La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le bourreau de Corse de 1870 à 1875

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mer 21 Juil 2010 - 19:05

Bonjour,
j'ai lu que la loi imposait qu'un seul bourreau devait officier sur tout le territoire français. A l'exception de la Corse et de l'Algérie.
Savez-vous qui était le bourreau en Corse durant cette période?
Existe-t-il de documents relatifs à ceux qui ont exercé cette fonction en Corse ?
Merci pour votre aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mer 21 Juil 2010 - 20:52

Les derniers bourreaux de la Corse furent Louis-Henri Desmorest qui occupa ce poste de 1853 à 1874. Il fut remplacé par Désiré Herman.

Ses principaux adjoints furent, de 1863 à 1871, Alphonse-Léon Berger, son gendre (avec qui il construisit la première guillotine « Berger » en 1868) puis, à partir de juillet 1871, Georges Bornacini.


Dernière édition par Jourdan coupe tête le Mer 30 Nov 2011 - 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: incollable !   Mer 21 Juil 2010 - 23:15

Merci pour cette réponse d'une rare précision.
Vous êtes décidément incollable !
Juste une petite question supplémentaire si je peux me permettre (pour tester l'incollabilité ?!): Qui était bourreau de 1873 à 1875 car si j'ai bien vu, c'est à partir de 1875 que la Corse est entrée dans le droit commun ?
Merci encore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mer 21 Juil 2010 - 23:16

Je viens de relire votre réponse et elle comportait la réponse à ma deuxième question. J'aurais dû lire jusqu'au bout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Sam 24 Juil 2010 - 18:36

Jourdan coupe tête a écrit:
Le dernier bourreau de la Corse est Louis-Henri Desmorest qui occupa ce poste de 1853 jusqu’à sa fermeture, en 1873.
Né à Reims le 7 décembre 1818 il mourut à Nîmes, en 1889, âgé de 71 ans.

Ses principaux adjoints furent, de 1863 à 1871, Alphonse-Léon Berger, son gendre (avec qui il construisit la première guillotine « Berger » en 1868) puis, à partir de juillet 1871, Georges Bornacini.
Content de vous revoir, Jourdan !
De mémoire, l'équipe corse chôma de 1871 à 1873...Suis-je dans le vrai ?
Bonne soirée !

Revenir en haut Aller en bas
hdesmorest
Bourreau départemental


Nombre de messages : 237
Age : 106
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Sam 24 Juil 2010 - 19:27

Bonsoir Pierrepoint,

D'après le palmarès 1871-1977, les bourreaux corses n'ont en effet pas été sollicités, du moins en matière d' exécution capitale.

Cordialement

H. DESMOREST


Dernière édition par hdesmorest le Jeu 29 Juil 2010 - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 9:59

Peut-être pourrez-vous m'éclairer sur un point : en 1888, Xavier Rocchini est exécuté à Sartène. Y a-t-il un moyen de connaître le nom du ou des exécuteurs ? S'agissait-il d'Anatole Deibler lui-même ou n'était-il alors qu'aide ou adjoint (je ne suis pas encore très au fait des intitulés des fonctions !)

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hdesmorest
Bourreau départemental


Nombre de messages : 237
Age : 106
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Exécution à Sartène   Dim 25 Juil 2010 - 10:25

Bonjour,

L'exécution du nommé Rocchini a été faite par Louis Deibler * (père d'Anatole) qui était exécuteur en chef depuis 1879 et le sera jusqu'en 1898 (sa dernière exécution est celle de Joseph VACHER, le 31 décembre). D'après ce que je sais, Anatole était encore aide en Algérie, où il effectuait depuis 1885 son "apprentissage". Il ne reviendra en France qu'en 1890, sera nommé aide auprès de son père et son premier exécuté en tant qu'"assistant" sera Eyraud (février 1891).

Je vous renvoie au site du webmaster concernant les exécuteurs parisiens puis "métropolitains" ayant utilisé la guillotine :

http://guillotine.voila.net/Bourreaux.html

Cordialement

H. DESMOREST


* Pour ce qui est des aides qui ont l'assisté lors de cette exécution, il faut voir ça auprès des spécialistes du forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 15:09

Merci infiniment pour ces précieux renseignements.
Par le plus grand des hasards, sait-on si Louis Deibler à tenu un carnet de notes concernant ses exécutions, à l'instar d'Anatole ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hdesmorest
Bourreau départemental


Nombre de messages : 237
Age : 106
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 15:28

Là aussi, il faudrait voir avec des spécialistes du forum.

En tout cas, il semblerait que le palmarès des exécutions pour Louis Deibler soit complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 15:35

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 15:36

mwamwa1966 a écrit:
Merci infiniment pour ces précieux renseignements.
Par le plus grand des hasards, sait-on si Louis Deibler à tenu un carnet de notes concernant ses exécutions, à l'instar d'Anatole ?
Pas à ma connaissance, mais d'autres membres du forum sont sans doute plus compétents sur ce chapitre ...D'après notre administrateur unique et préféré, qui se reconnaîtra, Desfourneaux aurait tenu des "Carnets", qui ont été détruits dans des circonstances imprécises...Le "Carnet Noir", d'Obrecht/Ker, est tout ce qui reste disponible au lecteur moyen, sachant que leur véracité peut être mise en doute sur certains points de détail :study:
En fait, les documents les plus passionnants sont ceux de F. Meyssonnier, mais ils sont limités à la Veuve en Algérie, Tunisie et Maroc !
Revenir en haut Aller en bas
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 15:51

En fait j'ai vu par hasard (toujours le hasard... ?) un article mentionnant le fait que lors de l'exécution de Rocchini à Sartène, les gens ne voulaient pas de la guillotine. Selon cet article, ce n'était pas la peine de mort qu'ils refusaient mais la guillotine elle-même. Je me disais que peut-être le bourreau (Louis, donc) aurait gardé des impressions de ce voyage en Corse.
L'article, sans remettre en cause le bien fondé de la peine de mort, disait que c'était une aberration de faire voyager la veuve et son cortège, de Paris par le train puis par le paquebot puis par une route de campagne de mauvaise qualité jusqu'à Sartène et de l'imposer à des gens qui ne la voulaient pas et lui auraient préféré sans doute (c'est le journaliste qui parle) la fusillade, en l'occurrence plus "économique".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 17:56

L’exécution de Saverio Rocchini à Sartène, le 5 septembre 1888, fut entourée de préparatifs laborieux et complexes. Tout d’abord, Louis Deibler dut constituer une équipe de trois adjoints comprenant Aimé Etienne, 54 ans (qui connaissait la Corse pour y avoir été exécuteur adjoint pendant quatre ans), Edouard Desfourneaux, 52 ans, et Edouard Laugé, auxiliaire et beau-frère de ce dernier. C’est ces trois noms qui figurent sur le registre d’embarquement du vapeur Bocognano à bord duquel l’exécuteur et ses aides prirent place, à Marseille, le 30 août 1888 (ils occupaient, tous les quatre, une cabine de seconde classe).

Berger, adjoint de 1ère classe, avec lequel Deibler était en froid depuis de nombreuses années avait, comme d’habitude, été écarté de cette mission.

Le fourgon des bois de justice, arrivé de Paris par le train, fut embarqué avec beaucoup de difficultés. On l’installa sur le pont, à bâbord, à l’avant du navire. Solidement amarré et recouvert d’une toile noire.
Après une étape à Ajaccio, le 1er septembre, le Bocognano reprit la route pour Propriano, le 4 septembre, à huit heures du matin. Deibler, sa machine et ses aides débarquèrent dans la matinée et, à midi, escortés par une compagnie du 111e de ligne, partirent pour Sartène où ils arrivèrent vers onze heures du soir.
De son côté, Rocchini avait été conduit d'Ajaccio à Propriano à bord d'un petit steamer, le Progrès, qui faisait le service ordinaire de la côte.

A Sartène, il était prévu que les exécuteurs logent à l’hôtel de France. Le propriétaire ayant refusé de les recevoir, les autorités durent procéder à une réquisition.

Rocchini fut guillotiné sur la place Porta, à cinq heures trente-cinq. L’exécution se déroula plus lentement qu’à l’habitude. L’ambiance était extrêmement tendue. Etienne et Laugé soutenaient le condamné, secoué sur la bascule par de fortes contractions, et Desfourneaux lui maintenait la tête dans la lunette. Maladroitement, en voulant la ramasser dans le baquet il la laissa échapper et elle roula à terre. De l’autre côté, le corps du condamné était tombé à genoux dans la bière qui faisait office de panier.
A sept heures, la guillotine était démontée pour reprendre la route du continent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
hdesmorest
Bourreau départemental


Nombre de messages : 237
Age : 106
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 18:29

Merci à vous pour toutes ces informations de spécialiste

L'Administration avait-elle son mot à dire concernant le "recrutement" d'aides officieux par les exécuteurs, ou laissait toute latitude à ces derniers ?

Cordialement

H. DESMOREST


Dernière édition par hdesmorest le Dim 25 Juil 2010 - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hdesmorest
Bourreau départemental


Nombre de messages : 237
Age : 106
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 18:48



Dernière édition par hdesmorest le Dim 25 Juil 2010 - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 20:02

hdesmorest a écrit:
Merci à vous pour toutes ces informations de spécialiste

L'Administration avait-elle son mot à dire concernant le "recrutement" d'aides officieux par les exécuteurs, ou laissait toute latitude à ces derniers ?

Cordialement

H. DESMOREST
Bonsoir, H. DESMOREST !
Je cite de mémoire, ma bibliothèque est encore en cartons suite à déménagement ...
Selon A. Obrecht, "Le Carnet Noir ", son oncle Anatole, qui voulait l'embaucher suite à la démission de Deschamps, le fit assister, sans participation à l'exécution de Fritz et Luntz , 20/10/1921 à Strasbourg, puis à celle de Landru le 25/02/1922 à Versaiiles.
Sa première prestation en tant qu'adjoint de 2° classe : Paris, 23/05/1922, "doublé"
Leuillette /Cadet;
Ai lu que Marcel Chevalier avait procédé de même avec son fils lors de ses deux seules prestations en tant que "Chef", Carrein et Djandoubi.
Revenir en haut Aller en bas
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Dim 25 Juil 2010 - 20:14

J'ai bien pris note de tout ça. Si, comme je crois le savoir, et le confirme le journaliste de l'époque, les Corses ne supportaient pas la guillotine et lui auraient préféré la fusillade, le déroulement chaotique de l'exécution n'a pas dû faciliter les choses.
J'ai cru comprendre aussi que Rocchini n'avait plus toute sa tête (oui, c'est facile).
La photo proposée en lien le montre, il me semble, avec une camisole de force.
Je ne suis pas un "spécialiste" (ce forum en est plein) mais la situation (condamner et exécuter un malade mental) semble rappeler le cas de Joseph Vacher.
Mais je me trompe sans doute. c'est ce que j'ai cru comprendre dans une émission de FranceInter cet été sur le cas de Joseph Vacher ("les persifleurs du mal").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mar 27 Juil 2010 - 17:34

Dans le fil de cette discussion un nouvelle précision : la photographie de Rocchini mise en lien sur le "palmarès" le montre, il me semble avec une camisole force.
Lui a-t-on mis cette camisole parce qu'il était aliéné ou s'agit-il de la camisole que l'on mettait, il me semble, aux condamnés à mort juste avant leur exécution ?
Dans ce cas, cette photo aurait été prise juste avant qu'il ne soit exécuté ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mer 28 Juil 2010 - 0:43

La meme photo en plus nette se trouve aussi dans le document ci dessus (Lien dans le post de hdesmorest). Il porte bien une camisole de force mais je crois que c'etait une mesure de securite avec tous les condamnes a mort. La photo est presque certainement prise entre sa condamnation et l'execution mais pas necessairement juste avant l'execution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mar 3 Aoû 2010 - 11:07

Boisdejustice a écrit:
La meme photo en plus nette se trouve aussi dans le document ci dessus (Lien dans le post de hdesmorest). Il porte bien une camisole de force mais je crois que c'etait une mesure de securite avec tous les condamnes a mort. La photo est presque certainement prise entre sa condamnation et l'execution mais pas necessairement juste avant l'execution.

Toutes les réponses à ces questions se trouvent dans les Archives de l'anthropologie criminelle et des sciences pénales de l’année 1888 (tome 3).

Cette photographie a été prise le 1er septembre 1888, à 9 heures du matin, à la demande du docteur Paoli, médecin expert près du tribunal d’Ajaccio, dont la revue ci-dessus publie les notes :

« Une heure après, je le visite à la prison, et je le trouve, revêtu de la camisole de force, assis sur une paillasse et surveillé par deux gardiens, qui se relèveront avec d'autres collègues et qui doivent veiller jour et nuit. A mon entrée dans la cellule, Rocchini se lève brusquement et jette sur moi un regard scrutateur. Une pensée sinistre traverse sans doute son esprit. M’apercevant de la fâcheuse impression produite sur lui, je décline immédiatement mes fonctions de médecin de la Maison d'arrêt. » (p. 604)

« Le lendemain [31 août 1888], sur mon instance, il consent, après une bien longue hésitation, à se faire photographier. Les épreuves ne réussirent pas et il fallut recommencer. Je lui fis part de mon intention, mais il refusa carrément. Le lendemain pourtant, il céda très facilement à mes instances, et à 9 heures du matin, il fut photographié dans deux poses dont une est reproduite ci-dessus. Il me demanda pourtant pourquoi je tenais tant à avoir sa photographie. Je fus interloqué, mais je me ravisai aussitôt, et ma foi ! sans plus d'ambages, je lui dis qu'au cas où sa peine n'aurait pas été commuée, il aurait été agréable à sa pauvre mère d'avoir l'image d'un fils, car avant tout, pour elle, le criminel était un fils. Je crus avoir produit sur lui l'effet d'un coup de massue en lui rappelant le souvenir de sa mère. Son visage au contraire resta impassible. Il accueillit froidement mes paroles et me pria en peu de mots de transmettre à sa mère son portrait. II posa devant l'appareil; le photographe lui fit prendre deux positions différentes. Le portrait est plein de vie. C'est bien Rocchini, avec son œil fourbe et louche et son sourire narquois au moment où il vous parle ou vous regarde. » (p. 607-608)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mar 3 Aoû 2010 - 11:28

Merci beaucoup. J'ai déjà lu avec passion ce document que l'un de vous m'a conseillé. J'ai aussi trouvé le récit de la vindetta dont l'histoire de Rocchini est un avatar (et une conséquence) dans un livre de Paul Bourde "L'esprit de clan - les mœurs politiques- les vendettas - le banditisme" (Lacour - Rediviva).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mer 31 Aoû 2011 - 18:59

bonjour à tous,
je continue mes investigations sur le "cas Rocchini".
En lisant la presse de l'époque (abondante) sur cette affaire, je suis tombé sur quelque chose d'intrigant :
Parmi les aides accompagnant Louis Deibler un journaliste sans doute imaginatif mentionne la présence de Berger.
Je sais que ce dernier avait été exécuteur en Corse et y avait perfectionné son modèle de Guillotine.
Mais vu que "Jordan Coupe tête" dit plus haut qu'il avait été écarté de cette mission par Deibler, j'aurais tendance à le croire (vu qu'il est particulièrement documenté).
Mais, je reviens tout de même pour demander confirmation de son absence en Corse pour cette exécution...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Mer 31 Aoû 2011 - 20:18

Bonsoir,mwamwa1966 !
La mise à l'écart quasi-systématique de Berger par Louis Deibler provient, à mon sens, du fait que ledit Berger espérait bien succéder à Nicolas Roch lors du décès de ce dernier, puisqu'il était plus ancien que Louis Deibler dans l'équipe Heidenreich, prédécesseur de Roch.C'est Deibler (1° classe) qui fut choisi, Berger n'étant que de 2° classe.
Pourquoi ??? Jourdan a peut-être des lumières... Idea Berger avait été adjoint en Corse...est-ce la raison ?

Revenir en haut Aller en bas
mwamwa1966
Aide confirmé


Nombre de messages : 46
Age : 51
Date d'inscription : 21/07/2010

MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   Jeu 1 Sep 2011 - 11:13

Bonsoir,mwamwa1966 !
La mise à l'écart quasi-systématique de Berger par Louis Deibler provient, à mon sens, du fait que ledit Berger espérait bien succéder à Nicolas Roch lors du décès de ce dernier, puisqu'il était plus ancien que Louis Deibler dans l'équipe Heidenreich, prédécesseur de Roch.C'est Deibler (1° classe) qui fut choisi, Berger n'étant que de 2° classe.
Pourquoi ??? Jourdan a peut-être des lumières... Berger avait été adjoint en Corse...est-ce la raison ?


Bonjour,
Une question encore : vous dites que la raison pour laquelle Berger n'avait pas été choisi pour remplacer Roch était qu'il était deuxième classe.
Voulez-vous dire qu'il était toujours deuxième classe parce qu'il était adjoint en Corse ?
En quoi cela influait-il sur son statut dans la hiérarchie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bourreau de Corse de 1870 à 1875   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bourreau de Corse de 1870 à 1875
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le bourreau de Corse de 1870 à 1875
» Bourreau corse victime de sa propre veuve ?
» Flamby : de la Corse au continent
» Paroles de bourreau - Le Monde Magazine
» Petit - premier bourreau en Nouvelle-Calédonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: CES MESSIEURS DU PETIT MATIN-
Sauter vers: