La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Exécutions capitales à Rouen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Rouen - La place du Vieux Marché   Lun 9 Juil 2012 - 19:23


Rouen - La place du Vieux Marché où était installée la guillotine. Jeanne d'Arc y fut brûlée.


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Kramer - 1852   Lun 9 Juil 2012 - 19:34



La place Mathomesnil à Eu, lieu de l'exécution


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elie Köpter
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 367
Age : 87
Localisation : bretagne
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 20/03/2006

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Mar 10 Juil 2012 - 11:00

Excellent travail Adelayde ! Quel talent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Mar 10 Juil 2012 - 17:39

Merci Elie et merci également à tous ceux qui m'ont adressé des MP d'encouragement auxquels je n'ai pas encore eu le temps de répondre. queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
octave
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 150
Age : 47
Localisation : yvelines
Date d'inscription : 18/09/2010

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Dim 15 Juil 2012 - 12:41

Adelayde a écrit:

Rouen - La place du Vieux Marché où était installée la guillotine. Jeanne d'Arc y fut brûlée.

Magnifique photo de cette si belle place du vieux marché. Cela fait si longtemps que je n'ai pas revu ma bonne vieille ville de Rouen, merci pour ce petit moment de nostalgie Wink . Mais quel dommage, aucune date... Même approximative. Elle est de quand à peu près cette photo? Si toutes les exécutions avaient bien lieu là, je tente de reposer ma question; Vous ne trouvez pas que par rapport au lieu de détention cela fait bien loin quand même? En tout cas, MERCI pour cette mine d'information sur l'histoire de Rouen. Vraiment très intéressant, j'ai quitté Rouen en 99, j'y vivais depuis ma naissance, c'est une ville qui est chère a mon coeur, alors; GRAND MERCI a vous adelayde , et si vous le pouvez, continuez
Au plaisir de vous relire....... study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Dim 15 Juil 2012 - 15:33


Bonjour Octave,

Sauf erreur de ma part, la guillotine était dressée place du Vieux-marché à Rouen fin XVIIIème, début XIXème siècle.

http://books.google.fr/books?id=3UkYAAAAYAAJ&pg=RA1-PA288&lpg=RA1-PA288&dq=rouen+place+du+Vieux+March%C3%A9+guillotine&source=bl&ots=mlyjog03lj&sig=eT6whvJOw6sZJr2qUgJfLi1gUck&hl=fr&sa=X&ei=C8ICUOLRLOHN0QXgsvmABw&ved=0CEcQ6AEwAjgK#v=onepage&q=rouen%20place%20du%20Vieux%20March%C3%A9%20guillotine&f=false
Les exécutions décrites dans les articles de journaux de Niavlys avaient lieu place Bonne-Nouvelle - comme son nom ne l’indique pas ! - lol!
Je n’ai fait que passer à Rouen mais cette ville, riche d'histoire et de culture, m’a en-chan-tée. Particulièrement la place du Vieux-Marché, lieu du supplice de La Pucelle.
Dater la carte avec précision n’est pas facile. Le modèle de la voiture et la tenue de la femme (robe au niveau du genou) peuvent nous renseigner. Je dirai a priori entre deux guerres mais... sans certitude. queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Exécutions capitales rouennaises au début du XIXème siècle-anecdote   Dim 15 Juil 2012 - 17:37

Anecdote à propos des exécutions capitales rouennaises au début du XIXème siècle

En furetant dans les originaux des archives départementales de Seine-Maritime à la recherche d'une potentielle liste de condamnés à mort, j'ai découvert deux lettres.

La première lettre est datée du 8 avril 1812. Le Procureur de la Cour Impériale rappelle à Monsieur le Préfet de la Seine-Inférieure, de l'Empire, l'article 52 du décret impérial du 18 juin 1811 :



Archives départementales de Seine-Maritime

" L'article 52 du décret impérial du 18 juin 1811 porte: "Lors des exécutions des arrêts criminels, le greffier de la cour sera tenu d'y assister, et d'en dresser procès-verbal."
"À cet effet, le greffier se rendra à l'Hôtel de ville, soit dans une maison située sur la place publique où se fera l'exécution, et qui sera désignée par l'autorité administrative."

"En conséquence, le greffier de la Cour réclame, et j'ai l'honneur Monsieur le Comte, de vous transmettre sa réclamation, pour que vous veuillez bien déterminer une maison sur la place publique du vieux marché de cette ville [Rouen] dans laquelle lui ou son commis greffier sera reçu lors des exécutions: il est très inconvenant que le greffier, chargé d'y assister, et d'en dresser procès verbal, et qui doit être en robbe, reste au milieu du bruit et de la foule."


D'après la seconde lettre, le préfet aurait ensuite fait part de cet article au maire de Rouen le 14 avril 1812, ce dernier lui écrivant en retour le 27 du même mois:



Archives départementales de Seine-Maritime

"Le sieur Marc, marchand d'eau-de-vie propriétaire de la maison place du vieux marché n° 13 , faisant l'encoignure de la rue de la prison, m'a promis qu'il se fera un plaisir de recevoir le greffier et de le placer au premier étage de son habitation, toutes les fois qu'il y aura des exécutions. "

http://ohmesaieux.blogspot.fr/2011/07/anecdote-sur-les-executions-rouennaises.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Mer 14 Mai 2014 - 21:28

Article du mercredi 17 avril 1918 dans l'Ouest-Eclair.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Mer 14 Mai 2014 - 22:27

Article du mercredi 17 octobre 1923 dans l'Ouest-Eclair.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Mer 14 Mai 2014 - 22:30

Article du vendredi 18 février 1927 dans l'Ouest-Eclair.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Mer 14 Mai 2014 - 22:34

Article du vendredi 28 mars 1927 dans l'Ouest-Eclair.

A noter que son complice Renaux sera arrêté quelques heures après l'exécution...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Alexandre-Léon BETILLE. 1899.   Jeu 15 Mai 2014 - 18:23


Le Petit Journal, du 07-07-1899.
(source : gallica.bnf.fr)

EXECUTION DE BETILLE
à Rouen

D
ans la nuit du 19 au 20 octobre 1898, le facteur Alexandre-Léon Bétille, âgé de vingt-cinq ans tuait, pour se procurer par le vol l’argent nécessaire aux dépenses de son prochain mariage, M. Plessis, âgé de soixante-dix-huit ans, qui vivait seul à Saint-Georges-du-Vièvre (Eure) avec sa vieille domestique, la veuve vannier, âgée elle-même de soixante-quatorze ans. La pauvre femme subissait le même sort que son maître.
Le 25 janvier dernier, Bétille était condamné à la peine de mort par la cour d’assises de l’Eure. Le jugement fut cassé pour vice de forme.
L’affaire revenait donc devant le jury  de la Seine-Inférieure qui, à son tour, condamnait Bétille à mort.

Malchance d’un condamné

Bétille, sans la négligence d’un greffier de la cour d’assises d’Evreux, aurait certainement bénéficié de la grâce présidentielle. Il était, en effet, le premier des condamnés à mort dont M. Loubet, qui venait alors d’être nommé président de la République, allait avoir à examiner le pourvoi.
Il n’y a pas d’exemple qu’un président de la République n’ait pas gracié le premier condamné à mort comme don de joyeux avènement. Du reste, le défenseur de Bétille, Maître Léon Tissandier, bâtonnier du barreau d’Evreux, avait reçu, ainsi que nous l’avions annoncé, le 4 juillet, par M. Loubet et avait sollicité la clémence présidentielle en faveur de son client en raison de la situation de premier condamné à mort depuis l’élection du dernier congrès.
Mais cet argument ne touchait pas le président de la République et la justice devait suivre son cours.
Bétille, par la cassation de son premier jugement, perdait tout bénéfice à la clémence de M. Loubet, clémence qui s’excerçait sur Lehmann, assassin du curé de Saint-Patrice.

Les préparatifs

Les bois de justice, partis de Parais mercredi matin par le train de 8h. 20, étaient arrivés à Rouen, en gare de rive-gauche, à midi. Le bruit se propageait en ville et tout le monde projetait d’assister à l’exécution du criminel.
Dès onze heures du soir, de longues théories de promeneurs, portant qui des provisions de bouche, qui des pliants, des tabourets et des échelles, se dirigeaient lentement vers le lieu fixé pour l’exécution ; la nuit très douce encourageait  une longue station en attendant le moment suprême et un ciel étoilé et très clair permettait  au public d’espérer pouvoir suivre tous les détails du drame judiciaire.

Le lieu de l’exécution

La place choisie pour dresser la sinistre machine est situé dans le quartier Saint-Sever, à l’extrémité de la ville, sur la rive gauche de la Seine. C’est sur cette place, qui porte le nom ironique de place Bonne Nouvelle qu’eut lieu le 27 juillet 1894 la dernière exécution capitale à Rouen, celle de Gamelin, qui avait assassiné une petite fille de sept ans.
La place Bonne Nouvelle, vaste quadrilatère, est bornée d’un coté par la caserne du 28ème de ligne, de l’autre, en face, par les hauts murs de la prison et des deux autres cotés par de petites maisons à un étage, dont le rez-de-chaussée est occupé par des estaminets bondés de monde.

Toutes les fenêtres louées à prix d’or, sont occupées par des mondains qui trompent la longueur de l’attente en sablant le champagne et en faisant des mots. Le rire perlé et bruyant des dames en toilette claire qui les accompagnent n’est pas une preuve que ces mots soient toujours spirituels, mais il indique que les gens s’amusent énormément en attendant la lugubre tragédie.
Tout autour de la place, le public moins sélect, mais tout aussi bruyant, chante, crie, hurle et se bouscule.
Mr Guenin, commissaire de police central, maintient, avec difficultés, cette foule nombreuse.

Bétille dans sa prison

B
étille, heureusement, ne peut entendre le bruit extérieur. Il occupe tout au fond la prison, dans le troisième bâtiment, la cellule 34, situé au premier étage. C’est lui qui étrenne le quartier cellulaire de la prison qui était il y a quelque temps encore le quartier correctionnel.
Très travailleur et très obéissant pendant les soixante et un jours de sa détention, il n’a cessé de travailler au tri du café et avait ramassé une certaine somme à ce travail  qui lui était payé 3 francs les cent kilos triés.
La veille, il avait dit à ses gardiens de le réveiller le lendemain de bonne heure, car il avait un sac de café qu’il voulait finir de trier. Il comptait énormément sur la clémence présidentielle et en parlait souvent, faisant des projets au sujet de son départ à la Nouvelle (Calédonie)

Le réveil

A une heure du matin, M. Anatole Deibler arrive sur  la place Bonne nouvelle et commence aussitôt le montage de la guillotine. Le nouveau bourreau semble plus méticuleux que son père, qui se bornait à donner des ordres à ses aides, Anatole Deibler paie lui même de sa personne, monte sur l’échelle pour placer la poulie, visse un boulon, ajuste un montant.
A deux heures, cent hommes de troupe du 6ème régiment de chasseurs à cheval sous les ordres d’un chef d’escadron, et du 24ème de ligne, sous les ordres du lieutenant-colonel, viennent renforcer le service d’ordre.
Enfin, à trois heures vingt, MM. Daniel, procureur de la République, d’Estables, substitut, Privey, juge d’instruction, Marais avocat de Bétille à Rouen, Leborne, aumônier, Viard, directeur de la prison, Deshais, adjoint au maire, et Guenin, commissaire central pénètrent dans la cellule du condamné. Il dort profondément.

M. Viard, directeur de la prison, le secoue légèrement, et tandis que Bétille, tout endormi, se frotte les yeux, sans avoir encore la notion de la situation, le directeur lui dit :
— Bérille, ayez du courage, votre pourvoi est rejeté, il faut vous préparer à payer votre dette à la société.
M. Marais, s’adressant alors à son client, lui dit :
– Vous avez été soldat, mon ami, souvenez-vous en pour avoir du courage.
Bataille, reconnaissant son avocat, lui répond :
Oui, monsieur Marais, j’en aurai.
Il s’habille aussitôt sans le secours de personne, tandis que M. Viard lui donne lecture de l’arrêt. Sans dire un mot, en s’y prêtant  même, il endosse la camisole de force et accepte les secours de la religion que lui offre l’aumônier.
Le prêtre et le condamné restent seuls quelques instants seuls dans la cellule. Bétille se confesse, il se rend ensuite sans aide, avec calme, à la chapelle où il assiste à la messe et communie.
La cérémonie religieuse a duré vingt minutes ; pendant ce temps Bétille, qui a prié avec ferveur, n’a pas eu la moindre faiblesse.

Le prêtre, après l’avoir béni, vient à peine de prononcer L’te misa est, que le condamné se lève et vient se placer au milieu de ses gardiens, qui attendent debout à quelques pas derrière, au seuil de la chapelle.
La funèbre toilette a lieu dans la salle du greffe, le condamné demande une cigarette qu’il fume tout en causant  de ses parents et recommande sa fiancée à Me Leborne.

L’exécution

Enfin, l’heure de l’expiation, fixée pour quatre heures sonne à tous les clochers de la ville ; les quatre coups résonnent d’une triste dans les airs. Un Ah ! de satisfaction se fait entendre parmi le public, tandis que Bétille, qui refuse toute aide, monte seul dans le fourgon qui doit le conduire sur la place de l’exécution.
Cent mètres, environ, séparent, en effet, la porte de la prison du point où s’élève la guillotine.
Le fourgon peint en noir, attelé d’un cheval blanc, s’avance lentement, précédé de gendarmes à cheval et entouré de soldats d’infanterie.

Deibler et son premier aide occupent le devant de la voiture ; dans l’intérieur, le deuxième aide, l’aumônier et le condamné. Le troisième et dernier aide du bourreau tient le cheval par la bride. Derrière le cortège marchent en groupe les magistrats qui ont assisté au réveil.
Il fait grand jour quand la voiture arrive à coté de la guillotine. Les deux portes du fourgon s’ouvrent, un aide saute de l’intérieur à terre et rabat une échelle de six marches pour permettre au condamné de sortir.

Bétille paraît, très peu entravé, son allure est assez dégagé. Il est absolument maître de lui et n’est même pas pâle. Il descend seul les marches difficiles de l’escalier volant, suivi par l’aumônier, et s’arrête au bas des degrés pour fixer avec volonté le couperet.
Le condamné marche alors d’un pas ferme vers la planche sur laquelle il doit basculer ; puis, se ravisant, il tourne brusquement à gauche en pivotant sur ses talons réunis et tombe à genoux devant l’aumônier.
Celui-ci, beaucoup plus ému que le condamné, lui tend une petite croix que Bétille baise avec ferveur, mais sans ostentation ; puis après avoir embrassé l’abbé Leborne, il se relève d’un seul élan, des deux genoux à la fois, et vient se placer lui-même contre la planche, tendant le cou d’une façon très visible.
La planche bascule et le couteau tombe presque instantanément.  

Le corps a été inhumé au cimetière Saint-Sever, dans une allée ombragée de nombreux peupliers. La fosse était creusée au pied du sixième arbre.

_________________
Détails rétrospectifs
dépêche de notre correspondant)

Pont-Audemer, 6 juillet.

Quand la nouvelle de l’exécution de Bétille a été connue ici, un assez grand nombre de personnes sont parties pour Rouen afin d’assister aux derniers moments du condamné.
On a remarqué dans la foule de ceux qui partaient certaines des autorités du canton de Saint-Georges-du-Vièvre et des membres de la famille Plessis, l’une des victimes de Bétille.

Dès que Les habitants de Saint-Georges ont appris que maître Léon Tyssandier, bâtonnier du barreau d’Evreux, qui avait défendu Bétille devant le cour d’assises de l’Eure, avait sollicité en faveur de son client  la clémence du chef du président de la République, ils ont adressé immédiatement à M. Loubet une pétition réclamant avec insistance l’exécution de l’assassin.

C’est M. Loriot, député, qui a été chargé de remettre cette pétition. M. Loriot a été reçu mardi et en présence des crimes si nombreux qui terrorisent notre département le président ne pouvait avoir de pitié pour un misérable tel que Bétille.
Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Jeu 15 Mai 2014 - 18:38

Ce que je trouve dommage dans un article de journal, on nomme Deibler et on évoque ses aides... Mais pas leurs noms ???? C'est dommage pour connaitre la composition de "l'Equipe"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Jeu 15 Mai 2014 - 18:57

pier a écrit:
Ce que je trouve dommage dans un article de journal, on nomme Deibler et on évoque ses aides... Mais pas leurs noms ???? C'est dommage pour connaitre la composition de "l'Equipe"...
Bonsoir à toute l'équipe !
Pier, je vois que ce problème de composition de l'équipe vous tourmente très fort...  
En fait, en dehors du "Chef", par définition inamovible, et dans une moindre mesure des adjoints de 1° classe, il y avait un roulement, et ce jusqu'à la fin des années "Obrecht".Une équipe de 5 fonctionnait souvent à 4, plus un "permissionnaire", et lors de l'exécution de Ranucci, par exemple, Cheny n'était pas présent.Tout ceci cessa d'être valable avec la dernière équipe à 3 (Chevalier, Deshaes, Cheny).
Le livre d'Obrecht/Ker (Le Carnet Noir du bourreau) donne plusieurs compositions d'équipes de 1951 à 1976  study 
Bonne soirée !
Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Jeu 15 Mai 2014 - 19:15

Pierrepoint a écrit:
Pier, je vois que ce problème de composition de l'équipe vous tourmente très fort...  

C'est grave docteur ? Embarassed ... c'est par curiosité... par exemple pour l'execution de weidmann on connait tout les protagonistes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Jeu 15 Mai 2014 - 19:18

Pierrepoint a écrit:
Le livre d'Obrecht/Ker (Le Carnet Noir du bourreau) donne plusieurs compositions d'équipes de 1951 à 1976

70 euros le livre... c'est un peu chère pour un livre... Sad 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Jeu 15 Mai 2014 - 20:09

pier a écrit:
Pierrepoint a écrit:
Pier, je vois que ce problème de composition de l'équipe vous tourmente très fort...  

C'est grave docteur ? Embarassed ... c'est par curiosité... par exemple pour l'execution de weidmann on connait tout les protagonistes...

Pier, auriez-vous désiré être AIDE ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Jeu 15 Mai 2014 - 20:30

mercattore a écrit:
Pier, auriez-vous désiré être AIDE ?

Mon cher mercattore (vous permettez que je vous parle ainsi ?  Embarassed )... je ne pense pas. au don du sang déjà je tourne de l'oeil en voyant du sang...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 10:19

pier a écrit:
Pierrepoint a écrit:
Le livre d'Obrecht/Ker (Le Carnet Noir du bourreau) donne plusieurs compositions d'équipes de 1951 à 1976  

70 euros le livre... c'est un peu chère pour un livre... Sad 
Je l'ai trouvé à 53 € sur ChapitreCom, ce qui est mieux, mais encore pas donné...Cela dit, cet ouvrage, certes imparfait, fait partie des fondamentaux  study 
Bonne journée !
Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 12:14

Une sorte de bible... study ... par contre il y a quelques années à la FNAC j'avais trouvé le livre sur Anatole Deibler sur ses carnets. A l'époque j'étais très très guerre de secession et empire byzantin mais pas très "branché" peine de mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 16:01

pierrepoint a écrit:
pier a écrit:
Pierrepoint a écrit:
Le livre d'Obrecht/Ker (Le Carnet Noir du bourreau) donne plusieurs compositions d'équipes de 1951 à 1976  

70 euros le livre... c'est un peu chère pour un livre... Sad 
Je l'ai trouvé à 53 € sur ChapitreCom, ce qui est mieux, mais encore pas donné...Cela dit, cet ouvrage, certes imparfait, fait partie des fondamentaux  study 
Bonne journée !

Je l'ai vu hier à...145eur, d'occasion, très bon état (c'est bien la moindre des choses !)
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 18:44

Le prix des livres d'occasion est très variable. En excellent état, Le Carnet noir m'a coûté 42 € il y a deux ans.

Un fil est consacré à l'ouvrage :

http://guillotine.cultureforum.net/t157-le-carnet-noir-du-bourreau-andre-obrecht?highlight=carnet

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 19:30

Ah 42 euros c'est mieux, c'est plus raisonnable... non pas que je sois fauché, mais ma femme n'apprécierai pas un livre à 145 euros... Razz Razz Razz 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 19:37

pier a écrit:
Ah 42 euros c'est mieux, c'est plus raisonnable... non pas que je sois fauché, mais ma femme n'apprécierai pas un livre à 145 euros... Razz Razz Razz 
Il y a un site de recherches spécialisé : taper "chasse aux livres" sur Google, il est très simple à utiliser !
Bonne soirée  
Revenir en haut Aller en bas
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   Ven 16 Mai 2014 - 19:48

Merci Pierrepoint...   mais pourquoi est il si chère ? Par rapport à d'autres livres sur le sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exécutions capitales à Rouen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exécutions capitales à Rouen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Exécutions capitales à Rouen
» Exécutions capitales
» Les exécutions capitales à Paris XIVème (1909-1972)
» Les exécutions capitales - étude de J-C Farcy pour Criminocorpus
» Pierre Vaillat - Lons-le-Saunier 1897

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: