l'un des coupables, il doit certainement les connaître.
Le pavillon devant lequel l'infortunée gouvernante a été tuée est habité par un ingénieur anglais, M. Houldhsworth. En face, de l'autre côté de la rue de Corse, se trouve une autre maison d'habitation occupée par M. Thoum, marchand de chevaux, Aucune des personnes qui se trouvaient, dimanche soir, dans ces immeubles et dont la plupart n'étaient pas couchées, n'a entendu un bruit suspect.

Seules, deux dames, locataires d'une propriété voisine de celle de M. Houldsworth, ont remarqué des hurlements singuliers qu'ont poussés des chiens pendant trois minutes tout au plus, un peu après dix heures.

Les assassins ont donc opéré très rapidement, de peur que les chiens ne donnent l'alarme. Ils ont agi avec une audace d'autant plus grande qu'ils étaient éclairés dans leur sinistre besogne, par la lueur d'un bec de gaz, au pied duquel on voit encore la flaque de sang.

Le chef de la sûreté est resté toute la journée sur le lieu du crime. Il est probable qu'avant peu, on aura pu établir si l'individu arrêté est véritablement l'un des coupables. S'il en est ainsi, son complice ne tardera pas à le rejoindre au dépôt.

Parmi les dépositions recueillies jusqu'à présent, une seule mérite d'être retenue. C'est celle d'un habitant de Saint-Maurice, qui a déclaré qu'à l'heure où Mme Guérinot a été assaillie, il avait aperçu, en traversant l'avenue de Grenelle, deux individus qui fuyaient à toutes jambes à travers le bois. Il n'a pu fournir aucune indication complémentaire.

Cette piste, quoique très vague, est actuellement suivie par le service de sûreté.
Fait curieux noter : ce soir-là, vers huit heures, les gardes du bois avaient fait une battue pour chasser les groupes d'individus suspects et de filles qui, le dimanche, quand la nuit commence à tomber, s'installent dans les taillis et dont la présence constitue un véritable danger pour les paisibles promeneurs.

Il faut donc admettre que les assassins ont dû suivre leur victime à la descente du tramway, qu'elle avait pris à la Bastille, et, à un moment donné, la devancer sans qu'elle s'en aperçût. On a établi, en effet, que, contrairement à son intention première, la vieille dame avait renoncé au bateau, auquel elle avait préféré le tramway.

En plus des deux neveux, qu'elle visitait fréquemment, Mme Guérinot avait une sœur à Mayenne, dans le département du même nom.
M. Hamard l'a fait informer télégraphiquement du malheur qui la frappe.

L'instruction de ce crime a été confiée à M. Albanel.

Le Petit parisien, n° 10 364 du 14 mars 1905

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le crime du Bois de Vincennes - découverte du cadavre de Mlle Guérino   Mar 5 Mar 2013 - 13:53


LE CRIME DU BOIS DE VINCENNES
-----:-----
L'Assassinat de Mme Victorine Guérinot
Découverte de l'Instrument qui a servi à frapper la Victime
Les Recherches de la Sûreté.

De concert avec les inspecteurs du service de la sûreté, les inspecteurs du commissariat de Charenton continuent leurs recherches dans le bois de Vincennes et les environs, afin de trouver quelque indice qui puisse les mettre sur la trace des assassins de Mme Victorine Guérinot.
La nuit dernière, et dans la journée d'hier, des rafles ont été opérées dans tout le bois. On a arrêté plusieurs vagabonds qui ont pu donner l'emploi exact de leur temps, dans la soirée de dimanche, et ont été relâchés.

Une Importante Trouvaille
Mais au cours des investigations effectuées par les agents du commissariat de la circonscription, une importante trouvaille a été faite, et l'on peut affirmer qu'on est aujourd'hui en possession de l'instrument qui a servi à commettre ce crime odieux autant qu'inutile.
Leur coup fait, on pensait que les assassins s'étaient dirigés vers Paris, en suivant l'avenue de Gravelle. On fit alors faire des recherches dans cette partie du bois qui longe l'avenue. Or, hier matin, un des agents qui explorait un fourré situé non loin du cimetière de la localité, lequel se trouve caché dans le bois, à 150 mètres environ de la piste vélocipédique municipale, découvrit un objet de forme bizarre, dont voici la description exacte :
Qu'on se figure un champignon en fer, auquel est adaptée une tige de cuivre de 12 centimètres environ de longueur et de 2 centimètres de diamètre sur les trois quarts de la longueur, et de 3 centimètres sur l autre quart.
Le champignon proprement dit mesure 5 centimètres de diamètre environ, et a 1 centimètre d'épaisseur.
Il est percé d'un trou dans lequel est soudée la tige de cuivre. A la partie supérieure, on peut distinguer plusieurs lettres, entre autres M. O. Y. -P. S., ayant formé des mots qu'on ne peut reconstituer à cause de l'usure. Sur l'instrument, on remarquait parfaitement, et en plusieurs endroits, notamment aux bords du disque en fer, des taches de sang.

Quel est cet Objet?

On ne sait au juste à quoi servait cet objet bizarre, mais d'après certaines remarques, on croit que c'était une sorte de pédale de tramway, au moyen de laquelle le mécanicien ou wattman faisait agir un levier, un frein ou actionnait le marteau d'un timbre avertisseur. Quoi qu'il en soit, cette découverte est de la plus haute importance, et grâce elle, les assassins seront peut-être bientôt arrêtés. Dans l'après-midi les inspecteurs de la sûreté sont retournés à Charenton et ont continué leurs recherches pendant toute la soirée.
L'émotion causée par ce crime dans toute la région est loin de se calmer, et, certes, cet émoi s'explique quand on pense que, malgré les rondes de gardes et d'agents, malgré le dévouement de la police locale, on a pu, avant qu'il soit dix heures du soir, sur un chemin très fréquenté, à dix mètres de pavillons habités, assassiner et dévaliser une personne aussi tranquillement que dans le coin le plus reculé du bois.

Descentes de Police
Le service de la sûreté, sur certaines indications qui lui sont parvenues, croit que Mme Guérinot aurait été tuée par des rôdeurs habitant Montmartre. Des descentes de police ont été faites, la nuit dernière, dans une douzaine d'établissements par M. Xavier Guichard, chef de la brigade mobile.
Quatorze arrestations ont été opérées et maintenues. Parmi les individus arrêtés se trouvent des repris de justice, des expulsés, des interdits de séjour, etc. Cependant, aucune indication précise n'a pu être recueillie relativement aux auteurs du crime. Des opérations semblables vont avoir lieu dans d'autres quartiers de Paris.

Le Petit Parisien, n° 10 365 du 15 mars 1905

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kaina35
Condamné à mort


Nombre de messages : 1
Age : 27
Date d'inscription : 26/03/2013

MessageSujet: Affaires criminelles non élucidées - cold cases   Mar 26 Mar 2013 - 15:42

Bonjour à tous,

je suis nouvelle ici, je viens juste de m'inscrire à vrai dire, je me suis inscrite car j'ai des questions et j'espère que quelqu'un pourra m'aider.

je suis à la recherche d'affaires criminelles non résolues en France de préférences. Celles qui vous ont marquées, choquées, passionnées ou encore horrifiées.

Merci à ceux qui répondront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Montfaucon
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 50
Date d'inscription : 26/10/2011

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Mer 27 Mar 2013 - 21:12

Une affaire mysterieuse qui avait fait grand bruit à son époque, est le meurtre dans le métro en 1937, porte de Charenton de Laetitia Toureaux!
http://www.paris-unplugged.com/2012/05/1937-porte-de-charenton-lenigme-du.html

On peut encore dire que l'affaire est non résolue, même s'il y a eu tardivement un aveu posthume et anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'inconnu du rhone
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 51
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Jeu 4 Avr 2013 - 6:29

Montfaucon a écrit:
Une affaire mysterieuse qui avait fait grand bruit à son époque, est le meurtre dans le métro en 1937, porte de Charenton de Laetitia Toureaux!
http://www.paris-unplugged.com/2012/05/1937-porte-de-charenton-lenigme-du.html

On peut encore dire que l'affaire est non résolue, même s'il y a eu tardivement un aveu posthume et anonyme.
meurtre attribué pour certains historiens a jean filliol menbre de l'osar (organisation secrete d'action révolutionnaire) plus connue sous le nom de "la cagoule"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Dim 7 Avr 2013 - 18:14

Bonjour,

Je ne comprends pas trop ces deux topics qui se chevauchent :

1. Tout ce que vous voulez : Crimes non élucidés - cold cases (ici présent)

2. Et celui-là : http://guillotine.cultureforum.net/t2618-affaires-criminelles-non-elucidees-cold-cases

Une explication, please ? Merci.

Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Dim 7 Avr 2013 - 22:27


Crimes non élucidés en France

Plusieurs vidéos sur le sujet par ce lien :

http://www.google.fr/#q=crimes+non+%C3%A9lucid%C3%A9s+en+france&hl=fr&tbs=dur:l&tbm=vid&ei=qtVhUav_KojwhQfbk4GQBA&start=0&sa=N&bav=on.2,or.r_qf.&fp=792c1980bd15b741&biw=1400&bih=755

Bonne écoute ! queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Lun 8 Avr 2013 - 13:21

On demande une explication. Pas de réponse. Curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Lun 8 Avr 2013 - 14:48

mercattore a écrit:
Bonjour,
Je ne comprends pas trop ces deux topics qui se chevauchent :
1. Tout ce que vous voulez : Crimes non élucidés - cold cases (ici présent)
2. Et celui-là : http://guillotine.cultureforum.net/t2618-affaires-criminelles-non-elucidees-cold-cases
Une explication, please ? Merci.
mercattore a écrit:
On demande une explication. Pas de réponse. Curieux.
Vous ne semblez pas avoir remarqué que j’ai fusionné hier, suite à votre message, les deux topics en cause sous le titre "Crimes non élucidés - cold cases". On y trouve, entre autres, les messages que vous avez postés :
- Cellule affaires non élucidées à la P. J de Lille en date du 19 novembre 2010 (message « Invité » puisque vous aviez quitté le forum) ;
- L'énigme du crime de "la Maman des Poilus" en date du 26 février 2013.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Lun 8 Avr 2013 - 14:54

Si je l'ai remarqué, bien sûr. Mais il y a deux topics du même nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Les cold cases - séries télé   Lun 8 Avr 2013 - 15:14


Les cold cases - séries télé


Plusieurs vidéos par ce lien :


http://www.google.fr/#q=cold+cases&hl=fr&tbm=vid&source=lnt&tbs=dur:l&sa=X&ei=68FiUaHWAYm3hQfov4CABw&ved=0CBwQpwUoAw&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.44770516,d.d2k&fp=792c1980bd15b741&biw=1400&bih=755

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Affaire Stéphane Dietrich (1994)   Mar 9 Avr 2013 - 10:00

Cela fait déjà plus de 18 ans. Le 5 juillet 1994, Stéphane Dieterich, un brillant étudiant en histoire de 24 ans, a été assassiné dans un bois près de Belfort. Onze traces de coups de couteau. Mais dans cette affaire, rien ne semble concorder, tout apparaît flou.
Le jeune homme devait partir en vacances à Antibes dès le lendemain avec un ami. Aux alentours de 22 heures, il est sorti de chez ses parents pour aller retirer de l’argent et discuter avec son compagnon de route du lendemain, en disant à sa mère : « je reviens dans un quart d’heure ». Il n’est jamais revenu.
Les enquêteurs constateront qu’il a bien retiré 500 francs dans un distributeur (argent qui ne sera jamais retrouvé) et qu’il a rejoint son ami comme il l’avait dit. Ce dernier a notamment expliqué que Stéphane lui avait demandé de le déposer à la fête de foraine du Fort Hatry et lui aurait dit « j’ai un truc à faire à 22h30″. Cet ami, le dernier à l’avoir vu vivant, sera placé en garde à vue puis mis en examen, avant d’être finalement mis hors de cause faute de preuve.
Deux mois plus tard, un homme a prétendu que c’est lui que l’on visait, à cause de sa ressemblance avec la victime. Autre élément troublant : est revenue aux oreilles des enquêteurs l’histoire d’un forain qui se serait suicidé après le crime en expliquant avoir « fait une énorme connerie ». Lien tangible ou terrible coïncidence ?
Des liens seront également établis avec d’autres meurtres dans l’Est visant principalement des homosexuels, et des hommes de tout âge. Cela porterait à 18 le nombre de crimes au mode opératoire parfois similaire entre 1980 et 2000. Tous ces crimes ont-ils un lien, ou certains d’entre eux ? Stéphane a-t-il été victime d’un tueur en série ou est-ce un crime isolé ? Et qu’avait-il donc à faire à la fête foraine, devait-il y rencontrer quelqu’un, pour quelle raison ? Les réponses à ces questions sont cruciales.


(Source : crime.fr)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Lettre du directeur de la PJ, Max Fernet   Mar 9 Avr 2013 - 23:51

Le crime du métro : Affaire Laetitia Toureaux (Voir le post de l'inconnu du Rhône en haut de cette page)
____________________
Après la réception de la lettre anonyme, le directeur de la police judiciaire, Max Fernet, écrivit une courte lettre de synthèse sur cette affaire :


DIRECTION DE LA
POLICE JUDICIAIRE
____________________

CABINET DU DIRECTEUR
____________________


Paris le 16/11/62

À la suite de la réception de cette lettre anonyme, large diffusion dans la presse (cf. France-Soir et même à la radio, dans le but d'obtenir plus de précisions et, peut-être, la venue le l'intéressé — rien. Donc, à classer — affaire d'ailleurs prescrite — à quoi bon tenter d'identifier l'auteur — ce qui serait possible s'il a dit la vérité. Né à Perpignan en 1915, médecin etc. Trop de travail pour lancer la brigade criminelle sur cette piste aléatoire.

Mais j'ai bien l'impression que c'est bien le criminel qui a écrit. Trop de précisions dans sa lettre (vingt-cinq ans après) pour que l'anonyme n'ait pas été au courant de l'affaire.
Ai relu l'enquête, longue, touffue et, me semble-il, assez maladroite.
Que de leçons à tirer si la lettre dit vrai.

1) Mauvaises réactions dans l'immédiat de la police municipale. Il faut garder tout le monde sur place.

2) Mauvaise enquête sur les relations de laetitia. Il me parait impossible qu'elle n'ait jamais parlé de ce Perpignanais à ces proches — a-ton su les faire causer »?

3) Pourquoi chercher bien loin lorsqu'une femme est tuée —quatre-vingt dix neuf chances sur cent que le mobile soit passionnel…
Dommage. À classer.


Source : Préfecture de police de Paris.

° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° ° °

Pour le même numéro du 27 mai 1937, DÉTECTIVE fait paraitre deux couvertures différentes !






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   Lun 3 Nov 2014 - 23:10

Montfaucon a écrit:
Une affaire mysterieuse qui avait fait grand bruit à son époque, est le meurtre dans le métro en 1937, porte de Charenton de Laetitia Toureaux!
http://www.paris-unplugged.com/2012/05/1937-porte-de-charenton-lenigme-du.html

On peut encore dire que l'affaire est non résolue, même s'il y a eu tardivement un aveu posthume et anonyme.

Affaire Laétitia Toureaux.

Le lien ci-dessus de Monfaucon n'est plus assez précis, un autre : http://www.paris-unplugged.fr/1937-porte-de-charenton-lenigme-du-meurtre-de-laetitia-toureaux/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crimes non élucidés - cold cases   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crimes non élucidés - cold cases
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Crimes non élucidés - cold cases
» Non élucidé
» Emission "Des crimes presque parfaits"
» AIDE POUR LES EXO CASES A NOIRCIR
» Café crimes - L'Heure du crime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: