La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Louis Anastay - 1892

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay - 1892   Ven 7 Jan 2011 - 22:34

Je n'ai trouvé que très peu d'infos au sujet de Louis Anastay silent

Crime sur le boulevard du Temple
Les grandes affaires criminelles sont pour les suppléments illustrés des "valeurs sûres", dont ils distillent régulièrement les péripéties, depuis le crime jusqu’à l’exécution du coupable, en passant par l’enquête et le procès.
A un an d’intervalle, les Lyonnais s’intéressent à deux affaires : le crime du boulevard du Temple à Paris, commis par le Lyonnais Louis Anastay ; le meurtre du Gourguillon perpétré par Busseuil.
Né place du Marché, à la Croix-Rousse où son père est pharmacien, Anastay s’engage dans l’armée, est admis à Saint-Cyr et se retrouve sous-officier en garnison à Lyon. Charmeur, beau parleur, il multiplie les conquêtes qui coûtent cher. Perdu de dettes, il est mis en disponibilité.
Aux abois, il monte alors à Paris et assassine, avec un couteau acheté au Grand Bazar de la rue de la République, une amie de sa famille, la baronne Dellard, blessant gravement la servante survenue alors qu’il fouillait l’appartement.
Arrêté, confronté à la domestique, il est condamné à mort et exécuté en avril 1892.

« Crime et châtiment »

Louis Anastay


Photo mise en ligne sur le site de Nemo ( Palmarès des exécutions capitales : 1871-1977 )


Louis Anastay


Photo mise en ligne sur le site de Bois de Justice ( les 400 têtes d'Anatole Deibler )


La baronne Dellard - Louis Anastay




Anastay devant la Cour d'assises de la Seine



L'assassin de la baronne Dellard, qui comparaît en ce moment devant la cour d'assises de la Seine, est âgé de 26 ans. Il est né le 12 juin 1866, place du Marché, à la Croix-Rousse, où son père était pharmacien. Ce dernier est allé s'établir, quelques années plus tard, à Paris.
Engagé volontaire le 1er octobre 1886, il fut incorporé dans un régiment de ligne. Quelque temps après, il était admis à l'Ecole de Saint-Cyr. Le 1er octobre 1889, il fut nommé sous-lieutenant au 158° de ligne, en garnison à Lyon.
Peu estimé de ses chefs, tenu en suspicion par ses camarades, Anastay fut mis en disponibilité dans le courant de novembre- dernier. 11 était, à cette époque, criblé de dettes. Il se rendit alors à Paris, et, quelques jours après, il commettait le crime épouvantable que nos lecteurs connaissent déjà dans tous ses détails, et qui l'amène aujourd'hui devant le jury.
Au physique, Anastay est un hemme de taille au-dessous de la moyenne, assez bien pris, un peu fille d'allures. Son regard est doux et très expressif; son parler est doux, et les inflexions de sa voix sont caressantes.
Notre dessin représente l'audience de la cour d'assises devant laquelle Anastay vient de comparaître. Les débats sont dirigés par M. Pilet-Desjardin, conseiller à la Cour d'appel de Paris. Anastay a confié sa défense à Maître Robert, du barreau de Paris.
Delphine Houbre, la servante de la baronne Dellard, est assise devant l'avocat. Sur la table des pièces à conviction on voit le couteau acheté au Grand Bazar de Lyon. — couteau qui a été l'instrument du crime, — les gants et le pardessus d'Anastay.
Ce dessin, fait d'après des documents exacts, représente très fidèlement, comme cadre et comme personnages, le drame judiciaire qui se déroule actuellement au Palais de Justice de Paris.
Le Progrès de Lyon, 28 février 1892


L'exécution d'Anastay le 9 avril 1892




Dernière édition par Adelayde le Mer 4 Avr 2012 - 14:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Sam 8 Jan 2011 - 0:18

http://fultonhistory.com/Newspapers%206/New%20York%20NY%20Evening%20Telegram/New%20York%20NY%20Evening%20Telegram%201892%20Apr%20-%201892%20Sep%20Grayscale/New%20York%20NY%20Evening%20Telegram%201892%20Apr%20-%201892%20Sep%20Grayscale%20-%200049.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poulain
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 53
Localisation : france
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Sam 8 Jan 2011 - 9:44

son acte de naissance(n° 318) sur le site des archives municipales de lyon(naissance le 12 juin 1866 a la croix rousse 4e arrondissement.):

http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ac69v2/visu_affiche.php?PHPSID=9534a6e6465ae3a89d037559c575e41a&param=visu&page=1




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay   Sam 8 Jan 2011 - 14:39


Poulain, je n'arrive pas à visualiser le document pale

J'ai trouvé sur le Net un article intéressant : « Les restes d'Anastay ». Le texte n'est pas très lisible, je l'ai recopié :

Paris, 10 avril.

M. Anastay père, s'est rendu hier à cinq heures du soir à la préfecture de police pour demander l'autorisation de faire exhumer les restes de son fils et de les faire transporter dans le caveau de famille du cimetière du Père-Lachaise.
Comme M. Anastay demandait qu'il lui soit permis de faire examiner le cerveau de Louis Anastay, afin d'établir que les jurés avaient condamné un irresponsable ou malade, M. Vignes, chef de cabinet du préfet de police, lui a répondu qu'en ce cas, il aurait dû laisser la Faculté de médecine prendre possession du corps ; l'examen médical aurait démontré si l'assassin de la baronne Dellard jouissait de toutes ses facultés mentales. M. Anastay n'a pas consenti au transfert pur et simple du corps de son fils dans le caveau de famille. Le préfet de police a décidé d'ajourner l'autorisation demandée

Lettres d'Anastay
M. Beauquesne, directeur de la Roquette, a trouvé dans le tiroir de la table d'Anastay plusieurs feuilles de papier sans adresse et couvertes d'écriture, des questions de philosophie positiviste y sont traitées. Il y avait aussi des vers et deux lettres adressées l'une à l'abbé Valadier, l'autre à Me Robert, son avocat.
Le directeur de la Roquette a envoyé au ministère de l'intérieur les dissertations philosophiques et les vers d'Anastay. Quant aux lettres, elles ont été remises à leur adresse.
Celle qui était destinée à l'abbé Valadier était ainsi conçue :
« Monsieur l'aumônier,
« En cas que le jour de ma mort approche, veuillez remercier toutes les personnes qui ont bien voulu prier pour moi et me faire obtenir la miséricorde divine. Merci. Nous nous retrouverons au ciel,
« Louis ANASTAY.
»
La lettre destinée à Me Henri Robert, comme la précédente était très courte; la voici :
« Monsieur Henri Robert,
« Je vous prie de refuser après ma mort à quiconque vous la demanderait, si ce n'est à mon père et à mon frère, la liste des personnes auxquelles je dois de l'argent afin de les désintéresser. Veuillez, etc.
« Louis ANASTAY.
»

Détails rétrospectifs
Pendant tout le temps qu'il est resté à la Roquette, Anastay avait reçu chaque jour la visite de l'abbé Valadier qui avait entrepris d'obtenir sa conversion. Anastay avait toujours répondu par des théories matérialistes et par des plaisanteries aux paroles de l'aumônier, mais vendredi dernier Anastay, après avoir entendu les exhortations émues de l'abbé Valadier, s'est levé tout à coup, a fait le tour de la table de sa cellule et il s'est jeté aux pieds de l'aumonier en lui disant : « Je suis prêt à me confesser. »
Sur l'exhortation de l'abbé Valadier et pour donner la preuve de son humilité, Anastay se prosterna et baisa la terre, puis sa confession commença.
Au moment d'aller à l'échafaud, Anastay dit à deux reprises différentes et à voix basse à l'abbé Valadier qui était près de lui : « C'est curieux, ma conversion d'hier ! »

« L’Écho de Lyon », 10 avril 1892


http://collections.bm-lyon.fr/presseXIX/PER00316785/PAGE1_PDF

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poulain
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 53
Localisation : france
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Sam 8 Jan 2011 - 23:03

effectivement le lien ne fonctionne plus .

l'acte peut etre consulté sur le site des archives municipales de lyon rubrique archives en ligne commune lyon 4e arrondissement registre des naissance année 1866 et il porte le numero 318.



http://www.archives-lyon.fr/archives/sections/fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay   Dim 9 Jan 2011 - 12:06

J'ai trouvé les cotes des registres des naissances de l'année 1866 pour le 4ème arrondissement de Lyon ( 2E 1042 et 2E 1063 ) mais comment accéder l'acte de naissance d'Anastay Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poulain
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 53
Localisation : france
Date d'inscription : 08/10/2010

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Dim 9 Jan 2011 - 16:24

Adelayde a écrit:
J'ai trouvé les cotes des registres des naissances de l'année 1866 pour le 4ème arrondissement de Lyon ( 2E 1042 et 2E 1063 ) mais comment accéder l'acte de naissance d'Anastay Question
en choisant dans la colonne du 4e arrondissement le terme registre(cliquer gauche sur la rubrique)puis a l'ouverture de la page sur le 1er acte avec les fleches situées en haut de la page( > ou >> de 1 a 144 ) faites defiler jusqu'a l'acte 318.
a noter que vous pouvez agrandir l'acte grace au zoom avant qui se trouve a gauche de la page. Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay   Dim 9 Jan 2011 - 17:19

Anastay devant le juge d'instruction



Dernière édition par Adelayde le Jeu 17 Mar 2011 - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le destin tragique de Léon Bassaget, médecin de Neuvy-Paillo   Dim 9 Jan 2011 - 17:24

Le destin tragique de Léon Bassaget, médecin de Neuvy-Pailloux

En 1888, Marie Bordas, alors âgée de 14 ans, quitte, avec ses parents, la ville de Limoges pour s’installer à Paris. Pendant plusieurs années, la jeune fille est employée tour à tour dans un magasin de mode, dans une maison de deuil. En 1893, alors qu’elle travaille dans une fabrique de plumes, Marie fait la connaissance d’un étudiant en médecine, Léon Bassaget. Débute entre eux une relation amoureuse. Rapidement, le jeune homme lui avoue le terrible secret qui le ronge. Son nom, Bassaget, est un nom d’emprunt. Léon, qui s’appelle en réalité Anastay, n’est autre que le frère du lieutenant Anastay condamné à mort et guillotiné à Paris en 1892 pour avoir étranglé une vieille dame. Pendant trois ans, les parents de Marie vont entretenir le jeune homme le temps qu’il finisse sa thèse. Son diplôme en poche, le couple se marie civilement en 1896, dans le XIIème arrondissent. Après avoir exercé dans le Loiret, le médecin et sa femme s’installent, en 1903, dans l’Indre à Neuvy-Pailloux. Dans leur maison située place de la mairie, à l’angle de la Grand’rue et de la rue de la Gare, le ménage semble uni.

Le médecin, âgé de 39 ans, facilement reconnaissable à sa silhouette au teint de cire, à sa barbe grisonnante et taillée en pointe, ne tarde pas à se faire une belle clientèle. Cependant, le bonheur des Bassaget est terni par plusieurs éléments. La santé de Léon s’est beaucoup dégradée. Neurasthénique, il se soigne par des injections régulières de morphine. Marie, de son côté, est d’un caractère extrêmement jaloux. Elle ne supporte pas que son mari adresse la parole à une cliente sans qu’elle voit en elle une maîtresse. Alors, lorsque la rumeur attribue une liaison entre le docteur et Germaine Duché, une voisine âgée de 18 ans, les scènes deviennent de plus en plus vives et de plus en plus régulières. Le 23 juillet 1907, Léon est souffrant. Atteint de rhumatismes, il garde le lit toute la journée. Marie est auprès de lui. Une discussion s’élève entre les deux époux et se change rapidement en une dispute terrible. La jalousie de Marie vient de reprendre le dessus. Elle veut savoir si son mari la trompe avec la petite voisine. « Va chercher celle que tu dis être ta maîtresse, nous allons tirer l’affaire au clair », lui crie-t-elle. Marie devient hystérique et brise tout ce qui lui passe sous la main. Probablement surexcité par la morphine, Léon entre dans une colère noire à son tour. « Pars où je te tue ! », dit-il à sa femme en saisissant son revolver. Léon ouvre un tiroir de son bureau et sort plusieurs billets. Il lui donnera ce qu’elle veut pour vivre. Affolée, Marie dévale l’escalier et se précipite dans la pharmacie de son mari. Elle se munit d’une casserole émaillée, la remplit de vitriol. Elle revient dans la chambre. Son mari est accoudé sur le bureau en train de compter l’argent qu’il compte donner à sa femme. Marie s’approche et verse le contenu de la casserole sur le visage de son mari. Léon hurle de douleur. Le liquide corrosif lui coule sur tout le corps. Marie est elle-même brûlée au menton et aux mains. Pour essayer de calmer les souffrances qu’il endure, Léon déchire sa chemise et se dirige vers un seau d’eau. Marie s’empare alors du revolver qui était posé sur le bureau et se met à le poursuivre dans toute la maison. Elle tire une première fois mais manque sa cible. Léon passe dans le corridor. Il est presque dehors lorsque Marie se présente en face de lui. Cette fois, elle ne tremble pas. Léon est touché en pleine poitrine et meurt sur le coup.

Le 6 septembre 1907, Marie Bassaget est renvoyée devant la cour d’assises de l’Indre. « C’est l’affaire sensationnelle de la présente session. Les affaires passionnelles de cette nature, plutôt rares en Berry, ont attiré dans le prétoire un public aussi nombreux qu’élégant car c’est l’élément féminin qui domine et de beaucoup », écrit le chroniqueur du Journal du département de l’Indre. Marie Bassaget fait son entrée. C’est une brune plutôt forte au teint coloré qui s’exprime avec un fort accent. Au cours de sa plaidoirie, maître Gautier-Rougeville, du barreau de Paris, défend le geste de sa cliente ainsi : « Nous nous trouvons en présence d’un crime passionnel. Le cœur n’a pas de loi et la répression d’aujourd’hui n’empêchera pas d’autres de recommencer demain ». Après vingt minutes seulement de délibération, les jurés rendent un verdict négatif. Marie Bassaget est acquittée.

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://1.bp.blogspot.com/_Ad10FzZBZEs/SKFGXdvEdII/AAAAAAAAAsY/ojUQT8lohRg/s200/neuvy%2B1.jpg&imgrefurl=http://crimesdulundi.blogspot.com/2008/08/le-destin-tragique-du-mdecin-de-neuvy.html&usg=__-MWk3sIyz8UwKLqSQPvdG2dZmeg=&h=129&w=200&sz=11&hl=fr&start=1&zoom=0&itbs=1&tbnid=Kq9piAe1iZTMBM:&tbnh=67&tbnw=104&prev=/images%3Fq%3DLe%2Bdestin%2Btragique%2Bdu%2Bm%25C3%25A9decin%2Bde%2BNeuvy-Pailloux%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26sa%3DG%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official%26gbv%3D2%26tbs%3Disch:1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay   Dim 9 Jan 2011 - 17:45

Ça marche, merci Poulain I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay   Jeu 13 Jan 2011 - 15:44

J'ai trouvé cette photo du couteau d'Anastay dans le livre "Devant l'échafaud" que Javier nous a signalé

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5822940q/f175.image.pagination.r=georges+clemenceau.langEN




Dernière édition par Adelayde le Ven 9 Déc 2011 - 23:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Louis Anastay   Sam 15 Jan 2011 - 15:49

Voici d'autres documents sur Louis Anastay. Ce personnage m'intéresse particulièrement parce qu'il ressemble trait pour trait - je n'ose pas dire "tête coupée" -lol! à mon grand-père paternel.


Le crime du boulevard du Temple



Le crime du boulevard du Temple
Vendredi dernier, un crime épouvantables a été commis, en plein jour et en plein Paris; dans l'après-midi un individu s'est introduit chez Mme la baronne Dellard, veuve d'un officier général et mère d'un sous-chef de bureau au ministère de la guerre, et qui occupait un appartement au premier étage du numéro 42 du boulevard du Temple.
Mme Dellard était seule chez elle à ce moment; elle reçut l'inconnu dans la salle à manger ; celui-ci la repoussa dans la chambre à coucher de son fils et à l'aide d'un couteau lui trancha entièrement la gorge depuis l'oreille droite jusqu'au milieu du côté gauche. La mort fut instantanée.
Quelques instants après la bonne, Delphine Hourle, rentrait. L'assassin qui était occupé à fouiller les meubles, se précipita sur elle et lui ouvrit la gorge d'un coup de couteau.
La malheureuse fille eut le courage d'appeler au secours. Des voisins accoururent mais l'assassin avait pris la fuite. Jusqu'à présent on n'a pu arriver à découvrir sa retraite.
Delphine Hourle a été transportée à l'hôpital. On espère qu'elle survivra à sa blessure.
Dès qu'il a été connu, ce crime a causé dans Paris une vive émotion.
Le Progrès illustré du 13/12/1891




L'arrestation d'Anastay - La confrontation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Ven 18 Mar 2011 - 18:50



http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5736784g.r=guillotine.langFR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Dim 26 Fév 2012 - 11:18






_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: L'arrestation de Louis Anastay   Sam 16 Juin 2012 - 14:58


Le crime du boulevard du temple - Une arrestation

Hier, un individu se présentait chez Mme Gourgaud, marchande de reconnaissances, rue Lacépède, et lui offrait une reconnaissance portant engagement de bijoux sur lesquels le Mont-de-Piété avait avancé 945 francs. Se doutant que ce titre était falsifié, elle offrit au vendeur de le payer à domicile. Celui-ci donna son adresse, 71, rue Monge, et se retira. Sans perdre de temps, Mme Gourgaud se rendit au commissariat de police de M. Thuillerie, et informa ce magistrat de ce qui se passait.

Pour ne pas éveiller les soupçons du faussaire, M. Guicheteau, secrétaire du commissariat, suivit Mme Gourgaud à distance.
Arrivée 71, rue Monge, cette dame trouva le vendeur à la porte de l'hôtel. « Montez, madame, lui dit-il, je vous attendais. » Et il la conduisit dans une chambre au deuxième étage.
Au moment où il allait fermer la porte, M. Guicheteau pénétra à son tour et intima l'ordre à cet homme de le suivre au commissariat. Tout d'abord, ce dernier le prit de très haut, mais enfin il obéit.

Mis en présence de M. Thuillerie, il dit s'appeler Leroy et demeurer depuis trois mois rue Monge ; mais un inspecteur qu'on avait envoyé vérifier ses dires, et connaître qu'il n'y avait qu'une heure qu'il habitait l’hôtel.
Comme il refusait de faire connaître son identité, M.Thuillerie le fit fouiller. Le soi-disant Leroy se récria en disant « Vous me prenez donc pour l'assassin du boulevard du Temple » Très étonné par cette exclamation, le commissaire l'examina de plus près et constata que le signalement de son prisonnier ressemblait en tous points à celui donné par les quelques personnes qui ont pu voir l'assassin de Mme Dellard.
Vingt-cinq à vingt-huit ans, taille 1 m. 64 environ, petites moustaches brunes, teint mat chapeau haut de forme à bords plats légèrement relevés, pardessus bleu foncé à raies brillantes et mates, pantalon gris foncé ; tenant à la main une canne et sous le bras une serviette d'avocat renfermant des papiers et six journaux du jour.

M. Thuillerie a remarqué que l'adresse du tailleur avait été arrachée sur le pardessus de cet individu ; il a demandé au prétendu Leroy où il avait acheté ce vêtement :
- À Montmartre, je crois, Je ne me rappelle plus bien !
Cette réponse évasive surprit le commissaire de police, qui le questionna encore sur son état-civil.
- Inutile de me questionner, fit-il, je ne vous dirai plus rien ; laissez-moi donc tranquille.

On a trouvé sur cet individu une lettre au nom de Cabrillac, rue des Bernardins. À l'adresse indiquée, en effet, un jeune homme, répondant au signalement de Leroy, a logé (c'est un hôtel) sous le nom de Cabrillac, venant de Lyon. M. Thuillerie a envoyé l'individu au Dépôt et a informé M. Boutet, juge d'instruction.

La Presse, n° 1 295 du 24 décembre 1891




_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Photos - Cadavre Mme Dellard    Dim 7 Oct 2012 - 17:00




Ces photos sont visibles sur le site de Nemo - Sylvain Larue :

http://guillotine.voila.net/ANASTAY.jpg

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Mar 16 Oct 2012 - 23:28


La photo qui se trouve sur le site de Boisdejustice est très belle :





http://boisdejustice.com/Anatole/ADH36.JPG

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Anastay aux Assises   Mer 7 Aoû 2013 - 16:09




UN GRAND COUPABLE - ANASTAY A LA COUR D'ASSISES

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Mer 7 Aoû 2013 - 16:20

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54625607.r=louis+anastay.langFR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le Sous-lieutenant   Dim 8 Fév 2015 - 18:44

Le Sous-lieutenant

Pierre Bellemare présente cet extraordinaire dossier :

https://www.youtube.com/watch?v=wQ_uGeSFCTI

Bonne écoute  queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2455
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   Jeu 11 Juin 2015 - 16:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louis Anastay - 1892   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Anastay - 1892
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis Anastay - 1892
» Jean Dauga - l'assassin à la pèlerine - 1890
» A quoi tiennent les grandes décisions..P'tit Louis Sarko pauvre Bourcier?
» Louis POIDEVIN
» Louis Braille....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LES CONDAMNÉS À MORT-
Sauter vers: