La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 7 Sep 2012 - 18:03


Commissaire Jules Maigret
Police Judiciaire
36 Quai des Orfèvres
Paris
A la recherche du Commissaire Maigret
-----=-----

Impossible de parler de la grande maison, le 36 Quai des Orfèvres, sans évoquer l’un de ses plus illustres locataires. Âgé d’une trentaine d’années lorsqu’il était inspecteur à la Brigade spéciale, Il est devenu le Commissaire Maigret. Nous sommes partis à sa recherche discrètement dans les sombres dédales du Quai. L’individu qui n’est ni armé, ni dangereux est vivement recherché dans l’intérêt de ses innombrables lecteurs. Filature longue, l’enquête s’annonce difficile...


L'inconnu de la Gazette de Liège
----------

Quitte à rompre le charme, le Commissaire Maigret est un personnage de fiction né de l’imagination de Georges Simenon, écrivain belge francophone né le 12 février 1903 – ou plutôt le lendemain qui était un vendredi 13 – ce qui explique cette petite erreur de date commise par sa mère, elle-même, treizième enfant d’une famille plutôt superstitieuse de Liège. Simenon est au roman policier, ce qu’Hergé est à la BD, ce que Brel est à la chanson. De ces Belges qui en font des tonnes. Ainsi Simenon aurait écrit plus de 25 000 pages, vendu quelque 550 millions de livres traduits en 55 langues, inspiré plus d’une cinquantaine de films.

Sa première expérience de l’écriture, Simenon va l’acquérir en signant de nombreux articles dans La Gazette de Liège. Faits divers, enquêtes policières qui lui permettent de fréquenter des endroits glauques, le milieu de la nuit et des maisons de passe. Simenon n’est alors âgé que de 17 ans – ça lui change de son éducation chez les Jésuites – mais il veut tout connaître. C’était au temps où Bruxelles bruxelait, où le jeune Simenon s’ennuyait parfois au point de tremper sa jeune plume dans un fiel pur jus contre le péril juif. Alors, à vingt ans, un nouveau rideau va se lever, nous sommes à Paris et c’est Jules Maigret qui désormais nous intéresse.


Maigret : sa fiche de police...
---------
Certains personnages de fiction ont une telle consistance qu’ils parviennent sans difficulté à traverser le miroir, à se faire la belle au détour d’un chapitre. Ils s’échappent des livres entrouverts et atterrissent au beau milieu de notre réalité. C’est le cas de Maigret, Jules Amédée Joseph Anthelme, né en 1887 à Saint-Fiacre dans l’Allier mais surtout n’y allez pas, car ce village pourtant situé à 25 km de Moulins, …n’existe pas.

Maigret est à ce point connu, à ce point vrai que l’on connaît tout de lui. Y compris ses origines, son CV dans la police, sa fiche de police en quelque sorte... Mort de sa mère alors qu’il n’a que 8 ans, il est placé en apprentissage dans la boulangerie de son oncle à Nantes mais le petit Jules – comme Simenon – n’aura qu’une idée en tête : Paris…

Et c’est à l’âge de 22 ans – nous sommes en 1909 – qu’il entre dans la police, la grande maison mais par la petite porte : d’abord hirondelle, surnom donné aux flics en vélo puis agent de la circulation avec son sifflet et son bâton blanc au beau milieu des carrefours parisiens. Autres temps, autres mœurs, c’est ensuite la Brigade du même nom puis la mondaine qui ne l'est pas franchement puisqu'on y chasse la petite vertu et son acolyte, le hareng, le maquereau ou julot, bref le chéri de ces dames...

Jeune marié en 1912, Maigret est affecté au commissariat du 9ème arrondissement en qualité de gratte-papier comme on disait alors. Probablement, il y reçoit les plaintes des provinciaux qui ont perdu leurs papiers à la sortie des Folies Bergère ou du Musée Grévin ? L’année suivante, il va entrer pour la première fois au 36 quai des Orfèvres et nous allons l’accompagner durant toutes ces années.

Inspecteur, commissaire puis commissaire divisionnaire, chef de la brigade spéciale. A trois ans de la retraite, on lui proposera le poste de Directeur de la PJ qu’il refusera poliment. Pour être directeur, il faut préférer le Champagne dans une coupe au petit blanc sur le zinc, le cigare à la pipe, les petits fours à la blanquette de veau de Bobonne. Sans doute trop d'habitudes à changer ?

Maigret et le 36 quai des Orfèvres, un personnage et son décor. Pourtant si le décor nous ouvre volontiers ses portes, Maigret si connu, si proche, nous semble inaccessible. De qui est-il vraiment le fils ? Au-delà des habiletés d’écriture, le mystère, comme on le dit en pareil cas, s’épaissit.

Une question se pose : est-ce que Maigret connaissait Georges Simenon ? La réponse ne fait aucun doute. Maigret a rencontré pour la première fois en 1927, Simenon, ce jeune belge qui rêvait d’écrire des romans policiers. Une longue amitié naîtra ensuite entre Simenon et le couple Maigret. Au cours de ses enquêtes Maigret croisera à plusieurs reprises Simenon qui se promenait dans le secteur, probablement avec sa machine à écrire sous le bras.

Et puis il y a une anecdote qui en dit long. Si on sait que Sherlock Holmes demeurait au 221 Baker Street, nul n’ignore que M. et Mme Maigret habitaient un petit appartement au 131 Boulevard Richard Lenoir dans le 11è arrondissement. A la suite de travaux dans cet immeuble, ils vont être hébergés brièvement, au 21 Place des Vosges où comme par hasard, Georges Simenon possède un appartement qu’il met à leur disposition pendant la durée des travaux. Mais les choses ne s’arrêtent pas là. Simenon a véritablement vécu Place des Vosges et l’un de ses voisins répondait au nom de …Maigret.


Faux et usage de faux
----------

En dehors de ces multiples pirouettes d’auteur, Georges Simenon s’est-il inspiré d’un vrai flic du 36 quai des Orfèvres pour créer le Commissaire Maigret ? Cela ne semble faire aucun doute mais la question d’importance est de savoir de quel flic il pourrait s’agir ?

Là, les choses se compliquent singulièrement. Il y a plusieurs réponses ou plutôt plusieurs pistes. D’abord, Georges Simenon, c’est un peu le look de Jules Maigret : chapeau, pardessus et pipe à la bouche. Mais un look commun à la plupart des hommes de cette époque. Rien de bien original. Simenon, vers la fin des années 20, a pu s’inspirer du Commissaire Guillaume, chef de la Brigade Criminelle. A ses côtés, travaillait l’inspecteur Février qui deviendra le fidèle Janvier sous la plume de Simenon. Ca, c’est la piste actuelle des vrais flics du Quai des Orfèvres, de fins limiers ceux là, sauf que sans vouloir leur faire de la peine, il n’est pas sûr que ce soit la bonne piste. Trop simple pour porter la griffe de Simenon ?

Les années de l’entre-deux guerres en France, c’est du pain béni pour les passionnés de romans policiers. Crise, scandales financiers en tous genres, corruption et politiciens sans scrupules. L’affaire Stavisky fait trembler la République aux plus hautes marches du pouvoir. Stavisky a été suicidé mais le conseiller Prince chargé de faire toute la lumière sur cette affaire sera, lui aussi, suicidé, coupé en morceaux par un train de nuit. Avant cela il y a eu les affaires Seznec, Violette Nozière ou encore l’affaire Marthe Hanau plus connue sous le nom de La Banquière. Durant les jours sombres de l’occupation, on évoquera enfin l’abominable Docteur Petiot.

Qui dit affaire criminelle, dit bien sûr Presse spécialisée notamment avec le fameux Détective qui, à l’époque, bat des records de tirages et à la une de ces magazines, des flics qui font l’actu : valeureux ou véreux car dans ces années troubles, la frontière est parfois ténue. Un milieu que connaît bien Simenon. N'est-ce pas ainsi qu'il a commencé sa carrière à l'époque de La Gazette de Liège ?

Et comme la carrière de Maigret est longue d’une bonne quarantaine d’années, il est probable que Georges Simenon ne se soit pas inspiré d’un super flic mais bien de plusieurs suivant la couleur du temps ou l’évolution de nos mœurs.

Gérard Conreur
http://www.franceculture.fr/2009-03-30-a-la-recherche-du-commissaire-maigret.html-0

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 7 Sep 2012 - 18:03


Commissaire Jules Maigret
Police Judiciaire
36 Quai des Orfèvres
Paris
Le commissaire Maigret

-----=-----

À la demande de Joseph Kessel, Simenon écrit pour Détective une série de nouvelles où apparaît pour la première fois le personnage de Maigret, le policier qui se veut "médecin des âmes" et non justicier. Avec Maigret apparaît un type nouveau de roman policier, non plus axé sur le problème à résoudre, mais sur un criminel à comprendre, à prendre en charge. Maigret est né clandestinement dans quatre romans publiés sous divers pseudonymes : Train de nuit, La jeune fille aux perles, La femme rousse, La maison de inquiétude.

Avant ceux-ci, l'homme à la pipe avait fait l'objet d'une longue et obscure genèse dans laquelle vingt-sept personnages ont contribué à préparer et à préciser la personnalité de celui qui allait devenir l'un des enquêteurs les plus connus du roman policier. Dans "L'Homme à la cigarette", le nom de Boucheron pourrait être biffé et remplacé par celui de Maigret, tant il lui ressemble par sa manie de "renifler" les lieux du crime et de se mettre dans la peau de l'assassin inconnu : pour le comprendre, et donc pour le démasquer... Découvrez ce Maigret des débuts dans "Maigret entre en scène" (Train de nuit - La jeune fille aux perles - La femme rousse - La maison de l'inquiétude - L'homme à la cigarette).


Maigret entre en scène
Publié en 1931, Pietr le Letton est un roman important car il s'agit de la première aventure de Maigret. Un policier qui allait s'imposer dans le mode entier pour sa façon très personnelle de découvrir le coupable : loin d'utiliser les méthodes scientifiques, il s'imprègne de la personnalité des personnages pour mieux saisir les coupables.

Le commissaire est officiellement baptisé le 20 février 1931 à Montparnasse, au cours du "bal anthropométrique" que donne Georges Simenon à la Boule Blanche. 30 ans plus tard, le 3 septembre 1966, une statue du Commissaire Maigret sera inaugurée à Delfzijl (Pays-Bas). On peut aussi noter, mais sans doute est-ce un coïncidence, que le nom de Maigret figure sur le mémorial des policiers morts pour la patrie de l'Hôtel de Ville de Liège.

Évariste Maigret, le père du commissaire serait né en 1884 et se serait marié en 1912, exactement comme son modèle, Monsieur Tardivon, régisseur du château de Paray le Frésil où Georges Simenon avécu comme secrétaire du Marquis de Tracy. Simenon confirma d'ailleurs cet emprunt d'identité dans les années 1970 dans une lettre adressée à sa fille.

Au départ, Maigret n'était qu'une silhouette, mais le personnage s'est enrichi de l'observation minutieuse du monde de la police (un directeur de la police, qui avait lu ses livres, le contacta et l'invita à venir sur le terrain afin d'éviter des erreurs techniques). La sympathie de Maigret pour les petites gens est venue ensuite petit à petit. Simenon remarque que les "Maigret" de la fin se rapprochent de ses romans durs.

Georges Simenon avouera à Francis Lacassin : «C’est l’un des rares, sinon le seul personnage que j’ai créé qui ait des points communs avec moi. Tous les autres ou à peu près sont complètement indépendants de moi.»

Le personnage, quelque peu massif, ne se sépare jamais, comme son créateur, de sa célèbre pipe, ni de son chapeau et même de son imperméable. Ses goûts sont ceux d'un petit-bourgeois, et il affiche pour la bonne cuisine un penchant complaisamment entretenu par son épouse, qui lui mitonne d'incomparables blanquettes de veau en attendant son retour dans l'appartement douillet du boulevard Richard Lenoir.

Dans une interview au Magazine Littéraire en 1975, Simenon déclarait : "Au début, Maigret était assez simple. Un gros homme placide qui, lui aussi, croyait plus à l'instinc qu'à l'intelligence, qu'à toutes les empreintes digitales et autres techniques policières. Il en usait d'ailleurs comme il y était obligé, mais sans trop y croire.

Il est certain que j'ai pris quelques unes de ses manies et qu'il en a pris des miennes. Tenez : on s'est demandé souvent pourquoi Maigret n'avait pas d'enfant, alors qu'il en avait tellement envie. C'est sa grande nostalgie. Et bien, c'est parce que quand j'ai commencé les Maigret - j'ai dû en écrire une trentaine avant d'avoir moi-même un enfant -, ma première femme n'en voulait pas. Elle m'avait fait jurer, avant de me marier, que je ne lui en ferai pas. Ce dont j'ai beaucoup souffert car j'adore les enfants... comme Maigret.

Et bien, j'étais incapable de montrer Maigret rentrant chez lui et retrouvant un ou deux gosses. Qu'allait-il leur dire, comment allait-il réagir à leurs cris, comment ferait-il la nuit pour leur donner le biberon, si Mme Maigret était un peu malade ? Je ne le savais pas.

Par conséquent, j'ai dû créer un couple qui ne pouvait pas avoir d'enfant. C'est la raison. Puis j'ai avancé en âge, beaucoup plus vite que Maigret. Théoriquement, il aurait dû partir à la retraite à cinquante-cinq ans. Dans sa dernière incarnation, il a cinquante-trois ans et demi, et, quand je l'ai créé il en avait déjà quarante ou quarante-cinq. Par conséquent, il a vécu quinze ans pendant que j'en vivais presque quarante. Alors, fatalement, je lui ai donné sans le vouloir de mes expériences et lui me donnait de son activité."

Maigret ne s'oublie pas, le personnage avec sa démarche, sa pipe, son chapeau, appartient désormais à l'imagerie populaire. Tout en mouvance et en incertitudes, il échappe à la description et plus encore aux définitions. Il se méfie des déductions brillantes, des techniques, des esprits trop méthodiques et même de la psychologie. A ses yeux, la recherche criminelle est avant tout celle d'une vérité humaine qu'on ne saurait mieux comprendre que si on l'a d'abord sentie. Il convient donc d'écarter au cours de l'enquête tout ce qui peut gêner une expérience sensible, en premier lieu les raisonnements trop bien construits. Maigret possède justement cette forme de sensibilité qui lui permet de sentir les êtres, d'entrer dans la peau d'un personnage et de vivre un peu de la vie d'un suspect, fût-ce fugitivement, le temps d'apercevoir une vérité que les plus savantes déductions n'auraient su tirer de son humble retraite. C'est par une sorte d'osmose que les acteurs du drame lui livrent leur secret. Ses enquêtes sont menées d'un pas lent, au rythme des pipes que l'on bourre, scandant une vie bien réglée. Hachis parmentier, blanquette de veau, les plats égrènent les jours de la semaine, tandis qu'un verre de prunelle ponctue rituellement l'après-dîner.

Maigret ne serait pas Maigret sans les sandwiches et les demis de bière qu'il fait monter à son bureau pour tous les interrogatoires. De même que Sherlock Holmes ne peut être conçu sans sa pipe, son grog, son feu de coke, au milieu des brouillards de Londres. Maigret, avant toute autre chose, est un monsieur qui boit des demis de bière en mangeant les sandwiches de la brasserie du coin. C'est si vrai qu'il le fait même quand il n'en a pas besoin.

Rien pourtant du légendaire Sherlock, rien du cérébral Hercule Poirot, mais un personnage profondément humain, menant l'enquête de manière réaliste, reniflant l'atmosphère, procédant par intuition plutôt que par déduction, qui sent autant qu'il pense, bref familier et proche.

Dans les romans qui le mettent en action, l'énigme et l'action sont quasi inexistantes, car Maigret est un policier qui agit peu - tout le contraire du détective à l'américaine ou d'Hercule Poirot. Le plus souvent il s'installe dans un lieu, paraît s'assoupir, boit force demis, rallume sans cesse sa pipe, questionne vaguement témoins et acteurs, s'enquiert de détails en apparence anodins, suit son instinct qui le pousse à flairer çà et là. Il s'imprègne de l'atmosphère, absorbe comme une éponge la vie presque toujours médiocre qui l'entoure, entre lentement dans la peau des personnages impliqués et devine la vérité de leurs rapports. Quand il est comme gorgé de matière, que l'alchimie a opéré silencieusement et que tout se réduit à un petit secret insignifiant, mais aux conséquences dramatiques, le commissaire revient au Quai des Orfèvres. Alors les choses se précipitent, il tisonne vigoureusement son poêle, téléphone à Madame Maigret qu'il rentrera très tard et se fait monter des sandwichs et de la bière de la Brasserie Dauphine... la nuit sera longue ! Le suspect finit par avouer ce que Maigret savait déjà. Au petit matin, blafard et pluvieux, le rituel est accompli et il repart, un peu plus lourd du poids de la grande misère des hommes.

« Jules Maigret est l'homme d'un métier. Il est aussi l'homme d'un foyer (...), le héros est voué au célibat, parce qu'il n'a pas trop de toute sa liberté pour affronter le monde. On n'imagine pas de compagne auprès de Bardamu, de Douissan, de Roquentin. Alors qu'on ne peut, au contraire, imaginer Maigret sans Madame Maigret. » (Bernard de Fallois, "Simenon", NRF, 1961) […]

http://www.0faute.com/maigret.htm

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 7 Sep 2012 - 18:04


Commissaire Jules Maigret
Police Judiciaire
36 Quai des Orfèvres
Paris
Le monde du commissaire Maigret

-----=-----

Le monde du commissaire Maigret est la France des années 1930 à la fin des années 1960, décrite par la plume de Georges Simenon.

Le commissaire Maigret étant affecté à la police judiciaire de Paris, c'est forcément la capitale française qui sert de cadre à nombre de ses enquêtes. Le 36, Quai des Orfèvres est ainsi le point de ralliement d'intrigues qui mènent le commissaire aux quatre coins du Paris d’antan. Néanmoins, Georges Simenon use de tous les artifices pour faire sortir Maigret de Paris : vacances, requêtes officielles ou privées, tous les prétextes sont bons pour envoyer Maigret du Nord de la France à la Côte d’Azur, de la Bretagne à l'Alsace, voire dans d'autres pays (États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Belgique, Suisse).

Le commissaire étant un grand amateur de pipe, et de bonne chère en général, les bistrots et brasseries sont un lieu privilégié de ses enquêtes, où il aime s'imprégner de l'atmosphère ambiante.

À l’origine, le commissaire ne devait apparaître que dans une série de 19 romans (ceux écrits jusqu'en 1934). Dans le dernier de ceux-ci, il est d'ailleurs à la retraite et est rappelé par son neveu pour une enquête. C'est à la demande de Gaston Gallimard que Simenon reprend l’écriture de la série qui le mène jusqu'en 1972 avec Maigret et monsieur Charles.


Fiche d'identité :

La personnalité du commissaire Maigret est inspirée très directement du commissaire Marcel Guillaume et de son successeur le commissaire Georges Massu. Dans le premier roman Pietr-le-Letton, Maigret appartient à une brigade de la Sûreté. Face au succès des premiers Maigret qu'il trouve entachés d'erreurs (commissaire de police parisien menant des enquêtes en province, menant ses filatures seul), le directeur de la Police Judiciaire Xavier Guichard invite Simenon, au début des années trente, pour une visite au 36, quai des Orfèvres et lui présente le commissaire Guillaume pour mettre en avant la préfecture de police de Paris au détriment de la Sûreté.

Nom et prénoms : Maigret Jules Amédée François(ou Jules Joseph Anthelme).

Date et lieu de naissance : en 1887 à Saint-Fiacre dans l’Allier (ce qui ne l’empêchera pas de n’avoir que 58 ans en 1967 !).

Père : régisseur du château de Saint-Fiacre (pseudonyme du château de Paray-le-Frésil), décède d'une pleurésie en 1904 à l'âge de quarante-quatre ans.

Mère : sans profession, décède lors de l'accouchement de son deuxième enfant en 1895. Jules a alors huit ans et reste enfant unique. "On dira ce qu’on voudra de Félicie, son ménage est d’une propreté exemplaire. Selon le mot de la mère de Maigret, on mangerait par terre."

Études, expériences et carrière : Jules a douze ans quand son père le confie à sa sœur qui n'a pas d'enfant. Sa tante l'élève avec son mari, boulanger à Nantes. Il y entreprend des études de médecine durant deux ans. Sa tante décède dix ans après son père et malgré la proposition de son oncle de travailler avec lui dans la boulangerie, Jules décide de partir pour Paris.
À 22 ans, son voisin de palier, l'inspecteur Jacquemain, lui propose d'entrer dans la police. Il commence comme agent cycliste(ou hirondelle) puis passe à la surveillance de la voie publique : rues, métro, gares, grands magasins. (il ne parvient pas à arrêter son premier voleur !). Il est ensuite nommé à la brigade des mœurs, ensuite à la brigade mondaine, puis au service des garnis (surveillance des hôtels).
En 1912, il se marie avec Louise, une Alsacienne dont la sœur vit à Colmar et dont le fils fera une brève carrière dans la police ! Toujours en 1912, il entre au commissariat du quartier Saint-Georges, dans le 9e arrondissement de Paris, comme secrétaire.
En avril 1913, lors de sa première enquête, il découvre le 36 quai des Orfèvres.
À trente ans, il est nommé inspecteur à la brigade spéciale par le grand patron de la PJ, Xavier Guichard, ancien ami de son père. Il entre définitivement au quai des Orfèvres. Il y devient commissaire, puis commissaire divisionnaire, chef de la brigade spéciale. À trois ans de la retraite, on lui propose le poste de directeur de la P.J, qu’il refuse. Il prendra sa retraite à Meung-sur-Loire, dans le Loiret.

Surnom : Le raccommodeur de destinées.

Madame Maigret : Madame Maigret est une épouse aimante et patiente. Elle ne reproche jamais à son mari de se consacrer tout entier à son métier, d'aller parfois au Quai des Orfèvres le samedi et le dimanche et de lui faire souvent faux bond, au dernier moment, pour les repas. Tout au plus lui dit-elle incidemment « Tu n'as presque jamais été à la maison ces temps-ci » (cf. L'Amie de Madame Maigret, Le Livre de Poche, page 173). Elle ne reproche pas à « Maigret », comme elle l'appelle, de mêler sa vie professionnelle à leur vie privée et de poursuivre ses enquêtes à leur domicile en recevant coups de fil des inspecteurs et parfois protagonistes des affaires criminelles.
C'est une excellente femme d'intérieur, très à cheval sur la propreté. « Tu crois que c'est propre ? » demande-t-elle avant d'entrer dans un cinéma de quartier pour voir avec son mari des films de Charlot. « Tu crois que les verres sont propres ? » interroge-t-elle également quand Maigret l'emmène sur une terrasse d'un café du canal Saint-Martin (cf. Maigret s'amuse, Le Livre de Poche, page 74). C'est aussi une cuisinière hors pair.
Cependant « la timide Madame Maigret », selon son créateur, a du caractère. Mêlée bien malgré elle à une affaire criminelle, elle n'hésite pas à entrer dans l'enquête de son mari en menant sa propre enquête et lui fournit un renseignement très utile dont il pourra tirer parti (cf. L'Amie de Madame Maigret). C'est elle aussi, même si « C'était drôle, inattendu » qui prend des leçons de conduite à la place de son mari (« Il ne verrait pas les feux rouges, ou bien il prendrait le frein pour l'accélérateur ». dans Le Voleur de Maigret, Le Livre de Poche, page 6) pour rejoindre leur petite maison à Meung-sur-Loire. Madame Maigret admire son mari et conserve dans des cahiers les articles des journaux où il est question de lui.

Enfants : Il a perdu une fille, très jeune. Si le désir d'enfant est manifeste chez madame Maigret, il est aussi présent chez Jules Maigret : « Pourquoi Maigret pensa-t-il qu'il aurait aimé avoir un fils comme ce garçon ? » quand il rencontre Julien de V... Et un peu plus tard dans son enquête, il repense à « ce jeune homme devant qui il venait de ressentir plus fort que jamais la nostalgie de la paternité » (Maigret et les vieillards, Le livre de poche, page 150).

Famille : Madame Maigret a une sœur Hortense (cf. Maigret en meublé) qui habite Colmar avec son mari, ingénieur des Ponts et Chaussées, et ses enfants et qui possède un chalet au col de la Schlucht où les Maigret sont allés assez souvent en vacances.
Maigret a fait entrer leur fils Philippe à la PJ, au Quai des Orfèvres, mais Philippe Lauer n'était pas fait pour le métier de policier. Lors d'une « planque » qui lui avait été confiée, il avait même commis une maladresse qui l'avait fait accuser d'un meurtre. Philippe avait été contraint de faire appel en catastrophe à Maigret, son oncle, pour le tirer d'affaire. Maigret y était parvenu malgré une certaine mauvaise volonté du commissaire Amadieu dont dépendait Philippe. À cette occasion Maigret s'était rendu compte à nouveau à quel point sa belle-sœur, qui ressemble par ailleurs à madame Maigret, était une mère exemplaire.
Il a un autre neveu Daniel, qui travaille au standard téléphonique de Police-Secours (Il apparaît brièvement dans L'inspecteur malgracieux).
Dans Mon ami Maigret on apprend, page 9, que la sœur de Madame Maigret est mariée à Monsieur Mouthon.

Signes particuliers : Sa pipe et son chapeau comme son bon sens et son humanité. Maigret ne sait pas conduire (cf. Le Voleur de Maigret). Se déplace en Citroën Traction (voiture de la Police, et Gendarmerie Nationale, au début des années 1950), en taxi, en bus, très rarement en métro, et souvent à pied !

Âge (dans les romans) : Entre 40 et 60 ans. Quand Simenon crée son personnage il lui donne entre 40 et 45 ans et comme il pensait que de toute manière son commissaire devait prendre sa retraite à 55 ans, on peut estimer que le Maigret qui apparaît en retraite dans Maigret a un peu plus de 55 ans. Mais par la suite, l'âge de la retraite étant repoussée à 65 ans, on peut penser que le Maigret des derniers romans des Presses de la Cité a environ 60 ans .

Domicile : 132, boulevard Richard-Lenoir Paris XIème (adresse indiquée dans un seul roman). Il a habité également, un court temps, au 21, place des Vosges dans le IVème , là où Simenon a habité et a connu un voisin du nom de... Maigret. Les Mémoires de Maigret précisent que les Maigret répondaient ainsi à une proposition de Simenon lui-même : « Pourquoi, en attendant la fin des travaux, ne vous installeriez-vous pas dans mon appartement de la place des Vosges ? ». Ces travaux sont sans doute l'extension des lieux « agrandi de l'appartement voisin » (cf. La Première enquête de Maigret, Presses de la cité, p. 58). Il a habité un an à Luçon en Vendée.

Amis : Le docteur Pardon et madame Pardon recevaient les Maigret une fois par mois et les Maigret recevaient à leur tour les Pardon une fois par mois : « C'était l'occasion, pour les deux femmes de se livrer à un amical concours de cuisine mijotée » (Maigret se défend, Le livre de poche, page 7). « Ils s'étaient toujours compris à demi-mot, Pardon et lui, bien qu'ils se fussent connus très tard, quand chacun avait déjà accompli une grande partie de sa carrière. Dès le premier jour, la confiance avait régné entre eux et ils éprouvaient un respect mutuel. » (cf Une confidence de Maigret, Le Livre de Poche, page 26).
Les Mémoires de Maigret nous apprennent que Jules et Louise Maigret auront tous deux une amitié longue et fidèle pour Georges Simenon lui-même que Maigret rencontrera pour la première fois en 1927. Georges Simenon s'appelle encore Sim et l'assurance de ce tout jeune homme qui envisage d'écrire des romans policiers agace d'abord Maigret mais finit par le charmer. Les Maigret connaîtront une bonne partie des maisons dans lesquelles Simenon a installé sa famille. Maigret le rencontrera même aux États-Unis.
Maigret apprécie des collègues de travail comme le docteur Paul, un médecin légiste, et l'inspecteur Moers, qui travaille dans les laboratoires de l'Identité judiciaire.

Santé : « ... Maigret aurait volontiers commencé cette journée printanière par un petit vin blanc » ; « Il ne zigzaguait pas. Il n'était pas ivre. On n'est pas ivre avec deux verres de cognac, même doubles. » ; « ... Maigret avait besoin d'être dehors... Peut-être avait-il trop bu, lui aussi ? ». Maigret, en homme du début du XXème siècle, boit pas mal et fume beaucoup, c'est un sédentaire qui a la chance d'avoir une santé robuste. Son ami, le docteur Pardon, lui conseillait de moins boire mais comme lui-même continuait à fumer des cigarettes en cachette de sa femme, ses recommandations perdaient de leur autorité aux yeux de Maigret.

Point de ralliement : La Brasserie Dauphine, derrière le palais de Justice de Paris. Faute de pouvoir rentrer dîner chez lui, Maigret se fait monter des sandwiches et des demis de La brasserie Dauphine. C'est une véritable tradition. Il a aussi ses habitudes à La Chope du Pont-Neuf où il a une place préférée au fond de la brasserie où aiment se retrouver les gens de la « maison » pour l'apéritif ou pour déjeuner.

Plats préférés : La blanquette de veau, la choucroute, l'andouillette, le fricandeau à l'oseille, le coq au vin.

Loisirs : Il se rend une fois par semaine au cinéma avec Madame Maigret et il aime le billard; mais même en vacances il enquête parce que sa vraie passion, c'est son métier.

Langues : « Il comprenait l'anglais, non sans effort, mais était loin de le parler couramment. » (Maigret voyage, page 34), « Maigret ne bafouillait que quelques mots d'allemand. » (Le pendu de Saint-Pholien, page 321 Edition Rencontre), « Fais pas le malin! dit-il en breton. Et verse plutôt à boire. » (Le port des brumes, page 523 Edition Rencontre).

Ses devises : « Je ne crois rien ». Il répondra souvent « Je ne pense jamais » (quand on lui demande « Pensez-vous que... »).

Sa méthode de travail : « Dans presque toutes ses enquêtes, Maigret connaissait cette période plus ou moins longue de flottement pendant laquelle, comme disaient tout bas ses collaborateurs, il avait l'air de ruminer. Durant la première étape, c'est-à-dire quand il se trouvait soudain face à face avec un milieu nouveau, avec des gens dont il ne savait rien, on aurait dit qu'il aspirait machinalement la vie qui l'entourait et s'en gonflait comme une éponge. {...} Il attendait aussi longtemps que possible avant de se former une opinion. Et encore ne se la formait-il pas. Il gardait l'esprit libre jusqu'au moment où une évidence s'imposait à lui ou bien jusqu'à ce que son interlocuteur craque. » (cf. Le Voleur de Maigret, le Livre de Poche, pages 113 et 114).

Son caractère : Maigret est bougon, surtout quand son enquête lui donne l'impression de ne pas progresser. Il aime son métier, l'ambiance du Quai des Orfèvres, la compagnie de ses inspecteurs, c'est comme une seconde famille. S'il n'aime pas trop l'image qu'on donne parfois de lui, un homme pas facile à manier, il peut aussi s'amuser de son personnage, se montrer bougon pour plaisanter, pour être fidèle à ce qu'on pense de lui.
C'est un homme physiquement courageux. Il lui arrive rarement de se battre mais il le fait avec toute l'énergie nécessaire. De même il utilise rarement son revolver mais il le fait s'il l'estime indispensable.
C'est un homme qui s'immerge dans la vie, qui connaît bien les hommes et qui se sent surtout à l'aise dans les milieux sociaux modestes. Il est lui-même un homme simple et peut être mal à l'aise dans les milieux les plus favorisés par la naissance et la fortune. Une certaine timidité peut même le gêner. Simenon n'a pas fait de son personnage un monolithe sans doutes, sans inquiétudes, sans fragilités même.
Dans Maigret se défend, on le voit vaciller sous le coup d'une accusation grave et injuste : « Il resta là un instant, flottant... Un spasme lui serrait la poitrine et, comme un cardiaque, il y porta machinalement la main en s'arrêtant un instant de marcher. Pardon lui avait affirmé que ce n'était rien... Ces crises n'en étaient pas moins angoissantes,... Il respirait mal. Son front était couvert de sueur, et il se regarda anxieusement dans le miroir, entre les bouteilles alignées sur l'étagère. » Et le lecteur, après l'avoir vu avaler du cognac et de la bière pour se réconforter, après l'avoir vu « tassé dans son fauteuil, accablé, écœuré, sans une ombre de combativité » le voit bourrer une pipe et commencer une enquête qui rétablira sa réputation avec éclat.

Son humanité : « S'il n'avait pas une haute idée des hommes et de leurs possibilités, il continuait à croire en l'homme ». Cette phrase à la fin de Maigret et les vieillards résume assez bien les sentiments de Maigret pour ses contemporains. Il éprouve dans bien des enquêtes une forme de compassion pour les criminels qu'il arrête. « Pour moi, vous restez un être humain. Ne comprenez-vous pas que c'est justement ce que je cherche à faire jaillir chez vous : la petite étincelle humaine ? » (Maigret tend un piège, page 144). Quand il obtient les aveux de John T. Arnold qu'il a vu perdre devant lui de minute en minute de son assurance et de son aisance, Maigret pense, comme Simenon, que cet assassin « n'était déjà presque plus qu'un homme, un homme effondré, malheureux, qui avait perdu la partie ». Et Lapointe, troublé, voit Maigret quitter son bureau en posant un instant « comme distraitement » la main sur l'épaule de John T. Arnold. (Maigret voyage). Sa compassion va également aux victimes bien sûr. « Le directeur et ses collègues le regardaient, surpris de le voir aussi pâle, aussi ému. Quai des Orfèvres, surtout à la Criminelle, ne travaille-t-on pas dans le meurtre quotidiennement ? » (Maigret hésite, page 123).

Sa médaille de la P.J. : Cette médaille en bronze argenté porte le numéro 4 et établit que Maigret est Officier de police judiciaire. Le n° 1 est réservé au Préfet, le n° 2 au Directeur de la PJ et le n° 3 au Chef des Renseignements généraux. D'un côté, une Marianne au bonnet phrygien, les lettres RF et le mot Police encadré d'émail rouge. Au revers les armes de Paris, un numéro et, gravé en petits caractères, le nom du titulaire. Le règlement prévoit une suspension de traitement pendant un mois en cas de perte.

Ses inspecteurs : Janvier ; Lucas, le plus ancien ; « le petit Lapointe » ; Lourtie et Torrence, le costaud, qu'il appelle souvent « Mes enfants ». Ils sont d'ailleurs un peu en compétition pour obtenir son estime et sa confiance.

On trouve en fin d’article les liste des romans et nouvelles ; des films et séries télévisées (date, réalisateur, acteur) ; des bandes dessinées etc.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Commissaire_Maigret

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 7 Sep 2012 - 18:05


Commissaire Jules Maigret
Police Judiciaire
36 Quai des Orfèvres
Paris
Quel policier a servi de modèle au personnage de Maigret ? Georges Simenon donne la réponse…


Un frère aîné de Maigret

-----=-----
En 1963, peu après la mort du célèbre commissaire Guillaume, Simenon adressait à Michel Droit, rédacteur en chef du Figaro littéraire, cet hommage paru dans le numéro du 23 février 1963 :

La mort du commissaire Guillaume m'affecte personnellement. On a dit qu'il avait servi de modèle au personnage de Maigret, et c'est vrai en partie. Lorsque, après la publication des trois ou quatre premiers romans de la série, Xavier Guichard, alors directeur de la P.J., m'a prié d'aller le voir pour me montrer des policiers en chair et en os, en même temps que le fonctionnement de ses services, c'est le commissaire Guillaume, chef de la Brigade criminelle, qu'il a chargé de cette initiation.

Il m'a parlé de la technique des interrogatoires, en particulier, m'a mis en rapport avec un de ses anciens collaborateurs, grand as en la matière, le commissaire Massu, qui devait lui succéder quelques années plus tard.

Ces deux hommes, d'égale conscience et d'égale habileté professionnelle, m'ont été très précieux. Lequel des deux a le déteint sur un Maigret déjà existant mais encore schématique ? Il me serait d'autant plus difficile de le dire que j'ai connu d'autres fonctionnaires de la P.J. qui, peut-être à mon insu, m'ont plus ou moins impressionné.

Nous sommes devenus bons amis, Guillaume, Massu et moi. Nous nous sommes revus souvent et j'étais présent le jour où, quai des Orfèvres, les proches collaborateurs du commissaire Guillaume, une coupe de champagne à la main, entouraient une dernière fois le patron qui venait d'atteindre l'àge de la retraite.

"Ils sont fous", me disait un Guillaume ému et quelque peu amer. "A cinquante-cinq ans, nous avons tout juste appris notre métier et on nous met dehors..."
Il devait avoir encore une longue activité, comme détective privé, avant de disparaitre à quatre-vingt-douze ans. Pour moi, ce n'est pas seulement un ami qui s'en va, mais comme un frère ainé de Maigret.

Georges Simenon

http://www.trussel.com/maig/freref.htm

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 7 Sep 2012 - 18:05


Sculpture de Pieter d'Hont représentant Maigret (1966), à Delfzijl aux Pays-Bas





http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Delzijl_Maigret_01.JPG

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les interprètes de Maigret au cinéma, un article intéressant :

http://jy.depoix.free.fr/maigretcine.htm

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Mes Maigret préférés :

En 1 :



Jean Richard


En 2 :



Bruno Cremer


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le 36, Quai des Orfèvres   Ven 19 Oct 2012 - 22:42


Au cœur de l'histoire 10/11/2011

Franck Ferrand nous emmène aujourd’hui au 36, Quai des Orfèvres. Adresse mythique de la police judiciaire, immortalisée par Simenon dans la série des Maigret. Nous allons en effet nous replonger dans les grandes heures de la Criminelle, bien sûr, mais aussi de l’Antigang, de la Mondaine, de la Brigade de répression du banditisme…

Ses invités :
Claude Cancès, ancien directeur de la Police judiciaire parisienne
Charles Diaz, contrôleur général de la Police Nationale

Bonne écoute ! queen
http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Au-coeur-de-l-histoire/Sons/Le-36-Quai-des-Orfevres-810231/

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pilayrou
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 56
Localisation : Bretagne
Emploi : HS
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Sam 20 Oct 2012 - 16:32

Pour les parisiens et les autres : impasse de Guéméné, près de la Place des Vosges. Un petit resto, au fond, sur la droite. Simenon y avait sa place. Il y a une plaque sur le mur, à l'intérieur du resto. C'est pas cher, on mange bien et l'accueil est pro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Sam 20 Oct 2012 - 17:07

Merci pour cette info, pilayrou. sunny

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: La Police et ses mythes   Sam 3 Nov 2012 - 21:17


La Police et ses mythes

Jules Maigret est très présent dans l'émission "Café découvertes" de Michel Field :

http://www.podcasters.fr/episodes/la-police-et-ses-mythes-12335164.html

Bonne écoute !
queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Maigret tend un piège   Dim 6 Jan 2013 - 17:23


Maigret tend un piège

A découvrir ou à revoir : un film franco-italien adapté du roman éponyme de Georges Simenon, réalisé par Jean Delannoy et sorti en 1958.
Dialogues : Michel Audiard !
sunny

http://www.youtube.com/watch?v=MxtnSppQgOA








_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tsasapala
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 55
Localisation : Marche - L'Italie dans une Region!
Emploi : zoologiste
Date d'inscription : 16/09/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mer 23 Jan 2013 - 16:47

Merci Adelayde pour votre magnifie contribution. Ce personnage est l'un de mes favoris dans le monde du roman policier.
Je voulais souligner que Simenon, qui n'aimait pas la télévision et le cinéma, a fait valoir que l'interprète le plus fidèle de son commissaire était l'Italien Gino Cervi, dont j'ai toutes les interprétations (très fidèle) dans la série diffusée la télévision dans le début des années 70.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mer 23 Jan 2013 - 17:00

Je connaissais Gino Cervi dans sa magnifique interprétation de Peppone. La photo que vous avez postée montre un Maigret fidèle au personnage décrit par Simenon ! queen


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tsasapala
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 55
Localisation : Marche - L'Italie dans une Region!
Emploi : zoologiste
Date d'inscription : 16/09/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mer 23 Jan 2013 - 17:11

Oh chère Adélaïde,

je le jure, vous pouvez suivre ces fideles téléfilms

(en blanc et noir) avec le livre de Simenon dans les mains.

Direcion de Mario Landi.

http://it.wikipedia.org/wiki/Le_inchieste_del_commissario_Maigret

(mes regrets...en italien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mer 23 Jan 2013 - 18:27

J'aimerais voir les téléfilms avec Gino Cervi. Peut-être sur le Net ?

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mer 23 Jan 2013 - 18:38

Eurêka ! Ces liens permettent de voir les épisodes de la série Maigret avec Gino Cervi dans le rôle titre. Sur chacune des pages, à droite, d’autres titres apparaissent.

Merci Tsasapala ! queen

Maigret e l'ispettore sfortunato
http://www.youtube.com/watch?v=rzh0YSvlB58

La Vecchia Signora Di Bayeux
http://www.youtube.com/watch?v=ifthHoqucO8

Un Natale Di Maigret
http://www.youtube.com/watch?v=oiAXkj4Qkps

Il Cadavere Scomparso
http://www.youtube.com/watch?v=p8PSeurYAlc

L'innamorato Della Signora Maigret
http://www.youtube.com/watch?v=DDhmFNUcpz0

Etc.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Jeu 24 Jan 2013 - 18:16

Les téléfilms ne sont pas sous-titrés !


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Jeu 24 Jan 2013 - 18:45

a tester adelayde!!!

http://www.infos-du-net.com/actualite/14755-youtube-traduction-soustitres.html


edit

ben marche pas boudiou faut deja qu'ils soient sous titres couillon que je suis!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Jeu 24 Jan 2013 - 18:54

Bonjour Tof,

YouTube propose la traduction des sous-titres mais les téléfilms, en italien, ne sont pas sous-titrés... Dommage. Merci quand même.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tsasapala
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 55
Localisation : Marche - L'Italie dans une Region!
Emploi : zoologiste
Date d'inscription : 16/09/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 25 Jan 2013 - 10:29

Adelayde a écrit:
Les téléfilms ne sont pas sous-titrés !



regrette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 25 Jan 2013 - 13:31


Ce n'est pas très grave au fond, Tsasapala. Grâce à votre message, j'ai pu découvrir un magnifique visage de Maigret.

Mon regret : que mes parents aient choisi pour moi espagnol plutôt qu'italien en seconde langue. D'abord parce que l'italien est là mes yeux la plus mélodieuse des langues, ensuite - et c'est une conséquence logique - parce que pas mal d'opéras se chantent en italien (Don Giovanni !!)

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 25 Jan 2013 - 13:57

http://www.opera-lyon.com/uploads/tx_eopera/Texte_Don_Giovanni.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Ven 25 Jan 2013 - 14:58

Mille mercis Tof !

Je connais l'intrigue du Don Giovanni grâce à "El Burlador de Sevilla y convidado de piedra " de Tirso de Molina et au "Don Juan" de Molière. Ceci étant, je regrette de ne pas comprendre, au fur et à mesure qu'ils se déroulent, les dialogues chantés. pale

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tsasapala
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 55
Localisation : Marche - L'Italie dans une Region!
Emploi : zoologiste
Date d'inscription : 16/09/2011

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mar 29 Jan 2013 - 14:21



Là ci darem la mano.........là mi dirai di si....



http://www.youtube.com/watch?v=0w6BpSDlk5E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   Mar 29 Jan 2013 - 15:38

Merci Tsasapala ! queen

"Là ci darem la mano" est à mes yeux le plus sublime des duos, tous opéras confondus. Mon interprétation préférée est celle de Ruggiero Raimondi et Teresa Berganza :

http://www.youtube.com/watch?v=qP_TM4r-wSE

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5692
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Maigret - le commissaire Guillaume   Mar 29 Jan 2013 - 22:55


Maigret - le commissaire Guillaume

« L’heure du crime », émission du 12/01/2011 : Le dernier grand représentant des flics de la vieille école Marcel Guillaume, chef de la brigade spéciale entre 1930 et 1937, inspira à Georges Simenon le personnage du commissaire Maigret. De sa traque de la bande à Bonnot aux crimes passionnels et crapuleux de son temps il sonde l’âme mystérieuse de Landru, et dévoile les secrets de l’affaire Stavisky.
Invité : Laurent Joly, historien.

http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/billet/mercredi-12-janvier-le-commissaire-guillaume-maigret-7649002223

Bonne écoute ! queen


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Commissaire Jules Maigret - Police Judiciaire - 36 Quai des Orfèvres
» Le musée de la Préfecture de police
» Casier judiciaire
» Police partout, justice nulle part ?
» Jules : Preparez vos soldes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: