La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Dim 8 Mai 2011 - 19:46


Le Crime de Corancez - nuit du 21 au 22 avril 1901


Édouard Brierre, un encore jeune veuf, laisse sortir sa fille aînée qui tient la maison. Il reste avec ses cinq autres enfants. On les retrouvera tous assassinés et le père blessé ! Il racontera avoir été agressé par des malandrins mais la rumeur pense, elle, qu’il s’est débarrassé de sa quintuple charge familiale pour se remarier plus facilement. Condamné à mort puis gracié, il mourra au bagne.


Gérald Massé retrace le parcours criminel d’Édouard Brierre dans « Les Grandes Affaires Criminelles d'Eure-et-Loir », pages 151 à 171.
http://books.google.fr/books?id=VGoCh-ncRaUC&pg=PA162&lpg=PA162&dq=Edouard+Brierre&source=bl&ots=NCWYai-o-x&sig=e3frvvKf4kgg5h5WphDIl6MVtaQ&hl=fr&ei=kOrDTc7ZA4yz8QOl_-DNAw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=1&ved=0CBkQ6AEwAA#v=onepage&q=Edouard%20Brierre&f=false


La maison de crime



La maison de crime



Le café Sauger où Brierre passa la nuit du crime



Le crime de Corancez

C'était hier jour de marché franc à Chartres. L'épouvantable crime de Corancez faisait naturellement l'objet de toutes les conversations et le parquet était en droit d'espérer recueillir des renseignements nouveaux ; cet espoir s'est trouvé déçu.
Des appréciations, des racontars; mais aucun fait précis n'est parvenu aux magistrats qui après les avoir examinées, ont abandonné tour à tour les pistes signalées ; une entre autres qui semblait offrir une certaine importance, et signalait un individu de mauvaise mine qui, le lundi matin, alors que le quintuple assassinat n'était pas encore signalé, s'était présenté, la figure ensanglantée à la gare de Voves, où il avait demandé un billet pour Orléans.
Le parquet a abandonné les recherches de ce côté comme il a fait remettre hier soir en liberté un pauvre hère, dépenaillé et coiffé d'un béret, arrêté le matin sur la place des Espars et dont les vêtements et les souliers étaient tachés de sang.
Tremblant d'émotion en apprenant les soupçons qui pesaient sur lui, le malheureux a pu à grand peine se tirer d'embarras en démontrant que le sang souillant ses vêtements était la conséquence d'une rixe à laquelle il avait été mêlé dimanche soir et au cours de laquelle il avait été blessé par un agresseur retrouvé sans peine.

Rafles de Chemineaux
Ajoutons que depuis lundi matin des rafles de chemineaux sont opérées dans tout le département. On interroge les individus arrêtés sur l'emploi de leur temps depuis l'après-midi de dimanche dernier, mais de ce côté encore les résultats ont été négatifs.
Les magistrats ont retrouvé un habitant de Theuville, qui, revenant de Vouvergues, dimanche soir, s'était perdu près de Corancez, et avait été pris pour un chemineau. Un cultivateur du village le reconnut et le remit dans la bonne voie.
Un seul témoin mérite d'être entendu par le parquet, bien que ses allégations ne soient pas d'une précision absolue, quant aux heures indiquées. C'est un manouvrier, nommé Charles Thirard, en condition à Chamblé chez Mme veuve Diard. Ayant passé la soirée à Villemans, il se trompa de route et, vers une heure du matin, le hasard l'amenait devant la ferme de Brière. La grande porte était close et on n'entendait aucun bruit.
Peut-être l'enquête pourrait-elle être mené avec plus de célérité et surtout poussée plus à fond sur certains détails auxquels le magistrat instructeur semble ne point attacher d'importance pour le moment du moins.
Les recherches continuent dans la maison du crime où deux gendarmes de la brigade de la Bourdinière fouillent sous la direction du maire, M. Martin, coins et recoins, sans négliger les dépendances de la ferme.
Ils ont constaté que les chaussures de Brière s'adaptent aux traces relevées dans un champ, près de la petite porte du jardin. C'est un détail, mais non une preuve contre l'inculpé.
M. Voisin, procureur de la République, a reçu, dans la matinée, un rapport du commissaire de police de Chartres, relatif à une liaison de Brière avec une dame veuve X. habitant à Morancez.
D'après les on-dit, l'inculpé poursuivait de ses assiduités une jeune fermière de Villemain.
La discrétion affectée de Brière en ses visites chez les témoins en question rend très délicates et très difficiles les recherches du parquet à propos de la moralité de l'inculpé.

A la Prison de Chartres
Sans laisser écouler les délais légaux, Brière s'est décidé a faire choix d'un avocat. C'est M° Duparc, un avoué de Chartres, qui a assumé la lourde tâche d'assister et de défendre l’inculpé.
L'avocat a fait, hier après-midi, une première visite à son client.
Brière occupe comme nous l'avons dit, un lit de l'infirmerie de la maison d'arrêt. Il est seul dans la salle, sous la surveillance continuelle d'un infirmier. La nuit dernière a été moins agitée que la précédente, Brière a pu prendre un peu de repos ; il a plutôt somnolé que dormi, des cauchemars le réveillant à plusieurs reprises.
Les blessures du crâne et du dos se cicatrisent rapidement ; toutefois, les médecins qui soignent l'inculpé maintiendront deux ou trois jours encore les bandages enveloppant la tête ; ils ont renoncé au pansement des plaies du crâne et de celle du dos.
Le coup de couteau au bras gauche offre, seul, une gravité relative.
Une certaine quantité de sang s'est extravasée entre cuir et chair ; la résorption totale se fera naturellement ; les nerfs de l'avant-bras se sont trouvés un peu froissés mais la souffrance est aujourd'hui beaucoup plus supportable qu'au premier jour.
L'ordinaire de la prison de Chartres ne parait pas être du goût de Brière qui, depuis son arrestation, avait refusé, toute nourriture.
Pourtant, hier, l'inculpé a mangé de bon appétit la soupe matin ; le repas du soir, composé d’un ragoût de riz et de pommes de terre ne lui plaisant pas, M. Aiguillon, gardien chef de la prison, a envoyé chercher un demi-litre de bouillon.
C'est là une petite faveur qui a paru causer quelque plaisir à Brière, mais il préférerait un peu de viande.
Il ne peut faire venir ses repas de la cantine, car il est sans argent, son porte-monnaie ayant, dit-il été volé par ses agresseurs.
Dans la soirée, le prisonnier a écrit à un ami pour demander l'avance d'une petite somme et réclamer des vêtements et du linge.
Au cours de son entretien avec M* Duparc, Brière a fait preuve d'une certaine énergie ; il a protesté contre les mobiles attribués au crime dont il est accusé et a déclaré qu'il adorait ses enfants. Puis a affirmé ou il n'avait pas eu l'intention de se remarier et nie toutes les liaisons qu'on lui attribue à Corancez et dans les environs.
De profonds soupirs ont fréquemment interrompu l'entretien de M° Duparc et de son client qui a fait montre à plusieurs reprises d'une émotion réelle, surtout quand il a été question de Flora, la fille aînée.
Brière n'a pas encore passé au service anthropométrique.
Le pansement de la tête et les blessures du bras ne permettent pas, en effet, de procéder aux opérations de mensuration.
On ne s'attend aujourd'hui à rien de bien sensationnel ; les magistrats ne pouvant commencer l'interrogatoire de fond que demain. Jusque là, il convient de garder une sage et sérieuse réserve.

Le Petit Parisien, n°8 946 du 26 avril 1901


Trois des petites victimes




L’enterrement



On connaît le drame atroce de Corancez cinq pauvres petits enfants égorgés, leur père trouvé blessé auprès d' eux et racontant une histoire le chemineaux assassins, à la suite de quoi il est lui-même arrêté sous prévention du meurtre de ses enfants. Veuf, il aurait voulu épouser une jeune fille et celle-ci lui aurait déclaré qu'elle ne prendrait jamais un mari qui avait tant d'enfants. Sur ce, les opinions se divisent : les uns, accusent violemment le cultivateur Brière, les autres, et parmi eux, sa fille Germaine, échappée au massacre parce qu' elle était placée à Paris, le soutiennent avec énergie. Le crime serait tellement monstrueux que nous préférons attendre que la vérité soit clairement, indubitablement fixée; nous parlerons donc simplement de l'enterrement des victimes. Il fut infiniment touchant : les cinq petits cercueils avaient été rangés dans une sorte hangar sur les rayons, se trouvaient encore des fromages au plafond des oignons qui séchaient. La bière de la plus grande des soeurs, de celle qui, si gentiment, était l'attentive et dévouée maman des autres, était seule couverte du drap mortuaire, la commune de Corancez n'en ayant qu'un. Quant au reste, on avait fait pour le mieux. Avec une délicatesse à noter, on a creusé la tombe des petites auprès de celle où dort leur mère qui les adorait. Ce sont les enfants du village qui eux-mêmes ont porté les cercueils au cimetière. Toutes les autorités du département étaient là ou se sont fait représenter enfin s'est Mgr Molllien, évêque de Chartres, en personne qui tint à présider la cérémonie religieuse. Et les plus humbles suivirent en pleurant le cortège relativement somptueux de ces innocents si horriblement massacrés. Rarement obsèques furent émouvantes à ce point.

Le Petit Journal, 12 Mai 1901


Le monument commémoratif élevé à la mémoire des enfants de Brierre





DEVANT LES ASSISES (L’Illustration)
N.B. : la taille des images permet de lire le texte

Brierre répond à l'interrogatoire du président




La déposition de Véronique Lubin




Brierre revêtu de ses effets ensanglantés




Les dossiers de recours en grâce des condamnés à mort 1900 - 1916

Inventaire-index des articles BB/24/2085 à 2122
par Denis HABIB
Paris archives nationales 1996, 2008 2 Dossiers de grâce de condamnés à mort (1900-1916)
Brierre Louis-Édouard Né/née : 26 novembre 1859 Profession : entrepreneur de battages à Corancez Date de la condamnation : 23/12/1901.
Motif de la condamnation : cinq crimes d'assassinat concomitants commis dans la nuit du 21 au 22 avril 1901 à Corancez sur cinq de ses enfants âgés de 4 à 15 ans.
Juridiction : Paris Date de grâce : 01/02/1902 Remarques : peine commuée en celle des travaux forcés à perpétuité ; "L'Aurore" (6e année, n° 1559 et 1561 des 25 et 27 janvier 1902), "La Petite République socialiste" (27e année, n° 9416 du 25 janvier 1902) et une coupure du "Le Matin" du 4 mai 1910 joints à ce dossier.
BB/24/ 2087 dossier n° : 7943 S1901



La grâce de Brière

Après l’entérinement des lettres de grâce – Le départ pour l’île de Ré - Brière et sa Fille.
Paris, 6 février.
Hier a eu lieu, à la Cour d'appel, la formalité de l'entérinement des lettres de grâce commuant la peine de mort prononcée contre Brière par la Cour d'assises en celle des travaux forcés à perpétuité.
L'homme de Corancez est resté impassible et l'audience n'a donné lieu à aucun incident.
Brière a été conduit aujourd'hui même à la prison de Fresnes. Cinq condamnés aux travaux forcés y attendent actuellement l'heure du départ pour l'île de Ré : il est donc fort probable que la transfert se fera bientôt, sans doute aussitôt après l'arrivée du condamné de Chartres. Le directeur de la prison escompte déjà l'ordre que doit lui envoyer, du ministère de l'intérieur, le service des transfèrements.
Dès qu'il l'aura reçu, l'assassin de Corancez sera placé en wagon cellulaire à la gare de Massy-Palaiseau et dirigé sur La Rochelle, où il s'embarquera pour Saint-Martin-de-Ré, à la citadelle, le dépôt des forçats.
Ensuite, quand un « convoi » sera formé, Brière, avec d'autres condamnés, partira sur un bâtiment spécial pour la Nouvelle-Calédonie.
C'est l'affaire de trois semaines.
Ayant appris que Brière allait être amené à Paris, sa soeur, Mme Destas, avait eu l'idée de lui conduire sa fille, la petite Germaine, pour qu'il pût l'embrasser avant son départ pour la Nouvelle-Calédonie.
Lorsque la petite Germaine, accompagnée d'un de ses oncles, s'est présentée au greffe de la prison, on lui a tout d'abord demandé son acte de naissance que, naturellement, elle n'avait pas sur elle. Aucune pièce officielle ne pouvant justifier de l'identité des visiteurs, ils ont été purement et simplement éconduits.

L’Ouest-Éclair, n° 906 du 7 février 1902



La mort d’Édouard Brierre

Quelques nouvelles de 1910,
d’après le “Messager de Bonneval, Voves et Orgères” 24 juillet 1910

Le crime de Corancez – Brierre est décédé au bagne et jusqu'à sa mort n'a cessé, on le sait, de protester de son innocence. Or, un véritable coup de théâtre vient de se produire : un chemineau s'est présenté jeudi à la gendarmerie de Tours pour s'accuser d'être l'auteur du crime pour lequel Brierre est mort au bagne. Dit-il bien la vérité ? C'est ce que la justice ne saurait tarder à éclaircir mais toujours est-il que le chemineau a donné de tels détails du crime dont il s'accuse que l'on se demande avec angoisse s'il n'a pas dit vrai, d'autant plus que quatre jours après le crime, le juge d'instruction, chargé de l'affaire de Corancez, avait reçu une lettre d'un chemineau s'accusant du quintuple crime.

http://lesamisdebonneval.free.fr/Gazette%2028.pdf


Dernière édition par Adelayde le Dim 1 Avr 2012 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
niavlys1980
Bourreau de village


Nombre de messages : 79
Age : 37
Date d'inscription : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Dim 20 Nov 2011 - 21:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Dim 5 Avr 2015 - 22:05

Jacques Pradel et Alain Denizet, historien auteur de "L’affaire Brierre, un crime insensé à la Belle Epoque" reviennent sur un fait-divers parmi les plus médiatisés de la Belle-Époque.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/l-affaire-brierre-7777231090

Bonne écoute !   queen


_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alain.denizet
Condamné à mort


Nombre de messages : 1
Age : 58
Date d'inscription : 12/02/2015

MessageSujet: l'affaire Brierre, un emballement médiatique exceptionnel. Pourquoi ?   Lun 27 Avr 2015 - 14:42

L’affaire Brierre est l’affaire criminelle la plus médiatisé entre 1870 et 1914, son retentissement est international. Pourquoi ?

Tout commence par un fait divers, rarissime dans les annales judiciaires : dans la nuit du 21 avril 1901, cinq  enfants d’une même fratrie sont assassinés à Corancez, petit village près de Chartres. Leur père, un veuf sans histoire, est accusé. Mais il nie en bloc. En décembre, le procès fait sensation : le président est partial, l’avocat dépassé, l’accusé inébranlable est pourtant condamné à mort. C’est le début de l’affaire Brierre. Longue affaire qui ne s’achève qu’en 1910.    

    Contemporaine du succès croissant des faits divers, elle met en relief l’intensité avec laquelle les journalistes offrent à leurs lecteurs le crime, l’enquête et ses rebondissements, les interviews des proches sommés de donner leur sentiment. Ainsi, l’étude des sources permet l’entrée de plain-pied dans un village et de saisir comment la vie des humbles est déstructurée par un évènement qui dépasse leur horizon familier. Et qui a pour effet de révéler leur « misérable petit tas de secrets » dans les colonnes des journaux.

Bientôt, le crime de Corancez quitte le terrain judiciaire pour investir le champ politique provoquant des débats houleux sur la grâce présidentielle et la peine de mort. Mais le plus inattendu est lancé par la presse antidreyfusarde qui, en jetant  le même anathème sur « le traitre et l’assassin », entend lier l’affaire Dreyfus à l’affaire Brierre.

Envoyé au bagne de Guyane, Brierre entame, avec une extraordinaire constance, le combat pour la reconnaissance de son innocence. Ce forçat exemplaire est soutenu, en 1909 et 1910 par une campagne de presse orchestrée par Le Petit Parisien et le Matin (1,5 million d’exemplaires par jour…).

Curieusement, cette affaire criminelle hors-norme est un sujet inédit. Or, combien de sujets recèlent autant de matières ? «  Alain Corbin dans sa préface, écrit que, par-delà l’énigme et le mystère, l’affaire Brierre révèle de multiples facettes de ce moment crucial de l’histoire de France que constitue le tournant des XIX et XXe siècles ».

En savoir plus :   http://alaindenizet.free.fr/

Alain Denizet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Mar 28 Avr 2015 - 19:16

J’ai commencé la lecture de "L’affaire Brierre, un crime insensé à la Belle-Époque" par Alain Denizet. Un excellent ouvrage remarquablement détaillé qui traite non seulement du dossier criminel mais aussi de la condition paysanne à l’aube du XXème siècle et de tous les aspects politiques de cette affaire riche en rebondissements.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Lun 1 Juin 2015 - 19:40

J'ai terminé la lecture de "L’affaire Brierre, un crime insensé à la Belle-Époque" par Alain Denizet. Je recommande vivement cet ouvrage passionnant qui nous plonge au cœur du drame pour le faire revivre en direct.

Ce lien permet de revoir l'excellent reportage diffusé le 28 mai sur France 3 Centre.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre/2015/06/01/affaire-brierre-cinq-meurtres-qui-font-encore-parler-736725.html

Bonne écoute !  queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mitchou34
Exécuteur cantonal


Nombre de messages : 121
Age : 62
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: Corrancez   Mer 3 Juin 2015 - 17:03

Merci Adelayde pour ce mini-reportage de FR3 Centre sur l'effroyable tuerie de Corrancez:une vraie pépite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Mer 3 Juin 2015 - 18:23

Merci mitchou34, Alain Denizet est membre du forum queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Dim 14 Juin 2015 - 17:07

Merci Alain Denizet pour ces très beaux documents. Votre site est à visiter sans modération queen

http://alaindenizet.free.fr/




Alain Denizet - Collection personnelle.

Le quintuple assassinat vu par un « canard », journal vendu à la criée.
C’est une reconstitution farfelue. Les enfants ont tous été tués en plein sommeil.





Alain Denizet - Collection personnelle.

Le portrait des enfants Brierre par un « canard », journal vendu à la criée.
Les visages sont sortis tout droit de l’imagination du dessinateur.





Alain Denizet - Collection personnelle.

Photographie des trois filles aînées. Elle provient d’une photo de classe
qui n’est pas datée. 1898 probablement. L’Illustration, 11 mai 1901.





Alain Denizet - Collection personnelle.

L’affaire Brierre, le procès, décembre 1902. Illustration d’un « canard », feuille volante vendue par les colporteurs.
Brierre, doigt levé à droite, s’en prend à son ancienne maîtresse qu’il accuse de mensonge. Cliché Alain Denizet





Alain Denizet - Collection personnelle.

Brierre, photographié par Bertillon en février 1902.
Archives de la préfecture de police de Paris, YB14. Cliché Alain Denizet.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Mar 30 Juin 2015 - 16:14



Comme souvent en Beauce, la cour est fermée. On aperçoit deux pièces de la
maison, surmontées d’un grenier ; l’étable ; l’écurie ; la porcherie et un hangar

Carte postale, collection personnelle Alain Denizet





La ferme Brierre vue de la rue

Carte postale, collection personnelle Alain Denizet


Merci Alain pour ces très beaux documents
  queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Jeu 13 Aoû 2015 - 20:48

Lundi 10 août, Alain Denizet était l'invité d'Eddy Caekelberghs dans l'émission "Face au livre" consacrée à l'affaire Brierre.

Une émission passionnante, j'ai adoré.

Bonne écoute !   queen

http://www.rtbf.be/radio/player/lapremiere?id=2033225&e=

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Mer 19 Aoû 2015 - 23:04

Amalthée, journaliste et écrivain présente l'ouvrage d'Alain Denizet "L'Affaire Brierre, un crime insensé à la Belle Époque" :

http://www.amalthee-ecrivain.info/litterature/121-l-affaire-briller.html#_ftn1

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viking
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 59
Localisation : IDF, Normandie
Date d'inscription : 13/05/2015

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Jeu 20 Aoû 2015 - 18:31

Merci Adélayde.

Je ne me lasserai jamais des dessins et des photos de l'époque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Jeu 12 Nov 2015 - 20:32

Samedi 14 novembre à 15 heures, présentation de l'affaire Brierre par Alain Denizet à la médiathèque George Sand, Lucé.

Retour sur l'affaire Brierre dans "6 minutes pour comprendre", un reportage de France 3.


https://www.youtube.com/watch?v=o458l1vutnY

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Jeu 14 Avr 2016 - 15:50



Une rue de Corancez au début du XXe siècle

Carte postale, collection personnelle Alain Denizet.






Brierre avec sa casquette (au second plan), sa trépigneuse (machine à battre), son cheval « Jeanpierre » et ses ouvriers.
Le battage était son activité principale. Brierre exploitait aussi sept hectares et fagotait dans ses bois.

L’Illustration, 11 mai 1901, collection personnelle Alain Denizet.






L’arrivée du parquet à la ferme le matin du 22 avril. Il était 10 h 30.
Sur la gauche, un gendarme retient le garde champêtre.

Le Petit Parisien, supplément littéraire illustré, 5 mai 1901.
Collection personnelle Alain Denizet.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5709
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   Lun 14 Nov 2016 - 17:25

Aujourd'hui, Hondelatte raconte L’affaire Brierre, le crime de Corancez.

Il se réfère à « L’affaire Brierre, un crime insensé à la Belle-Époque » d’Alain Denizet (Éditions de la Bisquine, 2015) : un ouvrage incontournable.

http://www.europe1.fr/emissions/hondelatte-raconte/hondelatte-raconte-laffaire-brierre-le-crime-de-corancez-2899955

Bonne écoute !    
queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez   

Revenir en haut Aller en bas
 
Édouard Brierre (Brière) - le crime de Corancez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Édouard Schumacher - Le crime de la rue Descartes - 1888
» Jean-Jacques De Moor – le crime de la rue Monjol - 1891
» Crime et châtiment - exposition au musée d'Orsay
» Georges-Henri Sautton - Le crime de Choisy-le-Roi
» Edmond Bidaud – Le crime de Bondy-la-Forêt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: