La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les prisons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les prisons   Jeu 12 Fév 2009 - 20:35

S'il faut en croire les philanthropes modernes, les inventeurs de systèmes pénitentiaires, ces publicistes à gages qui ne connaissent de la prison que les murs de ronde, ou bien que ce qu'en disent les rapports des inspecteurs généraux, la source des crimes et des récidives la plus féconde de toutes, serait les prisons. « C'est que le régime actuel de nos prisons, disent-ils, bien qu'immensément perfectionné et raisonné depuis plusieurs années, n'est ni répressif, ni intimidant, ni moralisateur. C'est que le crime s'y recrute, s'y alimente, s'y refait, s'y multiplie, c'est que l'homme méchant y devient pire, l'homme bon; criminel, l'incrédule; impie, le délinquant, bandit, le scélérat; plus pervers, le débauché; plus impudique, le dépravé; plus corrompu, l'apprenti malfaiteur; passé maître. C'est qu'enfin, tout ce que la prison peut engendrer de dégradation physique et morale, de persistance dans le mal, de vices, d'attentats, d'illégalités de toutes sortes, a son explication et sa cause dans la triste signification de ces deux mots : Emprisonnement commun. »

Et à la suite de cette mercuriale, on arrive à cette conclusion rigoureuse de la fable : Prenez mon ours; c'est-à- dire : le seul remède à apporter au mal est le système cellulaire ou l'isolement. » Pour réfuter les sophismes que les philanthropes intéressés à faire prévaloir leur système cellulaire débitent très sérieusement, à savoir : « que les prisons sont la source la plus féconde des crimes et des récidives, » nous n'aurions qu'à leur adresser cette question : Existe-t-il des prisons depuis 1791, c'est-à-dire depuis plus de cinquante ans ? D'où vient que cet accroissement de dépravation et d'immoralité dont vous vous plaignez si hautement, et avec raison, ne date précisément que de ces dernières années (1854 et 1855) ? Antérieurement, l'emprisonnement était bien en commun. Est-ce que les prisonniers d'autrefois différaient des prisonniers de nos jours? L'Empire et la Restauration avaient-ils le privilège de former des criminels d'un autre genre que ceux de la Révolution de Juillet ? Nous ne le pensons point.

Comment se fait-il que ce soit justement à dater de quelques années seulement, et depuis que vous avez, vous grands philanthropes, immensément perfectionné et réformé le régime des prisons, que le nombre des crimes, des délits et des récidives augmente, que les prisonniers se démoralisent et se dégradent entre eux, enfin, que les vices, les attentats et les illégalités prennent naissance dans les cachots ? Est-ce que les mêmes motifs de dégradation et d'immoralité n'existaient point sous l'Empire et sous la Restauration ? Mais ces motifs devaient être encore bien plus puissants alors, car le régime des prisons n'était ni perfectionné, ni réformé par les philanthropes, et que l'emprisonnement était tout-à-fait en commun, ce qu'on peut imaginer de plus commun. Et cependant aujourd'hui, de l'avis même des publicistes réformateurs, tout a augmenté, depuis quelques années, tout s'est amélioré dans le régime pénitentiaire.

« En ce moment, disent-ils dans leurs brochures, la France compte « trois bagnes, vingt maisons centrales, quatre-vingt-six maisons de justice, trois cent soixante deux maisons d'arrêt, deux mille huit cents prisons municipales de canton, deux mille deux cent trente-huit chambres de sûreté dans les casernes de gendarmerie » ce qui constitue un régime de répression quelque peu significatif. « De plus, nos prisons renferment cent huit mille détenus, d'après le dénombrement fait par M. Bérenger (de la Drôme), lesquels sont libérés ou mis au-dehors, tous les ans, au nombre de cinquante mille, alors qu'il y à peine quelques années, le nombre des prisonniers ne s'élevait au maximum qu'à quarante mille.

Est-ce à l'emprisonnement commun qu'il faut attribuer la cause de cet accroissement démesuré du nombre des prisonniers ? Avancer un pareil fait serait une absurdité.
Oui, la criminalité augmente chez nous, depuis quelques années seulement, d'une manière effrayante, oui, dans ce même laps de temps, les récidivistes ont quadruplé, cela devient incontestable, Mais où en est la cause ? Voulez-vous la connaître?


Eh bien ! elle se trouve en dehors des prisons, elle est dans la société elle-même. Cherchez-la donc, et vous la trouverez dans le principe de ces scandaleuses dilapidations qui ont donné un si grand retentissement aux procès où l'on a vu figurer les noms d'un grand nombre de hauts fonctionnaires. Elle est dans ces industries coupables, flétries par l'opinion publique, et qui avaient pour origine l'insatiable besoin de faire une rapide fortune, elle est dans ces jeux de bourse autorisés par la loi, dans la dépravation des moeurs qui distingue les premiers rangs de la société, où les coupables semblent jouir du privilège de l'impunité, elle est dans le vol organisé et tel qu'on l'exécute en haut lieu.

Car c'est un vol que de faire, pour le compte du gouvernement, des marchés où l'on gagne des sommes énormes. C'est un vol que de vendre sa conscience pour une place, pour un emploi et souvent pour de l'or, c'est un vol que d'engager la responsabilité de l'État dans des tripotages où l'intérêt privé a seul d'immenses bénéfices. La cause du mal croissant des crimes est encore dans l'ambition des riches, dans l'amour effréné des plaisirs, dans cette soif des jouissances qui tourmentent notre siècle, et dont les tribunaux nous ont fourni de nombreux exemples. Etaient-ils des libérés ou des repris de justice, les Lafarge, les Marcellange, les Pestel, et tous ces empoisonneurset empoisonneuses, tous ces assassins de haute distinction ?

Étaient-ils des libérés de prison, ces industriels qui ont organisé le vol par compagnie et par actions, ce vol dont les audacieuses conséquences ont été la ruine d'un grand nombre de familles ? Étaient-ils des libérés de justice, ces dilapidateurs des deniers publics et tous ces agents infidèles du gouvernement, tels que les Gisquet, les Hourdequin et autres ? Etaient-ils des libérés de prison, les Fabre, les Lehon, les Mérentié et ces notaires, ces commerçants qui, par leurs faillites scandaleuses, leurs frauduleuses manoeuvres, ont plongé des familles entières dans la misère ? Étaient-ils, enfin, des libérés de prison, ce Rousselet, ce Ducros, cet Éliçabide, et tant d'autres assassins qui ont porté leur tête sur l'échafaud ?


Il n'est donc pas vrai que la cause de l'accroissement de la criminalité soit dans les prisons. Et s'il fallait la chercher encore dans un ordre d'idées plus élevées, plus générales, c'est-à-dire dans l'ordre social, nous dirions qu'elle est principalement dans le peu de respect dont on entoure la religion, contre laquelle on dirige des attaques sourdes et calculées qu'elle est dans l'esprit qui dirige, l'éducation publique, dont l'enseignement tend à répandre des doctrines matérialistes et subversives de l'ordre moral, qu'elle est dans une dépravation générale des coeurs, dans la prostitution, qui va croissant tous les jours, dans la vente des livres et des gravures obscènes, dans l'abjection de l'ouvrier oublié dans la misère, qu'elle est, enfin, dans la non-organisation du travail.

Voila l'unique et la seule cause de la criminalité qui augmente tous les jours progressivement, parce qu'on ne sait point la prévenir. Quant aux récidives, on trouvera la raison de leur accroissement, non seulement dans les faits ci-dessus énoncés, mais encore et surtout dans la loi sur la surveillance. Les philanthropes, préoccupés uniquement de répressions, feraient bien mieux de renoncer à leurs systèmes pénitentiaires, pour s'occuper d'un système préventif qui serait bien plus utile dans les circonstances où se trouvent les moeurs.


« L'intérieur des prisons » , Paris - Éditions Jules Labitte - 1846.
(Monographie sociologique, sans nom d'auteur).
Revenir en haut Aller en bas
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2426
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: Les prisons de Paris   Dim 1 Mar 2009 - 9:47

http://books.google.com/books?id=ucwXAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=paris+prisons&hl=pl#PRA2-PA474,M1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2426
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: The prisons of Paris   Sam 27 Mar 2010 - 23:12

http://paris-photographie.com/photographe/2010/03/20/limpossible-photographie-prisons-parisiennes-1851-2010-au-musee-carnavalet-810/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1232
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Prisons : une nouvelle page qui se tourne...   Mar 27 Juil 2010 - 13:58

-Agen (fermeture en 2016 - construction nouvelle: Pau)
-Aurillac (2015 - construction nouvelle: Riom)
-Béthune (2015- site nouveau à déterminer)
-Caen (2017 - construction nouvelle dans la Manche)

-Cahors (2011 - site nouveau à déterminer)
-Chalons en Champagne (2016 - site nouveau à déterminer)
-Chartres (2013 - construction nouvelle: Orléans)
-Compiègne (2015- construction nouvelle: Beauvais)
-Digne (2015 - construction nouvelle: Valence)
-Ecrouves (2017 - site nouveau à déterminer)
-Ensisheim (2015 - construction nouvelle: Lutterbach)
-Fontenay-le-Comte (2016 - construction nouvelle en Charente-Maritime)
-Guéret (2015 - site nouveau à déterminer)
-Lure (2015 - construction nouvelle: Lutterbach)
-Montluçon (2015- construction nouvelle: Riom)
-Nevers (2015- construction nouvelle: Dijon)
-Niort (2015 - site nouveau à déterminer)
-Privas (2015 - construction nouvelle: Valence)

-Rochefort (2016 - construction nouvelle en Charente-Maritime)
-Saintes (2016- construction nouvelle en Charente-Maritime)
-Saint-Malo (2017 - site nouveau à déterminer)
-Sarreguemines (2017 - construction nouvelle: Oermingen)
-Vannes (2017 - construction nouvelle: Angers)

Sur les vingt-trois prisons condamnées à disparaître dans les sept années à venir, dix furent théâtres d'exécutions capitales. Juste pour le souvenir , pensez, si vous habitez là-bas, pensez à conserver une trace photographique de ces lieux sordides mais historiques...

Petit avis qui n'engage que moi : détruire des prisons locales pour en construire d'immenses dans un autre département voisin (surtout dans le cas de Digne et Privas, réunies à Valence, ou pire encore, de la prison d'Agen expédiée à Pau), c'est d'une connerie qui me fout le vertige. Bravo MAM ! L'idée que j'avais déjà de vous se trouve une fois encore confirmée !

_________________
"C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut. C'est par l'élixir de Sapho que ma pensée s'accélère. Les lèvres se tachent, les taches deviennent mise en garde. C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 61
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: avis   Mer 28 Juil 2010 - 0:34

Le remède va être pire que le mal ! J'ai travaillé sur une plaquette de présentation d'un centre pénitentiaire new look en province . Des lieux segmentés, incontrôlables, désocialisés.

Je crois comme Syvan que cette politique va déboucher sur des catastrophes pénitentiaires.

Amitiés à toutes et tous et salut fraternel à Pierrepoint et Mercattore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fred
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 50
Localisation : Charleroi,Hainaut,Belgique,Europe,Monde,Terre
Emploi : Logistique
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Prisons : une nouvelle page qui se tourne...   Mer 28 Juil 2010 - 7:24

la Belgique a pousser la connerie a loué la prison de Tilburg (sud des Pays-Bas),
Le Masterplan 2008-2012 pour une "infrastructure carcérale plus humaine" prévoit la construction de 7 nouvelles prisons
les nouvelles Leuze-en-Hainaut, Marche-en-Famenne, Sambreville , Beveren et Termonde

les prisons Belge
Andenne, Anvers, Arlon, Audenarde
Bruges,
Bruxelles
1)Prison de Berkendael
2)Prison de Forest
3)Prison de Saint-Gilles
Dinant
Gand
Hasselt, Hoogstraten
Huy
Ittre
Jamioulx
Lantin
Louvain
1)Centrale gevangenis te Leuven
2) Hulpgevangenis te Leuve
Malines,Marneffe, Merksplas, Mons
Namur, Nivelles
Paifve
Ruiselede
Saint-Hubert
Termonde, Tournai, Turnhout
Verviers
Wortel
Ypres


Dernière édition par fred le Mer 11 Aoû 2010 - 17:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1232
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Prisons : une nouvelle page qui se tourne...   Mer 11 Aoû 2010 - 0:49

Pour complèter, voici une liste, sûrement incomplète, des prisons ouvertes entre 2000 et 2010 et remplaçant les anciennes maisons d'arrêt du centre-ville...

- Seysses, ouverte en janvier 2003. Remplace la maison d'arrêt Saint-Michel de Toulouse.
- Avignon – Le Pontet, ouverte en mars 2003. Remplace la maison d'arrêt Sainte-Anne.
- Toulon – La Farlède, ouverte en juin 2004. Remplace la maison d'arrêt Saint-Roch.
- Mont-de-Marsan, ouverte en décembre 2008.
- Lyon-Corbas, ouverte en mai 2009. Remplace les maisons d'arrêt Saint-Joseph, Saint-Paul et Montluc.
- Béziers, ouverte en novembre 2009. Remplace la maison d'arrêt Saint-Nazaire.
- Le Mans, ouverte en janvier 2010. Remplace les maisons d'arrêt du Vert-Galant du Mans, et celle d’Alençon.
- Rennes, ouverte en mars 2010.

Je suis heureux qu'en ce moment, on assiste à une recrudescence des livres sur l'histoire judiciaire départementale (tous éditeurs confondus), car au moins, les illustrations qu'ils contiennent permettent de conserver une trace de ces maisons d'arrêt du passé, probablement vouées à disparaître sous les pelleteuses...

_________________
"C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut. C'est par l'élixir de Sapho que ma pensée s'accélère. Les lèvres se tachent, les taches deviennent mise en garde. C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
fred
Aide confirmé
avatar

Nombre de messages : 30
Age : 50
Localisation : Charleroi,Hainaut,Belgique,Europe,Monde,Terre
Emploi : Logistique
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Prisons : une nouvelle page qui se tourne...   Mer 11 Aoû 2010 - 16:28

http://www.annuaires.justice.gouv.fr/index.php?rubrique=10113

les prisons actuelle en France.
il y a même une fiche part établissement pénitentiaire (191), avec téléphone et tous et tous .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
octave
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 150
Age : 46
Localisation : yvelines
Date d'inscription : 18/09/2010

MessageSujet: Re: Les prisons   Sam 9 Oct 2010 - 17:37

Sywan a écrit:
-Agen (fermeture en 2016 - construction nouvelle: Pau)
-Aurillac (2015 - construction nouvelle: Riom)
-Béthune (2015- site nouveau à déterminer)
-Caen (2017 - construction nouvelle dans la Manche)

-Cahors (2011 - site nouveau à déterminer)
-Chalons en Champagne (2016 - site nouveau à déterminer)
-Chartres (2013 - construction nouvelle: Orléans)
-Compiègne (2015- construction nouvelle: Beauvais)
-Digne (2015 - construction nouvelle: Valence)
-Ecrouves (2017 - site nouveau à déterminer)
-Ensisheim (2015 - construction nouvelle: Lutterbach)
-Fontenay-le-Comte (2016 - construction nouvelle en Charente-Maritime)
-Guéret (2015 - site nouveau à déterminer)
-Lure (2015 - construction nouvelle: Lutterbach)
-Montluçon (2015- construction nouvelle: Riom)
-Nevers (2015- construction nouvelle: Dijon)
-Niort (2015 - site nouveau à déterminer)
-Privas (2015 - construction nouvelle: Valence)

-Rochefort (2016 - construction nouvelle en Charente-Maritime)
-Saintes (2016- construction nouvelle en Charente-Maritime)
-Saint-Malo (2017 - site nouveau à déterminer)
-Sarreguemines (2017 - construction nouvelle: Oermingen)
-Vannes (2017 - construction nouvelle: Angers)

Sur les vingt-trois prisons condamnées à disparaître dans les sept années à venir, dix furent théâtres d'exécutions capitales. Juste pour le souvenir , pensez, si vous habitez là-bas, pensez à conserver une trace photographique de ces lieux sordides mais historiques...

Petit avis qui n'engage que moi : détruire des prisons locales pour en construire d'immenses dans un autre département voisin (surtout dans le cas de Digne et Privas, réunies à Valence, ou pire encore, de la prison d'Agen expédiée à Pau), c'est d'une connerie qui me fout le vertige. Bravo MAM ! L'idée que j'avais déjà de vous se trouve une fois encore confirmée !
celle de rouen doit etre detruite l'annee prochaine m'a t'on dit.cette prison au si doux nom de,bonne nouvelle...(a rouen on dit,pas de nouvelles?bonne nouvelle!!!c'est rigolo non jocolor ?)a t'elle été le theatre d'executions?si oui je la prendrai en photo.merci de me renseigner si possible.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Fondateur
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 1232
Age : 34
Date d'inscription : 27/01/2006

MessageSujet: Re: Les prisons   Dim 10 Oct 2010 - 21:03

Photographiez, Octave, photographiez !
Ce sera un souvenir !

Les exécutions publiques à Rouen, de 1870 à 1939, n'avaient pas lieu devant la porte de la prison Bonne-Nouvelle elle-même, mais sur la place du même nom, assez vaste et proche de la maison d'arrêt, si je ne me trompe.

Par la suite, c'est dans la cour d'entrée, comme souvent, qu'on décapita les prisonniers de 1940 à 1948.

_________________
"C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut. C'est par l'élixir de Sapho que ma pensée s'accélère. Les lèvres se tachent, les taches deviennent mise en garde. C'est par ma seule volonté que mon esprit se meut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laveuveguillotine.pagesperso-orange.fr/
octave
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 150
Age : 46
Localisation : yvelines
Date d'inscription : 18/09/2010

MessageSujet: Prisons : une nouvelle page qui se tourne...   Ven 15 Oct 2010 - 11:03

merci de ces renseignements,je la prendrait en photo des que j'y vait,et je les posterai(si ca interesse quelqu'un...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 61
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: La prison de Remiremont (Vosges)   Lun 7 Nov 2011 - 20:41


Cet important édifice construit en 1844, adopte le principe des normes de prison cellulaire. Inauguré en 1846, sous le règne de Louis-Philippe, l'établissement pénitentiaire contient 72 cellules dont 54 pour les hommes et 18 pour les femmes.

On relève sur le registre d'écrou de cette même année, la liste des premiers prisonniers ayant franchi l'entrée de la nouvelle maison d'arrêt dans le courant de janvier.
Vingt-deux individus sont ainsi condamnés à des peines allant de un jour à un an suivant les délits commis.

Dix-huit hommes dont un mineur de 17 ans.

- Quatre pour dettes : trois condamnés à un mois, et le dernier à quatre mois.
- Un pour outrage public envers un moine : 15 jours.
- Un pour faux en écriture de commerce : transféré à Epinal.
- Un pour délit de mendicité : sept mois.
- Un pour délit de vagabondage : un jour.
- Un pour délit de vagabondage et vol : trois jours.
- Deux pour délit d'outrages et violences envers des employés des contributions indirectes : 20 jours.
- Un pour coups et blessures volontaires : un mois.
- Un pour escroqueries et abus de confiance : trois mois.
- Trois pour délit de vol dont un mineur : un condamné à trois jours ; un à deux mois ; le mineur à un an un jour (transféré à la maison de correction à Epinal).
- Un pour délit de vol qualifié : transféré à Epinal.
- Un pour complicité de vol : quatre mois.

Quatre femmes dont une mineure de 12 ans.

- Deux pour dettes : chacune deux mois.
- Deux pour vol dont une mineure : deux mois pour les adultes. Quant à la mineure de 12 ans qui s'est emparée d'une certaine quantité d'huile au préjudice d'un fabricant, a été acquittée, attendu son défaut de discernement, mais envoyée à la maison de correction à Epinal.


Les prisonniers découvrent le régime de l’emprisonnement individuel et les nouvelles règles de la prison affichées dans chaque cellule dont il leur en est fait lecture à haute voix.

Voici quelques extraits du règlement du 13 août 1843…

« Lors de l'installation de chaque prisonnier dans sa cellule, on lui fera reconnaître que tout y est en état et selon les indications du bulletin affiché dans la cellule.

Chaque jour, il sera fait une visite exacte de l’intérieur de chaque cellule et de son mobilier. Les dégradations qui y seront remarquées, seront constatées , et il en sera rendu compte au Maire.
Sont considérés comme dégradations, les dessins, écrits, barbouillages, malpropretés et généralement tout ce qui est susceptible de laisser une trace sur les parois ou sur le mobilier de la cellule.

Les détenus peuvent être fouillés non seulement à leur arrivée, mais aussi souvent que le gardien-chef le juge nécessaire. Celui-ci fera connaître au Maire les objets qui auront été saisis.

Les détenus, autres que les condamnés, à qui l’usage du tabac n’est pas interdit, ne peuvent fumer que dans les préaux, quand ils sont admis à s’y promener.
L'usage du tabac sous toutes ses formes, est absolument interdit aux jeunes détenus, lors même qu'ils ne sont que prévenus ou accusés.

Le plus grand calme doit régner constamment dans toutes les parties de la maison. Aucun bruit, autre que celui des métiers autorisés ne doit s’y faire entendre. En conséquence, aucune parole ne peut être prononcée par qui que ce soit, qu'à demi-voix, dans l'intérieur de la prison.

Les punitions sont prononcées par le Maire. Toutefois, en cas de persistance d’un détenu dans une infraction de nature à troubler l’ordre ou à compromettre la sûreté de la prison, le gardien-chef peut, en attendant la décision du Maire, faire placer ce détenu dans une cellule de punition, sans préjudice de mesures plus répressives en cas de fureur ou de violence.

Le barbier se rend à la prison tous les samedis, à neuf heures du matin. Un gardien sera toujours présent pendant le temps que le barbier sera en rapport avec les prisonniers.
Les détenus sont rasés une fois par semaine, et ont les cheveux coupés tous les deux mois.

La distribution du pain a lieu à huit heures du matin à la cellule ; celle des deux demi-rations de soupe se fait à dix heures et à quatre heures. Le dimanche, la soupe grasse est donnée à dix heures, et la distribution de viande a lieu au repas du soir.

Une fois par jour, à huit heures du matin, on remplit d'eau potable la cruche dont chaque cellule est munie.

Outre les soins de propreté imposés à tout prisonnier, il est tenu chaque jour de nettoyer et balayer sa cellule, de laver et tenir en état de propreté les objets mobiliers qui la garnissent.
Chaque prisonnier est obligé de faire son lit et d'entretenir sa chambre ou la place qu'il occupe au dortoir, dans un état constant de propreté. Les dortoirs et corridors seront balayés et lavés par les prisonniers, à tour de rôle.
Les condamnés seront en outre obligés de faire, à tour de rôle, tout ce qui leur sera prescrit pour la propreté et la salubrité de la prison.

Tout détenu qui se refuse au service de propreté dont il est tenu, est mis au pain et à l'eau jusqu'à ce que son refus cesse, sans préjudice des autres punitions, s'il y a lieu.

Tout prisonnier est tenu d'enlever, vider et nettoyer le vase placé sous le siège de sa cellule, au moins une fois par jour et à l'heure qui lui sera indiquée.

Les tableaux des avocats et des avoués sont déposés au greffe de la prison. Le gardien-chef est tenu de les communiquer aux prévenus et accusés, d’abord à leur entrée et ensuite chaque fois qu’ils le demandent »

Epinal, le 2 mai 1846
Le Préfet des Vosges R. DE LA BERGERIE


En 1863, le régime cellulaire est abandonné pour faire place au système mixte. Pour créer des ateliers, on est amené à détruire 13 des cellules affectées aux femmes, mais le quartier des hommes est resté intact.

Le chauffage est assuré par un calorifère qui a cessé de fonctionner depuis cette date. Aucun système d’éclairage existe, seule une lampe placée au centre de la galerie donnant accès aux cellules, laisse paraître quelques flots de lumière.

En 1883, on demande le rétablissement des 13 cellules suite à la loi du 5 juin 1875 concernant les prisons cellulaires, l’aménagement des 59 autres, l’installation d’appareils de chauffage et de ventilation, l’éclairage au gaz et des sonneries électriques.

En 1989, le Ministère de la Justice annonce, dans le cadre du programme de modernisation du parc pénitentiaire, la fermeture entre 1990 et 1992, de 25 prisons trop vétustes et exigües pour se prêter à une réhabilitation. Parmi elles, la maison d’arrêt de Remiremont. Au soir du 30 novembre 1989, les derniers détenus ont quitté leur »domicile » pour gagner celui tout neuf d’Epinal.

Sources :
Archives Départementales d'Epinal
Journal Est Républicain




Dernière édition par Gaëtane le Lun 7 Nov 2011 - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 61
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: Re: Les prisons   Lun 7 Nov 2011 - 20:43

La prison de Remiremont





Intérieur de la prison


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1496
Age : 45
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Les prisons   Mar 8 Nov 2011 - 12:45

Merci Gaëtane.

quand on lit les motifs d'emprisonnement à l'époque on se dit qu'il y aurait foule aujourd'hui si ces motifs avaient cours. Rolling Eyes

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 61
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: Re: Les prisons   Mar 8 Juil 2014 - 21:20


La prison de Remiremont en 1970


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5613
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Prisons Indre-et-Loire 1800-1940   Sam 18 Fév 2017 - 15:08

CONSEIL GÉNÉRAL d'INDRE-ET-LOIRE
*******
LES ÉTABLISSEMENTS PÉNITENTIAIRES
1800-1940


Une source riche d'informations

archives.cg37.fr/UploadFile/GED/Archives1800-1940/1178535524.pdf

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les prisons   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les prisons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carte des prisons
» Prisons romaines et exécutions privées
» miamor : le suicide dans les prisons
» Carte des prisons
» [Collectif] contre les prisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: