La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A la recherche d'un bourreau - Excellent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: A la recherche d'un bourreau - Excellent   Jeu 4 Oct 2012 - 22:53

Je ne résiste pas au plaisir de poster cet article dans "The Economist" à sortir demain en France (et publié aujourd'hui en Angleterre).

Je sais, on est hors de l'Hexagone, mais c'est du bon humour anglais ...
Notez que la traduction avec Google n'est pas la meilleure.
Il faut lire l'article en anglais pour se bidonner avec les jeux de mots (puns).

On cherche un bourreau pour Ceylan (Sri Lanka):

http://www.economist.com/blogs/banyan/2012/09/executioners-sri-lanka

Executioners for Sri Lanka
The hangman isn't hanging
Sep 30th 2012, 8:04 by The Economist | COLOMBO


WHEN the prisons department recently advertised for hangmen, several shortlisted hopefuls asked an unexpected question of its board of interviewers: What, pray, would they be expected to do?

When the duties of an executioner were laid out, the more fainthearted among the applicants turned the corner and didn’t come back. Officials later wondered whether these applicants hadn’t known vadhaka, the Sinhala word for executioner.

Or perhaps they weren’t sure such a position still existed and had merely been drawn to the promise of a coveted government job. After all, Sri Lanka hasn’t hanged a man in 35 years.

Although suspended in 1977 (the last execution took place the previous year), capital punishment remains in the statute books. There are currently 369 convicts on death row while a further 471 have appealed their sentences.

With nothing happening at the two gallows, the prisons department wasn’t rushed to find replacements when one hangman retired and another was promoted, a year ago. But a wave of serious crime, including the rape and murder of a seven-year-old girl, has reopened the debate on capital punishment.

The end of the war with Tamil Tiger rebels in 2009 has also led to more reporting about the breakdown in law and order. To divert attention from the inefficiency of its politicised police force, the government has been keen to heed the populist call for executions to resume.

In June a government spokesman claimed that “the public, cabinet and members of parliament” have “reached a common belief” that the death penalty should be implemented against child molesters and drug lords.

This rhetoric hasn’t yet translated into Mahinda Rajapaksa, the president, actually authorising an execution. The law requires him to sign the death warrant. Nevertheless, prison officials, not wanting to be caught out, hurried to advertise for hangmen. As P.W. Koddipili, the commissioner general of prisons, explained, they had to be ready.

The notice, published only in the state-owned Sinhala-language newspaper, drew 178 applications. Among them was a man with one eye, who was disqualified. Other hopefuls included auto-rickshaw drivers, retired military men, labourers and a university student whose many attempts at securing other employment had failed.

Ten aspirants were rejected, mostly because they were outside the age limit of 18 to 45 years. One was a woman. The position is closed to women, as they have been deemed too emotional for the work. No other qualifications were required, beyond eighth-grade education; prisons officials worried that a more erudite class of executioner men might be tempted to chuck this job for another.

In the end, only 65 of the applicants turned up for interviews. Of these, two candidates have been identified to fill the vacancies but their names haven’t been released.

Ironically, neither of the two previous executioners hanged anybody during their tenure. Training the new recruits, therefore, poses a challenge. Indeed the question remains whether the hangmen will ever have to use their skills (supposing they are somehow acquired).

Every few years since 1977, successive governments have resolved to revive the death penalty. The reasons raised are the same as those Mr Rajapaksa’s regime is now noticing. In each of the previous instances, however, presidents have steadfastly declined to sign death warrants.

There is no reason to believe this executive will buck the trend. The mere promise of an execution or two has already tempered public outcry—as it has done in the past.

The familiar arguments that are raised against judicial executions are also getting wide publicity. Critics urge the government to strengthen law enforcement before it turns to the gallows for help. How, they ask, can you hang anybody when the criminal-justice system is so riddled with deficiencies?

Ministers are keeping silent on the matter. It wouldn’t look right to be pushing for the death penalty just weeks before coming up for peer review at the UN Human Rights Council in November. And besides everything else, the more you bang on about the need to start executions, the more you defeat your own argument that “there is no crime wave”.

This all points in one direction: a lot of hanging around in the future of the new hangmen.



Bourreaux pour le Sri Lanka
Le bourreau n'est pas suspendu
30 septembre 2012, 8:04 par The Economist | COLOMBO

 
Lorsque le ministère de la Justice a inséré dans les journaux une annonce pour recruter deux bourreaux, plusieurs candidats sélectionnés ont posé une question inattendue au comité de recrutement: "Qu'est-ce que, je vous prie, je serais censés faire ?"

Une fois la réponse donnée, les candidats les plus intimidés sont partis sans retour. Les membres du comité se sont demandés ensuite si ces postulants ne connaissaient pas le mot cinghalais pour bourreau: vadhaka.

Ou peut-être qu'ils n'étaient pas sûrs que ce poste existait toujours et avaient simplement été attirés par la promesse d'un poste de fonctionnaire. Après tout, le Sri Lanka n'a pas pendu un homme en 35 ans.

Bien que suspendue en 1977 (la dernière exécution a eu lieu l'année précédente), la peine capitale reste dans les recueils de lois. Il y a actuellement 369 condamnés à mort tandis que 471 autres ont fait appel de leur condamnation.

Comme rien n'arrivait jamais, le département des prisons n'a pas été pressé de trouver des remplaçants quand un des 2 bourreaux est parti à la retraite et l'autre fut promu à un autre poste, il ya un an. Mais une vague de criminalité, y compris le viol et assassiner d'une petite fille de sept ans, a rouvert le débat sur la peine capitale.

La fin de la guerre avec les rebelles des Tigres tamouls en 2009 a également conduit à des rapports plus détaillé sur la criminalité. Pour détourner l'attention de l'inefficacité de ses services de police politisé, le gouvernement a tenu à répondre à l'appel populiste de reprendre les exécutions.

En Juin un porte-parole du gouvernement a affirmé que «le public, le cabinet et les députés» ont «atteint une croyance commune que« la peine de mort devrait être mis en œuvre contre les pédophiles et les barons de la drogue.

Cette rhétorique ne s'est pas encore traduite par Mahinda Rajapakse, le président, en fait d'autoriser une exécution. La loi l'oblige à signer l'arrêt de mort. Néanmoins, l'administration pénitentiaire, ne voulant pas être pris au dépourvu, se hâta de la publicité pour des bourreaux. Comme P.W. Koddipili, commissaire général des prisons, a expliqué, ils devaient être prêts.

L'avis, publié exclusivement dans l'Etat cinghalais journal de langue, a attiré 178 demandes. Parmi eux se trouvait un homme avec un oeil, qui a été disqualifié. Parmi les autres candidats à l'auto-rickshaw chauffeurs, hommes retraités militaires, ouvriers et un étudiant universitaire dont nombre de tentatives à obtenir un emploi d'autres avaient échoué.

Dix candidats ont été rejetés, principalement parce qu'ils étaient en dehors de la limite d'âge de 18 à 45 ans. L'une était une femme. La position est fermé aux femmes, car elles ont été jugées trop émotive pour le travail. Pas d'autres qualifications ont été nécessaires, au-delà de la huitième année de l'éducation; responsables des prisons inquiet qu'une classe plus savant des hommes bourreau pourrait être tenté de jeter cet emploi pour un autre.

En fin de compte, seulement 65 des candidats se sont présentés à des entrevues. Parmi ceux-ci, deux candidats ont été identifiés pour remplir les postes vacants, mais leurs noms n'ont pas été divulgués.

Ironie du sort, aucun des deux bourreaux précédentes pendus personne pendant leur mandat. La formation des nouvelles recrues, par conséquent, constitue un défi. En effet, la question demeure de savoir si les bourreaux ne jamais avoir à utiliser leurs compétences (en supposant qu'ils sont en quelque sorte acquis).

Toutes les quelques années, depuis 1977, les gouvernements successifs ont décidé de faire revivre la peine de mort. Les raisons invoquées sont les mêmes que ceux Rajapaksa M. régime est désormais s'en aperçoive. Dans chacun des cas précédents, cependant, les présidents ont fermement refusé de signer les ordres d'exécution.

Il n'ya aucune raison de croire que cet exécutif sera inverser la tendance. La simple promesse d'une exécution ou deux a déjà trempé publique tollé, comme il l'a fait dans le passé.

Les arguments bien connus qui sont soulevées contre les exécutions judiciaires se font aussi une large publicité. Les critiques exhortons le gouvernement à renforcer l'application de la loi avant qu'elle se tourne vers la potence à l'aide. Comment, demandent-ils, peut-on pendre n'importe qui lorsque le système de justice pénale est tellement truffé de lacunes?

Les ministres gardent le silence sur la question. Il ne serait pas regarder à droite à pousser la peine de mort à peine quelques semaines avant de venir d'un examen par les pairs au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en Novembre. Et puis tout le reste, plus vous taper sur la nécessité de commencer les exécutions, plus vous battre votre propre argument selon lequel "il n'y a pas de vague de criminalité».

Cela tous les points dans un sens: beaucoup de loisir dans l'avenir des nouveaux bourreaux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un bourreau - Excellent   Jeu 4 Oct 2012 - 23:08

Je ne peux pas m'empêcher de rigoler en pensant au problème si d'aventure la même chose se produisait en France (tout est possible sur Terre nonobstant tout ce qu'on pourra dire sur la constitution - qu'on peut réviser -, les accords européens - idem -, etc. bien que ça paraisse peu probable aujourd'hui) et si on reprenait la guillotine (c'est salissant) pour faire plaisir aux traditionalistes et marquer les esprits [le pal serait peut-être plus dissuasif.

Comme Michel Folco fait dire à un de ses personnages dans un roman: "avez-vous réfléchi au geste que vous feriez pour remplacer le signe de croix si le Christ avait été empalé au lieux de se faire crucifier"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un bourreau - Excellent   Jeu 4 Oct 2012 - 23:39

Titus_Pibrac a écrit:
Comme Michel Folco fait dire à un de ses personnages dans un roman: "avez-vous réfléchi au geste que vous feriez pour remplacer le signe de croix si le Christ avait été empalé au lieux de se faire crucifier"
lol!

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1522
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: A la recherche d'un bourreau - Excellent   Ven 5 Oct 2012 - 19:25

Je ne me souvenais pas de ça. C'était dans quel roman de FOLCO?

Très bon, en effet.

Et je vois mal une formation dispensée aux malheureux candidats retenus...

"Lisez ce livre et dém..dez-vous!" study

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: A la recherche d'un bourreau - Excellent   Ven 5 Oct 2012 - 21:11

La citation de Folco est de Carolus Tricotin dans "Même le mal se fait bien".

Pour la formation, ils pourraient les envoyer en Malaysie ou à Singapour, voire en Inde où on continue de pendre les trafiquants de drogue.

Mais pour l'instant, ça a l'air d'un job de tout repos Very Happy Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Publicités télé pour le poste de bourreau   Mer 10 Oct 2012 - 10:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5708
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: A la recherche d'un bourreau - Excellent   Mer 10 Oct 2012 - 15:21

Félicitations pour ces documents hallucinants, Titus !

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'un bourreau - Excellent   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche d'un bourreau - Excellent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche d'un bourreau - Excellent
» recherche excellent logiciel de comptabilite
» Recherche bon Dermatologue sur créteil
» recherche dea ou afps
» Recherche fournisseur chaussons BB cuir souple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CES MESSIEURS DU PETIT MATIN-
Sauter vers: