La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Guillotine en Sicile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Guillotine en Sicile   Mer 26 Mai 2010 - 12:42

Un article du quotidien Repubblica:

http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2010/02/27/quando-isola-pago-il-caro-boia.html

QUAND La SICILE PAYAIT SES BOURREAUX
Repubblica — 27 febbraio 2010 pagina 17 sezione: PALERMO
Toute révolution est accompagnée d’un cycle de violences et de réglements de compte suivi par une phase de purges sans parler des répressions en cas d’échec. Ce qui fût le cas en Sicile lors de la révolution de 1848-1849. Bourreaux, pelotons d’exécution, clémence pour d’aucuns et proscriptions pour d’autres.
L’article cité porte sur les détails quotidiens des exécutions dans l’ile ainsi que sur le vocabulaire utilisé en sicilien (voir les romans de Camilieri).

On apprend ainsi que le transfert d’un condamné et de son peloton sont une corvée, dans les « pizzini » du commande de la place de Palerme ( capitano d' arme del Distretto di Palermo, Sezione Orientale) Giuseppe Scordato:
«1 décembre 1849. Voiture utilisée pour amener à Bagheria le condamné à la fusillade Nicolò Bagnasco: Ducats 3,60». «3 décembre 1849. Carosse utilisé pour conduire à Misilmeri le condamné Giusto Piraino: Ducats 3,60». «Je certifie que Mr. Giuseppe Montalbano m’a porté dans sa caléche l’exécution par fusillade du délinquant Nicolò Bagnasco, ce pourquoi le dit Mr. Montalbano a du rester jusqu’à 18.00 à Bagheria avant de rentrer avec moi – ce billet servant pour sa peine” – avec le reçu du paiement du voiturier Montalbano «Pour avori conduit le 1er décembre le patient Giusto Piraino à Misilmeri pour y subir sa fusilladee».
Les deux fusilés étaient certainement des révolutionnaires , les condamnés de droit commun étant guillotinés, en général sur le lieu de leurs crimes.

Ainsi lorsqu’il y eut urgence d’une exécution à Girgenti (ancien nom d’Agrigente) se posa le problème de trouver un exécuteur professionnel, « emprunté à Palerme ». Le « prêt » fit l’objet d’un échange épistolaire entre la préfecture de police et la Lieutenance générale (le gouvernement). En particulier sur le « bon goût» des habits du bourreau, qu’il fallut vêtir pour les besoins du « transfert ».
Le préfet Francesco di Silvestri scrivi au Gouverneur ( Luogotenente): «21 septembre 1850. Vu les pressions du Procureur Général à la cour d’assise d’Agrigente (Essendosi fatte delle premure dal Procuratore Generale del Re presso la Gran Corte Criminale di Girgenti), le directeur de la police (de la province) s’est engagé oralement à habiller l’exécuteur pour son transfert. En conséquence de quoi j’ai l’honneur de vous adresser une note de frais de Ducats 31,48 comme vous pourrez le voir dans l’annexe – dont Ducats 24,93 pour le tissu à MMr. Allegra et Daddi et le reste - Ducats 6,75 – au tailleur Antonio Cavallaro pour la confection et autre.». Le gouverneur – Luogotenente – approuva et mit les frais sur le budget de la Justice.
L’inefficacité des services de renseignement de la police à la veille de la révolte porta au remplacement de son chef par un policier astucieux, capable et – si on croit les anecdotes – plutôt féroce : Salvatore Maniscalco.

Avec lui le budget mensuels pour payer les espions, indics et infoirmateurs augmenta en fléche, par comparaison avec les sommes réduites allouées auparavant, égales au montant de la location d’une voiture…
En 1850, les reçus témoignent que les dépenses mensuelles “secrétes” étaient de 400 ducats et pour la fête de Sainte-Rosalie, patrone de Palerme, 145 ducats en plus. Dans un dossier de la préfecture de police au titre vague: “Pour 180 Ducats” on retrouve le détail des paiement à un agent secret à l‘Etranger..

Source : Fondo Real Segreteria, Governo Luogotenenziale, Polizia, buste 589 e 591. - MARIO GENCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Guillotine en Sicile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guillotine en Sicile
» The guillotine from Kiev Museum of the War
» La guillotine du Caveau des oubliettes
» Les réactions des condamnés face à la guillotine
» Guillotine ayant exécuté Louis XVI ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA VEUVE-
Sauter vers: