La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Archives de Bordeaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 52
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Archives de Bordeaux   Jeu 29 Sep 2011 - 21:47

Bonjour a tous
voici quelque découvertes des archives de Bordeaux

Archives Municipales de Bordeaux
Documents de la période Révolutionnaire

2 Thermidor An II
Lecture d'une lettre de la Commission Militaire invitant le Conseil à" donner des ordres aux porteurs d'eau d'en porter sur la place Nationale pour prévenir l'air nephilique qui provient de la guillotine le Fer Vengeur"

7 Termidor An II
Le Conseil de la Commune après avoir entendu le rapport qui lui a été fait par un de ses membres sue les mesures à prendre pour placer la guillotine dans un lieu où le sang répandu sous le Fer Vengeur ne puisse produire aucune exhalaison meurtrière, a délibéré, ouï l'agent national, que ledit rapport sera renvoyé au Bureau Municipal qui demeure chargé de prendre les mesures les plus salutaires, de concert avec les autorités compétentes pour prévenir l'effet dangereux des vapeurs qui peuvent s'exhaler du sang répandu par le glaive de la loi

12 Thermidor An II
Le déplacement de la guillotine devenant nécessaire pour la rapprocher des lieux plus a portée de l'eau et du nouveau cimetière dans lequel on se propose d'inhumer les exécutés, il a été arrête d'en conférer avec le Représentant du Peuple et ave"c les membres de la Commission Militaire avant de rien statuer.

6 Brumaire An II
Mention d'une somme de 30 Livres due à un "vuidangeur" pour enlever le sang de la guillotine sur la place Nationale

24 Prairial An II
Invitation au président de la Commission militaire d'avoir a déclarer, dans les délais réglementaires, les noms des personnes condamnées à mort.
"Clemenceau propose de supprimer le panier dans lequel on net les exécutés et d'y substituer un cercueil pour y renfermer les cadavres, les mettrer sur un char funéraire et le faire conduire dans le cimetière de la Chartreuse."
La discutions ouverte sur cette proposition , il a été arrête, l'Agent National entendu, que la question sur la suppression du panier demeure ajournée; que l'inhumation se fera dorénavant dans le cimetière général à la ci-devant Chartreuse et que le citoyen Germain, officier municipal, demeure commissaire nommé pour, de concert avec le citoyen Bégué, inspecteur des cimetières et des fossoyeurs, faire préparer les fosses à la profondeur prescrite par les lois, et veiller à ce qu'il yen ait toujours un nombre suffisant pour recevoir les exécutés.

19 Thermidor An III
le 19 a midi, un attroupement se porta chez Fadeville, au Chartron,: là, l’Échafaud neuf ordonné par la ci-devant Commission Militaire et que l'on disoit etre destiné à recevoir un mouton a 4 colliers, fut brisé, les morceaux en furent transportés sur la place Fégère et y furent réduit en cendres.

28 Thermidor AN III
A l'Accusateur Public près le tribunal criminel du Département:
Sur le moment de la réception de la lettre de ce jour, nous avons requis l’exécuteur de se rendre à La Réolle avec sa guillotine, pour y mettre a exécution le jugement rendu contre Jean Brun, condamné a mort par le tribunal criminel du département du Bec d'Anbés

1er Fructidor An III
A l'Accusateur Public:
Répondant à la lettre de se jour par laquelle tu nous donne avis du jugement qui doit être mis à exécution sur la place de Bazas contre Bernard Pessans, pour que nous ayons et qu'en pas à requérir l'exécuteur de s’y transporter, nous t'informons que ce n'est pas notre mission et qu'en pareil cas c'est au président du tribunal criminel à la requérir.

18 Pluviose An III
1 compte du citoyen Figarol pour la fourniture d'eau sur la place Nationale pour laver la guillotine
1 compte du citoyen Fadeville pour fourniture de bois pour la guillotine

14 Brumaire An VII
Vu la pétition présentée par divers charpentiers, le bureau arrête que lesdits charpentiers "ne doivent pas être assujettis qu'a se rendre sur la place destinée aux exécutions pour y monter et démonter seulement la machine a décapiter, et que l'exécuteur doit être chargé du transport de tous les matériaux dont la garde lui est confiée sans que, dans aucun cas, le concours des charpentiers puisse être appelé à ce transport"

11 Frimaire An VI
Au citoyen Manceau, charpentier, pour l'inviter à dresser la guillotine à l'endroit indiqué par l'exécuteur des jugements criminels.

6 Fructidor An II
Demande d'une escorte de six gendarmes pour accompagner les trois exécuteurs de la haute justice à Libourne, Lesparre, Bazas.
AOUT 1793
une vieille maison et une échoppe rue des Vignes n° 25 et 26; elle est occupées par l'exécuteur des jugements. Il est vraisemblable qu'attendu cette destination, il ne doit pas être question de vente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1496
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Ven 30 Sep 2011 - 13:28

Merci Pmoy pour ces intéressantes trouvailles.

Visiblement, le sang coulait abondamment à cette époque.


Tiens, ce passage m'interpelle:
Citation :
l’Échafaud neuf ordonné par la ci-devant Commission Militaire et que l'on disoit etre destiné à recevoir un mouton a 4 colliers

Je me demande à quoi devait ressembler ce mouton.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 52
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Ven 30 Sep 2011 - 15:18

bonjour Carnifex,

cela fait suite a une demande de progrès industriel (?) de la guillotine. Faire 4 lunettes augmente les cadences.., ce papier prouve bien que se n'est pas resté dans les cartons.....
J'ai posté dejas un papier sur le sujet, mais ou il est?
bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 52
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Sam 29 Oct 2011 - 15:26

Bonjour,
encore des vieux papier des archives



1783-1784
L’exécuteur de haute justice à périgueux, soutenu par l’évêché, la ville et les particuliers, demande a être maintenu dans l'usage ou il est de remettre les fractures, dislocations et luxations dont la compagnie des chirurgiens veut lui interdire l'exercice.L’enquête administrative prouve que se sont les chirurgiens qui sont, par ineptie , les bourreaux des malheureux qui se confient a leurs soin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 52
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Mer 14 Mar 2012 - 14:11

Le Petit Journal
20/07/1877
N° 5320



L'histoire générale de la Révolution française a été écrite par un très grand nombre d'auteurs, qui, se plaçant a des points de vue différents, ont fait la lumière complète sur cette grande commotion où les héroïsmes de l'indépendance ont été malheureusement égales par les horreurs du despotisme.

Mais c'est Paris, les grandes assemblées politiques et les armées qui ont absorbé l'attention des historiens.

On trouve dans leurs récits quelques pages ou quelques lignes sur les événements de la province, et il ne reste guère dans les souvenirs, à part la guerre civile de la Vendée, que le sac de Lyon par
Couthon, les noyades de Carrier à Nantes.
Il y a fort peu de monographies de quelque étendue sur la Révolution .Nous nous empressons de constater que pour Bordeaux, au moins, cette lacune vient d'être comblée.

Nous avons reçu récemment l'Histoire de la Terreur à Bordeaux (1), par- M. Aurélien Vivie, vice-président de la Société des archives historiques de la Gironde.
M. Vivie a fait revivre Bordeaux de 1789 à 1795. Comme son titre l'indique, il s'est plus particulièrement attaché aux années 1793 et 1794, alors que Bordeaux était sous le joug du proconsul Tallien et du président du tribunal révolutionnaire Lacombe.

1vol. in-8" chez Féret et fils, libraires éditeurs,
15, Cours de l'Intendance, à Bordeaux.

Son ouvrage est plein de faits et de documents l'auteur se laisse souvent emporter par son indignation, mais il est difficile,en un pareil sujet de reste rimpassible.
Nous n'avons pas à suivre M. Vivie dans ses développements, mais on nous saura gré de reproduire le passage suivant, qui fait connaître une invention révolutionnaire dont nous n'avions, quant à nous, trouvé trace nulle part.

Le 2 juillet 1794 (3 thermidor an II), au moment où la Terreur était arrivée à son apogée Bordeaux et où il tombait jusqu'à treize têtes par jour, une invention infernale et caractéristique de ces temps de folie politique où le mépris de la vie avait été érigé en principe, fut proposé à Lacombe.
Il en approuva l'idée et confia v son collègue Lacroix fils, membre delà Commission militaire, le soin d'en assurer l'exécution.
Il s'agissait d'une guillotine à quatre tranchants.

L'instrument du supplice ne répondais pas aux besoins d'extermination qui étaient à l'ordre du jour. Il fallait mieux et plus,
Rey, cordonnier, reçut le 3 thermidor an II une autorisation signée Lacroix fils et contresignée Chandru, greffier, pour faire construire, de concert avec la municipalité, une guillotine monumentale qui avait obtenu l'adhésion de Lacombe.

Les événements devancèrent l'application de ce mode expéditif de destruction,et le silence se fit autour de l'invention nouvelle.
Le secret toutefois ne fut pas bien gardé; car, le 3 pluviôse an III (22 janvier 1795), le citoyen Bois, commissaire national, se présenta au comité de surveillance et déclara verbalement qu'il était instruit que, vers fructidor dernier, on avait construit a Bordeaux une guillotine à quatre tranchants; que cette construction, contraire à toutes les lois, même révolutionnaires, et bravant celles de la justice et de l'humanité (si elle a existe), doit être connue, et cruelle existe en effet chez Lanaspèse, derrière le jeu de paume.

« Le Comité, étonné qu'une mesure aussi extraordinaire tenant même à la barbarie eût été dans Bordeaux, nomma à l'instant deux commissaires pour se transporter sur les lieux, visiter l'endroit où l'on assure qu'est encore cette guillotine et en faire leur rapport au comité séance tenante.

» Une heure après leur départ, les citoyens Courtez et Vinatié,, commissaires, se rendent au comité et annoncent s'être transportés dans le magasin du citoyen Fadvile, rue Constantin, n" 15, les clefs du magasin étaient chez Lasmartre, même rue, n° 27.
Après s'être fait ouvrir ledit magasin, et à leur grand étonnement, ils ont vu en effet un échafaud très considérable pour servir à une guillotine, et tenant la circonférence d'une grande salle cet échafaud sont deux grandes portes en forme de porte de grange et cinq six portes sur les Côtés, plus un grand escalier de treize à quatorze marches; sur ledit échafaud est une trappe qui paraît, faite pour recevoir les cadavres, et un trou pour que les têtes disparaissent. Cet échafaud est peint en rouge, et l'on a reconnu que les deux principales portes sont faites de manière a faciliter l'entrée du chariot qui
doit emporter le coffre rempli de têtes et de cadavres.

« Ils ont demandé quel avait été le charpentier qui avait construit cet échafaud et le marchand qui avait fourni le bois. On leur a répondu que c'était le citoyen Burguet, charpentier, qui l'avait construit, et le citoyen Fadvile, qui avait été le marchand de bois.

» Ledit citoyen Lasmartre et le citoyen fadville ont de plus déclaré aux dits commissaires que la façon de cet instrument avait été payée d'après le visa de Clochard, notable ou officier municipal, et que le marchand de bois avait aussi fait viser son compte par ledit citoyen Clochard, mais
qu'il n'avait pas été payé, et que ce compte avait depuis été rapporte au district, où il été maintenant.

» D'après ces différents renseignements, voulant avoir de plus amples renseignements,
envoie chercher, pour devant les commissaires, le citoven Burguet rentier, rue Traversière, 18, ci
joints son interrogatoire, de renseignements ultérieurs, soit auprès du marchand de bois. soit auprès de tous autres.
L'auteur, relevé ensuite les actes de la procédure, puis il ajoute:

Telles sont les indications que nous avons rencontrées sur la guillotine à quatre tranchnants. Nous ne désespérons pas de trouver le dossier de cette affaire, et nous complétions plus tard, s'il y a lieu, les documents .
.
Nous ajouterons seulement qu'à une époque, que nous ne saurions préciser, le peu- ple vint en foule, poussé par la colère et l'indignation, s'emparer de cette guillotine,
Qu'il en entassa pêle-mêle les diverses pièces afin d'en faire, un auto-da-fé, et que le jeune Grangeneuve, fils aîné du conventionnel, conduit par quelques citoyens, vint y mettre le feu.

Les flammes eurent bientôt dévoré ce cruel témoignage de la barbarie et de la cruauté
des modernes Catilinas.

L'inventeur et les fabriquant de cet instrument de supplice échappèrent, dit-on,
par la fuite, aux représailles populaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CarpeNoctem
Condamné à mort
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 29
Localisation : Arnhem
Emploi : gaspiller toute ma vie
Date d'inscription : 09/05/2014

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Lun 26 Jan 2015 - 23:26

Salut Pmoy,

C'est bien intéressant tout ce que vous dites là. Un grand bravo aux résultats de votre recherche!
J'ai vu que la date 05/08/1794 n'est pas dans l'aperçu...alors je vous montrerai une photo de ça.
Il y a la signature de citoyen Burguet au-dessus + le nom de Fadville en arrière car c'est une
facture pour le livraison et la fourniture 'pour faire une guillotine'.

Je pense que c'est laquelle qui a été utilisée pour Lacombe le 14/08/1794 et ce qu'on a démonté après.
Mais je ne suis pas 100% sûr (Je l'espère) Rolling Eyes . Ce que je sais est que finalement la tête coupée
de Lacombe a été proménée parmi les rues au bout d'une pique.

Bon...c'est un rare document donnant le détaille des fournitures:
- 3 poutres du cantal mésurant comme suit: bla bla
- 152 planches de sapin  
- ...Pour la somme de onze cent quarante six livres  

La signature d'un architecte est visible aussi: Cuchas. J'espère que ça a aidé un peu pour completer
votre information/ remplir des 'trous' de l'époque ou comment dire Smile

Cordialement.

" />

" />
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5639
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Mar 27 Jan 2015 - 14:01

Bonjour CarpeNoctem,

Les textes de ces deux images sont illisibles...

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CarpeNoctem
Condamné à mort
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 29
Localisation : Arnhem
Emploi : gaspiller toute ma vie
Date d'inscription : 09/05/2014

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Mar 27 Jan 2015 - 14:37

Bonjour Adelayde,

Merci pour votre réaction...C'est bien dommage...tout semblait ok au moment de mettre les photos ici.
Alors je l'essaierai encore une fois en espèrant que ça fonctionnera maintenant.

Cordialement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5639
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Mar 27 Jan 2015 - 18:54

Ces images sont de belles découvertes, CarpeNoctem !

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 52
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Ven 30 Jan 2015 - 16:29

merci beaucoup CarpeNoctem,

très beaux documents que vous avez la!

si vous demeurais sur bordeaux et que l'on peut se voir, envoyer moi un mp!

bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CarpeNoctem
Condamné à mort
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 29
Localisation : Arnhem
Emploi : gaspiller toute ma vie
Date d'inscription : 09/05/2014

MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   Sam 31 Jan 2015 - 12:34

Salut Adelayde et Pmoy,

Ça me fait plaisir de voir vos réactions positives. C'est sympa!  

Pmoy, je suis désolé de vous dire que je n'habite pas à Bordeaux mais aux Pays-Bas...
Mais je vous laisserai un mot quand je viendrai en France (en amènant le document)
et passe par Bordeaux. Je visite la France plusieurs fois par année alors il devrait être
possible de se rencontrer.

Bonne journée à vous tous!

CarpeNoctem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archives de Bordeaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archives de Bordeaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archives de Bordeaux
» nouveau lieu sur Bordeaux
» Exécutions à Bordeaux
» Archives Départementales d' Agen
» Inscription DEA Bordeaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA VEUVE-
Sauter vers: