La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les religieux du dernier matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les religieux du dernier matin   Dim 12 Déc 2010 - 17:14

Octobre 1886.
Un article du journaliste Louis Lambert sur un homme de coeur qui visita et assista les condamnés à mort jusqu'à la guillotine.

Jean-Baptiste Faure.
(1833-1893)
CHEZ M. L'ABBÉ FAURE
Aumônier de le Grande-Roquette


Il s'est trouvé, hier, un homme qui, au moment même où il allait être exécuté a eu le triste courage de dire : « Allez vous-en ! » au prêtre qui s'efforçait de lui faire accepter les consolations de la religion. L'assassin, c'est Frey, le meurtrier de Mme Deshayes, et le prêtre c'est M. l'abbé Faure, qui remplit depuis quelques années les fonctions pénibles, mais toutes de dévouement, d'aumônier à la Grande-Roquette.
Et pourtant, nous dirions que M. l'abbé Faure est dans toute l'acceptation du mot, un brave homme, si nous ne trouvions trop familier et insuffisamment respectueux ce qualificatif appliqué à un ecclésiastique.
« Allez vous en ! » ces simples paroles ont produit une impression bien pénible sur tous ceux qui ont pu les entendre, hier matin, place de la Roquette, au moment où, le soleil se levant, on procédait à la double exécution de Rivière et de Frey. Elles ont suffi, ces paroles, pour enlever à tous assistants cette suprême pitié que l'on éprouve toujours pour ceux que l'on va voir monter à l'échafaud, quand bien même ils ont été de grands criminels.

— J'ai été impressionné bien plus péniblement que vous n'avez pu l'être, monsieur, nous disait hier soir M. l'abbé Faure, avec lequel nous causions des événements de la matinée.
« Jamais mon ministère n'a été repoussé aussi énergiquement, aussi brutalement, et vous ne pouvez soupçonner combien cela m'a fait de la peine de me voir dans l'impossibilité de donner à Frey ces consolations dernière, qui auraient été un adoucissement au châtiment qui lui était réservé.
« Lorsque je succédai à M. l'abbé Crozes, le premier condamné qu'il me fallut assister fut Gamahut . Celui-là mourut bien, la veille de son exécution, je l'avais confessé.

« Le repentir de Marchandon m'a toujours paru sincère, ce malheureux avait pour sa mère un véritable culte, et c'était là la corde sensible que je savais faire vibrer. Marchandon, au moment de mourir, me chargea d'un dernier message pour sa mère.
« Gaspard fut exécuté le même jour : on avait cru devoir m'adjoindre un confrère, mais Marchandon, dès qu'il apprit le rejet de son recours en grâce, déclara que c'était à moi qu'il voulait avoir à ses cotés. Force fut à mon collègue de se retirer.

Koenig était aussi suffisamment religieux, comme Gaspard, du reste, Koenig, la veille de sa mort s'était confessé, il devait faire ses Pâques peu de jours plus tard, le dimanche de la Passion. Ce pauvre homme a manqué de courage au dernier moment…(1) Mais nul doute qu'il n'eût eu une plus grande terreur de l'instrument du supplice, s'il n'avait pas écouté mes exhortations.

— Et Rivière et Frey ?
— Rivière s'était souvent confessé pendant qu'il attendait la décision du chef de l'Etat. Avant hier il disait encore : « Vous savez, monsieur l'abbé, c'est à moi d'aller à la messe dimanche, j'aime beaucoup à vous entendre prêcher. » Car, vous le savez peut-être, il n'y a dans la chapelle qu'une seule cellule pour les condamnés à mort et force leur est d'assister à tour de rôle au service divin, qui n'a lieu qu'un fois chaque dimanche.

« Il y a quelque temps, nous avions cinq condamnés à mort : ces malheureux n'entendaient la messe qu'une fois par mois environ.
« Vous avez vu comment Rivière est mort : il a embrassé le crucifix, et j'ai été ravi de ces bonnes dispositions, car il était assisté de M. Colomb, vicaire à Saint-Sulpice, qui n'avait jamais vu d'exécution capitale et qui aurait été très peiné d'avoir affaire à un condamné comme Frey.

« Pour ce qui concerne ce dernier, je vous dirai que jusqu'à ce jour j'avais été en assez bon terme avec lui, quoiqu'il affectât d'être d'une complète indifférence relativement aux choses de la religion : en vain, ce matin, j'ai voulu le sermonner au moment où il attendait les bourreaux occupés à la toilette de son complice, en vain je lui ai parlé de sa mère : il m'a énergiquement repoussé, vous l'avez vu vous-même, dans ces conditions je n'ai pas cru devoir insister.

— M. l'abbé Crozes a-t-il éprouvé dans sa carrière, de semblable difficultés ?
— Jamais, seul un nommé Avillain (2) lui occasionna quelque ennui, mais ce condamné fut le premier à appeler l'aumônier pour se confesser à lui.
— Qu'étaient au juste Rivière et Frey ?
— Voici :

« Frey était originaire du Cantal et appartenait à une bonne famille. Le moment arriva pour lui de tirer au sort (3) : on l'incorpora dans un régiment de dragons, à Chartres, or, ce malheureux avait une véritable peur du cheval, une peur insurmontable : un jour, il déserta. On le reprit et il fut envoyé dans une compagnie de discipline.
« Trois ans après, Rivière venait l'y rejoindre : cet homme avait, lui aussi,déserté le régiment de dragons de Chartres, parce qu'il avait la même crainte du cheval…Cette communauté de sentiment les rendit amis.
« Depuis leur libération, cependant, ces deux hommes ne se sont rencontrés que trois fois, mais le troisième jour où ils se sont vus, ils se sont unis pour accomplir un crime.[/font]

— Leur caractère ?
— Rivière était très intelligent « Comment, me disait-il souvent, ai-je pu me lier avec cette brute de Frey qui a poussé l'imbécillité jusqu'à se faire tatouer sur le front les mots : Pas de chance ! »
« Du reste Rivière a prouvé sa lucidité d'esprit en trouvant la force de prononcer aussi distinctement qu'il l'a fait les quelques mots qu'il a dits avant son exécution.(4)
« Frey était une véritable brute : Il fallait voit comme il regardait l'exécution de son complice !…»

De toute cette conversation nous ne pouvons retenir qu'un chose : c'est le profond dévouement des aumôniers des prisons aux malheureux confiés à leur soin spirituel.


1) Koenig pleurait, sanglotait et poussait des cris.

2) Coquille. Avinain.

3) Les futurs appelés devaient tirer au sort pour déterminer la durée de leur service militaire (loi Cissey, 1872).

4) « Vous pouvez dire au père Grévy que c'est un assassin ».


Revenir en haut Aller en bas
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2458
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Dim 12 Déc 2010 - 18:03

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Prêtres et Soeurs ayant accompagné les condamnés avant l'exécution   Jeu 23 Fév 2012 - 15:08

Bonjour à tous,

nouvelle sur le forum, je suis à la recherche de témoignages de prêtres ou de soeurs ayant accompagné psychologiquement les condamnés avant leur exécution.

Quelqu'un en connait?

Si oui, pouvez-vous me le faire savoir?

Margot
Revenir en haut Aller en bas
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Jeu 23 Fév 2012 - 16:18

Bonjour Margotz, bienvenue sur le forum !

J'ai rattaché votre message au fil "Les religieux du dernier matin".

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Jeu 23 Fév 2012 - 16:25

Merci beaucoup Surprised
Revenir en haut Aller en bas
yaguara
Aide confirmé


Nombre de messages : 42
Age : 36
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Mar 28 Fév 2012 - 5:45

Intéressant.

C'est drôle mais au moment de l'exécuter, on propose toujours à un homme de voir un religieux, mais on lui refuse la consolation d'avoir un ami, ou sa famille.
Pourtant la religion n'est pas forcément la chose qui passe en premier pour tout le monde. Selon leurs croyances, certains préfèreraient de loin dire adieu à un être cher et l'embrasser plutôt que d'obtenir une dernière bénédiction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: La parole du confesseur auprès des suppliciés   Sam 24 Aoû 2013 - 16:17


Paul Bastien - La parole du confesseur auprès des suppliciés (Paris, XVIIe-XVIIIe siècle)

Pascal Bastien est professeur d’histoire moderne à l’Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent surtout sur l’histoire des rituels et des rhétoriques judiciaires dans l’ancien droit français, mais aussi sur l’écriture de soi et la littérature de témoignage au XVIIIe siècle. Il prépare actuellement un livre sur le spectacle de l’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle et participe parallèlement, avec Daniel Roche, à l’édition critique du Journal d’événements du libraire parisien Siméon-Prosper Hardy (1753-1789).

Un article clair et plein d'intérêt :


http://www.cairn.info/revue-historique-2005-2-page-283.htm

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 66
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Sam 24 Aoû 2013 - 21:32

yaguara a écrit:
Intéressant.

C'est drôle mais au moment de l'exécuter, on propose toujours à un homme de voir un religieux, mais on lui refuse la consolation d'avoir un ami, ou sa famille.
Pourtant la religion n'est pas forcément la chose qui passe en premier pour tout le monde. Selon leurs croyances, certains préfèreraient de loin dire adieu à un être cher et l'embrasser plutôt que d'obtenir une dernière bénédiction.
Vous imaginez la terrible tâche pour un père, une mère, un frère, une sœur, un ami, de "préparer" l'être cher à une exécution? Shocked 
Condamné à mort, je n'aurais jamais osé demander ça à ma mère!

En revanche, je pense qu'une aide "laïque" aurait dû être possible, à l'instar des visiteurs de prison.

Pendant l'attente de la grâce, des visites au parloir (strictement surveillées et sans contact physique: double grillage) étaient néanmoins possibles. Mais je n'imagine pas que ce soit humainement possible de demander à des parents de jouer ce rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5705
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Sam 24 Aoû 2013 - 22:19

Un parent, un ami... "craquerait" lors de l'exécution : cela n'apporterait aucun soutien au condamné et ne ferait qu'aggraver son angoisse.

Crying or Very sad

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
benjamin
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 370
Age : 66
Localisation : meaux / Belém (Brésil)
Emploi : libre comme l'air!
Date d'inscription : 03/01/2010

MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   Mer 28 Aoû 2013 - 16:44

En lisant récemment des journaux qui concernaient une autre affaire liée au bagne, je suis tombé sur l'annonce de la vraisemblable exécution imminente des assassins de la Bande à Bonnot.

On en était au stade où la commission des grâces penchait pour le rejet sauf en ce qui concernait Dieudonné (elle laissait Poincaré "libre de sa réflexion" ce qui est abusif car cette commission n'avait qu'un avis consultatif; que la presse se soit fait l'écho de cet avis était scandaleux, car c'était une forme de pression sur le Président)

Le même article annonçait que proposition avait été faite, dans les jours précédents, à Dieudonné, de faire parloir avec sa compagne.

Il avait refusé catégoriquement, pour conserver ce qu'il lui restait d'énergie afin d'affronter dignement son sort quel qu'il soit.


Je crois que si ce n'est pas la réponse, c'en est une...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bagnedeguyane.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les religieux du dernier matin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les religieux du dernier matin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les religieux du dernier matin
» Le dernier Bill Gross de PIMCO
» Choix Coûtant réel, Dernier coûtant, etc.
» blague du jeudi matin.
» devinette du samedi matin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: