La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 11 Mai 2012 - 9:59

Bonjour,
Je me permets de signaler à votre site, que j'ai beaucoup fréquenté (et que je cite d'ailleurs) la parution du bouquin sur lequel je travaille depuis 8 ans (j'enseigne l'histoire à l'université): Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine, paru chez Champ Vallon, en avril dernier. Je m'y suis intéressée aux rapports entre médecins et guillotine, par plusieurs angles : la conception de la machine (il faut faire un vrai travail de déblayage, beaucoup d'erreurs circulent et sont répétées de livres en livres) ; les débats autour de la survie et de la douleur du guillotiné (de 1795 à 1914) ; les expériences sur les corps et les têtes des guillotinés (galvanisation au début du XIXe, électrisation et transfusions ensuite, et, en parallèle, les expériences de vérification de la survie (là aussi, des choses nouvelles et des choses à mettre en ordre) ; la migration de tous ces thèmes dans l'art, du plus "noble" (littérature) au plus "populaire" (art forain) ; les débats autour des restes des guillotinés et de leur statut (droit des condamnés à disposer de leur corps, etc.).
Si vous voulez avoir une idée, malheureusement très succincte, vous pouvez podcaster sur France Inter l'émission La Marche de l'Histoire où j'étais invitée le 10 mai.
Bonne lecture!
Revenir en haut Aller en bas
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 11 Mai 2012 - 10:09



Citation :
Paru chez Champ Vallon le 19 avril 2012 :

A. Carol, Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine.

Conçue par un médecin et par un chirurgien, la guillotine succède aux supplices d’Ancien régime et invente la mort pénale idéale : prompte et douce. Mais des doutes surgissent très vite sur son instantanéité. Comment concevoir qu’une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ? Et si la mort infligée n’est pas immédiate, quelle souffrance le décapité n’endure-t-il pas !
Cette possibilité physiologique, discutée très tôt par les médecins, envahit l’art, l’imaginaire et les débats autour de la peine de mort tout au long du XIXe siècle. Elle alimente un dialogue entre la société et ces experts autour de l’humanité de la guillotine et ses alternatives possibles. Mais elle offre aussi aux médecins partagés entre le désir de rassurer leurs contemporains et celui d’assouvir leur curiosité de physiologistes des conditions d’expérimentation proches de la vivisection, qu’il s’agisse de vérifier la survie éventuelle au pied de l’échafaud ou de tenter de transfuser les têtes exsangues au laboratoire. Se pose alors la question du corps du condamné, de ses usages, de sa dignité au regard de la médecine et de la société, et des pouvoirs qui s’exercent sur lui ; un corps dont les condamnés n’affirmeront que tardivement le droit à disposer post mortem, à la fin du XIXe siècle.


Une critique :

Citation :
Autant le dire tout de suite : il faut avoir le cœur bien accroché pour lire cet ouvrage. Au fur et à mesure de sa lecture, les boyaux se tordent d'angoisse à la perspective des nouvelles horreurs qui vont nous être contées et, de fait, la vision de la sinistre couverture finit par devenir si insoutenable qu'il vaut mieux la retourner sur sa table de chevet pour ne plus voir l'illustration (un tableau de Brascassat représentant, d'après nature, la tête décapitée du meurtrier Fieschi) ou coller un post-it dessus.

La physiologie étant "la science qui étudie les fonctions et les propriétés des organes et des tissus des êtres vivants" (Le Robert), on distingue un certain humour et surtout de multiples entrées dans le choix du titre puisque la Veuve en question est un objet (donc non vivant) qui donne la mort à des êtres vivants et qui, du fait de ce pouvoir, obtient un statut mythique voire mystique.

Anne Carol est professeur d'histoire contemporaine à l'Université d'Aix-Marseille 1 et membre de l'Institut Universitaire de France. Sa spécialité est l'histoire de la médecine. Elle donne ici un travail stupéfiant : les relations des médecins avec la guillotine et, par extension, leurs recherches sur l'instant exact de la Mort. La quatrième de couverture pose bien le problème : "Comment concevoir qu'une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ?"

Le style est allègre. Les chapitres bien titrés posent d'emblée les objectifs. Des introductions remettent à plat les questions médicales, philosophiques et humanistes. Et les nombreuses citations d'ouvrages de médecins parfaitement gore ramènent brutalement à la nécessité de l'expérimentation. Anne Carol boucle près de trois cents pages d'une lecture dense et passionnante mais ô combien éprouvante.

Après une lumineuse introduction, l'auteur démarre fort en détaillant les modes d'exécution capitale à la fin du XVIIIe siècle (écartèlement des régicides, roue, pendaison, bûcher et décapitation à l'épée seulement pour les nobles) avec leur cortège de "pratiques symboliques préalables telle l'amende honorable, ou la mutilation de la main (parricide, sacrilèges, faux) ou de la langue (blasphémateur)". Le public vient voir la mort arriver lentement. Comme les bourreaux ratent souvent leur coup (les nombreux textes d'époque font froid dans le dos), l'idée du docteur Guillotin, député révolutionnaire, de "refonder la mort pénale sur des bases médicales" grâce à une machine qui infligerait le même sort à tous les condamnés à mort quelque soit leur niveau social et leur crime est acceptée dans l'enthousiasme.

Mais il faut construire la machine et la tester. C'est le chirurgien Antoine Louis qui s'y colle. Après le couperet horizontal, c'est le biseau qui sera adopté avec un poids très fort, des barres rainurées et une lunette. Les machines sont construites à la va-vite pour être expédiées dans toutes les régions de France. Hélas, le couperet se coince dans les rainures gonflées par l'humidité ou montées de travers, il tranche trop haut, trop bas, pas assez… L'auteur nourrit son discours de toutes les données scientifiques et éthiques de l'époque (cinq cents ouvrages consultés). "La guillotine perd très vite, par l'usage intensif qui en est fait, l'aura de modernité ou d'humanité qui avait pu, peut-être, l'entourer à sa naissance. Elle devient le symbole de la Terreur et, pour certains, de la Révolution même." Les sous-titres sont parlant : "les ratés de la machine", "des têtes encore animées ?", "la controverse scientifique (1795)".

Médecins et chirurgiens s'affrontent en deux écoles sur la survivance après le coup fatal. Ils multiplient les expériences sur les têtes fraîchement tombées pour accréditer la thèse de la mort immédiate et impeccable, ou celle de la mort différée et donc la plus horrible qui soit. Parallèlement aux progrès de la médecine, les expériences vont devenir plus sophistiquées grâce à la "bouteille électrique" de Galvani puis la fameuse "pile" de Volta. Ceux qui se contentaient d'observer les têtes et de les titiller au scalpel vont maintenant les brancher pour des effets spectaculaires.

Impossible de résumer plus cet ouvrage incroyable qui se poursuit jusqu'en 1914 car Anne Carol y ajoute l'utilisation des restes des condamnés, les déclinaisons littéraires, et les essais des autres méthodes "modernes" à l'étranger (la chambre à gaz, la chaise électrique). Au final, voilà un ouvrage érudit sur un sujet excessivement dérangeant où l'on découvre que la médecine veut toujours aller au-delà de la mort, pour capter la dernière étincelle de la vie.
Citation

"Tantôt prise à partie, tantôt encouragée, la pratique médicale contribue à préciser les frontières fluctuantes du tolérable et de l'intolérable."
http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=livre&id=2085


Dernière édition par Benny le Ven 11 Mai 2012 - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 11 Mai 2012 - 10:11

Bienvenue, Acarol.

Merci de tes indications, précieuses. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1526
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 11 Mai 2012 - 13:22

Bonjour Acarol et bienvenue sur le forum.

Votre livre m'a l'air passionnant. Il faut que je le mette sur ma liste de livres à lire. study

Merci de votre partage...et d'avoir parlé du forum sur votre livre. Wink




PS: passionné d'histoire je me suis souvent dit que j'aurais dû faire votre métier. Wink

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 11 Mai 2012 - 15:06


Bonjour acarol, bienvenue sur le forum ! queen

Votre intervention dans l’émission de Jean Lebrun est un témoignage précieux sur les aspects scientifiques et éthiques des expérimentations post mortem effectuées sur les corps des guillotinés.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La guillotine


La marche de l’Histoire – émission de 10 mai 2012
Invitée : Anne Carol - Professeur des universités en histoire à l’université de Provence Aix-Marseille 1

http://www.franceinter.fr/emission-la-marche-de-l-histoire-la-guillotine

Marie-Antoinette aurait-elle encore de la force une fois passée de l'autre côté de la guillotine ? On disait aussi que les têtes décapitées saccageaient de leurs dents le fond du panier ? Qu’il fallait en conséquence changer régulièrement.

Naguère, on avait bien cru que Saint Denis avait marché le long de la Plaine qui porte son nom jusqu'à Paris, sa tête à la main. Les dernières semaines de la Terreur, le rythme des exécutions avait été tel que des légendes du même ordre pouvaient bien pousser au pied de l'échafaud.

Mais le milieu médical lui-même, où avait mûri pourtant l'idée d'une exécution prompte et douce, était lui-même saisi par le doute. Et ce dès les premières années de pratique de la guillotine : le débat l'agita ensuite à de nombreuses reprises, pendant cent cinquante ans. La mort intervient-elle instantanément ? La conscience perdure-t-elle un moment ?

Du coup, dès 1798, la guillotine, de châtiment, devint un champ d’expérience. Pour vider les querelles, les corps et surtout les têtes sectionnés sont soumis à toutes sortes de sollicitations. Jusqu'à l'électrisation voire la transfusion.

Lorsqu'on croit, disait Camus, qu'on peut faire mourir sans faire souffrir, c'est qu'on manque d'imagination. Les médecins, en la matière, n'en ont pas manqué.


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt


Dernière édition par Adelayde le Ven 11 Mai 2012 - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 11 Mai 2012 - 15:35


Physiologie de la veuve - Anne Carol

L’histoire a un champ d'investigations infini : tous les sujets, du plus grand au plus petit, du plus commun au plus improbable, ont leur place dans cette discipline, dès lors qu'ils appartiennent à un passé plus ou moins proche. Certains sujets, quoique pointus, sont néanmoins passionnants. C'est le cas du livre d'Anne Carol, « Physiologie de la veuve », une étude de la guillotine sous l'aspect médical et scientifique.

Évacuons d’emblée les jeux de mots : ce n'est pas parce que cet article traite d'un livre sur la Veuve razibus, sur Notre Dame de Monte-à-Regrets, et autre gais surnoms, qu'il sera raccourci.

Drôle d'histoire
En fait, tout le livre tourne autour d'une question : la machine à décollation mécanique est-elle, oui ou non, un moyen humain d'ôter la vie ?
Le livre pose cette question dès son ouverture. Au fil des chapitres, l'auteure va nous décrire les principes qui ont fait opter pour ce moyen d’exécution, va nous expliquer son histoire, et nous expliquer ce point souvent négligé du grand public, à savoir comment l'on est passé d'un système de châtiments divers et variés dépendant de la faute commise et du rang social, à une mort unique, qui est une punition universelle socialement et auto-suffisante : plus question de faire souffrir un condamné, le tuer, mis au ban ultime de la société, doit suffire. De là, la nécessité impérieuse de l'occire de façon prompte et nette.
Mais en fait, cette façon de tuer est elle aussi prompte et nette que cela ? Dans quelle mesure le condamné n'est-il pas encore, après la chute de la lame, conscient et sensible ?
C'est la question que vont soulever des médecins, et des membres éminents de la société civile, à travers l'histoire, à des fins scientifiques, certes, mais aussi abolitionnistes ou au contraire dans le but de défendre les lames de la justice. Et c'est cette histoire que traite Anne Carol.

Un sujet intraitable, bien traité
Foin de gore ou de sensationnalisme, ici. Certes, il y en a, un peu, c'est inévitable, principalement dans l'abondante documentation. Mais jamais l'auteure ne succombe à la tentation de la facilité pour faire de son livre un best-seller. C'est une historienne qui traite avec méthode et prudence d'un sujet sérieux, et si son opus ne se vendra pas par charrettes entières, il a déjà gagné sa place bien en vue dans une bibliothèque de qualité.
Et on le constate au fil de la lecture, rien ne semble omis, ni passé sous silence. On notera quelque réticence, sur le chapitre consacré à la guillotine dans la culture populaire, mais Anne Carol s'en explique très bien, et n'évacue pas le sujet, traité de façon aussi exemplairement rigoureuse que le reste.
Et elle parvient à ouvrir le sujet : partant de la guillotine, l'on découvrira des passages passionnants sur la réalité de la mort selon les connaissances physiologiques de la médecine, ou le droit du condamné à disposer de son corps une fois le couperet tombé, la peine ayant été payée à la société.

Pour qui ?
Surprise, le livre est accessible. Anne Carol ne présuppose pas que ses lecteurs sont des universitaires spécialistes de la peine de mort, et prend le temps de contextualiser la mise en place de la guillotine, les raisons qui ont présidé à son adoption, ce qui la précédait et les alternatives. De même, elle ne traite, au fur et à mesure du livre, aucun sujet connexe comme si elle s'adressait à des spécialistes, mais prend le temps, pour chaque sujet, de bien le situer dans le contexte, sans, et c'est un exploit à souligner, digression hors-sujet.
De même le style, quoique dans un registre souvent soutenu, ne s'alourdit pas d'afféteries, et reste parfaitement intelligible pour tout lecteur régulier. Se munir d'un dictionnaire pourra être utile en une ou deux occasions, mais pas indispensable.
Alors, à qui le livre s'adresse-t-il ? Il est destiné, bien sûr, d'abord aux historiens spécialistes de la peine de mort ou de la médecine. Mais il contient suffisamment d'autres informations sur d'autres domaines de notre histoire, qui ont contribué aux évolutions de notre société, pour finalement intéresser tout un chacun. L'abondante documentation, le souci de l'auteur de traiter le plus précisément possible son sujet, le rendent bien plus captivant que beaucoup de romans.

Anne Carol semble s’être fait une spécialité de l'histoire de la médecine, et par conséquents de la connaissance de la mort dans l'histoire. Nul doute que nous en reparlerons dans Mémoire des Vies. Et au vu de la qualité de son travail, ce sera avec un grand plaisir.

« Physiologie de la Veuve, une histoire médicale de la guillotine » de Anne Carol - éditions Champ Vallon, collection « La chose publique »

http://www.memoiredesvies.com/physiologie-de-la-veuve-par-anne-carol

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Jeu 17 Mai 2012 - 15:15

I was looking for this book in last sunday in bookstore at Champs-Élysées .But without success No














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 414
Age : 55
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/12/2011

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 15 Juin 2012 - 17:57

Bonsoir Acarol ! bienvenu parmi nous tous dans ce forum ! Very Happy Le livre a l'air d'être bien interessant et cela me tente de l'acheter mais j attends un peu... il est vrai que je suis tres interessée par le fonctionnement de la guillotine et la souffrance des guillotinés, etccc .... Cool sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 15 Juin 2012 - 19:22

piotr a écrit:
I was looking for this book in last sunday in bookstore at Champs-Élysées .But without success No
Il n'est pas chez Virgin la Défense non plus et pas vu à la Fnac la Défense.
Ça va être une commande en ligne.
A croire que les distributeurs ont peur d'un tel sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 414
Age : 55
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/12/2011

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 15 Juin 2012 - 19:31

Peut être Pricemincer ou Amazon ou Chapitre.com ou autre site study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Ven 15 Juin 2012 - 20:55

C'est exactement ce que je dis, sans le "peut-être". Wink J'ai commandé chez Amazon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Mar 19 Juin 2012 - 14:42

Bon ...
299 pages écrit tout petit sans image (4 photos). Courage ! Je vais prendre mon temps.
+10 pages pour les sources principales ! Je suis scié par la quantité !

Edit : j'ai démarré et j'ai du mal à m'arrêter. c'est passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1526
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Mar 19 Juin 2012 - 20:45

Je viens de recevoir le mien aujourd'hui (Amazon, je crois, je sais plus Embarassed ).

Mais j'ai d'autres livres à lire avant.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1526
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Lun 8 Oct 2012 - 13:08

J'ai fini de lire ce livre qui est très bien documenté.

Il relate notamment les expériences de survie de la vie d'un exécuté (brrr!), les questions que l'on se posa avec les autres modes d'exécution, susceptibles de faire moins souffrir (pendaison, électricité, ...), le devenir du corps du condamné avec son cortège de médecins avides de prendre possession d'un corps "en bonne santé" pour leurs petites dissections, etc...

Si le thème n'est pas banal et susceptible de faire frémir (mon épouse s'est posée quelques questions en me voyant lire ça Wink ) le récit est captivant et l'on ne s'ennuie pas. cyclops

Le seul bémol c'est qu'avec la fin de la peine de mort se sont donc terminées les expériences qui auraient peut-être permis de connaitre définitivement la réponse à la question de la survie, même éphémère, de la pensée/conscience du condamné.

Et ça, cela m'a un peut inquiété en terminant le livre, car je pensais que j'aurais la réponse à cette question à la fin... What a Face

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2475
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   Dim 17 Mar 2013 - 9:44

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parution - Physiologie de la veuve - Anne Carol
» La Veuve va au cinéma - films
» Aristide Bruant et la Veuve
» Bourreau corse victime de sa propre veuve ?
» Pourquoi "La Veuve" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA VEUVE-
Sauter vers: