La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Robert Avril - assassin de Janet Marshall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mer 6 Juil 2011 - 21:06

jeune anglaise assassinée par un vagabond en 1955 si mes souvenirs sont bons
à l'époque il me semble que la presse britannique nous a bien assaisonnés,un grand classique
je place le sujet ici mais il ne me semble pas qu'il ait été condamné à mort(j'ai hésité à le mettre dans affaires récentes)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mer 6 Juil 2011 - 21:22

Ca n'était pas une cycliste zélée, la victime ? Une institutrice s'offrant un tour de France à la force du jarret ?... La photo me dit qq chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mer 6 Juil 2011 - 21:31

exact,elle passaient ses vacances en france à la force des mollets et elle a croisé l'autre gus,un drole de zèbre vu sa tronche
il faudra que je jette un oeil à mes docs pour confirmer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mer 6 Juil 2011 - 22:29

je vais pas te dire que c'est à nous les petites anglaises,je vais en choquer certaines et certains,mais tu retrouve pas mal de cas
de meurtres de britanniques en france depuis 1945,et à chaque fois qu'est ce qu'on se prend dans les ratiches
avec leurs journaux,copieux
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: l'affaire janet marshall   Mer 6 Juil 2011 - 23:16

Jacques Pradel avait évoqué cet assassinat dans "Café crimes" mais le lien de l'émission n'est hélas plus actif. L'affaire est résumée sur cette page :

http://boomer-cafe.net/version2/index.php/Faits-divers-des-annees-50/60/1955-L-affaire-Janet-Marshall.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mer 6 Juil 2011 - 23:22

très très bien adelayde,je vais regarder ton lien
je suis désolé de ne pas me rappeler complètement de toutes les histoires ou de faire des recherches,je passe déjà du temps à rechercher dans mes archives les docs que je vous propose,pas le temps de tout faire
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: l'affaire janet marshall   Mer 6 Juil 2011 - 23:25


Janet Marshall

Un autre lien intéressant :

http://andre.sehet.pagesperso-orange.fr/dedetextes/janetmarshall.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mer 6 Juil 2011 - 23:30

adelayde,ton second lien est très complet merci
Revenir en haut Aller en bas
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Jeu 7 Juil 2011 - 13:11

Une documentation toujours aussi fournie le Photographe.

Merci de nous en faire profiter.

Au fait: quand donc remettras-tu ton ancien avatar, celui dont l'humour décalé m'avait bien fait sourire?


Mignonne la petite anglaise. Quelle misère... No

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mar 26 Juin 2012 - 22:46


Avec son invité Jacques Pradel rouvre le dossier Janet Marshall, un fait divers qui a tenu en haleine l’opinion française pendant de long mois et failli déclencher une crise diplomatique entre la France et l’Angleterre.

Bonne écoute ! queen

http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/billet/vendredi-08-juin-vous-nous-avez-soumis-cette-affaire-l-affaire-janet-marshall-7749062824

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 65
Age : 55
Date d'inscription : 23/01/2011

MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Jeu 2 Aoû 2012 - 9:52

Une affaire qui, paraît-il, aurait influencé Marc Fasquel (alors accompagné de Jocelyne Bourdin) dans la cavale meurtrière qu'il mena au milieu des années 80). En effet, la maison où il habitait alors qu'il était âgé de 8 ans, était située à quelques encablures du lieu du crime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: L’affaire Janet Marshall et le portrait-robot   Mar 18 Fév 2014 - 14:43


L’affaire Janet Marshall et le portrait-robot

Une jeune Anglaise passait ses vacances à vélo sur les routes de France, jusqu’à ce qu’elle croise son assassin.

1 - La fin de l'été

Dimanche 28 août 1955, entre Belloy-sur-Somme et La Chaussée-Tirancourt, en Picardie, l’indolence de l’été touche à sa fin. Les vacanciers vont bientôt reprendre le chemin des écoliers. Mais le drame va venir frapper ces deux villages quand trois jeunes gens, de simples promeneurs, découvrent le long d’un chemin marécageux le corps d’une femme, et non loin d’elle, un vélo.

Ils alertent les gendarmes, lesquels ne pourront que constater le décès de celle qui n’a pas encore d’identité. Le cadavre présente de très nombreuses blessures qui ne laissent que peu de doutes : ça n’est pas un accident. La jeune femme a été étranglée. À onze mètres du corps, ils mettent la main sur une matraque tachée de sang.

Une chose est certaine dès cet instant : celui qui a commis le crime n’a pris aucune précaution. Il faut dire qu’à l’époque, il n’était pas encore question de traces ADN et encore moins de « profil » du tueur.

Rapidement, les badauds accourent non loin de la scène de crime, mais personne ne reconnaît la victime. Dans ce coin de campagne où tout le monde se côtoie… il s’agit forcément d’une touriste. Près du corps, les gendarmes récupèrent un sac à dos avec seulement quelques vêtements et un ticket SNCF « Paris-Austerlitz », peut-être un ticket de consigne. Mais c’est grâce à une roue de vélo de secours, étrangement harnachée sur le porte-bagage que les enquêteurs vont soulever le voile sur l’identité encore mystérieuse de cette femme, son nom est gravé dessus : Miss Janet Marshall, avec l’adresse d’une auberge de jeunesse située à Paris.

Le soir même, on apprendra que cette femme était institutrice à Nottingham en Angleterre, et qu’elle avait décidé de passer ses vacances en France, traversant le pays à bicyclette.


2 - Trois ans après l'affaire Dominici

Une victime britannique … voilà qui tombe on ne peut plus mal, seulement trois ans après le meurtre des Drummond, autrement dit l’affaire Dominici, et que la justice française nage encore en eaux troubles. Un nouveau crime touchant une citoyenne d’outre-Manche, la pression s’exerce sur les enquêteurs sans qu’il n’y ait eu besoin de le préciser. Si bien que la gendarmerie est dessaisie au profit de la police judiciaire de Lille, et plus précisément de la brigade mobile.

Les médias s’empressent de se rendre sur les lieux, à commencer par les journalistes anglais. D’autant plus que l’enquête ne s’arrête pas aux confins de la Picardie. Scotland Yard interroge l’entourage de la victime de l’autre côté de la Manche. Lequel peut seulement indiquer que Janet Marshall avait pour habitude de voyager de cette façon, seule – comportement très peu courant à l’époque –. Courageuse, sportive, elle n’avait pas peur.

Dans son métier d’institutrice, elle travaillait essentiellement avec des enfants handicapés. Arrivée par avion en juillet à Toulouse, elle a parcouru 800 km à vélo pour rejoindre le Nord, et devait atteindre le Touquet et rentrer chez elle le lendemain quand elle a croisé son assassin.

Voilà qui trace le portrait d’une jeune femme altruiste, qui ne demandait qu’à découvrir la France, générant un malaise supplémentaire sur les autorités sommées par les plus hautes instances et par la Grande-Bretagne, de mettre la main sur le lâche qui a pu perpétrer un tel acte.


3 - La suspicion

Dans les deux villages, où habitent en tout et pour tout environ un millier de personnes, la psychose commence à faire son œuvre. Et si le meurtrier était du coin ? On s’épie et chacun fait ses propres conclusions. Est-il encore dans les marées à attendre le passage de sa prochaine victime ? S’agit-il d’un chasseur ? En tout cas, les enfants ont l’interdiction d’aller pêcher comme ils le faisaient avant ce jour funeste. Tant pis pour les derniers beaux jours. Les rues sont envahies par les policiers et les journalistes. Les gamins sommés de ne pas traîner.

Aux grands maux, les grands remèdes. Alors que le maire décide de convoquer tous les hommes entre 30 et 50 ans afin qu’ils viennent s’identifier, – ce qui ne donne rien mais permet au moins de faire un petit recensement – le commissaire divisionnaire Chabot, patron de la PJ de Lille, lance le 31 août l’opération « ratissage ». 130 gendarmes et policiers sont réquisitionnés pour faire une battue entre les deux villages. En vain. Tout comme l’appel à témoins.

La tension commence à monter en haut de l’échelle de l’autorité britannique. D’un point de vue géographique, à plus petite échelle, d’autres problèmes se posent aussi. Le corps de la malheureuse a été retrouvé entre les deux villages, littéralement : la tête sur la Chaussée-Tirancourt, le corps sur Belloy-sur-Somme. Mettant les deux communes dans le même embarras.


4 - Le flou

Alors qu’une première autopsie avait eu lieu sous le préau de l’école et que la victime fut ensuite inhumée dans le cimetière de la Chaussée-Tirancourt (de religion anglicane, celle-ci stipule que les morts doivent être enterrés sur le lieu de leur décès), il a fallu exhumer le cadavre le 9 septembre pour réaliser une seconde autopsie. Ce que les journaux anglais n’ont pas manqué de commenter en des termes peu élogieux pour les enquêteurs français.

Et voici que pour ajouter du flou au trouble, les témoignages s’avèrent de plus en plus contradictoires et énigmatiques. Entre l’homme voyageant dans un train roulant à 100 km/h et persuadé d’avoir vu Janet Marshall discutant avec une dame âgée près d’un passage à niveau, ou ceux persuadés d’avoir vu une voiture par-ci ou une voiture par-là, la police s’égare et l’enquête piétine. Pourtant, les enquêteurs vont enfin avoir un premier suspect en ligne de mire, son « profil » correspondant à l’individu qu’ils recherchent : il s’agit d’un vagabond coutumier des vols, d’autant que d’aucuns le surnomment le « colosse des marées ». Las, l’homme que tout accusait n’était pas dans la région au moment du crime et son alibi est solide. Le chapitre se referme et la méthode semble à revoir.

D’autant qu’un nouveau témoignage va de nouveau faire bouger les lignes : Janet Marshall a-t-elle été tuée sur le lieu de la découverte du corps ? Car deux jours avant, le 26 août 1955, la femme du châtelain dit avoir vu un vélo abandonné le long du chemin, avec une étiquette « Paris-Austerlitz » et, dit-elle, à ce moment-là, il n’y avait aucun cadavre… En tout cas, si c’était déjà le cas, il devait être bien caché. Mais cela démontre alors, et en prenant en compte ce témoignage, que la date du crime, tout comme le lieu exact de la mort, ne sont pas certains. On sait depuis le début que le décès pouvait remonter à deux jours, mais pourquoi personne n’a vu le corps auparavant ? Il y a de nombreux promeneurs, des chasseurs accompagnés de leurs chiens qui passent à cet endroit, et pourtant, pendant ces deux jours d’août, personne n’a rien vu.

Le pastiche du « J’accuse » de Zola, en Une du Sunday Pictural (tabloïd devenu le Sunday Mirror) mettant en cause les méthodes françaises d’enquête n’arrange rien. Et dans les rues, le temps est à la méfiance vis-à-vis de la police et le soupçon gangrène les relations de voisinage.


5 - Un témoignage déterminant et un accident providentiel

Le commissaire Chabot, intimement persuadé que le meurtrier est un homme du coin, fait alors appel à l’inspecteur Henry Van Assche, surnommé le « Maigret du Nord », ou « la terreur de la pègre ». Autrement dit un fin limier à qui on ne la fait pas. Et l’homme décide de reprendre l’enquête depuis le début, de s’imprégner des lieux et de réentendre tous les hommes des alentours. Ses questions sont parfois très indiscrètes mais c’est ainsi qu’il pourra déceler la faille chez celui qui se débine. Pourtant ce qu’il en retient va à l’inverse des autres enquêteurs : pour lui, l’assassin n’est pas du coin. Ce n’est en tout cas pas un des hommes qu’il a interrogés. À l’inverse, l’inspecteur a une certitude : l’homme est quelqu’un qui connaît bien les marées.

C’est alors qu’une factrice va apporter un élément nouveau aux enquêteurs : elle raconte avoir vu un homme étrange dans le coin portant un béret, et surtout : il avait la main handicapée, il lui manquait trois doigts à la main gauche. Comme signe distinctif, on peut difficilement faire mieux. S’agit-il pour autant de l’auteur du crime ?

Le commissaire Chabot, avec l’inspecteur Paris, lui aussi de la PJ de Lille, ont alors l’idée de se servir des photographies des fiches anthropométriques, toujours en vogue à l’époque, afin de distinguer les parties du visage pour en réaliser d’autres différents grâce à des bandes horizontales. Ont-ils inventé le portrait-robot ? (Voir plus bas). L’image ainsi réalisée est en tout cas transmise à tous les commissariats de France.

C’est un banal accident de voiture en décembre 1955 qui va les mener au coupable, dans la région de Gagny entre une 4 CV et un cyclomoteur. Le conducteur de ce dernier avait pris la fuite, laissant son engin sur place. L’automobiliste raconte que l’homme en question portait un béret et avait, semble-t-il, une main bien amochée. Sur la machine abandonnée, un miracle comme il en existe peu : le nom du propriétaire, un certain Robert Avril. Seulement s’agit-il vraiment du nom du conducteur et, si cela est le cas, les enquêteurs sont-ils en présence de l’assassin de Janet Marshall ? Il semblerait que, parfois, après des mois de recherches infructueuses, la roue tourne brusquement. En recherchant son nom dans les fichiers de la police, l’inspecteur Van Assche exulte : l’homme ressemble au portrait établi d’après le témoignage de la factrice, et surtout : il a été condamné aux travaux forcés pour viols. Van Assche en est convaincu : il a mis la main sur le coupable.

L’inspecteur et ses collègues apprennent que Robert Avril loge chez sa sœur à Sucy-en-Brie en région parisienne depuis un séjour en prison pour vol, dont il a été libéré à la mi-juillet 1955, soit seulement un mois et demi avant le crime.

Arrivés au domicile, peu de suspense, ils tombent nez à nez avec leur client. Il nie mais des affaires ayant appartenu à la victime sont retrouvées chez lui, de quoi convaincre un peu plus les enquêteurs. Placé en garde à vue, il finit par avouer le vol et l’agression mais nie le meurtre. Finalement, après quatre jours d’intense interrogatoire, il avoue le crime de Miss Janet Marshall, jeune institutrice venue passer ses vacances en France.


Épilogue

Lors de la reconstitution, le meurtrier présumé semble d’un détachement étonnant, étranger à lui-même mais pas à ce qu’il a commis.

La vidéo :

http://www.britishpathe.com/video/reconstruction-of-janet-marshall-murder


Défendu par Maître Marcepoil, brillant avocat du Barreau de Paris, Avril est reconnu coupable mais bénéficie, par un tour de passe-passe de son défenseur, des circonstances atténuantes, et écope d’une condamnation à perpétuité qui sera commuée à 20 ans d’emprisonnement en 1958 avant qu’on ne lui octroie une grâce en 1971. Robert Avril est mort en 1994.

L’énigme du portrait-robot

Qui a inventé le portrait-robot ou qui peut s’en targuer pour l’avoir utilisé dans les enquêtes criminelles plus précisément ? Comme nous venons de le voir dans l’affaire Janet Marshall, c’est le témoignage d’une femme qui a permis de dessiner le visage du possible meurtrier de la jeune Britannique grâce à des photos de différents visages découpées en bandelettes horizontales. L’idée était réellement nouvelle en France, mais à qui en revient la paternité réelle ? À l’inspecteur Paris ou au Commissaire Chabot ? Ce qui est sûr c’est qu’on l’a tout d’abord baptisé le portrait Chabot, avant qu’il ne prenne le nom de portrait-robot, né de père inconnu … Et que le FBI ne vienne constater quelques années plus tard l’efficacité d’un tel dispositif.

Pourtant, Chabot et Paris ne sont pas les seuls à avoir eu cette idée. Il existe en effet d’un côté l’invention d’un jeu : Roger Dambron, inventeur, a obtenu la médaille de bronze au concours Lépine de 1952 pour un jeu appelé « Photo-robot » qui consistait en effet à récréer des visages grâce à des bandes horizontales, et de l’autre : « l’application » d’identification criminelle, le vrai portrait-robot, inventé par l’inspecteur Paris.


A.P.

Une malheureuse coïncidence de plus


Si l’affaire Dominici a inévitablement mis une pression sur les enquêteurs dans l’affaire Janet Marshall, une autre histoire, bien des années plus tard, nous renvoie directement à ce dossier. Dans l’Oise, le 14 août 1989, une institutrice anglaise, Fiona Jones, jeune mariée en vacances, est partie seule en balade à vélo dans la région de Compiègne. Son mari a signalé sa disparition. C’est grâce à une chaussure de taille 44 que les enquêteurs trouveront l’assassin, un homme qui s’est attaqué à elle sans raison, sinon celle d’une haine envers les femmes en général. Il faudra plusieurs mois avant de retrouver le corps de l’institutrice dans une forêt. (Source : Les Grandes histoires criminelles en Picardie. Hors-série du Courrier Picard).

http://www.lecrime.fr/recits/laffaire-janet-marshall

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Dim 21 Juin 2015 - 20:31

Jacques Pradel revient sur l'affaire Janet Marshall dans son émission d’aujourd’hui. Ses invités :
- André Séhet, ancien maire et directeur de l'école de la Chaussée-Tirancourt, dans la Somme, auteur de l'ouvrage "L'affaire Janet Mashall". Les bénéfices retirés de la vente de ce livre seront utilisés pour rénover la tombe de la jeune femme.
- Georges Charrière, journaliste au Courrier Picard.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-affaire-janet-marshall-7778787090

Bonne écoute !  queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   Mar 4 Juil 2017 - 19:41

Hondelatte raconte l'affaire Janet Marshall :

http://www.europe1.fr/emissions/hondelatte-raconte/hondelatte-raconte-laffaire-janet-marshall-3379988

Bonne écoute !     queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert Avril - assassin de Janet Marshall   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Avril - assassin de Janet Marshall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robert Avril - assassin de Janet Marshall
» 1er Avril ! Les bonnes blagues !
» Mon caddie de la semaine chez Carrefour (du 13 au 19 avril) + lien
» Leader price le samedi 23 avril seulement un kdo offert dans le mag
» Bon plan gel coiffant chez Carrefour (du 20 au 26 avril)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CRIMES ET AFFAIRES RÉCENTES-
Sauter vers: