La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923   Mar 4 Sep 2012 - 18:01


Marius-Félix Gounaud, assassin de son oncle




Source : le site de Boisdejustice :
http://boisdejustice.com/Anatole/Anatole.html


Les faits

Marius-Félix Gounaud, 23 ans. Tue d'une balle dans la tempe son oncle Léon Boissière, concierge au 29, rue de Constantine, le 16 août 1921, pour lui voler 1.100 francs. Il enferme le cadavre dans une malle d'osier qu'il laisse en consigne à la gare de Lyon. Dénoncé par des commissionnaires qu'il avait embauchés pour jeter "80 kilos de viande avariée" dans la Seine.

Condamnation : 12 octobre 1922,
Exécution : 24 janvier 1923 à Paris.

Source : le site de Nemo – Sylvain Larue :
http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
LE CRIME
de la rue de Constantine
----------
C'est pour payer des dettes criardes que Gounaud a assassiné son oncle
----------

Paris, 19 août. - Maurice Gounaud n'a pas été extrait ce matin de la prison de la Santé.
L'assassin, au moment où il commit son crime, qu'il avait d'ailleurs prémédité, puisqu'il était porteur d'un revolver, était absolument dénué de ressources. Il devait en effet, une somme de 400 francs à la brasserie de l'avenue Ledru-Rollin où hier matin il avait rendez-vous avec son amie ; Gounaud devait également une somme de 200 francs à la jeune femme. Il lui fallait donc à tout prix rembourser ses dettes et trouver des subsides pour parer a ses propres besoins. Et c'est sur son oncle que le triste personnage jeta son dévolu pour lui fournir l'argent qu’il lui fallait. Quelques heures après son épouvantable forfait, Gounaud avait payé ses dettes.

Ajoutons qu'indépendamment des bijoux qu'il prit dans un des tiroirs de la commode, l’assassin déroba une somme de 1.600 francs et non de 1.000 francs. Enfin une liasse des bons de la Défense nationale a disparu également ; ils représentent une somme le 2.000 francs.
Le chauffeur et Nénette ne seront, parait-il, pas inculpés. Ils n'ont pas été étonnés des folles dépenses de Gounaud : « Qu'est-ce que 500 francs, ont-ils dit avec mépris. A notre époque il n'y a que les journalistes pour croire qu'un demi-billet soit une somme ».



La malle dans l'histoire du crime
Paris, 19 août. - On est étonné de la prédilection des criminels pour la malle quand il s'agit de faire disparaître le cadavre de leur victime. En effet, si l'on consulte les archives de la criminologie, on constate que ce truc macabre ne réussit guère.

Pour ne pas remonter plus haut, contentons-nous de rappeler la malle de l’affaire Gouffé, sujet de complaintes, romans, et dont la reproduction orna même les musées de cire forains.

Dix ans après le forfait de Gabrielle Bompard et d'Eyraud, nouvelle tentative de se débarrasser d'un cadavre à l'aide d'une malle : l'affaire Larmet. Une femme, après avoir tué son époux, le dissimule dans une tapissière.
Elle avait pris la précaution d’oindre le cadavre de parfums. Cela n'empêcha pas le cadavre d'être découvert en banlieue, à Malakoff. Sur le point d'être arrêtée, la meurtrière se suicida après avoir tué son enfant.

Avons-nous besoin de rappeler les horribles détails de l'affaire Soleilland ? Personne n'a oublié le martyre de sa petite victime, dont il déposa le corps, enveloppé dans une serpillière, à la consigne de la gare de l'Est.

Enfin, tout récemment, cette-affaire Bessarabo, véritable roman-feuilleton aux péripéties journellement renouvelées et qui témoignent des qualités d'imagination de Mme Bessarabo, femme de lettres.

Comme on le voit, le truc de la malle, si simple en apparence, est heureusement plus compliqué que ne le croient les assassins qui l'adoptent.

L’Ouest-Éclair, n° 7 472 du 20 août 1921

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923   Mar 4 Sep 2012 - 18:01


LE NEVEU ASSASSIN EST CONDAMNÉ A MORT

Paris, 11 octobre. - Hier, tous les témoins ont été entendus dans l'affaire de Marius Gounaud. Dès le début de l'audience d'aujourd'hui. M. l'avocat général Beguin prononce un réquisitoire énergique « Pas de circonstances atténuantes, dit-il ; pas de pitié, l'application de la loi pour ce crime prémédité, calculé, d'un homme qui tue son bienfaiteur, autant dire son père.
» Le châtiment qu’il mérite, termine l’avocat général, c’est le châtiment suprême »

M° Villenave, avocat de l’accusé, présente la défense de Gounaud. Il supplie les jurés de se montrer pitoyables pour ce garçon qui fut mal élevé et que les mauvaises fréquentations ont perdu.

Après une délibération d'une demi-heure, le jury revient avec un verdict affirmatif sur toutes les questions dans l'affaire Gounaud. En conséquence, la Cour condamne Gounaud à la peine de mort.

L’Ouest-Éclair, n° 7 678 du 12 octobre 1922

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

REJET DE POURVOI

La Chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté le pourvoi de Marius Gounaud, condamné à mort, le 12 octobre dernier, par la Cour d'assises de la Seine pour assassinat de son oncle, M. Boissière, concierge, rue de Constantine.

La Croix, n° 12 194 du 16 décembre 1922

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923   Mar 4 Sep 2012 - 18:03


Une tête va tomber à Paris

Le neveu assassin doit être exécuté ce matin

----------
Le 16 août dernier, le concierge de l’immeuble, 25, rue de Constantine, M. Léon Boissière, âgé de 52 ans, disparaissait mystérieusement de sa loge. Vingt-quatre heures plus tard, on arrêtait à la gare de Lyon, comme il venait retirer de la consigne une malle contenant le cadavre de l'infortuné concierge, le propre neveu de celui-ci, Marius Gounaud, 22 ans.
Le misérable exposa, avec le plus grand cynisme, qu'il avait tué son oncle, d'un coup de revolver, pour le voler puis, après avoir fait la fête, venait retirer la malle qu'il comptait jeter à !a Seine.

Condamné à mort par la cour d'assises de la Seine, le 11 octobre, Marius Gounaud doit être exécuté ce matin.

Le Matin, n° 14 189 du 24 janvier 1923

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le neveu assassin a été exécuté hier matin

----------
Hier, boulevard Arago, à l'heure où la nuit commence peine à s'éclaircir, des ombres frileuses se glissent, chuchotent. Il .tombe sur les épaules le petit froid perçant des matins d'hiver. Pendant que les importants barrages d'usage s'alignent, M. de Paris et ses aides dressent à quelques pas du mur gris sombre de la Santé l'échafaud, où Marius Gounaud, qui assassina son oncle, M. Léon Boissière, le concierge de la rue de Constantine, va expier son crime.

Gounaud, anxieux, est déjà réveillé quand à 6 h. 30 pénètrent dans sa cellule M. Cord, avocat général ; M. le substitut Chartron ; M. Jousselin, juge d'instruction ; M. le docteur Paul ; M. Bloquet, directeur de la prison et son avocat M° Villenave,

- J'ai tué comme dans un rêve ! avait répondu Gounaud au président des assises.
A l'avocat général qui l'exhorte au courage il dit : « N'ayez pas peur, je suis un homme du siècle ! »

Il s'habille rapidement et accepte un, deux, jusqu'à cinq verres de rhum, en s'étonnant qu'ils soient si mesurés. Il allume une cigarette et demande à écrire. C’est pour faire ses adieux à sa mère et la prier de réclamer son corps. Il s'entretient ensuite- avec l'aumônier de la prison, M. l'abbé Bertho, et se confesse. Puis :
- Vous direz à la presse que j'ai accompli mes devoirs religieux, n'est-ce pas, M. l'abbé ?

Face il la guillotine, la forte carcasse des vingt-deux ans de Gounaud se raidit.
Sur la bascule, où les aides du bourreau l'ont entraîné, Gounaud crie encore :
- Au revoir maman !

A 7 h. 2, justice est faite.
Et la tête du supplicié roule dans un panier d'osier presque identique à celui qui lui servit a cacher sa victime…

A ce moment, l'un des gardes républicains du service d'ordre s'évanouit.

Le Matin, n° 14 190 du 25 janvier 1923

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

‘’Tombes-sepultures.com’’, un site d’une extraordinaire richesse à visiter sans modération ! Mille mercis à Marie-Christine Pénin, webmaster du site qui, pour une meilleure lisibilité, m’a fait parvenir cette image originale et m’a accordé l’autorisation de la reproduire sur le forum.

----------
S’agissant d’un document d'archives inédit, sa copie - à des fins commerciales ou non-commerciales (intégration dans un ouvrage, sur un site, un forum, un blog etc.) - est formellement interdite.

----------

Autorisation délivrée par la Préfecture du département de la Seine à la mère de Félix Marius Gounaud, exécuté le 24 janvier 1923, pour la ré-inhumation du corps de son fils.

http://www.tombes-sepultures.com/crbst_388.html

COPYRIGHT 2010 - 2012 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Le site ‘’Tombes-sepultures.com’’

http://www.tombes-sepultures.com/crbst_4.html

est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP. Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923   Mar 3 Fév 2015 - 15:46



Le corps de Léon Boissière déposé dans une malle en consigne à la gare de Lyon

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marius-Félix Gounaud assassin de son oncle - 1923
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'assassin assassiné
» Marius Darmès - régicide oublié - 1841
» Antoine Mingrat - le curé assassin
» L'assassin assassiné - Julien Clerc
» Mysterieuses photos de condamnés a mort...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: