La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret »   Sam 11 Juin 2011 - 16:40

Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret »



Source : « Anatole Deibler’s 400 customers », le site de Bois de justice
http://boisdejustice.com/Anatole/Anatole.html

Georges-Alexandre Sarrejani dit « Sarret » (23 septembre 1878 - 10 avril 1934), était un avocat d'affaires, mais aussi un escroc et un assassin. Il sera guillotiné à Aix-en-Provence, le 10 avril 1934.
Né à Trieste en Italie, le 23 septembre 1878, il immigre en France au cours de son adolescence. Il fait de brillantes études de droit et devient l'un des avocats d'affaires les plus en vue de Marseille. Ayant installé son cabinet d'avocat au 45, rue de la Palud à Marseille, il vit avec son épouse et ses enfants dans un riche appartement non loin de là. Mais ce ne sont que des apparences d'honorabilité : M° Sarret mène une vie très dissolue, de fêtes, de jeux, d'alcool et de femmes de passage.

Escroquerie et meurtre
Dans les années 1920, il fait la connaissance de deux sœurs allemandes, culottières, Catherine et Philomène Schmidt. Il les séduit bien vite, et elles deviennent toutes deux ses maîtresses. Les amants ont pour habitude de se retrouver dans une villa de campagne que loue Sarret, baptisée "L'Ermitage", dans la banlieue d'Aix-en-Provence.
Mais bientôt, la relation prend un tournant inquiétant. Habile escroc, Sarret décide de faire participer ses maîtresses à ses trafics à l'assurance-vie. Le plan n'est pas compliqué : d'abord, il leur fait épouser deux hommes à la santé plus que fragile. Ensuite, il engage un complice à la santé parfaite qui, habilement grimé, passe un examen médical impeccable en vue de souscrire une assurance-vie au nom du mari impotent ! Enfin, on attend le décès de l'époux, quitte à la précipiter un peu, avec du poison, du gaz, etc.
Tout se déroulait bien mais le 20 août 1925, Sarret abat au fusil de chasse un complice trop gourmand, l'abbé défroqué Chambon-Duverger, et sa maîtresse, Noémie Ballandraux. Crime banal, sauf par une chose : la disparition des corps. Après le double meurtre, Sarret acheta cent litres de vitriol (c'est-à-dire d'acide sulfurique) et versa tout l'acide dans une baignoire contenant déjà les deux corps. Au bout de trois jours de dissolution, il s'en fut avec les sœurs Schmidt jeter la colle infecte et noirâtre dans l'herbe. Le crime resta inconnu pendant six ans.
En 1931, les trois complices lanceront une nouvelle escroquerie à l'assurance-vie, en faisant croire au décès de Catherine Schmidt, et en lui substituant le corps d'une femme tuberculeuse fraîchement décédée. Catherine se réfugie à Nice, mais y fait la connaissance d'un jeune homme dont elle tombe amoureuse et qu'elle suit à Marseille, sans réfléchir. Quelqu'un remarque dans la rue la prétendue morte, et s'en va avertir les autorités.
Arrêtées, les soeurs dénoncent Sarret. Mais l'homme est malin. Avec tout son talent d'avocat-conseil, il fera, deux ans durant, retarder le procès, en remarquant les erreurs et autres défauts. Néanmoins, la justice finira par trancher, dans tous les sens du terme, le 31 octobre 1933, aux assises des Bouches-du-Rhône. Les jurés, impressionnés par l'affreuse méthode de dissimulation, firent preuve de sévérité. Les sœurs Schmidt sont condamnées chacune à 10 ans de réclusion. L'avocat-conseil est condamné à mort.
Le 10 avril 1934, Georges-Alexandre Sarrejani sera guillotiné en public à l'entrée de la prison d'Aix-en-Provence. Ce fut la dernière exécution capitale qui eut lieu à Aix.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Sylvain Larue - Nemo : Les grandes affaires criminelles du Vaucluse



On peut lire un aperçu de l’affaire à partir de la page 206

http://books.google.fr/books?id=lnA8FjCaG_YC&pg=PA206&lpg=PA206&dq=Georges+Sarrejani+Sarret&source=bl&ots=snhjrgtfcN&sig=HpEnQgBTltzgMfsG7gLgj7Cj2FA&hl=fr&ei=tNXsTdfkN4WD-wbl9bzKDw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CGIQ6AEwCQ#v=onepage&q=Georges%20Sarrejani%20Sarret&f=false

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le jury des Bouches-du-Rhône a rendu son verdict contre le « Trio infernal »

Georges Sarret est condamné mort – Dix ans de réclusion à Philomène Schmidt et à sa sœur Catherine - Leurs cinq coaccusés sont acquittés
[De notre envoyé spécial]

Aix-en-Provence, 31 octobre. - Par télégramme. - Bien que trois cents personnes à peine aient accès dans la salle d'audience et qui n'abandonneraient leur place pour rien au monde, toute la ville, heure par heure, est au courant de ce qui s'y passe et la défense n'avait pas plus tôt dit son dernier mot que les curieux, en foule, inondaient les portiques du palais de justice, escaladaient les fenêtres de la cour d'assises, emplissaient peu à peu la place jusqu'aux bords.
On se flattait évidemment que la consigne strictement observée depuis dix jours allait fléchir à l'approche du verdict, de même qu'au dernier acte on peut entrer sans contre-marque. Mais le service d’ordre, au contraire, en un clin d’œil, s’était vu renforcer ; la garde mobile occupait le péristyle et si l’on pouvait à grand’peine sortir de la salle des Pas-Perdus; il était, au bout d'une heure, si malaisé d'en approcher, que personne n'osa sortir pour aller dîner.
Cent quatre-vingt-dix-sept questions étaient proposées à la délibération du jury; elles l'occuperont trois heures quarante exactement, la seule lecture des réponses qu'il y faisait ne dura pas moins de dix minutes et la cour, avant qu'il fût donné connaissance de celle-ci aux accusés, se retira pour examiner attentivement si la feuille avait été remplie dans toutes les règles.
A mesure que tombaient, les « oui » et, « à la majorité », les « non », on connaissait le sentiment qui les avait dictés.
Dès la sixième, on savait le principal accusé condamné à mort, sauf admission des circonstances atténuantes ou de la provocation ; la complicité des sœurs Schmidt écartée en ce qui concernait les assassinats, retenue quant aux ; faux les cinq autres accusés hors de cause et, en fin de compte, les circonstances atténuantes accordées aux sœurs Schmidt, refusées à Sarret.
Personne enfin n'est coupable de la mort de la pauvre Magali, même pas le champagne au phosphure de zinc.
On introduit d'abord, pour leur notifier l'acquittement et les remettre en liberté, Luffeaux, Brun, Siotis, Andrée Sarret et le docteur Guy. Ils accueillent cette heureuse nouvelle sans un geste, sans un mot, fût-ce du bout des lèvres. Seulement la jeune fille se penche vers son avocat, qui la pousse doucement pour hâter sa sortie ; on comprend qu'elle a demandé : « Et papa ? » et que personne n'aurait la cruauté de lui répondre ; elle descend, silencieuse, l'escalier que son père gravit escorté des deux Allemandes et il se range pour la laisser passer.

Vingt longues minutes le trio misérable a subi la lecture du greffier énonçant le texte des questions avec chaque réponse et quand c'est fini, tombe de la bouche du président la question rituelle : qu'ont-ils à dire sur l'application de la peine ?
- Rien, fait Sarret d'une voix calme en exprimant, les mains levées, qu'il ne sait que trop à quoi s'en tenir. Et les deux sœurs secouent la tête, hargneuses.
L'avocat général demande pour elles le maximum de la peine dix ans de réclusion ; M° M° Grisoli et de Moro-Giafferri, bien entendu, le minimum : deux ans de prison.
- Elles sont, dit ce dernier, meilleures que leur destinée et elles méritent votre miséricorde.
Le jury et la cour ensemble vont délibérer une demi-heure et, comme le président, M. Gesta, pousse le souci de la forme jusqu'à s'infliger à lui-même une troisième lecture des questions dans leur texte complet, ce n'est que deux heures après le verdict que, dans un grand silence, l'arrêt tombera.
Sarret est condamné à mort et à 100 francs d'amende. L'exécution aura lieu à Aix-en-Provence.
Philomène Schmidt est condamnée à dix ans de réclusion, 100 francs d'amende et dix ans d'interdiction de séjour, et Catherine aux mêmes peines.
Au prononcé de l'arrêt de mort, Sarret a conservé son impassibilité. Les deux sœurs n'ont pas davantage bougé.
M° Francheschi, au nom des compagnies d'assurances, partie civile, dépose des conclusions demandant aux condamnés la restitution des sommes payées et un franc de dommages et intérêts.
Au nom des héritiers Chambon, partie civile, M° Magnin demande 50.000 francs de dommages et intérêts.
L'audience est levée à 22 h. 5 et renvoyée à vendredi pour les questions civiles. […]

Le Matin, n° 18 123 du 1er novembre 1933





Sarret espère encore sauver sa tête

Aix-en-Provence, 1er novembre. - Sarret, hier soir, dès qu'il eut regagné la maison d'arrêt d'Aix, a été placé dans la cellule des condamnés à mort.
A ce moment, il était très calme. Comme le veut la coutume, on lui passa les fers aux pieds et c'est sous la surveillance de deux gardiens qui ne le quitteront plus jusqu'au jour où le président de la République aura fait connaître sa décision suprême, que Sarret a passé la nuit. Il a eu un sommeil agité.
Au réveil, il a confié à ses gardiens qu'il espérait obtenir la grâce présidentielle. On lui prête d'ailleurs l'intention de se pourvoir en cassation.
Quant aux sœurs Schmidt, qui ont été condamnées à dix ans de réclusion et à dix ans d'interdiction de séjour, elles ont été de nouveau placées dans le quartier des femmes. Ce matin, on déclarait qu'elles avaient très peu dormi et que leur nuit avait été fort troublée.

L’Ouest-Eclair, n° 13 510 du 2 novembre 1933



Le procès Sarret-Schmidt - Les compagnies d'assurances ont satisfaction

Aix-en-Provence, 3 novembre. La Cour d'assises des Bouches- du- Rhône, siégeant en audience civile pour le procès Sarret-Schmidt, a donné satisfaction aux compagnies d'assurances.
Quant aux héritiers Chambon, la Cour a décidé de statuer ultérieurement quand ceux-ci auront justifié de leurs qualités de seuls ayants droit.

L’Ouest-Eclair, n° 13 512 du 4 novembre 1933





A Aix-en-Provence, Sarret a expié hier matin ses crimes monstrueux

Aix-en-Provence, 10 avril. - L'exécution de Sarret, dont la nouvelle s'était rapidement répandue hier, a provoqué dans le courant de la nuit une affluence considérable de curieux devant la prison d'Aix.
Vers 4 heures, le fourgon contenant la guillotine arriva devant la prison. A la même heure, au palais de justice, les magistrats se réunirent à l'effet de se rendre à la prison pour procéder au réveil du condamné.
Depuis deux mois environ l'assassin de « L'Ermitage » passait des nuits blanches. Il se plaignait amèrement des entraves qu'il était forcé de porter et qui le gênaient dans le lit. Il ne pouvait s'endormir qu'aux premières heures de l'aube lorsqu'il était sûr que Deibler ne viendrait plus le chercher.
Sarret avait passé une nuit très agitée. Vers minuit, malgré les précautions prises, il avait été réveillé par les bruits qui montaient de la rue. Il se rendait compte que son exécution était proche. Dès lors, il manifesta une vive nervosité et son gardien qui le veillait pour la dernière fois eut toutes les peines pour le réconforter.
Un peu avant 5 heures, M. Roll, procureur général, accompagné de M. Lacaux, avocat général qui requit contre l'accusé la peine de mort au cours du procès ; M. Léon, juge d'instruction ; M. Roux, greffier, pénétrèrent dans la cellule du condamné.
« Sarret, lui dit le procureur général, votre recours en grâce est rejeté. Le moment est venu d'expier. »
Sarret ne broncha pas. Le condamné fut invité à s'habiller. On lui demanda s'il désirait les secours de la religion. Il refusa.
Pendant que le condamné se rendait de sa cellule au greffe de la prison, on achevait au dehors de dresser les bois de justice. L'aube ne s'était pas encore levée que déjà la guillotine était dressée devant une foule de plus en plus dense.
L'avocat de Sarret lui demanda s'il avait une déclaration à faire. Sarret se borna à remercier son défenseur. Puis il manifesta le désir que l'on fit vite.
Cependant, comme le jour ne s'était pas encore levé, force fut d'attendre l'heure réglementaire. Sarret refusa la cigarette et le verre de rhum traditionnels. Il accepta cependant une tasse de café.
De nouveau, le juge d'instruction, à son tour, demanda à Sarret s'il avait des déclarations à faire. Sarret déclara qu'il était victime d'une injustice et pour ses filles il sollicita une révision du procès.
Il était à ce moment 5 heures 30. Le condamné apparut livide, le col de la chemise largement échancré, les mains ligotées derrière le dos, les jambes entravées et, poussé par les aides, il fut rapidement projeté sur la bascule. Le couteau déclenché aussitôt par le bourreau tomba avec un bruit sourd. Il était 5 heures 35.
Les restes du supplicié furent transportés au cimetière.

L’Ouest-Eclair, n° 13 670 du 11 avril 1934


L’exécution de Sarret



Le 10 avril 1934, Georges Alexandre Sarrejani, ancien avocat d’affaires et assassin, est le dernier prisonnier à être exécuté publiquement devant l’entrée de la prison. Cet événement marque la fermeture progressive de l’établissement carcéral.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Au cinéma



L'affaire Sarret fut contée par Solange Fasquelle dans le livre « Le trio infernal », lequel fut adapté au cinéma en 1974 par Francis Girod, avec Michel Piccoli dans le rôle de Sarret et Romy Schneider dans le rôle de Philomène Schmidt.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour le fun...

Echos et propos - Vitriol antérieur
Un de, nos lecteurs, romancier par surcroît, M. de Rienzi, nous écrit pour protester contre nos lignes de l'autre jour.
Il avait, en effet, inventé, avant les sisters Schmidt et Sarret, là baignoire à acide sulfurique pour dissolution discrète de cadavres encombrants. Mais, heureusement, dans un roman seulement… Alors nous n'avons rien dit, les auteurs n'ont pas été dépassés par les criminels !
Mais ce qui fait de ce trio une association incomparable, c'est, à côté du travail chimique, l'imagination, les combinaisons, l'astuce de leurs procédés. Une ou deux pailles dans l'acier de leur entreprise. Sans ces défauts, Sarret aurait sans doute continué à occire, au grand dam des compagnies d'assurances, une partie de la population méridionale. J'exagère ? Que non pas ! II y a eu, au cours de ce procès, de telles aventures que la proverbiale exagération du Midi est dépassée. Il faut avouer cependant que si l'affaire Sarret avait eu lieu dans le Nord, les débats auraient perdu les trois quarts de leur pittoresque et de leur couleur.

Guy Launay - Le Matin, n° 18 123 du 1er novembre 1933


Wink Pour Bois de justice, un autre visage de Georges Sarrejani Wink


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1451
Age : 59
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Sam 11 Juin 2011 - 17:22

D'ou proviennent ces caricatures? L'auteur travaille sans aucun doute a partir des images sur ma page des 400 tetes d'Anatole car il y met les memes numeros, dates et noms comme je met sur mon site. Il a un tres bon sens de l'humour et sa grande planche consacree a l'oncle Anatole me fait bien sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
pmoy
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 53
Localisation : bordeaux
Emploi : maitre de chais
Date d'inscription : 13/03/2011

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Sam 11 Juin 2011 - 18:49

bonjour,
Voila l'adresse du site:


http://cld-brainspillage.blogspot.com/search/label/Anatole%20Deibler

bonne journée a tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret »   Ven 17 Juin 2011 - 18:23


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: sarret et delanoe   Jeu 28 Juin 2012 - 15:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 57
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 29 Juil 2012 - 4:44

Je m'inscris pour vous présenter ses photos de L'affaire Sarret-Schmidt.
Je pense qu'elles devraient être ici.
Cordialement.










Images:http://www.geheugenvannederland.nl/?/nl/items/SFA03:SFA022819608/&p=1&i=1&t=3&st=sarret&sc=%28sarret%29/&wst=sarret





Dernière édition par Filomatic le Mer 29 Aoû 2012 - 5:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 29 Juil 2012 - 11:18

Bonjour Filomatic, Bienvenue sur le forum.
Votre premier message est riche d'images inédites. Bravissimo !

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
l'inconnu du rhone
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 51
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 29 Juil 2012 - 14:15

Monsieur Bill a écrit:
Quelques photos du procès de Georges Sarret à Aix en Provence en 1933

http://www.cegesoma.be/pls/opac/opac.search?lan=N&sele=51&senu=45351

bonjour,

le lien ne fonctionne plus Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 29 Juil 2012 - 15:26

Les liens morts sont calamiteux, Inconnu du Rhône. On n'y peut malheureusement rien...

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 29 Juil 2012 - 16:03


Il me semble reconnaitre Vincent de Moro-Giafferi - le Grand ! - parmi les avocats de la défense.

A vérifier...

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 5 Aoû 2012 - 14:28


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2459
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 14 Aoû 2012 - 21:14

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Sam 25 Aoû 2012 - 17:07


Les sœurs Schmidt :



Catherine







Philomène







La photo de l’exécution, plus grande que celle que j’ai précédemment postée

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexlemoine
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 41
Date d'inscription : 12/08/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 26 Aoû 2012 - 16:56

On peut lire un récit intéressant de ce procès dans l'ouvrage très connu de F. Pottecher, "Les grands procès de l'histoire" (tome 3), éditions Fayard.
Il y est expliqué la défense absurde de Sarret, pourtant avocat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 26 Aoû 2012 - 17:31

Sans doute parce que Sarret n'était pas pénaliste mais avocat d'affaires. Le livre de Pottecher doit être passionnant !

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 57
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 28 Aoû 2012 - 2:14

L'entrée de l'ancienne prison, dans la rue des Chaudronniers (Aix-en-Provence) aujourd'hui.
C'est une Cour d'Appel actuellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 57
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 28 Aoû 2012 - 2:52

Une vidéo du procès contre Sarret & Schmidt.
Dans la série télévisée française appelé " En votre ame et conscience" 1957.

Ici le lien : http://www.ina.fr/video/CPF86633200/un-etrange-trio-ou-l-affaire-sarret-schmidt.fr.html

Dans mon troisième photo publiée...
¿Quelqu'un sait pourquoi l'escorte au procès sont militaires, et pas de gendarmerie ?

Merci.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexlemoine
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 41
Date d'inscription : 12/08/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 28 Aoû 2012 - 12:55

Adelayde a écrit:
Sans doute parce que Sarret n'était pas pénaliste mais avocat d'affaires. Le livre de Pottecher doit être passionnant !

Oui, je le recommande pour le plus public ou pour une lecture distrayante; les trois tomes se trouvent pas cher du tout en occasion sur les sites de vente en ligne. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est une mine de renseignement, car il s'agit de récits probablement radiophoniques et donc brefs. En plus, c'est plutôt bien écrit.
C'est grâce à ce livre que j'ai découvert l'affaire Sarret, qui sortait vraiment de l'ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coupe-Coupe
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 238
Age : 64
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 28 Aoû 2012 - 13:53

Filomatic a écrit:
¿Quelqu'un sait pourquoi l'escorte au procès sont militaires, et pas de gendarmerie ?

Pour votre information les gendarmes sont des militaires, et ils semblent bien qu'ils portent l'uniforme de gendarmerie, et ils peuvent donc porter le casque, mais cela n'est pas courant !. On pourrait comprendre si nous étions en guerre, mais cela n'était pas le cas en 1934........!? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexlemoine
Condamné à mort


Nombre de messages : 9
Age : 41
Date d'inscription : 12/08/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 28 Aoû 2012 - 14:20

Il s'agissait bien de gendarmes, comme l'atteste la grenade qui figure sur le casque et le col des uniformes. Si les gendarmes étaient en tenue de maintien de l'ordre, le port du casque était alors de rigueur. Il s'agissait peut-être d'ailleurs d'unités ancêtres de nos "gendarmes mobiles".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 547
Age : 57
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 10 Mar 2013 - 16:09

Une autre vue de l'exécution devant la prison d'Aix-en-Provence.



Image:http://avocats.fr/space/creisson/content/la-derniere-execution_54EDA290-0FAB-4C7D-BC66-3431A145D7D3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Dim 10 Mar 2013 - 17:16

Une photo de bien meilleure qualité que celle que j'avais postée dans le premier message de ce fil ! queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Sarret, l'homme qui volatilise les cadavres   Lun 6 Mai 2013 - 18:42


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Les Assises   Jeu 8 Aoû 2013 - 13:54


Les Assises




Le greffier Arnaud




[

Le Président Gesta











Les accusés et leurs défenseurs

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 589
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   Mar 6 Mai 2014 - 13:50

Article du samedi 13 janvier 1934 dans l'Ouest-Eclair.



Article du Mardi 10 avril 1934 dans l'Ouest-Eclair.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934   

Revenir en haut Aller en bas
 
Georges-Alexandre Sarrejani, dit « Sarret » - 1934
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gustave Doré - Adolphe Berlan - les assassins de Courbevoie - 1891
» Georges Soros, survivaliste?
» Georges Rapin alias "Monsieur Bill" - 1960
» Georges Cadoudal - 1804
» Georges Gérard - 1913

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: