La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Christian Ranucci - 1976

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Mar 11 Sep 2012 - 12:59

CARNIFEX a écrit:
L'impression que donnait le film était qu'il semblait ne pas avoir conscience de l'enjeu du procès.
La jeunesse et le manque d'expérience ou d’entrainement aux assises qu'ont pu avoir d'autres inculpés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Lun 1 Avr 2013 - 14:07

Bonjour à tous,

La mère de Christian Ranucci : Héloise Mathon est décédée le 14 mars dernier à Avignon. Ses obsèques se sont déroulées le 18 mars dans la même ville.
Elle était âgée de 92 ans et sous tutelle depuis déjà un certain nombre d'années (2007 je crois).
Sans revenir sur le fond de cette affaire très sensible, on ne peut que s'incliner devant la mémoire de cette femme qui s'est toujours battue pour obtenir la réhabilitation de son fils.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Lun 1 Avr 2013 - 17:26

Une pensée pour Madame Mathon.
Revenir en haut Aller en bas
brossman
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : ------------ Photo de la carte professionnelle d’André OBRECHT, en hommage au dernier grand exécuteur français --------------------------
Date d'inscription : 21/10/2011

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Sam 17 Aoû 2013 - 0:05

Le témoignage précis de JF Le Forsonney avocat et témoin à l'exécution de Ch. Ranucci :

http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/JFLefors5.html

Jean-François Le Forsonney a écrit:

- Quand, selon vous, Christian Ranucci a-t-il réalisé qu'il allait être guillotiné?

Jamais. Il ne l'a jamais réalisé, jusqu'à la guillotine. Quand il a été exécuté, nous nous attendions à une crise de nerfs de sa part. Il s'est laissé guillotiner, si je puis dire, d'une façon passive. Il ne s'est absolument pas débattu, il n'a pas crié, il n'a absolument pas manifesté d'effroi, il n'a jamais perdu son sang-froid.

- Paraissait-il résigné?

Il paraissait être à l'extérieur de ce qui lui arrivait.

- Avez-vous senti des reproches dans son regard?

Non, bien au contraire. Maître Isorni, avec qui j'avais parlé, m'avait raconté s'être fait "engueuler" et traiter d'incapable par l'un de ses clients qui devait être guillotiné. On craignait donc beaucoup la réaction de Christian Ranucci, qui finalement fut tout autre. Car quand ils l'ont saisi pour le réveiller dans sa cellule et l'entraver immédiatement, il s'est senti agressé et a dit "je vais le dire à mes avocats." C'était terrible pour nous, car on avait le sentiment d'être encore son dernier rempart.
Non, il n'y a eu aucun reproche de sa part, aucun. On aurait peut-être préféré en avoir, d'ailleurs...

- Dès qu'elle fut décidée, l'exécution devenait inéluctable. Vous ne pouviez donc plus rien faire pour celui qui était encore votre client et en même temps vous deviez être à ses côtés.

C'est une impression vertigineuse. Je sais que ce que je vais vous dire est banal, mais au fond c'était comme un mauvais rêve. Vous avez vraiment le sentiment quand vous assistez à cela, que c'est faux, que c'est factice. Pour plusieurs raisons. D'abord parce que cela se passe exactement comme la description en a été faite au cinéma ou dans les livres: le verre de rhum, le prêtre qui arrive et qui demande s'il veut entendre la messe, la dernière cigarette. Puis le terrifiant se mêle au dérisoire. J'avais lu pas mal d'anecdotes sur les exécutions. Prenez le cas de la cigarette, Pollack m'avait raconté qu'il avait lui aussi assisté à une exécution capitale et que son client avait fumé une cigarette puis en avait demandé une deuxième. Et l'avocat général avait répondu "ah non, il ne faut pas exagérer". Cette exécution à laquelle avait assisté Pollack, était celle d'Hamida Djandoubi, un unijambiste à qui on avait revissé la jambe de bois pour aller à l'échafaud.
Mais ce que vous dites est juste. On a le sentiment d'assister à l'inéluctable et c'est une situation exceptionnelle dans la vie d'un individu.

- Qu'a-t-on présent à l'esprit pendant toutes ces minutes?

Il est très difficile de dire ce que l'on ressent. D'abord, vous ne savez pas quoi lui dire, trouver les mots. Quelle phrase dire à quelqu'un qui va mourir dans trois minutes? Courage? Ca paraît stupide. Moi j'avais un mot que sa mère m'avait laissé pour lui, parce qu'elle avait senti,elle, ça c'est le sixième sens, celui du sang, que c'était fini. Elle l'avait senti...
Non, on a un sentiment d'inutilité profonde. Mais difficile de vous dire à quoi l'on pense car la situation est irréelle et surréaliste.

- Qu'avez-vous fait après l'exécution? Le plus dur ne commence-t-il pas à cet instant?

Oui, voire même quelques jours après. Mais dès le lendemain, vous vous dites: "qu'ai-je vu? A quoi ai-je assisté?"
En sortant des Baumettes, vers cinq ou six heures, on est allé tout simplement se coucher, on a essayé de dormir après cette nuit blanche.

- Comment s'était passé cette attente, de près de cinq heures, de l'exécution?

J'avais été prévenu vers 23 heures. J'ai tout de suite appelé Lombard et Fraticelli qui avaient reçu le même appel que moi. Je leur ai dit "que voulez-vous qu'on fasse?" Comme à l'époque, mes parents occupaient une résidence non loin des Baumettes, j'avais proposé à Lombard et Fraticelli de nous y retrouver vers deux ou trois heures du matin avant d'aller ensemble à la maison d'arrêt. Nous avons attendu sans évidemment savoir comment cela allait se passer, puisqu'aucun de nous trois n'avait jamais assisté à une exécution.
Nous craignions moins le guillotinage, à proprement parler, que son premier regard. Qu'allait-on y lire? Qu'allait-on lui dire? ... Et on n'a rien lu. Moi, je n'ai rien lu...

- Quand on l'a plaqué contre la bascule, s'est-il retourné une dernière fois vers vous?

Non, cela s'est passé de la manière suivante: nous sommes arrivés aux Baumettes vers 3 heures 30. Tout le monde avait été prévenu, c'était donc la cohue: CRS, journalistes. Une fois à l'intérieur, nous avons rencontré tous les protagonistes de l'exécution. Il y avait notamment le juge Michel, le juge d'instruction témoin; puis aussi Mr Obrecht, à qui j'ai refusé de serrer la main.

Des couvertures recouvraient le sol pour étouffer le bruit de nos pas. Nous sommes passés par les sous-sols et avons fait tout un circuit pour aller le chercher. C'était sinistre...
Nous avons ensuite refait le trajet inverse. Christian était menotté, les mains dans le dos. Lombard et moi, le tenions par l'épaule. Lombard a été très bien parce qu'il avait l'âge d'être bien, il avait à l'époque 48-49 ans. Il le saoulait de paroles, lui disant "ne t'inquiète pas, tu ne vas pas souffrir", des choses comme ça. Ensuite, ils ont assis Christian à une petite table; ils ont commencé à lui découper le col, à l'entraver.
Moi, ils m'ont laissé cinq minutes avec lui. Les autres étaient derrière. Je lui ai lu le mot de sa mère, je l'ai tutoyé en lui parlant. Puis les bourreaux sont arrivés et nous ont regardé en nous demandant s'ils pouvaient y aller. J'ai dit "oui". On a fait mine de l'accompagner et à ce moment-là ils ont ouvert une porte donnant sur une cour de promenade où était installée la guillotine.
Je pensais qu'elle serait dissimulée par un rideau mais là, je l'ai vue... dans toute son horreur. Et honnêtement, ni Lombard ni moi, n'avons regardé physiquement. Seul Fraticelli a regardé, il voulait voir. Il a eu le courage, peut-être, je n'en sais rien, de regarder la décapitation.

Le dernier regard de Christian, je l'ai eu à la petite table. Après je ne l'ai plus vu que de dos partir vers la guillotine. Mais là on a détourné le regard. Nous nous sommes embrassés, Lombard et moi. La plupart des gens présents n'ont pas regardé, non plus. Michel était blanc comme un cierge, plaqué contre le mur. Il n'a pas prononcé un seul mot, il était terrifié...

Puis j'ai entendu un jet d'eau, pour nettoyer tout cela. C'était à vomir... Ensuite la porte s'est refermée...
Les gens nous ont salué, comme si nous étions la famille, le jour de l'enterrement. On était un peu la famille, d'ailleurs. Mais tout cela était tellement surréaliste.

Enfin, à la sortie des Baumettes, nous nous sommes demandés qui allait appeler Mme Mathon pour lui annoncer que son fils venait d'être guillotiné. Lombard a accepté. Elle s'était endormie sans le savoir, mais elle l'avait senti, Dieu merci, elle l'avait senti...


Dernière édition par brossman le Lun 19 Aoû 2013 - 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Sam 17 Aoû 2013 - 4:31

On en vient à se demander quelle somme de courage il faut pour assister à ce genre de "spectacle". Trouver le sommeil après une telle expérience ne doit surement pas être chose aisée.
Revenir en haut Aller en bas
lucerne
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 119
Age : 63
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Sam 17 Aoû 2013 - 8:23

Je viens de relire le témoignage de Maître le Forsonney concernant l'exécution de Christian Ranucci.
A aucun instant, il ne parle de ce fameux" Réhabilitez-moi " qu'aurait dit Ranucci en partant à la guillotine, ce qui en dit long sur la véracité du bouquin "le pull-over rouge "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 65
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Ranucci   Sam 17 Aoû 2013 - 9:17

Perrault a été condamné en diffamation (jugement confirmé en appel et en cassation) par les gens qu'il accusait d'avoir en quelque sorte fomenté la mort de Ranucci par des accusations et une enquête menées uniquement à charge.
Le producteur du film tiré du livre a dû verser de lourds dommages et intérêts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Auray
Condamné à mort


Nombre de messages : 1
Age : 64
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Dim 18 Aoû 2013 - 7:18

Bonjour

Lucerne, il faut cliquer sur le lien. Vous trouverez le texte dans sa totalité ( deux pages ). JF Le Forsonney confirme que Christian Ranucci a bien prononcé ces mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brossman
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : ------------ Photo de la carte professionnelle d’André OBRECHT, en hommage au dernier grand exécuteur français --------------------------
Date d'inscription : 21/10/2011

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Lun 19 Aoû 2013 - 11:47

lucerne a écrit:
Je viens de relire le témoignage de Maître le Forsonney concernant l'exécution de Christian Ranucci.
A aucun instant, il ne parle de ce fameux" Réhabilitez-moi " qu'aurait dit Ranucci en partant à la guillotine, ce qui en dit long sur la véracité du bouquin "le pull-over rouge "
http://www.justice-affairescriminelles.org/Dossierranucci/JFLefors6.html

Jean-François Le Forsonney a écrit:

- Certains, dont André Obrecht, ont tenté de remettre en doute la dernière supplique de Christian Ranucci: "Réhabilitez-moi." Pouvez-vous m'en confirmer la véracité?

Oui, bien sûr.
Il l'a dite à Paul Lombard. Vous savez, ça n'a pris que quelques secondes, et je ne pense pas qu'Obrecht ait été le témoin de cette scène.
Mais je vous confirme que Christian l'a bien prononcée.
NDLR :
André Obrecht était resté, selon ses dires, au pied de la guillotine, et n'a pu entendre la voix de Christian Ranucci.

Ranucci a sans doute soufflé cette dernière supplique en étant très proche de son avocat Lombard, ce qui explique aussi que cette phrase n'ait pas été portée au PV d'exécution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1492
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Sam 24 Aoû 2013 - 19:23

Merci pour cette trouvaille, Brossman. Ce témoignage de Me Le Forsonney est passionnant.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brossman
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : ------------ Photo de la carte professionnelle d’André OBRECHT, en hommage au dernier grand exécuteur français --------------------------
Date d'inscription : 21/10/2011

MessageSujet: Un anniversaire   Jeu 28 Juil 2016 - 7:13

Date anniversaire :

Il y a tout juste 40 ans

le 28 juillet 1976 à 4h13 à la prison des Baumettes (Marseille),
 
André Obrecht actionnait le levier de la guillotine pour la dernière fois de sa longue carrière d'exécuteur,

et la tête de Christian Ranucci tombait dans la bassine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1232
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   Sam 18 Mar 2017 - 15:59

http://www.francetvinfo.fr/sciences/histoire/affaire-du-pull-over-rouge-le-temoignage-d-une-ancienne-juree-face-a-la-peine-de-mort_2102253.html

_________________
"C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut. C'est par l'élixir de Sapho que ma pensée s'accélère. Les lèvres se tachent, les taches deviennent mise en garde. C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
cabochard
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 36
Age : 70
Localisation : oise
Emploi : retraité
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: exécution de ranucci   Sam 18 Mar 2017 - 16:32

Obretch dit dans son livre " je n'ai pas entendu dire à ses avocats , réhabilitez moi, et Chevalier non plus "
et que le condamné a d' autres choses à penser dans ses moments là , mais il l'a peut- être dit mais qu'il ne l'a entendu lui
André Obretch était une personne Honnête et s'il y a des erreurs dans son livre, c'est de bonne fois qu'il les a consignées et moi je lui ai souvent serré la main, sans état d'âme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Christian Ranucci - 1976   

Revenir en haut Aller en bas
 
Christian Ranucci - 1976
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Tombes de Buffet et Bontems - 1972
» la tête de ranucci
» L’entraîneur Jean-Christian Lang limogé
» Vos diplome, votre formation?
» Bonne Fete

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: