La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925   Mar 19 Juin 2012 - 17:31


Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925




Source : le site de Boisdejustice :
http://boisdejustice.com/Anatole/Anatole.html


Les faits

Henry "Le Tigre" Olivier - 32 ans, ancien des Bat d'Af, chef d'une bande de dix-neuf chauffeurs, les "Cagoulards", qui écumèrent la région de Roubaix de 1917 à 1922.
Insoumis pendant la guerre, abattit en 1916 un gendarme allemand qui allait l'arrêter. Le 5 novembre 1918, à Mouscron (Belgique), tue Mme Augustine Demeulemeester, épicière, qu'il étrangle avec l'un de ses propres bas. Le 8 décembre, à Roubaix, assomment le pontonnier Paul Doléan et volent plusieurs milliers de francs.
Par la suite, leurs agressions s'accompagnent souvent de violences, mais jamais de mort. Le principal lieutenant d'Olivier, Jules Pollet, alias « Lévrier », est condamné à perpétuité.

Condamnation : 4 décembre 1924 ;
Exécution : 24 mars 1925 à Lille.
Réveillé à 4 h. 45. « Je n'ai pas mérité l'échafaud. » Refuse les secours de la religion. Place du Palais de Justice, devant la guillotine, embrasse son avocat puis dit à Deibler : « Vous pouvez y aller ». Sa glande thyroïde est greffée à une fillette, ce qui la sauvera.

Source : Le site de Nemo - Sylvain Larue :
http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




Le Petit Parisien, n° 17 439 du 27 novembre 1924

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le « Tigre », qui a été guillotiné le 24 mars 1925, a-t-il eu deux vies ?

Dans un hors-série disponible tout l'été, « La Voix du Nord » fait revivre treize affaires criminelles qui ont marqué la région. La première date du début du siècle dernier et relate l'histoire du « Tigre », qui trouve un écho aujourd'hui...

Le « Tigre », de son vrai nom Henri Olivier, était le chef de la redoutable bande des Cagoules, qui a semé la terreur à la frontière belge entre Roubaix, Tourcoing et Mouscron. C'était une de ces bandes de contrebandiers, reconvertis après-guerre dans le crime. Le « Tigre », à qui sont attribués au moins deux meurtres, a été condamné à mort.

Sa tête est tombée le 24 mars 1925. Et c'est là que l'affaire se révèle passionnante : quand on replonge dans les journaux de l'époque, les articles aux titres sensationnels se suivent... mais ne se ressemblent pas ! Pour les uns, le « Tigre » aurait connu la rédemption, en faisant don, plus ou moins volontairement, de sa glande thyroïde à une fillette de trois ans, un cas désespéré.


Une légende de plus

L'opération aurait été réalisée par un chirurgien de Lille et la petite greffée, décrite comme « anormale » aurait retrouvé « intelligence et joie de vivre ». Pour les autres, le « Tigre » n'aurait donné lieu qu'à une légende de plus.

Nous sommes allés interviewer François Pattou, professeur d'endocrinologie au CHRU de Lille, pour avoir son diagnostic sur le cas du « Tigre ». Selon lui, cette greffe, même rarissime pour l'époque, est vraisemblable. À découvrir dans notre hors-série...

« Treize affaires criminelles dans le Nord - Pas-de-Calais des années vingt à nos jours »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La bande des Cagoules devant les assises du Nord - Grandeur et décadence du dénonciateur Dendooven, dit "la Banque"

Douai, 26 nov. (De notre env. spéc.)
On a beaucoup parlé de conscience aujourd'hui. Elle a d'ailleurs fini par triompher en la personne de l'admirable personnage de roman provincial, la veuve Pichet, mais ce fut long. C'est que personne n'est d'accord. Comme on pouvait s'y attendre, cette bande de cagoules, si unie pour les crimes, offre aujourd'hui le spectacle de la plus vive débandade. Les uns n'ont rien vu, les autres ne parlent plus.

Comme le dira le président à l'un des principaux accusés, Pollet, il y a dans ce procès bien des mémoires défaillantes ; il y a surtout l'unique espoir pour tous d'échapper au châtiment. Mis en face de leurs méfaits, les « cagouards » n'ont pas encore le sentiment d'une justice impitoyable-


Dendooven sur la sellette

Et, cependant, c'est une mauvaise journée pour eux, surtout pour Dendooven. L'affaire du 11 novembre 1917 : tentative d'assassinat des demoiselles Sergent et Versate!, à Roubaix, fut nettement à son désavantage. La femme Olivier, qui déclare ne pas agir par vengeance, prend ici la parole pour son mari. Celui-ci affecte une parfaite indifférence pour ce crime auquel il n'a point participé, mais sa femme y fut quelque peu mêlée. Elle a vu l'argent dérobé par Dendooven, et malgré les déclarations de celui-ci, faites d'une voix tantôt blanche, tantôt criarde, comme tamisée ou portée par le vent, malgré les protestations de la femme Dendooven, au timbre aigu comme un violon usé - Marie Caharlesge, qu'on appelle ici souvent Charlesze, à la joie de l'assistance, maintient son accusation.

Dendooven est navré. Il s'explique mal et essaye d'apitoyer les jurés, se peint sans argent durant la guerre.

Tant et si bien, dit-il, que je vivais sur ma femme qui, la pauvre, allait « foncer » en Belgique.
- Oui je fonçai, je fonçai, répète la femme Dendooven qui n'a cependant vécu que deux mois avec son mari.
« Foncer », dans ce charmant patois du Nord est un mot né de la guerre. Il signifie dans un saisissants raccourci « aller chercher des pommes de terre en Belgique».


Les témoins

Les témoins viennent accabler Dendooven. L'inspecteur Lefèvre et le commissaire Desmettes s'y emploient en bons policiers d'enquête. Dendooven ne peut que renouveler ses protestations, surtout quand ses anciens complices le jettent délibérément sur la sellette.
- Ah fait-il tristement. C'est leur revanche. C'est moi qui les ai dénoncés. Ils me mettent aujourd'hui tout sur le dos.

Et voici une des victimes, Mlle Zénobie Sergent. C'est une petite femme sanglée dans un long manteau noir, au visage rose, aux mains tremblantes. Elle porte encore dans le regard, la mémoire de l'affreuse nuit où les bandits commirent sur elle et sur son associée les pires violences.

Elle conte très simplement la scène du crime, et, lorsque Dendooven s'écrie :
- J'ai beau regarder cette femme, je n'ai rien à me reprocher.
Elle braque sur lui ses yeux clairs, comme le souvenir formel de l'acte abominable.

Mme veuve Pichet est un témoin de moralité. Elle entre en se dandinant lourdement sur les jambes, les épaules couvertes d'un gros fichu de laine noire, un tablier à carreaux bleus ballotant sur sa jupe ; son chignon bien tiré à l'air collé à son crâne. Elle connaît Dendooven.
- C'est un brave homme. Mais faut vous dire, monsieur le président, que c'était avant la guerre.
Le témoin aura décidément intéressé le jury par sa pittoresque déposition, car on la convoque pour demain. Elle sera confrontée avec les agents de police ; c'est un moment de gaieté qu'on se promet parmi tant d'autres souvenirs.

Mais Dendooven a quand même sa revanche. En fin de séance, Olivier doit répondre du crime de M. Doléans, assassiné chez lui, à Roubaix, le 8 décembre 1918. Il nie avoir participé au meurtre, mais Dendooven est là qui le dénonça, et il se vengera de son ancien chef de tout à l'heure, quand celui-ci haussait les épaules et ricanait devant ses vaines protestations d'innocence.

M. Bourdet - Le Petit Parisien, n° 17 439 du 27 novembre 1924-p. 3

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925   Mar 19 Juin 2012 - 17:38


Le procès des Cagoules

Douai 1er décembre (dép. Petit Parisien.)
Aujourd'hui, M. Cruveille, avocat général, a prononcé son réquisitoire. Il a rappelé les crimes nombreux de la bande en montrant la terreur semée par ses membres dans les régions frontières à la faveur des troubles de l'époque. Après avoir examiné la série de ces forfaits, l'avocat général a demandé la peine capitale pour Olivier ; celle des travaux forcés à perpétuité pour Pollet, Morant, Lecocq et Petit ; celle des travaux forcés à temps pour le receleur Terrln et pour Dintein.
En ce qui concerne les plus jeunes malfaiteurs : Debock, Dalbar, Albert et Léonard Duflos, Groven et Alfred Morant, l'avocat général réclame les travaux forcés à temps, et il se monture indulgent pour les femmes.
Le réquisitoire a duré cinq heures, pendant lesquelles aucun des accusés n'a bronché. L'audience est ensuite suspendue.
À la reprise, la parole est donnée à M° Kahn, défenseur d'Olivier, qui commence sa plaidoirie.
Peu après, l'audience est levée.

Le Petit Parisien, n° 17 444 du 2 décembre 1924

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le procès des « Cagoules » - L’arrêt


Douai, 4 décembre (dép. Petit Parisien.)

À la suite des réponses du jury aux deux cent vingt questions qui lui étaient posées, la cour d'assises du Nord a rendu son arrêt dans l'affaire des « cagoules ».
Olivier est condamné à mort.
Collet aux travaux forcés à perpétuité.
Dendooven à vingt ans de travaux forcés.
Morant à quinze ans de travaux forcés et à vingt ans d'interdiction de séjour.
Lecocq à dix ans de travaux forcés et il vingt ans d'interdiction de séjour.
Bintein à dix ans de réclusion et à dix ans d'interdiction de séjour.
Terryn à cinq ans de prison et 500 fr. d'amende.
Les autres accusés sont acquittés.

Le Petit Parisien, n° 17 447 du 5 décembre 1924

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



La Presse, n° 3 702 du 25 mars 1925

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le chef des « Cagoulards » Olivier a payé sa dette - Dans la lettre écrite au dernier moment à son défenseur, il se défend d'avoir été un assassin


Lille, 24 mars (dép. P. Parisien).
Le chef de la bande des Cagoules, Henri Olivier, dit le « Tigre », est mort sans un cri, sans une protestation, affirmant cependant jusqu'au bout qu'il n'avait pas tué.
Lorsque à quatre heures quarante-cinq, le procureur de la République pénétra dans la cellule du condamné, Olivier accueillit avec calme la nouvelle que sa grâce était refusée.
« Je n'ai pas mérité cela ! Je ne croyais jamais que j'irais à l'échafaud ; j'étais moins coupable que Dendoven ! »
Après avoir refusé les secours de la religion, et avoir accepté une tasse de café et la cigarette traditionnelle, le chef des « Cagoulards » fut mené à l'échafaud.
À cinq heures vingt-sept, justice était faite.

Avant de mourir, Olivier avait écrit une dernière lettre à son défenseur, M° Kahn.
Maître, écrivait-il, je vous certifie encore, par écrit, que je n'avais jamais tiré. Si, plus tard, la vérité venait à se découvrir, faites, pour mes enfants ainsi que pour ma famille, rétablir ma mémoire. Je vous remercie pour ce que vous avez fait pour moi et faites bien adieu à toute ma famille. Votre serviteur dévoué,
Henri Olivier.

Le Petit Parisien, n° 17 557 du 25 mars 1925

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925   Mar 19 Juin 2012 - 17:44

Jugé par la Cour d'assises de Douai, Henri Olivier a été exécuté place du Palais de Justice à Lille.












_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: joyeux fais ton fourbi   Jeu 21 Juin 2012 - 9:25

Les faits

Henry "Le Tigre" Olivier - 32 ans, ancien des Bat d'Af, chef d'une bande de dix-neuf chauffeurs, les "Cagoulards", qui écumèrent la région de Roubaix de 1917 à 1922.

En ce temps là , les bat d'Af étaient l'ENA du crime , le passage obligé d'une carrière criminelle qui se terminerait parfois entre les mains de Monsieur Anatole lol!

http://musique-militaire.fr/armee-dafrique/les-bataillonnaires
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bagne_de_Tataouine

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-32385655.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925   

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Olivier dit « Le Tigre » - 1925
» Henri Olivier - 1925 - Sa glande sauve une fillette ?
» Qualification HAP Tigre
» je me presente je m'appelle henri
» Par le figuier et l'olivier. (Coran, 95 : 1)...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: