La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jacques Fesch - 1957

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Mar 2 Oct 2007 - 7:37

J'ai lui "Fesch, mon nom guillotiné" et je viens d'entamer "Rendez-moi mon nom", de Gérard Droniou. Les lectures se rejoignent un peu dans certaines grandes lignes mais le second livre est plus récent et donc plus complet.
Etant née à la fin des années soixante, j'ai du mal à comprendre les motivations de la famille face à ce petit bébé innocent qui est né des oeuvres de Fesch...Est-ce la morale des années cinquante ? Est-ce la honte d'avoir eu un criminel dans la famille ? Le père Fesch était monstrueux, est-il l'instigateur unique qui a proposé une énorme somme d'argent à Thérèse Troniou afin qu'elle abandonne son enfant et le fasse disparaître dans les méandres de l'administration ?
En tout cas, les volontés de Fesch n'ont même pas été respectées dans le fait qu'il avait confié son journal à sa femme en lui demandant de ne jamais faire publier quoi que ce soit...
Sa volonté était également que l'on retrouve l'enfant et qu'on s'en occupe. Quand Gérard a retrouvé sa demi-soeur et une partie de la famille, on l'a d'abord accueilli puis rejeté quand on a su qu'il n'avait jamais été adopté et qu'il était donc un danger pour l'héritage...
Quant au fameux Père Thomas qui s'occupa si bien de Jacques, il a foutu Gérard à la porte de chez lui (ne lui a d'ailleurs jamais parlé) et refuse catégoriquement de le voir...
A la fin du 2e livre, on voit des résultats d'analyses ADN qui prouvent que la soeur de Jacques Fesch a accepté les tests et qui y est mis en gras que le fait que Gérard est bien son neveu est tout à fait prouvé à la suite des analyses.
Fait-on taire Gérard car un candidat-saint qui a un fils adultérin, ça fait un peu désordre ?
On fait aussi allusion dans le livre à quelques émissions de télé qui y ont été consacrées. Vous en connaissez quelques références ?

confused study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Ven 5 Oct 2007 - 10:13

Je sais bien que ça n'intéresse personne mais ça fait du bien de le dire. Je trouve les faits contenus dans le livre de Gérard Droniou absolument scandaleux.
Passons sur les manigances de la famille Fesch qui ont poussé la mère de Gérard à l'abandonner pour une somme d'argent qui l'a mise définitivement à l'abri du besoin.
Que dire des volontés de Fesch de voir garder secrets ses écrits qui ont finalement été publiés (et je suppose que ça rapporte pas mal...) ?
Que dire de l'attitude de sa veuve et de sa fille ? Il vivait pratiquement divorcé de sa femme juste avant sa mort et une ébauche de réconciliation ne s'était dessinée que dans la semaine précédant le crime mais sa veuve a contrecarré toutes ses volontés (blessée par la réalité de sa tromperie qui avait donné le jour à un fils ?) en s'arrogeant tous les droits et en faisant biffer la mention Gérard dans chaque édition. Sa fille a d'abord accueilli Gérard puis l'a rejeté...Elle vit apparemment dans le luxe (a venu un château et possède des joyaux anciens de la famille Fesch) mais rejette Gérard dont elle ne veut plus entendre parler (par peur de perdre une partie de ses biens ?).
C'est hallucinant de voir le comportement de certaines personnes quant il s'agit d'argent ! Absolument hallucinant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 7 Oct 2007 - 11:52

C'est en effet pathétique, révoltant et surréaliste. Fesch s'est fait guillotiné pour faire plaisir à la société. Bon OK, il avait fait de lourdes conneries mais il méritait tout de même un peu de clémence et pas la guillotine. Il a même encore épousé religieusement sa femme le soir avant de mourir. Ce que sa famille a fait est vraiment repoussant et j'imagine que ça n'intéresse pas grand monde (j'ai cru le comprendre à la lecture de certaines réponses... affraid Laughing ) mais moi j'ai lu tout ces livres et ma réaction principale a été d'avoir des hauts-le-coeur de dégoût ! scratch Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Archive Jacques Fesch (radio)   Lun 14 Jan 2008 - 13:00

Bonjour, Chantal,

Comme vous vous intéressez à l'affaire Jacques Fesch, voici ce que j'ai trouvé.

Il est peut-être possible de se procurer une copie d'archive auprès de l'INA.

____________________________________________________________________________________

émission du mardi 29 octobre 2002

L'affaire Fesch

(1ère diffusion de ce documentaire le 24/07/01)

« Le fils oublié » : un documentaire de Christophe Deleu et François Teste.
Gérard Droniou, abandonné à la naissance, est aujourd’hui convaincu que son père est Jacques Fesch, le « dandy malfrat » comme on l’a surnommé, qui a été guillotiné en 1957 pour le meurtre d’un policier lors d’un hold-up. Jacques Fesch est un cambrioleur plutôt atypique puisqu’il n’avait pas d’antécédents judiciaires et voulait de l’argent pour s’acheter un bateau et faire le tour du monde. Dans sa cellule, il s’est rapproché de Dieu, et pourrait être béatifié par l’Eglise prochainement.
L’émission mêlera l’histoire de Jacques Fesch et celle de Gérard Droniou, qui s’appuie sur son dossier DDASS et une lettre de son père pour prouver sa filiation, et tous les obstacles qu’il rencontre, dans sa quête obstinée, pour que sa demande soit satisfaite.

Tous les témoins raconteront leur “part de vérité”.
Avec : Gérard Droniou, auteur de "Fesch, mon nom guillotiné" (Ed. du Rocher) ; Pierrette Fesch, épouse de Jacques Fesch ; Bernard Gouley, co-auteur de "L’affaire Jacques Fesch" (Ed. du Fallois) ; Michel Legris, journaliste ; Le Père Moreau, chargé de la béatification de Jacques Fesch ; Léopold Baudet, fils de Paul Baudet, avocat de Jacques Fesch.

Invités :

Marc Lits. Professeur à l'Université de Louvain en Belgique.

Georges Auclair. Il fut journaliste au lendemain de la Libération, romancier, professeur de littérature aux Etats-Unis, chercheur au CNRS, Docteur es-Lettres, il a enseigné la sociologie et a participé à la création du quotidien "Le Parisien Libéré".

__________________________________________

Lien : http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/vifdusujet/fiche.php?diffusion_id=9138 sunny


Dernière édition par mercattore le Dim 19 Juil 2009 - 14:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
CHANTAL
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 294
Age : 49
Localisation : Rotselaar - Belgique
Emploi : secrétaire d'un avocat
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 14 Jan 2008 - 19:39

C'est super intéressant. Mais vous posez la bonne question : comment se procurer cette part d'archive ? confused
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 14 Jan 2008 - 19:50

Chantal,

Vous tapez INA. ils proposent pas mal d'archives télévision ou radio. Ce n'est pas onéreux, tout du moins pour ce que j'ai vu.

ils vous diront si l'archive peut être cédée ou non. Il y a beaucoup de choix.

Bonne chance. bom
Revenir en haut Aller en bas
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 19 Juil 2009 - 14:02

Sywan a écrit:
C'est du Collard...

Je l'ai un peu parcouru, mais comme je n'aime pas l'auteur (un avocat-sangsue médiatique, bien qu'en 2e plan après Jacques Vergès), je ne me le suis pas procuré.
je partage votre opinion sawann si on enleve Collard(l'homme qui saute
sur un plateau plus vite que son ombre) Verges et Lombard, on nous ferait croire qu'il n'y a plus plus de barreau en france et qu'il se resume a ces trois personnages.
c'est un marseillais(collard lombard) qui vous le dit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 43
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Sam 5 Sep 2009 - 22:28

Je ne sais pas si c'est possible, mais l'émission de Jacques Pradel avait Fesch comme sujet cette semaine, peut être, pour ceux que ça intéresse, peut on le trouver en pod cast sur le site de Europe 1. On parlait d'ailleurs du procès en béatification qui a lieu depuis bientôt 30 pour Fesch. Son fils était invité de l'émission de même que... Collard bien évidement


Dernière édition par Greg le Dim 6 Sep 2009 - 8:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 3:27

vous pourriez nous dire laquelle d'emission?
merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 43
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 8:24

bien sur, c'est dans l'émission "café crime".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 9:43

Greg a écrit:
bien sur, c'est dans l'émission "café crime".
merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 39
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 13:28

S'il te plait (au cas où tu n'aurais pas trouvé le lien) :

http://www.europe1.fr/Radio/Emissions/Cafe-crimes-Jacques-PRADEL

La figure de J. Fesch est émouvante. On peine à comprendre pourquoi on ne l'a pas grâcié. Le fait que des policiers aient menacé de faire grève s'il n'était pas guillotiné est une intolérable pression sur la justice. Son repentir indiquait qu'il méritait une deuxième chance, bien plus que d'autres (P.Henry).

Enfin... Si le but de la peine est de permettre la rédemption du coupable, alors dans son cas, la peine a atteint de toute façon son but...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 13:58

petite lucarne a écrit:
S'il te plait (au cas où tu n'aurais pas trouvé le lien) :

http://www.europe1.fr/Radio/Emissions/Cafe-crimes-Jacques-PRADEL

La figure de J. Fesch est émouvante. On peine à comprendre pourquoi on ne l'a pas grâcié. Le fait que des policiers aient menacé de faire grève s'il n'était pas guillotiné est une intolérable pression sur la justice. Son repentir indiquait qu'il méritait une deuxième chance, bien plus que d'autres (P.Henry).

Enfin... Si le but de la peine est de permettre la rédemption du coupable, alors dans son cas, la peine a atteint de toute façon son but...
merci de ta gentilesse pourle lien.
au sujet de l'affaire je ne sais pas quoi en tirer comme conclusion, mais
avec l'affaire Rapin elle fait partie des deux affaires qui m'avaient marqué a cette epoque, j'etais adolescent ,et bien que les moyens de diffusion n'etaient
pas ceux d'aujourd'hui elles avaient ete archimediatisées par les journaux
peu etre parcequ'ils etaient atypiques sans passe delinquant ,fils de bonne famille.
d'accord avec toi que la pression de la police a nui a la serenite de la justice ,mais a l"epoque(de la peine de mort) que,est ce qui arrivait a
quelqu'un qui tuait un flic? vois en angleterre a l'epoque.
ça va au dela du meutre d'un individu ,il a tiré en fait sur une institution,
celle sur qui on compte pour nous proteger,
et quant tu parles de deuxieme chance en a ti il laissé lui au policier?
mais j'ai quand meme ete emu ,et sa conversion etait certainement sincere, quant a la cannoniser,pourquoi pas lui donner la legion d'honneur
tant qu'on y est
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 39
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 19:20

C'est un plaisir Very Happy

J'aime bien cette émission. Les invités sont bons, le ton est juste. J. Pradel sait faire ressortir la part d'humanité (parfois bien cachée) dans ces criminels.

Citation :
d'accord avec toi que la pression de la police a nui a la serenite de la justice ,mais a l"epoque(de la peine de mort) que,est ce qui arrivait a
quelqu'un qui tuait un flic? vois en angleterre a l'epoque.
ça va au dela du meutre d'un individu ,il a tiré en fait sur une institution,
celle sur qui on compte pour nous proteger,
et quant tu parles de deuxieme chance en a ti il laissé lui au policier?

Tout à fait d'accord avec toi. Tirer sur des policiers et a fortiori les tuer est une circonstance aggravante, c'est même la circonstance la plus aggravante qui soit.

La justice repose sur l'idée que la société, au nom de l'intérêt général, se substitue à la victime particulière pour punir le coupable. Dans le cas du meurtre d'un policier, la victime n'est pas un homme comme les autres, mais un représentant de cette société qui est chargé de faire respecter la loi pour que la vie en collectivité soit possible. La société est donc directement victime.

Cependant, quand on compare la condamnation à mort du pauvre Jacques Fesch au traitement réservé, exactement 40 ans plus tard, à Florence Rey, on constate que tuer des policiers n'est plus aujourd'hui une circonstance aggravante, ce qui est un signe de délitement du lien social et de perte des valeurs fondamentales. Il faut également tenir compte que Fesch n'a pas tué ce policier parce qu'il était un policier (contrairement aux anarchistes qui attaquent sciemment les forces de l'ordre pour ce qu'elles représentent d'un point de vue politique et social). Il a plutôt tiré dans la panique, à l'aveugle, sur celui qui le poursuivait. Voulait-il même le tuer ? Il se fait qu'il l'a touché en plein coeur. Le crime est irréparable. Il en a pris conscience en prison et son repentir semblait sincère. Il avait épousé de nouvelles valeurs, ce qui fait dire que le risque de récidive était nul. La manière dont il a accepté la mort force le respect.

Quelle peine aurait-il eu de nos jours ? On ne peut pas savoir. Il méritait peut-être des circonstances atténuantes et certainement une seconde chance, comme Philippe Maurice, un autre tueur de policier condamné à mort, mais qui a été grâcié.

Citation :
l'affaire Rapin

Je ne connais pas cette affaire. Peux-tu me donner plus de détail ou un lien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Dim 6 Sep 2009 - 20:48

petite lucarne a écrit:
C'est un plaisir Very Happy

J'aime bien cette émission. Les invités sont bons, le ton est juste. J. Pradel sait faire ressortir la part d'humanité (parfois bien cachée) dans ces criminels.

Citation :
d'accord avec toi que la pression de la police a nui a la serenite de la justice ,mais a l"epoque(de la peine de mort) que,est ce qui arrivait a
quelqu'un qui tuait un flic? vois en angleterre a l'epoque.
ça va au dela du meutre d'un individu ,il a tiré en fait sur une institution,
celle sur qui on compte pour nous proteger,
et quant tu parles de deuxieme chance en a ti il laissé lui au policier?

Tout à fait d'accord avec toi. Tirer sur des policiers et a fortiori les tuer est une circonstance aggravante, c'est même la circonstance la plus aggravante qui soit.

La justice repose sur l'idée que la société, au nom de l'intérêt général, se substitue à la victime particulière pour punir le coupable. Dans le cas du meurtre d'un policier, la victime n'est pas un homme comme les autres, mais un représentant de cette société qui est chargé de faire respecter la loi pour que la vie en collectivité soit possible. La société est donc directement victime.

Cependant, quand on compare la condamnation à mort du pauvre Jacques Fesch au traitement réservé, exactement 40 ans plus tard, à Florence Rey, on constate que tuer des policiers n'est plus aujourd'hui une circonstance aggravante, ce qui est un signe de délitement du lien social et de perte des valeurs fondamentales. Il faut également tenir compte que Fesch n'a pas tué ce policier parce qu'il était un policier (contrairement aux anarchistes qui attaquent sciemment les forces de l'ordre pour ce qu'elles représentent d'un point de vue politique et social). Il a plutôt tiré dans la panique, à l'aveugle, sur celui qui le poursuivait. Voulait-il même le tuer ? Il se fait qu'il l'a touché en plein coeur. Le crime est irréparable. Il en a pris conscience en prison et son repentir semblait sincère. Il avait épousé de nouvelles valeurs, ce qui fait dire que le risque de récidive était nul. La manière dont il a accepté la mort force le respect.

Quelle peine aurait-il eu de nos jours ? On ne peut pas savoir. Il méritait peut-être des circonstances atténuantes et certainement une seconde chance, comme Philippe Maurice, un autre tueur de policier condamné à mort, mais qui a été grâcié.

Citation :
l'affaire Rapin

Je ne connais pas cette affaire. Peux-tu me donner plus de détail ou un lien ?
300 % d'accord avec toi mais pour avoir une analyse objective( impossible par definition pour des humains) il faudrait appliquer les memes parametres aux deux affaires et tu sais que c'est impossible,( date des faits
condition d'application de la peine, je crois me souvenir mais on me rectifiera si je me trompe qu'au moment des crimes de florence rey la peine de mort etait abolie ,et surtout du moins a mon avis personnalite du defenseur,et des experts et psychyatres de tout poil et bien sur jury braves gens comme toi ou moi tires au hasard qui ne savent pas pourquoi ils sont la, mais qui ont a prendre des decisions certes collegialles qui vont peut etre pourrir leur jours et leurs nuits jusqu'a la fin de leur vie, aggraves par le fait que dans ce fameux jury ils y a le president du tribunal et deux autres magistrats , dont je me suis toujours demandé ce qu'ils faisaient la))
toutes ces circonstances peuvent envoyer quelqu'un a la mort ou pas
c'est selon..
regardes patrik henry dont tu parlais , pour moi c'est la pire o.. qui a jamais frequente cette basse terre,et qui a disqualifie le genre humain a tel point,que son propre pere a requeri la mort pour son fils!
la justice est une chose l'equite une autre , et dans cet ordre d'idees
il est vrai que jacques fesch n'a pas eu de chance, s'il avait ete jugé aujourd'hui il aurait eu perpete, une peine incompressible de je ne sais pas combien , en aurait fait la moitie ou moins pour bonne conduite,et une fois libere,aurait acheté , une pizzeria ,ou une teinturerie , et en plus
aurait gagné des sous en publiant ses memoires.
autres temps autres moeurs.
pour georges rapin dit MR BILL notre ami mercatorre sur ce forum archiviste genial et incomparable a publié des photos d"epoque ,si tu ne trouves pas je te le rechercherais.
en deux mots georges rapin etait un fils de bourgeois aises ,ce qu'on appelle aujourd'hui un "fils a papa" et fils unique ce qui a pesé lourd par la suite.
etant fasciné par la pegre, et croyant se faire integrer par elle,il a essaye de jouer les "barbeaux" en mettant une pauvre fille sur le tapin,
mais considerant,qu'elle l'avait "double" avec un autre comme tout(faux) dur qui se respecte il l'a punie, en la brulant vive dans une foret, et a avoué par la suite sans que personne ne lui demande quoi que ce soit avoir tué un pompiste qui ne le servait pas assez vite.
il a ete execute sans une plainte, de sa part, c'est un cas qui releve de la
psychiatrie a mon humble avis , c'est le genre de mec derangé qui vit sa vie virtuellement, et qui n'a aucun sens des realites , nul doute qu'aujourd'hui comme fesch ,il aurait echappé au couperet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 7 Sep 2009 - 20:02

Je confirme que lors du procès de Florence REY, la PDM était abolie, et que F.Rey a bien "pris" le maximum de la peine prévue à l'époque; les jurés lui ont donc, comme à Jacques FESCH, refusé les circonstances atténuantes.

Ces Circonstances atténuantes ont bien, en revanche, été accordées à P. HENRY, plus suite à une intervention publique de l'évêque de Troyes contre la Peine de Mort que grâce aux talents conjugués de R. Badinter et du Bâtonnier Bocquillon, seul avocat local a avoir eu le courage de défendre l'individu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 7 Sep 2009 - 21:32

fouche a écrit:
Je confirme que lors du procès de Florence REY, la PDM était abolie, et que F.Rey a bien "pris" le maximum de la peine prévue à l'époque; les jurés lui ont donc, comme à Jacques FESCH, refusé les circonstances atténuantes.

Ces Circonstances atténuantes ont bien, en revanche, été accordées à P. HENRY, plus suite à une intervention publique de l'évêque de Troyes contre la Peine de Mort que grâce aux talents conjugués de R. Badinter et du Bâtonnier Bocquillon, seul avocat local a avoir eu le courage de défendre l'individu.
oui le batonnier Bocquillon n'a pas failli a la deontologie de sa profession et il fallait le faire dans le contexte.
par contre je diverge un peu avec vous sur les circonstances attenuantes
pour Henry , celles ci se decident par un jury dans une salle de deliberation
et on par un eveque dans une declaration , quant a badinter(que je suis loin d'apprecier) a mon avis vous minimisez son role ,plaçons nous dans le cas de figure ou il n'aurait pas plaide,vos croyez qu'HENRY aurait sauvé sa tete?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1511
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Mar 8 Sep 2009 - 12:45

Je crois aussi que la plaidoirie de Badinter fut remarquable.

Sur des gens du peuple, donc influençables, il réussit à faire admettre qu'en cas de condamnation à mort il n'y aurait pas de grâce présidentielle et donc que chaque juré serait le bourreau qui actionnerait le déclic.

J'ai vu le film sur Badinter avec Charles Berling et je pense qu'il retraçait assez justement la plaidoirie.

Par ailleurs, il existe un enregistrement sonore clandestin (mais partiel, je crois) du procès, que l'on a entendu sur l'émission "faîtes entrer l'accusé" sur P. Henry. Je dois reconnaître avoir ressenti des frissons d'émotion sur l'intervention de Badinter.

Rappelons aussi que la peine de mort fut évitée à une voix près, ce qui est trop juste pour parler de plébiscite.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Mar 8 Sep 2009 - 14:14

Rendons à tous ce qui leur appartient; ce serait faire injure au talent de l'avocat que de dire qu'il n'a pas eu d'influence sur le jury.

Admettons donc que, sans doute, plusieurs éléments se sont conjugués: la présence de jurés catholiques pratiquants ébranlés par les propos de l'évêque, de jurés ou de magistrats abolitionnistes, tous ayant été confortés par la belle plaidoirie.

L'idée a déjà été diffusée dans ce forum: la PDM était à l'époque devenue une sorte de lotterie. On pourrait en dire encore plus en évoquant les conditions dans lesquelles Le Président Giscard d'Estaing a été amené à refuser une grâce à l'été 76, à l'époque ou les dossiers de deux candidats à la guillotine se présentaient en même temps dans son bureau!!!

Mais ce n'est pas le sujet de ce post...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Mar 8 Sep 2009 - 14:54

fouche a écrit:
Rendons à tous ce qui leur appartient; ce serait faire injure au talent de l'avocat que de dire qu'il n'a pas eu d'influence sur le jury.

Admettons donc que, sans doute, plusieurs éléments se sont conjugués: la présence de jurés catholiques pratiquants ébranlés par les propos de l'évêque, de jurés ou de magistrats abolitionnistes, tous ayant été confortés par la belle plaidoirie.

L'idée a déjà été diffusée dans ce forum: la PDM était à l'époque devenue une sorte de lotterie. On pourrait en dire encore plus en évoquant les conditions dans lesquelles Le Président Giscard d'Estaing a été amené à refuser une grâce à l'été 76, à l'époque ou les dossiers de deux candidats à la guillotine se présentaient en même temps dans son bureau!!!

Mais ce n'est pas le sujet de ce post...
tout a fait ,trop d'elements subjectifs se conjugent ,alors qu'il faut decider du sort d'un accuse et selon sa sensibilite on peut supposer que tel ou tel element a ete determinant.
mais comme je suis un gros tetu, permettez moi de nouveau, d'insister
sur l'influence des magistrats dans le jury,les deliberations etant par essence secretes('quoi que) on ne saura probablement leur part de responsabilite dans la decision.
la roue dela loterie a tourné dans le bons sens pour Henry et pas pour l'autre ,et je n'aimerais pas etre a la place de celui qiui l'a actionnée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greg
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 43
Date d'inscription : 05/09/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Mar 8 Sep 2009 - 14:56

Dans le cas d'Henry, Badinter à plaidé contre la peine de mort en laissant son client "au second plan"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARC
Aide confirmé


Nombre de messages : 41
Age : 70
Localisation : marseille
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Mar 8 Sep 2009 - 15:03

Greg a écrit:
Dans le cas d'Henry, Badinter à plaidé contre la peine de mort en laissant son client "au second plan"...
c'est ce que j'ai dit dans un precedent msg , et si c'etait son client c'etait surtout celui de Bocquillon car c'est lui qui a sollicite badinter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foudurail
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Emploi : Cheminot
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 14 Sep 2009 - 10:51

Un détail qui a aussi joué en faveur de Patrick Henry.
Si mes sources sont exactes, pendant le procès, Christian Ranucci à été executé.
A mon sens, ca a du aussi jouer et faciliter le travail de Badinter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.foudurail.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 14 Sep 2009 - 11:13

foudurail a écrit:
Un détail qui a aussi joué en faveur de Patrick Henry.
Si mes sources sont exactes, pendant le procès, Christian Ranucci à été executé.
A mon sens, ca a du aussi jouer et faciliter le travail de Badinter.
Bonjour, Foudurail, et content de vous revoir sur le forum Very Happy !
Ranucci a été exécuté le 28/07/1976, et Patrick Henry n'est passé devant les assises de l'Aube qu'au début de l'année suivante, soit 1977, je n'a pas retrouvé la date exacte.
Ce qui, par contre, est à peu près établi, c'est que les gardiens de la prison où P. Henry était détenu, vraisemblablement celle de Troyes, se sont fait un malin plaisir ( assez douteux, à mon sens What a Face ! ) de lui annoncer en le réveillant ce matin-là que Ranucci venait d'y passer, et qu'il était le suivant sur la liste d'Obrecht...On sait ce qu'il en advint.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1238
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   Lun 14 Sep 2009 - 14:12

Philippe Maurice a vécu une situation assez similaire : une nuit, alors qu'il attendait la décision présidentielle, des gardiens sont venus le réveiller en lui disant "Allez, Maurice, on y va..."

Blague de très gros cons, si je puis m'exprimer ainsi. Aucun détenu, pas même ceux qu'on a vraiment exécutés, et pas même Patrick Henry, ne méritait qu'on lui inflige une chose pareille.

_________________
"Je suggère qu'on lui coupe la tête sans ménagement dès dimanche prochain, mais si possible après 17 heures, afin que j'aie le temps d'aller aux vêpres. (Pierre Desproges)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacques Fesch - 1957   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Fesch - 1957
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jacques Fesch - 1957
» three guillotine blades....
» André Obrecht
» Vivre après la mort de l’euro. Les éditoriaux de Jacques Cheminade
» Jacques Lerouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: