La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Peine de mort en Inde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 62
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: mort du bourreau indien   Mar 5 Jan 2010 - 11:12




En Inde, où la peine de mort par pendaison est toujours en vigueur, bourreau "officiel" Nata Mullick, devenu célèbre pour avoir exécuté près de la moitié des condamnés depuis l’Indépendance, est mort le 15 décembre 2009, à 89 ans.



"Lorsque Dhananjoy Chatterjee a été condamné à mort en 2004 pour le viol et le meurtre d'une adolescente commis 13 ans plus tôt à Calcutta, la justice avait fait appel à Nata Mullick pour ouvrir la trappe sous les pieds du condamné. Retraité et âgé de 83 ans déjà à l'époque, ce dernier avait accepté sans rechigner d'assumer son rôle de bourreau pour la 25ème et dernière fois de sa "carrière", saissisant au passage l'occasion de goûter à la célébrité. Il est mort hier dans un hôpital de Calcutta.

L'expression fait froid dans le dos et paraît un brin déplacée mais Nata Mullick le disait lui-même : il avait le métier de bourreau "dans le sang". L'exécution ou, plus précisément, la pendaison était en effet une tradition familiale pour ce dernier, dont le père et le grand-père ont eux-mêmes passé la corde au cou à de nombreux condamnés.

Nata Mullick aurait, selon ses dires été initié au "métier" par son père dès l'âge de 15 ans. Une tradition qu'il a par ailleurs perpétrée lors de sa dernière éxécution, pendant laquelle il avait été assisté par son petit-fils de 24 ans.

"Je vais tirer le levier pour la dernière fois. C'est ma première éxécution depuis 15 ans et je dois accomplir ma tâche parfaitement" avait déclaré Nata Mullick avant la pendaison très médiatisée de Dhananjoy Chatterjee, selon la BBC.

Le bourreau avait déclaré avoir la "conscience tranquille" n'ayant pas, contrairement à son père et son grand-père qui opéraient sous la colonisation britannique, éxécuté des révolutionnaires se battant pour l'indépendance. Après la pendaison, l'octogénaire avait fondu en larme et été pris de convulsions.

Si son ultime coup de grâce l'avait visiblement troublé, Nata Mullick a cependant toujours été un fervent défenseur de la peine de mort. Se targuant d'être "le meilleur bourreau (hangman, en anglais) d'Inde", il racontait volontier les détails de ses exécutions et de leur méticuleuse préparation.

Lors de la pendaison de Dhananjoy Chatterjee, la première depuis celle, en 1989, des deux gardes du corps sikhs qui avaient assassiné Indira Gandhi, le bourreau était devenu une célébrité. Seul interlocuteur pour les journalistes qui n'avaient pas accès au condamné, Nata Mullick s'était volontier prêté au jeu médiatique, livrant de nombreux détails sur l'exécution et l'état psychologique de Dhananjoy Chatterjee.

Mais la collaboration du bourreau avec les médias était pour le moins intéressée. Le réalisateur Joshy Joseph qui tournait un documentaire sur Nata Mullick à cette période, à déclaré avoir payé ce dernier en argent et en nature, afin d'obtenir l'autorisation de tourner chez lui. Une pratique douteuse à laquelle Nata Mullick s'adonnait apparement fréquemment à l'époque, selon le site d'information rediff.com.

Après l'éxécution de Dhananjoy Chatterjee, Nata Mullick avait continué à "capitaliser sur la peine de mort", pour reprendre l'expression de Joshy Joseph, profitant de sa notoriété pour se lancer avec succès dans le théâtre. A l'image de Robert Ford, l'assassin du célèbre braqueur de trains américain Jesse James, il y interprétait son propre rôle.

Nata Mullick n'avait également pas hésité à vendre des bouts de la corde ayant servi à l'exécution de Dhananjoy Chatterjee comme porte-bohneur pour 2000 roupies (environ 30 euros) pièce.

Il y a entre 200 et 300 personnes dans le couloir de la mort en Inde. Rarement appliquée, la peine de mort est réservée aux "cas les plus rares" selon le code pénal indien. "



Antoine Guinard, Aujourd'hui l'Inde, 16/12/2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Mar 5 Jan 2010 - 23:12

Merci pour l'information.

La vente de produits dérivés est globale si on en croit l'article (bouts de corde ici).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Mer 6 Jan 2010 - 13:04

Elle a une drôle de tête sa corde: on dirait un tissu entortillé.

Quant au noeud, j'ai les plus grandes craintes à ce qu'il ne se défasse. On ne dirait en rien un noeud de pendu. scratch

Quoi qu'il en soit: paix à son âme.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnold
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 57
Localisation : en Margeride
Emploi : Oui
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Peine de mort en Inde   Mer 2 Mar 2011 - 2:43

Onze musulmans ont été condamnés à mort le 25 février 2011 pour leur participation à l'incendie du train de Godhra en 2002.

Le train avait brûlé lors d'une échauffourrée sur laquelle les témoignages sont contradictoires et, dans quelques cas, fabriqués. Les passagers du train de 2002 étaient des pèlerins hindous qui revenaient d'Ayodhya, une ville du nord de l'état du Gujarat où une mosquée avait été détruite dix ans plus tôt et 1500 personnes (en majorité musulmanes) avaient été tuées au cours de ce qui s'apparentait à un pogrom.

L'incendie du 27 février 2002 avait provoqué la mort de 59 personnes, la plupart hindoues. Dès le lendemain, des émeutes interreligieuses avaient éclaté, causant la mort d'un millier d'autres victimes (essentiellement parmi la population musulmane).

L'enquête (ou plutôt : les enquêtes) des autorités indiennes a été entachée de plusieurs irrégularités. En particulier, la thèse de la préméditation, retenue par la cour comme circonstance aggravante, est pour le moins sujette à caution.

Voir ce blog (en français) et la contre-enquête (en anglais) de l'hebdomadaire Tehelka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Mer 2 Mar 2011 - 12:37

L'affaire a l'air complexe.
Je note que la dernière exécution capitale en Inde a eu leu en 2004 et la précédente en 1996. L'Inde exécute peu, donc.

Source Wikipédia :

« Le gouvernement de l'Inde s'est opposé à la résolution de l'ONU 62/149 appelant à un moratoire sur la peine de mort en vue de son abolition, arguant que l'application de la peine de mort dans ce pays n'est « qu'une exception, sanctionnant un crime si haineux qu’il choque la société ». Plusieurs autres condamnations à mort ont été prononcées depuis 2004.
C'est la Cour suprême qui définit les critères permettant une condamnation à la peine de mort, celle-ci étant réservée aux crimes « les plus rares parmi les rares » (the rarest of rare) :

« Lorsque la conscience collective de la communauté est tellement choquée qu'elle va attendre du ou des titulaires du pouvoir judiciaire pour qu'ils infligent la peine de mort, quelle que soit leur opinion personnelle en ce qui concerne l'opportunité ou non de conserver la peine de mort. »

Revenir en haut Aller en bas
Arnold
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 57
Localisation : en Margeride
Emploi : Oui
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Jeu 2 Juin 2011 - 18:13

En Inde, Mahendra Nath Das espérait échapper à la mort à laquelle il a été condamné pour un crime horrible. Sa grâce vient d'être refusée. Il n'a plus qu'à attendre qu'un bourreau ait été embauché : il y a tellement peu d'exécutions en Inde que le poste n'est plus pourvu.

L'Associated Press communique :
(début de citation)


Mahendra Nath Das a commis un meurtre si horrible qu'il a écopé d'une rare condamnation à mort, avant que le président indien ne rejette son appel à la clémence. Une seule chose l'empêche maintenant de monter sur l'échafaud: l'Inde n'a plus de bourreau pour l'exécuter.

Aucun condamné n'a été exécuté dans l'État d'Assam en plus de 20 ans. À l'échelle du pays, seulement deux pendaisons -la seule forme d'exécution autorisée- ont eu lieu depuis 15 ans.

L'exécution de Das, qui a été condamné à mort après avoir décapité sa victime, deviendrait la troisième.

«Nous avons entrepris d'ériger l'échafaud», a révélé le gardien Brojen Das, de la prison de Jorhat, à 300 kilomètres à l'est de la ville de Gauhati.


Ne reste plus qu'à trouver le bourreau. Les responsables de la prison ont communiqué avec leurs homologues des États d'Uttar Pradesh et du Bengale-Occidental pour tenter d'en trouver un, mais sans succès.

Les bourreaux qualifiés -qui savent comment préparer le noeud et la corde pour garantir une mort rapide- sont rares en Inde. La dernière pendaison a eu lieu en 2004 dans une prison de Calcutta, quand un gardien de sécurité a été exécuté pour le viol et le meurtre d'une adolescente.

À ce moment, le bourreau le plus célèbre du pays, Nata Mullick, était sorti de sa retraite à l'âge de 84 ans pour exécuter le condamné et empocher la somme de 435$ US. Il avait aussi obtenu un emploi pour son petit-fils à la prison. M. Mullick, qui avait hérité du poste de son père et de son grand-père, a exécuté 25 des 55 condamnés envoyés à la potence depuis l'indépendance de l'Inde en 1947.

Il menait de nombreux essais à blanc, en utilisant des sacs de sable ayant le même poids que le condamné. Il graissait la corde avec du savon et des bananes mûres avant d'y nouer cinq noeuds, dans l'espoir que ses préparations minimiseraient la douleur au maximum et empêcheraient le détenu d'être décapité.

«C'est un art: il faut constamment de la pratique», avait-il dit lors d'une entrevue en 2007.

M. Mullick est toutefois décédé en 2009. Les candidats à sa succession se sont faits rares, l'emploi de bourreau n'étant pas particulièrement bien vu et les occasions de travailler étant si peu nombreuses. Des médias locaux affirment qu'il y a encore, peut-être, un ou deux bourreaux en Inde, dont le fils de M. Mullick, Mahadeb.

Quelques autres condamnés à mort attendent leur tour dans les prisons indiennes, dont Mohammed Ajmal Kasab -le seul assaillant à avoir survécu à la fusillade terroriste de Mumbai, en 2008- et Afzal Guru, qui a été reconnu coupable d'avoir participé, en 2001, à une attaque contre le parlement qui avait fait 14 victimes.

Si aucun bourreau qualifié n'est trouvé, les règles pénitentiaires autoriseraient un autre détenu à offrir ses services, mais personne ne s'est encore manifesté.

Pour l'instant, Mahendra Das, un homme de 45 ans, passe ses journées dans sa cellule de 1,8 mètre par 3,7 mètres, et il y restera jusqu'à ce qu'un bourreau ait été déniché.

«Il continue à garder espoir qu'il sera sauvé», a dit Brojen Das.



(fin de citation)

C'est tout un métier !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Mahendra Nath Das    Jeu 2 Juin 2011 - 19:09

Arnold a écrit:
En Inde, Mahendra Nath Das espérait échapper à la mort à laquelle il a été condamné pour un crime horrible...

Mahendra Nath Das a commis "un crime particulièrement horrible". Les recherches sur le Net ne m'ont pas permis de savoir quel était ce crime. Est-ce que vous avez des infos sur ce point ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Jeu 2 Juin 2011 - 22:15

Un faible élément de réponse dans le message précédent : "L'exécution de Das, qui a été condamné à mort après avoir décapité sa victime, deviendrait la troisième."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 532
Age : 46
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 06/04/2011

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Jeu 2 Juin 2011 - 22:22

Ici :
http://www.sify.com/news/mercy-plea-rejected-assam-killer-set-to-be-hanged-news-national-lf3oOebbbjh.html
Citation :
Guwahati: Fifteen years after he walked into a police station with a severed head and blood dripping sword in his hand, Mahendra Nath Das is now all set to be sent to the gallows with his mercy petition rejected by President Pratibha Patil.

(...)

April 24, 1996. Time around 7 a.m. Das entered the Fancy Bazar police outpost in the heart of Assam's Guwahati city with a severed head and the blood dripping weapon before placing it on the verandah. He was immediately arrested and a sessions court in 1997 sentenced him to death.

Das, in a fit of anger, murdered 68-year-old Harakanta Das, then secretary of the Guwahati Truck Drivers Association while he was sipping his morning cup of tea at a roadside stall accompanied by at least half-a-dozen other acquaintances.

'The appellant amputated the right hand and thereafter severed the head of Harakanta Das. With the head of the deceased in one hand and the blood dripping weapon in the other hand, he moved majestically towards Fancy Bazar police outpost,' the court ruling sentencing Das to death read.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Mahendra Nath Das    Jeu 2 Juin 2011 - 22:55

Merci Benny pour ces précision. Mahendra Nath Das semble être un fou terriblement dangereux. A mon sens, son cas ne relève pas de la justice mais de la psychiatrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Ven 3 Juin 2011 - 12:49

Faut-il que le préjugé soit fort pour que l'on n'arrive pas à trouver de volontaire pour 435$ dans un pays où la pauvreté peut être si grande.

Bien que partisan de la peine de mort le fait que l'exécution n'ait pas lieu ne me dérange pas, au contraire.

Ce qui m'intéresse c'est que l'individu soit mort civilement. La mort physique ne m’apparaît pas indispensable.

Bien entendu je précise que je ne souhaite pas spécifiquement la mort de ce condamné dont j'ignore tout.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnold
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 143
Age : 57
Localisation : en Margeride
Emploi : Oui
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Oui   Dim 5 Juin 2011 - 9:07

"Un infirme n'est jamais pauvre en Inde" m'a-t-on dit un jour à Mumbai pour justifier la mutilation d'enfants et pour me dissuader de mettre la main au porte-monnaie devant un enfant qui n'avait plus que des moignons à la place des membres dans sa caisse à roulettes.

Il y a des choses qui se font en Inde, et d'autres qui ne se font pas. Pour celles qui ne se font pas, on encourt les rigueurs de la justice. Pour les autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Peine de mort = divertissement ?   Lun 10 Déc 2012 - 11:31


Peine de mort = divertissement ?

Assoiffés de vengeance et de voyeurisme, certains Indiens déplorent que le seul condamné dans les attentats de Bombay de 2008 ait été exécuté à huis clos.

Un article intéressant découvert par un ancien membre du forum.


http://www.courrierinternational.com/article/2012/11/23/peine-de-mort-divertissement

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pier
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 590
Age : 35
Localisation : Bretagne
Emploi : Commerce
Date d'inscription : 27/03/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Sam 31 Mai 2014 - 20:07

Inde: trois hommes, soupçonnés d'avoir violé et pendu des "intouchables", arrêtés

Article du 30/05/2014 parut dans l'express.



Cinq hommes ont été arrêtés pour le viol en réunion et le meurtre de deux adolescentes retrouvées pendues à un arbre dans leur village de l'Uttar Pradesh, dans le nord du pays, a annoncé samedi la police. Sur les cinq hommes, trois ont été inculpés de meurtre et de viol en réunion, tandis que les deux autres, des policiers, sont accusés de complicité criminelle.

Les adolescentes, deux cousines de 14 et 15 ans, s'étaient rendues dans un champ pour aller aux toilettes, n'en ayant pas chez elles comme des millions d'Indiens, quand elles ont été agressées.

Les suspects ont d'abord violé les victimes puis les ont pendues comme l'a confirmé le rapport d'autopsie", a déclaré samedi à l'AFP le commissaire Atul Saxena, chef de la police du district de Budaun. "Les jeunes filles étaient encore vivantes lorsqu'elle sont été pendues", a-t-il souligné. Les viols ont été répétés.

Un récit effroyable, la police passive

Les proches des deux cousines, des agriculteurs, ont déclaré à l'AFP que la police aurait pu secourir les deux adolescentes mais qu'elle avait refusé de le faire lorsqu'elle avait compris qu'elles appartenaient à une basse caste, celle des "dalits", les "intouchables". Les agresseurs présumés appartiennent à une caste plus élevée que la leur. "Ces policiers se sont abstenus d'agir pendant des heures alors qu'ils auraient pu sauver deux jeunes vies. Pourquoi tout est une affaire de caste?", a déploré le père de l'une des victimes.

Selon le récit du père fait à l'AFP, les deux cousines ont été agressées lorsqu'elles se sont rendues dans un champ pour aller aux toilettes, n'en ayant pas chez elles. Le père a indiqué que son frère avait entendu des pleurs en provenance du champ où s'étaient rendues les jeunes filles. Il a commencé à se battre avec les cinq hommes mais a dû s'enfuir lorsqu'ils ont menacé de tirer sur lui.

La famille a alerté la police qui a répondu que les jeunes filles se trouvaient avec un villageois appartenant à une caste plus élevée et qu'elles seraient de retour dans "deux heures", a poursuivi le père, dont l'anonymat est préservé conformément à la loi indienne.

Le sort fait aux dalits

A la question des violences sexuelles en Inde s'ajoute cette fois celle du sort peu enviable des basses castes.

Des centaines de villageois en colère ont fait un sit-in près de l'arbre où les adolescentes ont été retrouvées, protestant en silence contre l'inaction de la police. Ces images émouvantes ont fait le tour de l'Inde et l'affaire est à la une des médias.

Les dalits sont souvent victimes d'agressions et les forces de l'ordre sont beaucoup moins enclines à réagir quand des membres de cette communauté défavorisée portent plainte.

Deux autres affaires de viols

Parallèlement, dans le même Etat, la police a révélé ce vendredi que le père du principal suspect d'un autre viol en réunion perpétré le 11 mai, Basant Yadav, avait sauvagement agressé la mère de la victime présumée, qui refusait de retirer sa plainte.

Enfin la police du district d'Azamghar a fait état d'un autre viol collectif, jeudi, contre une dalit de 17 ans, dans le village de Saraimeer, toujours dans l'Etat de l'Uttar Pradesh. Les quatre suspects sont toujours recherchés.

Ces violences mettent à nouveau en lumière la difficulté de prévenir les violences sexuelles en Inde en dépit d'un durcissement de la loi et d'efforts pour changer les comportements envers les femmes depuis le viol en réunion et la mort d'une étudiante à Delhi fin 2012 qui avaient choqué le pays.

L'ancien chef du gouvernement au pouvoir dans l'Uttar Pradesh, Mulayam Singh Yadav avait déclaré lors d'un meeting électoral le mois dernier qu'il était opposé à la peine de mort pour les violeurs en série car "ce sont des garçons, ils peuvent faire des erreurs". Son fils Akhilesh Yadav, aujourd'hui à la tête de l'Etat, a promis d'accélérer les enquêtes dans ces affaires.

Comme le rapporte l'AFP, une militante des droits des femmes, Ranjana Kumari, a exhorté le nouveau Premier ministre indien Narendra Modi et son gouvernement à mettre en oeuvre sa promesse de campagne d'améliorer la sécurité des femmes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
itto
Bourreau de village


Nombre de messages : 57
Age : 69
Date d'inscription : 08/08/2014

MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   Dim 10 Aoû 2014 - 16:38

La corde n'est cousue de fils blancs par hasard?????????????????  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peine de mort en Inde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Peine de mort en Inde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peine de mort en Thaïlande -Siam
» Peine de mort en Corée du Nord
» Peine de mort en Palestine
» Peine de mort au Maroc
» La peine de mort en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: DEATH PENALTY, PENA DI MORTE, TODESSTRAFE, etc...-
Sauter vers: