La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean-Sylvain Bailly - 1793

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Jean-Sylvain Bailly - 1793   Jeu 2 Juin 2011 - 19:40

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6949860s.r=bailly.langFR



before/after? execution?
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6943077f/f1.zoom.r=bailly.langFR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Jean Sylvain Bailly   Ven 3 Juin 2011 - 13:55

Le dessin n'est pas daté, je ne sais pas s'il a été réalisé au moment de l'exécution ou après.
Les femmes et les enfants au pied de la guillotine... affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Jean-Sylvain Bailly   Ven 3 Juin 2011 - 14:00

Jean-Sylvain Bailly

Jean-Sylvain Bailly est né à Paris en 1736. Son père, conservateur des tableaux du Louvre passait pour un des hommes les plus spirituels de son temps, mais il négligeait l’instruction de son fils. Celui-ci se sentait entraîné vers les études sérieuses et s’adressa à Moncarville qui lui enseigna les mathématiques.

Bailly avait à peine seize ans, quand il essaya de travailler pour le théâtre, mais ses deux premières tragédies, trop médiocres, finirent au feu. Comme il demeurait chez son père au Louvre, il s’installa à l’étage supérieur qu’il transforma en observatoire.

L’abbé Lacaille, célèbre astronome de l’époque se rapprocha de son jeune confrère et mirent leurs travaux en commun. Elu membre de l’Académie des sciences à l’âge de vingt-six ans, il publie son premier ouvrage sur l’astronomie, puis d’autres, qui obtinrent un succès aussi brillant que mérité.
Enfin, en 1785, il est nommé membre des trois Académies.

Le 12 mai 1789, Bailly est nommé premier député de Paris puis Président des Communes ; c’est en cette qualité qu’il se présente devant le Roi pour lui exprimer le désir des Communes de voir les Etats-généraux se réunir en une seule assemblée.

Les membres du Tiers-Etats ne pouvaient parler au Roi qu’à genoux ; Bailly refusa de se conformer à cette exigence humiliante. Au sortir du château, quelques membres de la noblesse lui ayant demandé comment la députation avait été reçue :
« Nous étions debout, répondit le président du Tiers, et le Roi n’était pas assis. »

Le courage et le sang-froid de Bailly, lui avaient concilié le respect de tous les partis. Lors de la prise de la Bastille et de l’effervescence révolutionnaire, on vit le député de Paris apaiser les colères du peuple et ramener le calme dans les esprits. D’une voix unanime, on le proclama maire de Paris.

La disette désolait le royaume et les brigands enlevaient le blé que le maire avait acheté, toutefois, Bailly fit preuve d’un si grand zèle, que les Parisiens l’appelèrent leur père nourricier.

Bailly était maire de Paris depuis deux années, quand le Roi et sa famille s’enfuirent du palais des Tuileries. On les arrêta à Varennes et on les reconduisit à Paris. Cet évènement devait amener la chute et la mort de Bailly.

Le 17 juillet, le peuple se réunit au Champ de Mars, pour déposer sur l’autel de la Patrie une pétition demandant la déchéance de Louis XVI. Bailly s’y rendit à la tête de la garde nationale, proclama la loi martiale et déploya le drapeau rouge. Le peuple lança des pierres et, après une première décharge en l’air, la garde nationale fit un feu meurtrier. Bailly dut abandonner la mairie au profit de Pétion.

Louis XVI avait péri sur l’échafaud, le sang coulait à flots, le tribunal révolutionnaire réclamait des victimes. On appela l’ancien maire de Paris pour déposer dans le procès de Marie-Antoinette ; le magistrat, bravant la mort que par cet acte il appela sur lui, s’incline avec respect devant la Reine outragée.

Bientôt, Bailly comparut à la barre du tribunal révolutionnaire, accusé d’avoir favorisé l’évasion du Roi et d’avoir fait tirer sur l’attroupement du Champ de Mars. Malgré l’innocence de Bailly, on le condamna à mort.

Le jour de son supplice, Bailly se leva, prit deux tasses de café et calma ses amis de captivité qui sanglotaient. Accompagné du bourreau, il monta dans la charrette ; arrivé au Champ-de-mars, où l’on avait élevé son échafaud, la foule ameutée ne voulant point que ce champ fut souillé du sang de celui qu’elle accablait de sinistres imprécations. On démonta l’échafaud puis il fut remonté ailleurs sous les yeux calmes de Bailly.

Le 12 novembre 1793, le martyr monta sur l’échafaud sous une pluie fine, et sa tête tomba.

Histoire du Livre rouge/1863/ Arnold Boscowitz- Gallica. BNF


[…] II fut exécuté le 11 novembre 1793. Comme ses membres glacés par la pluie et le froid étaient agités d'un tremblement involontaire, un de ses bourreaux lui dit :
- Tu trembles, Bailly ?
- Oui, répondit le vieillard avec calme, mais c'est de froid.

http://www.cosmovisions.com/Bailly.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Jean-Sylvain Bailly - 1793   Ven 17 Juin 2011 - 17:16

Cela me rappelle toujours Semblançay:

http://www.bridgemanart.com/image.aspx?key=164996

À l’issue d’un jugement controversé, le 27 janvier 1525, Jacques de Beaune est reconnu créancier de François Ier pour 910 000 livres. Jacques de Beaune se retire dans sa terre de Ballan, mais lors d'un voyage à Paris, en janvier 1527, il est arrêté et mis à la Bastille. Le 9 août 1527 il est condamné à être pendu au gibet de Montfaucon. Le 12 août 1527 après avoir vainement attendu sa grâce au pied du gibet, il est pendu. Le supplice de Semblançay inspira un célèbre épigramme à Clément Marot, poème qui figure dans son Adolescence Clémentine
« Lorsque Maillart, juge d'Enfer, menoit
À Monfaulcon Samblançay l'ame rendre,
À votre advis, lequel des deux tenoit
Meilleur maintien ? Pour le vous faire entendre,
Maillard sembloit homme qui mort va prendre
Et Samblançay fut si ferme vieillart
Que l'on cuydoit, pour vray, qu'il menast pendre
À Montfaulcon le lieutenant Maillart. »
Il fut par la suite réhabilité et il apparut que le roi lui devait en fait de fortes sommes d’argent, ce qui avait pu contribuer à son élimination.[strike]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Portrait de Jean-Sylvain Bailly   Sam 18 Juin 2011 - 13:12

Portrait de Jean-Sylvain Bailly


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Jean-Sylvain Bailly - 1793   Dim 13 Nov 2011 - 9:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Jean-Sylvain Bailly   Mar 16 Avr 2013 - 2:22

Jean Sylvain Bailly, né le 15 septembre 1736 à Paris et mort guillotiné le 12 novembre 1793 à Paris, est un mathématicien, astronome, littérateur et homme politique français.

Son procès est expédié du 9 au 10 novembre 1793, et la sentence exécutée le lendemain.
Comme les membres du condamné, glacés par la pluie et le froid, sont agités d’un tremblement involontaire, un spectateur lui dit :
— Tu trembles, Bailly ?
— Oui, répond le vieillard avec calme, mais c'est seulement de froid.

Une plaque apposée sur l'immeuble au no 2 de l'avenue de La Bourdonnais marque l'emplacement de son exécution. Son corps repose sous l'église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou dans laquelle une plaque commémorative a été apposée le 23 novembre 1993.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Jean-Sylvain Bailly - 1793   Dim 1 Juin 2014 - 21:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Sylvain Bailly - 1793   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Sylvain Bailly - 1793
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Sylvain Bailly - 1793
» Charlotte Corday assassine Jean-Paul Marat - 1793
» Jean-Théophile Lajoie - le triple assassinat de Mézos
» Louis XVI - 1793
» Jean-Jacques De Moor – le crime de la rue Monjol - 1891

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: