La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Sam 23 Avr 2011 - 13:09

Bonjour,

Le législateur pensait probablement que la sépulture nominative d'un exécuté pouvait attirer une curiosité, une envie de vengeance etc. pouvant aller jusqu'à créer un trouble à l'ordre public, donc qu'il fallait mieux qu'elle reste anonyme. D'où les sépultures de Weidmann — sans aucune inscription — Landru — où figurait seulement l'inscription "Désiré" — Christian Ranucci - patronyme en lettres cyrilliques — etc.
Cela peut effectivement paraitre choquant, car il subsiste une sorte d'effacement de la société pour le condamné, alors que, comme vous le dites, il a payé sa dette à la société. Mais la précaution a donc prévalu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Sam 23 Avr 2011 - 18:17

mercattore a écrit:
Bonjour,

Le législateur pensait probablement que la sépulture nominative d'un exécuté pouvait attirer une curiosité, une envie de vengeance etc. pouvant aller jusqu'à créer un trouble à l'ordre public, donc qu'il fallait mieux qu'elle reste anonyme. D'où les sépultures de Weidmann — sans aucune inscription — Landru — où figurait seulement l'inscription "Désiré" — Christian Ranucci - patronyme en lettres cyrilliques — etc.
Cela peut effectivement paraitre choquant, car il subsiste une sorte d'effacement de la société pour le condamné, alors que, comme vous le dites, il a payé sa dette à la société. Mais la précaution a donc prévalu.
Bonjour à toutes et à tous, et, pour Mercattore :"Salut et fraternité !"
La photo représentant la tombe de Landru me paraît quelque peu sujette à caution.J' en avais parlé il y quelques années avec l'un des responsables du Cimetière des Gonards de Versailles, homme érudit qui connaissait ce cliché.Sa conclusion était la suivante : la femme debout à côté de la croix n'étant pas Fernande Ségret d'une part, et la prise de photos dans les cimetières étant interdite à l'époque d'autre part, il ne pouvait s'agir que d'un cliché pris ailleurs.En plus, toujours selon la même source, le corps de Landru avait été rendu très discrètement à ses fils, et inhumé dans un lieu inconnu...
Cela dit, le débat reste ouvert
Bonne soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: La sépulture de Landru   Sam 23 Avr 2011 - 18:35

Je "brûle" de savoir ce qu'il en est lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Sam 23 Avr 2011 - 18:44

Salut et fraternité, Pierrepoint.

C'est de ce cliché-là dont il s'agit :


2012-07-22 par mercattore

1923. Présentée comme la tombe de Landru au cimetière des Gonards.
Source : gallica.bnf.fr (document agence Meurisse)




2012-07-22 par mercattore

1923. Présentée comme la tombe de Landru au cimetière des Gonards.
Source : gallica.bnf.fr (document agence Meurisse)

Gageons, quand même, que la sépulture de M. Henri-désiré, là où il a été inhumé par sa famille, ne porte pas non plus son nom. D'ailleurs la famille de M. Henri-désiré avait demandé à changer de patronyme.
Quant à savoir où sa famille l'a fait inhumer, mystère et boule de gomme. Secret total.
Revenir en haut Aller en bas
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Sam 23 Avr 2011 - 20:17

Donc la tête d'Henri Désiré n'est pas non plus dans un musée de Californie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Sam 23 Avr 2011 - 21:16

Plus que douteux. Le corps ayant été réclamé par la famille il n'y avait pas possibilité de monnayer la tête. Si Landru avait été livré à la Faculté de médecine, pourquoi pas.
C'est du pipo, cette pseudo tête de Landru provenant d'un neurologue de Malibu !
Revenir en haut Aller en bas
poulain
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 53
Localisation : france
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Dim 24 Avr 2011 - 13:10

a moins qu'il existe un moulage de la tete? Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Dim 24 Avr 2011 - 13:34

Un moulage ! Mais effectué où et par qui Question
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Inhumation des suppliciés   Dim 24 Avr 2011 - 18:48

Je dois dire que je vois mal la famille inscrire: Exécuté le... ou Décapité le.... ou encore: Guillotiné le.....
On ne se vante pas de ces choses là, ou alors c'est qu'on est pour le moins dérangé. Enfin..............
Revenir en haut Aller en bas
poulain
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 53
Localisation : france
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Lun 25 Avr 2011 - 19:58

mercattore a écrit:
Un moulage ! Mais effectué où et par qui Question

pierrepoint: le corps de Landru avait été rendu très discrètement à ses fils, et inhumé dans un lieu inconnu...

a quel date le corps a t il été rendu? peut etre est ce lors de la reception du corps ou un peu avant? Question par qui? mystère? la tete a t elle été faites d'après une photo?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
philandru
Aide non qualifié


Nombre de messages : 13
Age : 46
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Corps de Landru   Ven 29 Avr 2011 - 22:20

Je m'autorise à intervenir dans la conversation, le sujet m'intéressant, vous vous en doutez, à double titre.
Je suis moi aussi perplexe devant cette prétendue tombe de Landru : en 1922, écrire "Henri Désiré" ou Landru aurait été similaire. Du reste, on a beaucoup insisté sur ce prénom "Désiré" pour le comique de situation, mais ce nom n'était pas utilisé par les proches qui se contentaient d'Henri. Cette photo avec cette femme semble faire penser aux cartes postales "humoristiques" de l'époque, avec un petit slogan (une "morale" comme on disait à l'époque) du type : "Le grillon du foyer" ou "la femme au foyer pense à vous" (quand vous vous appelez Landru, je vous laisse imaginer le nombre de fois que vous entendez cela). Quoiqu'il en soit, cette tombe finalement assez ouvragée ne respire pas l'authenticité. On peut évidemment imaginer qu'elle fut déposée par la suite par un fan (il y en eut de nombreux), mais j'imagine mal les autorités de Versailles accepter cela.

Pour répondre aux diverses questions, le problème est que l'on ne possède aucune trace écrite, officielle... Tout au plus des ON dit... Moi aussi, aux Gonnards, j'ai entendu dire que le corps avait été récupéré par la famille et inhumé discrètement ailleurs... J'ai également entendu dire tout et son contraire : que la fosse des condamnés se trouvait là où est aujourd'hui le carré des anges; qu'elle se trouvait devant la tombe de la famille Cartier, qu'elle se trouvait dans la partie haute, boisée, que la tombe s'y trouvait encore, qu'elle ne s'y trouvait plus.... STOP La réalité, c'est que personne ne le sait et tout le monde projette ses fantasmes. Pourtant, je ne peux m'empêcher de penser qu'il existe quelque part des sources officielles en disant un peu plus sur la réalité. Même pour un condamné à mort, a fortiori de la notoriété de Landru, on ne fait pas disparaître un corps ainsi...

Reste évidemment la trace des descendants. J'ai fait mon enquête là dessus, et j'ai mis du temps mais j'ai fini par les retrouver (tout comme j'ai remonté l'arbre généalogique de Landru jusqu'au XVIIe siècle, mais c'est une autre histoire). Il faudra un jour que j'en fasse un compte rendu sur mon site, car c'est intéressant. Quoiqu'il en soit, les enfants de Landru n'allèrent pas loin pour chercher un nom : ils prirent tout simplement le nom de leur mère, à savoir Remy. Sachez pour la curiosité que le dernier de ses enfants vivants, à savoir Suzanne, est décédée le 6 avril... 1986 ! Elle avait 90 ans (sa soeur Henriette était morte un an auparavant à Pierrefitte). Les petits-enfants savent sans doute des choses, mais pour avoir fait une fois un essai de communication, j'ai bien senti qu'ils n'étaient pas dans de bonnes dispositions pour communiquer là dessus... Presque un siècle plus tard, les tabous restent forts. Il reste que lors de mes visites de cimetières, et particulièrement dans la banlieue parisienne, je suis toujours attiré plus particulièrement quand je trouve une tombe Remy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Dim 8 Mai 2011 - 0:32

Pierrepoint a écrit : Bonjour,

Bonjour à toutes et à tous, et, pour Mercattore :"Salut et fraternité !"
La photo représentant la tombe de Landru me paraît quelque peu sujette à caution.J' en avais parlé il y quelques années avec l'un des responsables du Cimetière des Gonards de Versailles, homme érudit qui connaissait ce cliché.Sa conclusion était la suivante : la femme debout à côté de la croix n'étant pas Fernande Ségret d'une part, et la prise de photos dans les cimetières étant interdite à l'époque d'autre part, il ne pouvait s'agir que d'un cliché pris ailleurs.En plus, toujours selon la même source, le corps de Landru avait été rendu très discrètement à ses fils, et inhumé dans un lieu inconnu...
Cela dit, le débat reste ouvert
Bonne soirée !
____________________________

Bonsoir,

En effet, le débat reste ouvert.

Cette photo sensée représentée la sépulture de Landru me parait plutôt crédible.
L'original date de 1923. Il provient de l'agence Meurisse, avec la légende« La tombe de Landru au cimetière de Versailles ». Rien ne pouvait empêcher un photographe d'une agence de presse de prendre un cliché de cette sépulture au cimetière des Gonards, même si cela était interdit, d'autant plus que l'endroit semble discret. D'autre part, le fait que la dame ne soit pas Fernande Segret reste anecdotique, le don Juan ne manquant pas d'admiratrices ou bien la dame étant une collaboratrice de l'agence de presse etc.
Cela dit, le débat reste ouvert Wink
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Les oubliés de la Chartreuse   Sam 21 Juil 2012 - 15:38


Insolite à Bordeaux : les oubliés de la Chartreuse




Au XIXème siècle, les condamnés à mort pouvaient être enterrés au milieu des allées, en compagnie des suicidés. (Photo Richard Zeboulon)

Jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, le sort des condamnés à mort s'achevait souvent dans l'anonymat au cimetière de la Chartreuse. Au mieux, les restes des personnes frappées par le glaive des lois passaient entre les mains des médecins pour les dissections à l'hôpital Saint-André, en hiver uniquement, pour les raisons que l'on imagine. Mais le plus souvent, après l'exécution capitale, ils étaient brûlés afin qu'ils ne puissent obtenir de pardon et une inhumation décente dans les terres consacrées d'un cimetière.

Plus respectueux du corps, le XIXème siècle leur concéda le droit d'être enterrés dans les cimetières communaux. Leurs dépouilles ne furent plus bannies comme aux siècles précédents. Cependant, ils devaient être enterrés dans le plus grand secret afin que nul ne puisse connaître l'emplacement de leurs tombes ; une façon symbolique de doubler la peine qui leur était infligée. Les instructions étaient données dans ce sens aux employés du cimetière. Certaines familles pouvaient réclamer leurs corps mais il s'agissait de mesures exceptionnelles.


Le panier de la guillotine

D'une manière générale, les suppliciés étaient ensevelis dans la partie sud-ouest de la nécropole, dans « un emplacement tout à fait négligé que la main du prêtre ne bénit jamais », écrit Auguste Bordes en 1845 (1), et au pire au milieu des allées, en compagnie des suicidés. On marchait sur ces malheureux, on les piétinait pour mieux dire afin de poursuivre le châtiment que la justice de l'homme avait ordonné. Les inhumations se faisaient sans prière et sans intercession, comme s'ils ne devaient rien attendre de la miséricorde divine.

Grâce aux archives, on connaît quelques-uns des condamnés à mort, qui furent inhumés à Bordeaux pendant la Terreur au cimetière de la Chartreuse. Les exécutés de la place Nationale (aujourd'hui place Gambetta) affluent chaque jour au cimetière Saint-Seurin encore en activité et au cimetière général. Le 29 juillet 1794, la municipalité reçoit plusieurs plaintes car l'exécuteur des jugements (autrement dit le bourreau) « va laver le panier de la guillotine dans la Devèze et il répand du sang partout ».

Le 6 juillet 1817, Emel Randon, Joseph Cassagne et Bédrines, tous les trois conspirateurs de l'État, subirent leur peine à quatre heures trois quart de l'après-midi place d'Aquitaine (aujourd'hui place de la Victoire) ; le 9 septembre 1840, Pierre Vincent Eliçabide, professeur, auteur d'un triple assassinat réalisé avec le même couteau ; le 23 octobre 1858, Jeanne Constantin, couturière, avait tué sa voisine pour la voler ; le 3 juillet 1883 Pierre Martinet, cultivateur à Sainte-Foy-la-Grande, avait tué son oncle, un vieillard âgé de 73 ans. On peut ajouter les célèbres frères Faucher, de La Réole, deux généraux traduits en conseil de guerre et fusillés par les balles royalistes le 27 septembre 1815, enterrés quelque part dans la nécropole.

(1) « Histoire des Monuments de la ville de Bordeaux », Auguste Bordes, 1845.

http://www.sudouest.fr/2012/03/06/les-oublies-de-la-chartreuse-651281-2780.php

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Mer 8 Aoû 2012 - 17:21

Une question que je n'ai pas vue sur le forum: Les suppliciés étaient-ils déliés lors de la mise en biére ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Mer 8 Aoû 2012 - 19:16

Panoramix a écrit:
Une question que je n'ai pas vue sur le forum: Les suppliciés étaient-ils déliés lors de la mise en biére ?
D'après le témoignage bien connu de M° Albert Naud, la réponse est : NON.
Bonne soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Mar 4 Sep 2012 - 17:52


Un sujet consacrés aux exécutés inhumés au cimetière parisien d'Ivry est ouvert ici :

http://guillotine.cultureforum.net/t1693-les-executes-inhumes-a-ivry#28711

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Mar 4 Sep 2012 - 18:22


‘’Tombes-sepultures.com’’, un site d’une extraordinaire richesse à visiter sans modération ! Mille mercis à Marie-Christine Pénin, webmaster du site qui, pour une meilleure lisibilité, m’a fait parvenir cette image originale et m’a accordé l’autorisation de la reproduire sur le forum.

----------

Autorisation délivrée par la Préfecture du département de la Seine à la mère de Félix Marius Gounaud, exécuté le 24 janvier 1923, pour la ré-inhumation du corps de son fils au cimetière d'Ivry.



http://www.tombes-sepultures.com/crbst_388.html

S’agissant d’un document d'archives inédit, sa copie - à des fins commerciales ou non-commerciales (intégration dans un ouvrage, sur un site, un forum, un blog etc.) - est formellement interdite.


COPYRIGHT 2010 - 2012 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Le site ‘’Tombes-sepultures.com’’

http://www.tombes-sepultures.com/crbst_4.html

est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP. Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le cimetière de Clamart   Dim 6 Jan 2013 - 15:15


Le cimetière de Clamart





Contrairement à ce que laisse penser son nom, le cimetière dit de Clamart est bien à l’intérieur de Paris. Il se trouvait en 1646 proche des jardins et de l’hôtel de Clamart qui appartenaient aux seigneurs du village de Clamart, d’où le nom. Une croix portant le nom de Clamart était d’ailleurs dressée sur la place proche.

On y enterra d’abord des criminels – ou du moins des personnes jugées telles – sans croix ni marque d’aucune sorte, afin que les familles ne puissent venir se recueillir sur leurs tombes.

Au XVIIIème siècle, on y enterra – comme le souligne Mercier – ceux qui mouraient à l’Hôtel-Dieu et, pendant la Révolution, de nombreux guillotinés y furent également inhumés.

On cessa d’y enterrer les morts en 1793 et il fut complètement désaffecté en 1814, remplacé en 1833 par un amphithéâtre de dissection des hôpitaux de Paris, ce qui pérennisait les dissections auxquelles se livraient déjà secrètement les étudiants en médecine avant sa fermeture.
http://www.nicolaslefloch.fr/Lieux/Clamart.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le cimetière de la Madeleine   Mer 23 Jan 2013 - 15:47


Le cimetière de la Madeleine


Le cimetière de la Madeleine est un ancien cimetière parisien situé dans l'actuel huitième arrondissement de Paris. Il a servi, pendant la Révolution française, à déposer les corps des personnes guillotinées place de la Révolution (actuelle place de la Concorde). En 2012, le site est le square Louis-XVI dans lequel a été bâti la Chapelle expiatoire.

Il était un des quatre cimetières du Paris de la Révolution à avoir reçu des corps suppliciés par la guillotine


Liste des personnalités inhumées

- Louis XVI († 21 janvier 1793). Ses restes sont transportés du cimetière de la Madeleine à la basilique Saint-Denis le 21 janvier 1815 ;

- Marie-Antoinette (16 octobre 1793). Ses restes sont transportés à la basilique Saint-Denis le 21 janvier 1815 ;

- Charlotte Corday (18 juillet 1793) ;

- Vingt-deux Girondins guillotinés le 10 Brumaire an II : Charles-Louis Antiboul ; Jacques Boilleau ; Jean-Baptiste Boyer-Fonfrède ; Jacques-Pierre Brissot ; Jean-Louis Carra ; Gaspard-Séverin Duchastel ; Jean-François Ducos ; Charles Éléonor Dufriche-Valazé ; Jean Duprat ; Claude Fauchet ; Jean-François Martin Gardien ; Armand Gensonné ; Jacques Lacaze ; Marc David Lasource ; Claude Romain Lauze de Perret ; Pierre Lehardy ; Benoît Lesterpt-Beauvais ; Jacques Pierre Agricol Mainvielle ; Charles-Alexis Brûlart, marquis de Sillery ; Pierre-Victurnien Vergniaud ; Louis-François-Sébastien Viger.

- Madame Roland (8 novembre 1793) ;

- La comtesse Jeanne du Barry (favorite de Louis XV, décédée le 8 décembre 1793) ;

- Olympe de Gouges (3 novembre 1793) ;

- Les gardes suisses tombés au palais des Tuileries le 10 août 1792 ;

- Antoine Charles Augustin d'Allonville tué au palais des Tuileries le 10 août 1792 ;

- Antoine-Nicolas Collier, général Comte de la Marlière, condamné à mort par le tribunal révolutionnaire le 26 novembre 1793 (6 Frimaire an II) ;


Le cimetière après 1793

Pierre-Louis-Olivier Descloseaux, un riverain du cimetière de la Madeleine, acheta le lopin de terre. Ayant été témoin des inhumations qui y furent faites, et ayant dresse la liste des 1 343 personnes guillotinées de 1792 à 1794, il avait circonscrit l'endroit exact où reposaient les corps et entouré le carré d'une charmille avec des saules pleureurs et des cyprès, dans le souci de sauvegarder les dépouilles du couple royal et des autres victimes qui y étaient inhumées.





Ce cimetière est désaffecté en mars 1794. Sous la Restauration, Louis XVIII fait ériger à cet emplacement la chapelle expiatoire, réalisée par Pierre-François-Léonard Fontaine. En 1844, les squelettes sont transférés à l'Ossuaire de l'Ouest et puis en 1859 aux Catacombes de Paris.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_de_la_Madeleine

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le petit cimetière de Picpus   Mer 23 Jan 2013 - 15:49


Le petit Cimetière de Picpus : le repos des suppliciés

Le cimetière de Picpus est un des deux seuls cimetières privés de la ville de Paris, avec le cimetière des Juifs Portugais de Paris. Il a été creusé en juin 1794 au fond du jardin d’un couvent dont les religieuses, chanoinesses de Saint-Augustin, ont été chassées deux ans plus tôt, pendant la Révolution française. À l'entrée du cimetière se situe la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix de Picpus. Il est un des quatre cimetières du Paris de la Révolution à avoir reçu des corps suppliciés par la guillotine. Situé au 35, rue de Picpus dans le 12ème arrondissement, il ne se visite que l'après-midi, de 14 h à 16 h.




André Chénier a vraisemblablement inhumé ici






La place du Trône fut le théâtre d'exécutions en série









Mille trois-cent-six suppliciés inhumés en un mois et demi… Crying or Very sad





Plaque à l'emplacement de la Grotte Chapelle





Deux bornes de pierre délimitent le périmètre d'une troisième fosse, heureusement non utilisée.


Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_de_Picpus

http://www.paris-avec-mon-chien.fr/article-le-petit-cimetiere-de-picpus-le-repos-des-supplicies-79536369.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Cimetière Sainte-Marguerite   Mer 23 Jan 2013 - 15:54


Le cimetière Sainte-Marguerite





Le cimetière Sainte-Marguerite, sous la Révolution se trouvait entre Paris et le village de Charonne, au niveau du 36 rue Saint-Bernard, à côté de l’église Sainte-Marguerite dans le 11ème arrondissement. Ce cimetière fut affecté aux inhumations des guillotinés de la place de la Bastille entre le 9 juin et le 12 juin 1794 puis des premières victimes de la place du Trône Renversé (place de la Nation aujourd'hui) avant que leurs corps ne soient envoyés au cimetière de Picpus. On pense aussi que c'est dans ce cimetière qu'a été inhumé le corps de « l'enfant du Temple » (Louis XVII)

Les 73 personnes guillotinées place de la Bastille et celles qui furent décapitées à la barrière du Trône en attendant l’ouverture du cimetière de Picpus, furent mises dans les fosses communes de Sainte Marguerite.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cimeti%C3%A8re_Sainte-Marguerite

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5611
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Cimetière des Errancis   Mer 23 Jan 2013 - 15:56


Le cimetière des Errancis

Le cimetière des Errancis doit son nom à un lieu-dit qui signifiait « les estropiés ». Il était alors situé à la campagne sur un terrain qui longeait à l’extérieur le Mur des Fermiers généraux, dans le périmètre qui s’étend de nos jours du carrefour des rues des Rochers et de Monceau à la station de métro de Villiers. C’est un des cimetières de la période révolutionnaire.

On y enterra entre juillet 1793 et mai 1795 :

- Philipe de Bourbon, duc d’Orléans (Philippe- Egalité) ;
- Georges Danton ;
- Camille Desmoulins et son épouse Lucile ;
- Philippe-François-Nazaire Fabre, dit « Fabre d’Eglantine » ;
- Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes ;
- Antoine Lavoisier ;
- Madame Elisabeth ;
- Maximilien de Robespierre ;
- Augustin de Robespierre ;
- Couthon Georges ;
- Louis-Antoine de Saint-Just ;
- Le cordonnier Antoine Simon.

Ce cimetière a entièrement disparu lors du percement du boulevard Malesherbes. Tous les ossements furent ramassés et transportés pêle-mêle aux catacombes de Paris où ils se trouvent encore sans doute. Il est vrai qu’un monument où seraient inhumés les derniers protagonistes de la Terreur serait sans doute un lieu de commémoration quelque peu gênant, même de nos jours.

http://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=336








Le cimetière des Errancis fut ouvert le 24 mars 1794, sur décision de la Mairie de Paris, suite à la fermeture de celui de la Madeleine. Le nouveau cimetière occupait le terrain vague accolé au mur des Fermiers-Généraux, près de la « Folie de Chartres », le parc Monceau actuel. Le carré du cimetière que l'on voit sur l'ancien plan (1835) se situer entre le boulevard de Monceaux, la rue du Rocher et l'avenue de Valois, correspondrait aujourd'hui en majeure partie à l'actuel boulevard de Courcelles au niveau du métro Villiers.

Une plaque, au coin de la rue de Monceau et rue du Rocher, marquant l'emplacement de l'entrée, rappelle l'existence de ce cimetière où furent enterrés les 1119 personnes guillotinées place de la Révolution entre le 24 mars 1794, date d'ouverture du cimetière, et le 9 mai 1794, lorsque la guillotine a été déplacée à la barrière du Trône, y compris les 106 victimes du Thermidor et Fouquier-Tinville exécuté le 7 mai 1795.


Le soir du 10 thermidor, la guillotine étant revenue place de la Révolution, c'est ici, au cimetière des Errancis, que furent ensevelis Robespierre, Saint-Just et leurs camarades de malheur. Barras prétend dans ses mémoires avoir ordonné de les enterrer au cimetière de la Madeleine, puis, la nuit, transporter secrètement les corps au cimetière des Errancis. Même si l'on accorde foi à ses allégations douteuses, le résultat est le même: Robespierre et ses amis ont été inhumés aux Errancis. D'après certaines sources, le lieu supposé de leur fosse commune se situerait au niveau de l'actuel n°23 du boulevard de Courcelles (bâtiment du garage Renault).

Après thermidor, et jusqu'au 23 avril 1797, date de sa fermeture, le cimetière fut affecté aux inhumations de la population des quatre premiers arrondissements de la rive droite. Mais les morts ne s'y reposèrent point en paix... Aussitôt après la fermeture, un bal s’installa sur son emplacement. Puis, à la Restauration, Louis XVIII fouilla consciencieusement les tombes en espérant (en vain) retrouver la dépouille de Mme Élisabeth, sa sœur. Puis, entre 1844 et 1859, les travaux d'Haussmann ont commencé, et avec eux, la construction du boulevard de Courcelles. Nouvelles fouilles en 1848, cette fois-ci - pour retrouver les restes des révolutionnaires. Rien n'a été retrouvé. On transporta donc aux Catacombes tous les ossements exhumés. Et on construisit à l'emplacement du cimetière les beaux immeubles de l'actuel XVIIème arrondissement...

Saint-Just avait prévu ce destin lorsqu'il avait écrit, peu avant sa fin, cette magnifique prophétie devenue son épitaphe: «Je méprise la poussière qui me compose, [...] mais je défie qu'on m'arrache cette vie indépendante que je me suis donnée dans les siècles et dans les cieux». Ainsi fut-il. Ses cendres se sont dérobés à la postérité ingrate, et nul ne pourra jamais ni fleurir sa tombe, ni la fouler aux pieds. Sa vie éternelle dans les cieux dépasse l'entendement des simples mortels. Il ne nous reste ainsi que sa mémoire. Tant que son souvenir sera présent dans nos coeurs, tant durera sa vie dans les siècles.



Immeuble portant la plaque



N°23, boulevard de Courcelles



http://www.antoine-saint-just.fr/lieux/errancis.html

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2426
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: PICPUS....   Sam 23 Fév 2013 - 22:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   Sam 2 Mar 2013 - 0:20

Vous noterez que César Borgia (fils du pape Alexandre III, cousin d'un saint, père de Louise Borgia et ancêtre des Bourbon-Busset) fut lui aussi enterré sous une route en Navarre à titre de punition.

Et Richard III Plantagenet récemment découvert sous un parking ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mitchou34
Bourreau de village


Nombre de messages : 73
Age : 61
Date d'inscription : 14/12/2013

MessageSujet: guillotine et cimetières   Mar 4 Mar 2014 - 17:26

Peut-on encore trouver des tombeaux et sépultures de victimes de guillotinés dans nos bons vieux cimetières de France?C'est une question que je me pose en pensant que cela doit être jouable.Et surtout,est-ce que quelques uns de nos brillants limiers du forum s'y sont déjà attelés?
Je crois que cela pourrait être une démarche ardue mais intéressante.Je me souviens néanmoins avoir vu sur le forum le cliché d' une plaque funéraire avec les portraits de la famille Richaud et de leur domestique Amaudric,tous massacrés par J-B Ughetto et son complice en 1928 dans la tuerie dite de Valensole. Cette photo m'avait positivement impressionné.Qu'on se le dise. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Inhumation, tombes, sépultures des suppliciés
» Tombes de Buffet et Bontems - 1972
» Inhumation des suppliciés au cimetière d'Ivry
» Les Dieux sont tombés sur la tête!!!
» la pluie tombe et le vent souffle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: