La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Peine de mort à Singapour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Peine de mort à Singapour   Mer 10 Oct 2012 - 12:36

Le bourreau est un papy, faute de remplaçant Very Happy

http://jacob69.wordpress.com/2010/07/08/singapore-government-bans-book-that-delves-into-its-use-of-the-death-penalty/


Nguyen executioner revealed
Alan Shadrake, The Australian, 28 Oct 2005
The hangman who will execute Australian drug trafficker Van Tuong Nguyen in Singapore has been revealed as a semi-retired 73-year-old grandfather.

In a matter of weeks, Darshan Singh will place a rope around the 25-year-old’s neck and say the words he has spoken to more than 850 condemned prisoners during his 46 years as Singapore’s chief executioner.

“I am going to send you to a better place than this. God bless you.”

Nguyen’s hopes of escaping the gallows receded further yesterday when the Singaporean Government confirmed that it would not make an exception for the Australian.

Mr Singh has officially retired from the prison service but is called upon to carry out executions, for which he receives a fee of $S400 ($312).

Until now, his indentity has been a closely guarded secret in Singapore.

Officials rarely comment on capital punishment, which is carried out without publicity behind the walls of Changi prison.

But The Australian can reveal today that the 73-year-old grandfather, who lives in a modest, government-owned apartment near the border with Malaysia, has been asked to execute Nguyen unless the Singapore Government gives an unprecedented last-minute reprieve.

Mr Singh told The Australian yesterday that under the Official Secrets Act he was forbidden from speaking about his work.

A colleague and close friend, who spoke on the condition of anonymity, told The Australian that Mr Singh wanted to give up his hangman’s responsibilities and live quietly in retirement but the authorities were having trouble finding anyone to replace him.

“He tried to train two would-be hangmen to replace him, a Malaysian and a Chinese, both in the prison service,” the colleague said.

“But when it came to pulling the lever for the real thing, they both froze and could not do it.

“The Chinese guy, a prison officer, became so distraught he walked out immediately and resigned from the prison service altogether.”

Nguyen will meet Mr Singh a few days before he is executed and will be asked if he would like to donate his organs.

On the day before his execution, Mr Singh will lead him to a set of scales close to his death-row cell to weigh him.

Mr Singh will use the Official Table of Drops, published by the British Home Office in 1913, to calculate the correct length of rope for the hanging.

On the day of Nguyen’s execution, Mr Singh will be picked up by a government vehicle and driven to the prison, arriving at 2am local time (0400 AEST) to prepare the gallows.

Shortly before 6am, he will handcuff Nguyen’s hands behind his back and lead him on his final short walk to the gallows, just a few metres from the cell.

Mr Singh joined the British colonial prison service in the mid-1950s after arriving from Malaysia. When the long-established British hangman Mr Seymour retired, Singh, then 27, volunteered for the job. He was attracted by the bonus payment for executions.

Mr Singh is credited with being the only executioner in the world to single-handedly hang 18 men in one day — three at a time.

They had been convicted of murdering four prison officers during a riot on the penal island of Pulau Senang in 1963.

He also hanged seven condemned men within 90 minutes a few years later. They had been convicted in what became known as the “gold bars murders”, in which a merchant and two employees were killed during a robbery.

One of the most controversial executions in his career was the 1991 hanging of a young Filipina maid, Flor Contemplacion, who was convicted of the murder of a co-worker, Delia Maga, and her four-year-old son, on what many believed was shaky evidence.

He carries out the executions wearing simple casual clothes, often just a T-shirt, shorts, sports shoes and knee-length socks.

To mark his 500th hanging four years ago, four of his former colleagues turned up at his home to celebrate the event with a couple of bottles of Chivas Regal.

Mr Singh boasts that he has never botched an execution.

“Mr Seymour taught him just how long the drop should be according to weight and height and exactly where the knot should be placed at the back of the neck,” his colleague said.

“Death has always come instantaneously and painlessly. In that split second, at precisely 6am, it’s all over.”

Mr Singh was an accomplished cricketer in his youth and was often opening bat.

“He is a keen soccer fan,” his colleague said. “His favourite team is Manchester United. He watches all the English Premier League matches he can.”

When his colleague asked him why he had stayed so long in such a gruesome job, he replied: “It’s all I know. It has become my bread and butter.”

“He also used to cane convicted criminals after training in this field,” the colleague said.

“The pay then was 50cents per stroke. He could wield a cane as well as he could wield a cricket bat.”

Mr Singh lives happily with his second wife and is close to their three adult adopted children.

His first wife left him years earlier because she could not accept what he did. He had kept it a secret from her for years.

Mr Singh reportedly spends time getting to know the condemned prisoners, especially those who do not receive visitors or religious support.

“He is a very kindly man and although it’s his job to end their lives he does feel for them,” his friend said. “Mr Singh tries to comfort them if they are completely alone in the world at such a horrible time.”

Jacob 69er: Reuters reported on 28 Nov 2005 that he was sacked. The next day, the Straits Times reported that the Singapore Prison Service, in an email response, said that he was not sacked and continued to be a contract officer engaged by the prisons department.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 590
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Sam 25 Oct 2014 - 20:31


Singapour. Avec la reprise des exécutions le pays fait un bond en arrière

Article d'Amnesty International

Pour la première fois depuis 2011 des exécutions ont eu lieu à Singapour, ce qui représente un retour en arrière pour ce pays, ont déclaré vendredi 18 juillet 2014 Amnesty International et le Réseau asiatique contre la peine de mort (ADPAN).

Tang Hai Liang, 36 ans, et Foong Chee Peng, 48 ans, ont été exécutés ce jour dans le complexe pénitentiaire de Changi, à Singapour. En janvier et avril 2011, respectivement, ils avaient été condamnés à mort, seule peine prévue aux termes de la Loi relative à l’usage illicite de stupéfiants pour les infractions dont ils avaient été déclarés coupables.

« L’exécution par pendaison de Tang Hai Liang et Foong Chee Peng constitue un véritable bond en arrière pour les droits humains à Singapour, a déclaré Hazel Galang-Folli, chercheuse d’Amnesty International sur Singapour.

« Ce tournant à 180° est extrêmement décevant, car les autorités sont revenues sur le moratoire et n’ont pas profité du fait qu’aucune exécution n’avait eu lieu pendant les deux dernières années pour adopter d’autres réformes. »

Les crimes n’ayant pas provoqué la mort d’autrui, comme les infractions relatives aux stupéfiants, ne font pas partie des « crimes les plus graves » pour lesquels la peine capitale peut être imposée aux termes du droit international.

Le 14 novembre 2012, le parlement singapourien avait adopté des modifications à la législation et supprimé l’imposition obligatoire de ce châtiment dans certaines affaires de meurtre et de trafic de stupéfiants. Après certaines modifications législatives, au moins neuf personnes ont bénéficié d’une révision de leur condamnation à mort, celle-ci ayant été commuée en réclusion et bastonnade.

Le gouvernement de Singapour a déclaré que les deux hommes exécutés le 18 juillet avaient renoncé au droit de révision de leur peine auquel ils pouvaient prétendre depuis la modification de la loi.

« Il a été demandé que la validité de l’article 33B de la Loi relative à l’usage illicite de stupéfiants soit vérifiée, mais les exécutions ont eu lieu malgré tout. Un examen de la loi aurait peut-être pu sauver la vie des prisonniers qui, comme Tai Hai Liang et Foong Chee Peng, ont été impérativement condamnés à mort en vertu de cette loi. Nous dénonçons le recours à la peine de mort car elle a privé ces hommes de leur droit à la vie », a déclaré Ngeow Chow Ying, secrétaire d’ADPAN.

À la fin de 2013, Singapour comptait au moins 26 condamnés à mort.

Avec la reprise des exécutions, ce 18 juillet 2014, Singapour va à l’encontre de la tendance mondiale qui est de ne plus appliquer la peine capitale, plus des deux tiers de tous les pays l’ayant déjà abolie en droit ou en pratique. .

Sur les 41 États que compte la région Asie-Pacifique, 17 ont aboli la peine capitale pour tous les crimes, 10 sont abolitionnistes en pratique et un seul – Fidji – recourt à ce châtiment uniquement pour des crimes militaires exceptionnels.
18 juillet 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 590
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Sam 25 Oct 2014 - 20:36

Singapour : en prison pour avoir critiqué la peine de mort

La justice de Singapour a prononcé une peine de six semaines de prison assortie d'une amende contre Alan Shadrake, auteur d’un ouvrage dénonciateur.

Un auteur britannique de 75 ans, Alan Shadrake, a été condamné mardi 16 novembre à six semaines de prison et une amende pour avoir publié un livre mettant en cause l'application de la peine de mort à Singapour.
Alan Shadrake a écopé d'une amende de 20.000 dollars de Singapour (11.320 euros) et verra sa peine de prison allongée de deux semaines s'il ne la paie pas. Le juge Quentin Loh a rejeté les excuses présentées par l'auteur, estimant qu'il s'agissait "d'une manœuvre tactique pour obtenir une peine réduite".
Alan Shadrake, journaliste indépendant, qui partage sa vie entre la Malaisie et la Grande-Bretagne, avait été arrêté le 17 juillet par la police au lendemain de la présentation de son livre "Once a Jolly Hangman : Singapore Justice in the Dock" ("Il était une fois un joyeux bourreau : la justice singapourienne sur le banc des accusés").
Son livre brosse le portrait d'un bourreau retraité de la prison de Changi, Darshan Singh, qui a exécuté, selon l'auteur, un millier de condamnés singapouriens ou étrangers en un demi-siècle. Shadrake y met en question l'impartialité et l'indépendance de la justice dans l'application de la peine capitale.

Son livre "se vend comme des petits pains"

Des associations de défense des droits de l'Homme, comme Reporters sans Frontière ou Amnesty, ont réclamé la levée des poursuites.
L'auteur a affirmé que les poursuites étaient contre-productives pour Singapour car son livre "se vend comme des petits pains" dans la Malaisie voisine.
Selon Amnesty, Singapour a exécuté 420 personnes entre 1991 et 2004, l'un des ratios les plus élevés au monde au regard de sa population de cinq millions d'habitants. La peine de mort y est prononcée pour quiconque est arrêté en possession de plus de 15 grammes d'héroïne, 30 gr de cocaïne ou 500 gr de cannabis.

(Nouvelobs.com) article du 16 novembre 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
itto
Bourreau de village


Nombre de messages : 57
Age : 69
Date d'inscription : 08/08/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Dim 26 Oct 2014 - 13:41

Oups!..................

Pour les délinquances de produits stupéfiants,on fait ça en France,c'est 1000 exécutions par an au bas mot............

Un seul éxécuteur des hautes œuvres n'y suffira pas!

Plusieurs?

Faudra alors créer un syndicat,et des grèves suivront?...............
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frankm
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 133
Age : 46
Localisation : Pays de la Loire
Date d'inscription : 14/05/2013

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Dim 26 Oct 2014 - 15:33

Je propose des exécutions publiques au milieu des cités. Avec la guillotine bien sur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guillotine1889.free.fr/
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 590
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Dim 26 Oct 2014 - 16:33

itto a écrit:


Plusieurs?

Faudra alors créer un syndicat,et des grèves suivront?...............

Et avec un peut de chance, les exécuteurs seraient en grève tout le temps...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
itto
Bourreau de village


Nombre de messages : 57
Age : 69
Date d'inscription : 08/08/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Lun 27 Oct 2014 - 11:21

Tout le temps,je suis pas sur;c'est encadré en France............

L'éxécuteur des hautes œuvres n'est pas un fonctionnaire,c'est un contractuel.

Il se met en grève:viré!

Pole emploi est là:vérification des diplomes...................

Stage pratique de deux jours et hop:un CDD!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 590
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Lun 27 Oct 2014 - 20:22

Il faut quoi comme diplôme pour être bourreau ? Un DESS ? Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Mar 28 Oct 2014 - 13:41

Il faut un DESS en voies d'exécution! clown


_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   Mar 28 Oct 2014 - 14:24

Bac + 5 : mazette !  study

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peine de mort à Singapour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peine de mort à Singapour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peine de mort à Singapour
» Peine de mort en Thaïlande -Siam
» Peine de mort en Corée du Nord
» Peine de mort en Palestine
» Peine de mort au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: DEATH PENALTY, PENA DI MORTE, TODESSTRAFE, etc...-
Sauter vers: