La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Sam 24 Mar 2012 - 17:40


Mes recherches ne m'ont pas permis de trouver de photo de ce sympathique garçon...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les faits

Michel Bauw, 21 ans, chef de la "Bande de Gravelines", auteurs de vols, viols et incendies. Avec la complicité de son frère et d'un certain Hennequert, abat les époux Albert Hennebique (72 ans) et Louise (68 ans) à Saint-Georges le 29 février 1920 et blesse la jeune bonne, Hélène pour voler 5.200 francs, des pièces d'argent et une montre en or. Ses principaux complices : son frère Henri, 17 ans, est condamné à perpétuité, et Hector Hennequart, 19 ans, est condamné à 15 ans de travaux forcés.

Condamnation : 20 octobre 1920 ;
Exécution : 3 février 1921 à Dunkerque.

Source : l'excellent site de Nemo-Sylvain Larue :
http://guillotine.voila.net/Palmares1871_1977.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

À vingt ans, Michel Bauw expie un crime qui a terrorisé le Dunkerquois

C’est une époque où les campagnes ont peur. Les journaux populaires ont largement raconté les crimes des « Apaches » parisiens, des « bandits d’Hazebrouck » (1) ou des anarchistes de la Bande à Bonnot. Alors, en 1907, Clemenceau, président du Conseil et ministre de l’Intérieur, crée les fameuses Brigades du Tigre, histoire de rassurer la population, de lutter efficacement contre les bandes errantes...

Par Éric Dussart

En 1920, Michel Bauw n’a que dix-huit ans. Il n’a sans doute pas lu Le Petit Journal, ni aucun autre quotidien, d’ailleurs : il est analphabète. Il est bien allé à l’école jusqu’à treize ans, mais tous ses enseignants ont eu à s’en plaindre : effronté, provocateur, libertin, il fait le désespoir de sa mère.
En revanche, il connaît le succès grandissant des Brigades du Tigre, les ancêtres de la police judiciaire. Même si on ne peut l’accuser formellement de rien de très grave – juste quelques bagarres au cabaret, des vols également... – c’est souvent à lui que pensent les policiers, lorsqu’une agression se produit dans la région de Dunkerque.
Une série de cambriolages ponctués de viols et d’autres violences empoisonnent les campagnes, et les époux Hontschoote-Bultel, comme beaucoup d’autres, ne sont pas toujours rassurés, dans leur ferme de Saint-Georges, près de Bourbourg.

Le début du malheur
Le vieux Hontschoote se dépêche même de rentrer, à la fin de l’après-midi du 29 février 1920, pour retrouver son épouse. C’est un dimanche, et le midi, ils ont reçu leur fils et leur belle-fille, avant que le vieux aille boire une pinte à l’estaminet Costenoble, comme d’habitude. Ce jour-là, il y a trois jeunes gars, étrangers au village, qui ont laissé leurs bicyclettes à la porte et parlent bas. M. Hontschoote ne reconnaît pas le plus vieux, qui est pourtant passé chez lui en début d’après-midi. Il ne sait pas, non plus, qu’il est son futur assassin.
Michel Bauw est accompagné de son frère Henri, un peu plus jeune, un peu plus calme que lui. Plus timide. Il y a aussi Hector Hennequart, leur copain, qui a moins de vingt ans, lui aussi.

Bauw, comme il le fait souvent, a repéré la ferme en se présentant humblement pour demander s’il n’y aurait pas de l’embauche « pour un gars courageux ». Occupés avec leur famille, M. et Mme Hontschoote l’ont renvoyé poliment, mais le jeune Michel a eu le temps de voir la ferme. « Si on n’en trouve pas d’autre, on fera celle-là », dit-il à ses deux complices. « Il y a de la richesse.
À 19 h 30, les époux, 73 et 68 ans, sont à table avec Bertha Teuf, leur jeune servante. On frappe, Bertha ouvre, et ce sont trois hommes, le visage couvert d’un masque de boue, qui demandent le chemin de Calais. Le vieux Hontschoote, vaguement inquiet, vient voir de quoi il retourne, c’est le début de son malheur.

Bauw l’empoigne, le traîne jusqu’à la cuisine, et sans autre forme de procès, devant son épouse, l’abat de deux balles de pistolet. Il espère ainsi que la vieille va craquer, qu’elle va lui dire où elle cache l’argent. Mais c’est tout l’inverse qui arrive. Pourtant handicapée, Mme Hontschoote se lance vers les agresseurs, un bâton à la main. Bauw l’abat, elle aussi.
Bertha est terrorisée. Elle vit un cauchemar, tant de violence et de drame l’affole... « Ne crains rien, nous ne te ferons rien, tu es une ouvrière comme nous. » Bauw veut être rassurant. « Si ta patronne nous avait dit où est l’argent, on ne l’aurait pas tuée...
Bertha est obligée de prendre le trousseau de clés sur le cadavre de sa patronne, de faire le tour des pièces. Alerté par le bruit, Ovide Gressier, un autre employé, arrive. Il est obligé lui aussi de suivre les trois jeunes gars, et c’est lui qui force le coffre, sous la menace.
Il y a là un peu plus de 4 500 francs et quelques bijoux. Michel Bauw fait le partage et lance une pièce à Ovide. « Tiens, les rapaces de patrons ne paient jamais bien... » Cinq minutes plus tard, les trois hommes sont loin. Bertha et Ovide effondrés, leurs patrons gisant dans le sang.
Mais la jeune servante a entendu le prénom de l’un des trois : Hector. Et Ovide a vu son vélo, dont il décrit quelques caractéristiques particulières.
Alors, si le lendemain du crime un vagabond reconnaît les faits et désigne deux innocents, les policiers savent vite qu’ils ne tiennent pas les bons gars.
C’est grâce à son vélo qu’Hector Hennequart sera retrouvé, dans un café.

Tête haute
Il avoue, désigne les frères Bauw et les trois hommes sont jugés en octobre 1920 par la cour d’assises du Nord, à Douai. Hennequart est condamné à 15 ans de travaux forcés, Henri Bauw aux travaux forcés à perpétuité, et son frère est condamné à mort. Leur mère ne le saura jamais : après leur arrestation, elle est morte de folie et de douleur, le 5 avril 1920.
Le 2 février 1921, à 7 heures du matin, le procureur vient dire à Michel Bauw : « Votre pourvoi est rejeté. L’heure est venue d’expier votre crime. »
On le laisse écrire une lettre à son frère (« Fais comme moi, aie du courage jusqu’au bout. »), boire deux verres de rhum et fumer une cigarette après avoir distraitement écouté la messe, et puis Anatole Deibler, l’homme aux quatre cents têtes coupées, fait son office. Dans L’Écho du Nord, on lira que « Michel Bauw a gardé la tête haute jusqu’au bout »...


Deibler, l’homme aux 400 exécutions
Dans "L’Écho du Nord" du 16 octobre 1920, on décrit l’homme au « chapeau rond, pardessus quelconque, bien portant », à l’allure « presque sympathique sous sa barbiche grisonnante ».
Anatole Deibler était fils de bourreau, petit-fils de bourreau, et c’est avec son grand-père, en Algérie, qu’il a appris son métier.
Seul exécuteur légal des hautes oeuvres de 1885 à 1939, marié et père d’une petite fille, Deibler était un homme sans grand relief, souffre-douleur de ses camarades, lorsqu’il était enfant. Mais la presse de l’époque louait unanimement sa précision, son calme et son savoir-faire.
En quarante ans, il a actionné trois cent quatre-vingt-seize fois la guillotine qu’il amenait avec lui par fourgon partout où son office le conduisait. Il est mort d’une crise cardiaque le 2 février 1939 en allant exercer son art à la prison de Rennes.


http://www.lavoixdunord.fr/dossiers/justice/affaires_region/bauw.phtml

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



La Croix, n° 11 617 du 4 février 1921

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Bernard Schaeffer retrace le parcours criminel de la bande de Gravelines dans « Les Grandes Affaires Criminelles du Nord ».
Les pages n° 143 à 149 sont lisibles à partir de ce lien :

http://books.google.fr/books?id=d3h0nQzJLCEC&pg=PA149&lpg=PA149&dq=Michel+Bauw&source=bl&ots=L__agDQO7s&sig=M3GqtT2ZWNqNBm1n-N0q1S-FETc&hl=fr&sa=X&ei=DPJlT-fHI-TD0QXfpv2xCA&ved=0CCIQ6AEwADgK#v=onepage&q=Michel%20Bauw&f=false



_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt


Dernière édition par Adelayde le Jeu 5 Avr 2012 - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2436
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Sam 24 Mar 2012 - 20:34

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Sam 24 Mar 2012 - 21:06

L'article semble intéressant, Piotr mais il n'est pas lisible. Est-ce qu'il est possible de le zoomer ? queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Sam 24 Mar 2012 - 21:25

La pleine page et 404 sur les sites qui la mettent en lien.
Je n'ai pas cherché dans les archives en ligne de La Voix du Nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Sam 24 Mar 2012 - 21:58

Benny, je n'ai pas compris vos indications. Embarassed Quelle est la marche à suivre pour lire cet article ?

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2436
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Dim 25 Mar 2012 - 6:43

Adelayde a écrit:
L'article semble intéressant, Piotr mais il n'est pas lisible. Est-ce qu'il est possible de le zoomer ? queen

No No

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-28029710.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Dim 25 Mar 2012 - 14:07

Ce lien ouvre la page de l'article que j'ai initialement posté, Piotr. Ma question est la suivante : " Comment lire l'article qui me semble très intéressant mais qui n'est pas lisible en l'état ?"

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Dim 25 Mar 2012 - 15:08

Ce que je disais, c'est que 2-3 sites reprennent cette miniature. L'un envoie vers la page en grande taille mais est 404 = lien inexistant, page supprimée.
Une solution serait d'aller directement sur le site des archives du journal s'il existe. je n'ai pas cherché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Dim 25 Mar 2012 - 15:32

Autrement dit : cet article n'est pas lisible en l'état. Dommage, il semblait très intéressant.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel62
Aide non qualifié


Nombre de messages : 16
Age : 45
Date d'inscription : 30/12/2011

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Ven 26 Juin 2015 - 16:57

Bonjour à tous
Je ne suis pas un lecteur assidu de ce forum , néanmoins j'apporte de façon occasionnelle des contributions

Depuis 2008 , le journal La voix du nord publie chaque été un magazine hors-série dédié aux crimes du Nord-Pas-de-Calais durant le 20eme siècle .

Le tome 7 de l'année 2014 relate cette affaire , je me permets de placer les articles .

BONNE LECTURE








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel62
Aide non qualifié


Nombre de messages : 16
Age : 45
Date d'inscription : 30/12/2011

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Ven 26 Juin 2015 - 17:00









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel62
Aide non qualifié


Nombre de messages : 16
Age : 45
Date d'inscription : 30/12/2011

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Ven 26 Juin 2015 - 17:02




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5649
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Ven 26 Juin 2015 - 20:29

Un excellent dossier, michel62 !

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel62
Aide non qualifié


Nombre de messages : 16
Age : 45
Date d'inscription : 30/12/2011

MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   Ven 26 Juin 2015 - 20:36

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michel Bauw - un crime qui a terrorisé le Dunkerquois - 1921
» Michel Fourniret - Monique Olivier
» Jean-Jacques De Moor – le crime de la rue Monjol - 1891
» Crime et châtiment - exposition au musée d'Orsay
» Exécutions en Charente-maritime

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: