La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Reférences livres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
AuteurMessage
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Le beau mûfle   Jeu 8 Aoû 2013 - 15:23




http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55586464.swf.f10.langFR

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mar 8 Oct 2013 - 16:24

Sur livres du Vexin. com Remise 10% sur votre commande Code NALA

http://www.livresduvexin.com/
https://www.facebook.com/livres.duvexin

Livres en ligne en vente si cela intéresse quelqu'un...

Je connais bien,vous pouvez acheter des livres pas chers,des disques,des cds etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mar 8 Oct 2013 - 18:39

Un site intéressant, merci Tof. queen

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Le retour de Robespierre   Ven 20 Déc 2013 - 8:03



Deux cents ans après la Révolution française, le retour de la Terreur en plein coeur de Paris ! Juillet 2006, dans un Paris étouffé par la chaleur estivale, une série de meurtres, rappelant les heures sombres de la Révolution française, sont commis suivant le rituel de la guillotine. Les exécutions s'enchaînent, les têtes tombent... Pour sa première enquête criminelle, la commissaire Rosemond va devoir agir très vite. Elle sera aidée par Tiburce Fleurton, historien et animateur radio dont les émissions où il incarne Robespierre suscitent les appels en direct de passionnés de cette époque. Un soir, une certaine Elisabeth, revendique ces crimes odieux... La chasse au serial-killer est alors lancée !


Quelqu'un l'a lu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 22 Jan 2014 - 14:13

edit


Dernière édition par tof1 le Mer 22 Jan 2014 - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5694
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 22 Jan 2014 - 19:01

Un intéressant message de tof



Juillet 1943 : Le commissaire de police de Gonesse Franck Martineau, novembre 1943 : Le commissaire principal de police de Juvisy Georges Gautier, sont assassinés, suite à des dénonciations calomnieuses, par des FTP .
Le grand résistant Arsène Tchakarian,dernier survivant des compagnons de Missak Manouchian,ne se reconnait pas dans ces actions qu'il réprouve. On lui doit deux ouvrages de référence : "Les fusillés du Mont Valérien" et "Les commandos de l'Affiche Rouge" ce dernier en collaboration avec Hélène Kosséian.
Gautier et Martineau passent à la trappe de l'histoire locale.

En 2003,le fils ainé du commissaire Martineau-ce dernier avait laissé une veuve et cinq enfants très jeunes-se lance obstinément à la recherche de la vérité.

Ce fut un vrai parcours du combattant qui a duré 10 ans,au travers des mensonges officiels et des contrevérités dont pas mal de racontars.

C'est dans ces conditions,qu'en 2006, il a fait la découverte du corps de son père criblé de balles sur l'Affiche Rouge qui a immortalisé Missak Manouchian et ses camarades.

Georges Gautier et Franck Martineau sont "les inconnus de l'affiche rouge". Ils ont été reconnus "victimes du devoir".

http://libre-label.izibookstore.com/produit/50/9782361281847/LES%20INCONNUS%20DE%20LAFFICHE%20ROUGE





Ce livre me tient beaucoup à cœur car c'est mon oncle à propos de son père(donc de mon grand père...)qui l'a écrit...Histoire malheureusement authentique...

J'ai essayé modestement de l'aider dans ses recherches en  recherchant et en trouvant des documents aux archives départementales de L'Hérault puisque l'histoire s'est terminée-pour un des protagonistes-à Villeneuve les Maguelone...

_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 22 Jan 2014 - 21:54


Voici un passage du premier chapitre du livre:

"Chapitre 1

La recherche de la vérité

Je suis le fils du commissaire de police Franck Martineau qui fut responsable de la circonscription de Gonesse d'août 1940 à juillet 1943.

Mon père a été assassiné, vers 12h15, par des FTPF, sur la route nationale 370 qui va de Gonesse à Ecouen, sans doute à la hauteur du grand rond-point proche de l'école primaire. Il le fut suite à une dénonciation calomnieuse, tout comme son collègue le commissaire principal Georges Gautier de Juvisy en septembre 1943. Cela leur valu de figurer sur la célébrissime « Affiche Rouge «. A gauche figure le torse percé de balle de mon père et au centre son collègue effondré sur sa motocyclette.

Je tiens à rappeler, dès à présent, que l'Affiche Rouge est un document de propagande allemand de début 1944. C'est un montage photographique. Les jeunes héros FTP étrangers et leur chef Missak Manouchian n'ont rien à voir avec les assassinats des commissaires Martineau et Gautier.

On était le 15 juillet 1943, il rentrait à la maison proche de la gare de Villiers-le-Bel, pour déjeuner. Vers 12h45, j'étais en train de jouer dans la rue, devant la maison, avec ma sœur Annie, 6 ans, quand une ouvrière agricole polonaise est arrivée en courant et a dit à ma mère et devant moi « Venez vite madame Martineau, votre mari est sur la route. « "....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: la bibliographie   Dim 9 Fév 2014 - 15:29

Bonjour,
je souhaiterais savoir si certains connaissent une bonne bibliographie sur les bourreaux durant l'ancien régime.
D'avance, merci
Revenir en haut Aller en bas
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Reférences livres   Dim 9 Fév 2014 - 17:19

L'un des livres références est "le métier de bourreau" de Jacques Delarue (trouvable d'occasion, pas toujours bon marché, sur le net ).

La période de l'ancien régime n'est peut-être pas la plus étoffée.

J'avais trouvé bon le livre "les bourreaux en France" de Jacques Armand.

"une histoire de la peine de mort" de Pascal Bastien qui traite et fait la comparaison entre les bourreaux de Paris et de Londres (voir un descriptif, ici).

Les livres sur Sanson, mais qui parlent plus de la période révolutionnaire.

Il y en a bien d'autres, mais ils évoquent plus qu'ils ne traitent l'aspect que vous recherchez.

Bonne lecture!  

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Reférences livres   Dim 9 Fév 2014 - 20:50

tof1 a écrit:

Voici un passage du premier chapitre du livre:

"Chapitre 1

La recherche de la vérité

Je suis le fils du commissaire de police Franck Martineau qui fut responsable de la circonscription de Gonesse d'août 1940 à juillet 1943.

Mon père a été assassiné, vers 12h15, par des FTPF, sur la route nationale 370 qui va de Gonesse à Ecouen, sans doute à la hauteur du grand rond-point proche de l'école primaire. Il le fut suite à une dénonciation calomnieuse, tout comme son collègue le commissaire principal Georges Gautier de Juvisy en septembre 1943. Cela leur valu de figurer sur la célébrissime « Affiche Rouge «. A gauche figure le torse percé de balle de mon père et au centre son collègue effondré sur sa motocyclette.

Je tiens à rappeler, dès à présent, que l'Affiche Rouge est un document de propagande allemand de début 1944. C'est un montage photographique. Les jeunes héros FTP étrangers et leur chef Missak Manouchian n'ont rien à voir avec les assassinats des commissaires Martineau et Gautier.

On était le 15 juillet 1943, il rentrait à la maison proche de la gare de Villiers-le-Bel, pour déjeuner. Vers 12h45, j'étais en train de jouer dans la rue, devant la maison, avec ma sœur Annie, 6 ans, quand une ouvrière agricole polonaise est arrivée en courant et a dit à ma mère et devant moi « Venez vite madame Martineau, votre mari est sur la route. « "....

Le site Criminicorpus m'entionne l'assassinat de Franck Martineau :
http://criminocorpus.hypotheses.org/5605  (presque en bas de page, commence par AD 95.
Revenir en haut Aller en bas
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Dim 9 Fév 2014 - 22:08

Oui exact mais cela était au début de l’enquête de mon oncle...

On savait les faits mais pas tout ce qui s'est tramé autour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Lun 17 Fév 2014 - 11:18

http://www.midilibre.fr/2014/02/16/j-ai-libere-plus-de-40-condamnes-a-perpetuite,823132.php


Article intéressant sur la liberté conditionnelle des condamnés à perpétuité..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Dim 17 Aoû 2014 - 8:25

http://www.midilibre.fr/2014/08/16/un-episode-oublie-de-la-terreur-a-montpellier,1038435.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Filomatic
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 540
Age : 56
Localisation : 102 Dijon-Longvic
Emploi : Spécialiste Cascadeur.
Date d'inscription : 06/07/2012

MessageSujet: Nouveau livre sur la Révolution française   Sam 18 Oct 2014 - 22:27


Le journaliste espagnol Pedro J. Ramírez ( pédant sans culotte ), a publié un curieux livre sur la révolution dans votre langue.

Que Dieu nous vienne en aide...... Te voilà prévenu.

http://www.fontaineolivres.com/IMG/png/le_coup_d_etat.png



Image:http://www.elmundo.es/cultura/2014/10/09/54356bc7e2704e153e8b458c.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piotr
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 2450
Localisation : Poland
Emploi : MD-but I'm not working in prison ;-)
Date d'inscription : 07/02/2006

MessageSujet: "Devant l'echafaud"   Lun 20 Oct 2014 - 23:02

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5822940q/f2.image.r=anastay.langFR
with photos of Condamned
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tof1
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 834
Age : 52
Localisation : MONTPELLIER
Emploi : transport routier
Date d'inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 29 Oct 2014 - 20:29

http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/10/29/bibliotheque-vatican-met-tresors-ligne-255763


http://digital.vatlib.it/en/collection


De nouvelles sources à trouver!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Souvenirs d'un directeur de prison   Lun 24 Nov 2014 - 9:29

Dabat B. et P. Souvenirs d’un directeur de prison. Editions et publications contemporaines, Paris, 1929. 164 pages. Avec illustrations et fac-similés.
             
                                                                                                                               






M. Dabat.
Quotidien Le Journal, du 03-11-1926.
(source : gallica.bnf.fr)

 " LEURS PRISONS "
ou trente-cinq ans de la vie
d’un directeur du Dépôt


M. Dabat, directeur du Dépôt, va prendre sa retraite.
De toutes les personnes qui ont passé leur existence dans les prisons, il y en a peu qui puissent dire comme M. Dabat : « Sans peur et sans reproche, je serai regretté de tous ceux qui m'ont connu. »
Cet éminent fonctionnaire entra pour la première fois à la Tour pointue en qualité de commis-grefier ; à titre d'avancement on l'envoya comme économe adjoint à Saint-Lazare, puis économe à Fresnes, enfin, économe central des prisons de Paris. Il fit preuve de tant de qualités professionnelles qu'on l'envoya directeur à la centrale de Riom ; de là il vint diriger la Santé et, enfin, le Dépôt et la Conciergerie. Cela fait, au total, trente-cinq années de présence permanente dans les coulisses du drame . Il serait bien extraordinaire qu'au bout d'une pareille vie un homme n'eût point gardé contre la société une pointe d'humeur.

Chez M. Dabat, cette humeur n'est heureusement point grave; elle ne se manifeste guère que contre les journalistes. Il leur interdit rigoureusement sa porte et comme c'est une porte de prison, il est inutile d'insister.  Aussi n'est-ce point de M. Dabat lui-même que nous avons connu les projets qu'il caresse pour le jour prochain où, muni de sa levée d'écrou, il franchira la grille du Dépôt et entrera dans le monde pour y rencontrer certainement quelques flgures déjà vues.

M. Dabat écrira ses Mémoires : un volume, peut-être deux, qui pourraient s'intituler : Leurs prisons.
Ce livre nous apprendra des choses curieuses, touchantes, navrantes et peut-être terribles, car l'auteur aura connu tous les voleurs, les criminels, les passionnés, les ambitieux vaincus, les révoltés, qui ont peuplé la chronique de ces vingt dernières années.
Il a assisté aux minutes ultimes d'une trentaine de condamnés, depuis le trop fameux Liabeuf dont l'exécution mouvementée marqua la « rentrée » de la Veuve jusqu'aux fusillés de Vincennes qui firent un stage à la Santé ; il a vu mourir le bandit Lacombe qui se jeta du toit de la prison (5 avril 1913. Anarchiste, auteur de plusieurs meurtres) ; il a réglé la triste mise en scène du supplice de Duchemin, le parricide ; il a connu la bande à Bonnot, et particulièrement l'énigmatique Dieudonné, — aujourd'hui bagnard modèle, — qui, dans une lettre a M. Dabat, abjura sa foi anarchiste ; il sait bien des choses sur Duval, Almereyda et leurs amis ; il hébergea des hommes politiques célèbres et nous dira, à propos de l'un d'eux, comment son avenir administratif faillit être compromis. Oh ! peu de chose. Un baiser, un tout petit baiser.

C'était à l'époque où il y avait foule à la Santé ; les gardiens étaient surmenés. Un jour, ils laissèrent entr'ouverte la porte de la cellule d'un ancien président du Conseil qui attendait la visite du juge d'instruction. Mais Mme la présidente arriva et, circulant dans la prison avec une
certaine habitude, entra dans la cellule pour embrasser son mari. Or, le juge entra à son tour. et vit la touchante scène.
L'histoire faillit tourner mal.
M. Dabat eut d'autres ennuis : il arriva à la Santé à l'époque où l'on pratiquait, avec une aisance qui faisait la joie des humoristes, « l'évasion par substitution ». Mais M. Dabat mit bon ordre à cela, et il nous racontera comment. Son œuvre sera agrémentée de la plus pittoresque collection de poésies, d'aquarelles et de dessins exécutés, c'est bien le mot, « dans les prisons » ; on y lira des couplets que Bruant n'eût pas désavoués et on y admirera des peintures fort sages qui se tiennent à une égale distance du genre pompier et de la façon douanier (Henri Rouseau, ancien employé de l’octroi de Paris, peintre amateur devenu mondialement célèbre).

Ajoutons que le directeur du Dépôt fût un fonctionnaire à la fois sévère, courtois et juste, du moins tous les gens qui ont eu affaire à lui, et particulièrement ses subordonnés, l'affirment. Il est bon de n'avoir là-dessus aucun avis personnel. Son livre sera lu certainement avec plaisir,
notamment par ceux qui n'y trouveront point leur nom. — L. B.

* Le livre est en ligne sur ENAP : http://data.decalog.net/enap1/liens/fonds/T13A35.PDF
(Le chapitre VI est consacré à la Veuve. Page 53 à 61).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 28 Jan 2015 - 18:13

PARU AUJOURD'HUI :

Scènes de crimes
. Sous la direction de Philippe Charlier. Editions du Rocher. Une centaine de photographies parvenant des archives de la Préfecture de police de Paris.



L'affaire du bois de Vincennes. Homme trouvé ligoté dans le lac Daumesnil.
(Préfecture de police)

Détails: http://www.20minutes.fr/societe/1527699-20150128-quand-experts-paris-photographiaient-1870-scenes-crimes
Revenir en haut Aller en bas
itto
Bourreau de village


Nombre de messages : 57
Age : 69
Date d'inscription : 08/08/2014

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 28 Jan 2015 - 22:34

3° paragraphe :: ,je cite: "l'énigmatique Dieudonné, bagnard modèle"

l'histoire se répète presque ou bien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viking
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 59
Localisation : IDF, Normandie
Date d'inscription : 13/05/2015

MessageSujet: La guillotine au secret   Ven 17 Juil 2015 - 14:15

Je viens de commander, pour 12.00 €, cet ouvrage, d'occasion, qui est en état "Comme neuf".



Quelqu'un parmi vous connait-il ce livre ?
Quel est votre avis ?

Merci et bon week-end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Reférences livres   Sam 18 Juil 2015 - 18:37

Je ne l'ai pas lu. Merci de me dire ce qu'il vaut quand vous l'aurez fini.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viking
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 59
Localisation : IDF, Normandie
Date d'inscription : 13/05/2015

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 19 Aoû 2015 - 15:36

Bonjour à toutes et tous.

Je viens de terminer "La guillotine au secret".

Très instructif, mais un peu rébarbatif à lire. (A mon humble avis). Ou alors, pas des heures d'affilées.
(C'est pour cela que je donne mon sentiment aussi tard).
A part 2 ou 3 anecdotes, vous n'y trouverez rien comme dans "Le carnet noir du bourreau", Anatole Deibler, profession: Bourreau" ou "Paroles de bourreau"
Comme expliqué plus bas, ce n'est pas le but de cet ouvrage.
J'ai pour habitude de relire de temps en temps, certains livres que j'apprécie particulièrement.
Ce ne sera pas le cas pour celui-ci.
Une chose très désagréable: Les renvois obligent à aller en fin de livre pour lire les notes s'y rapportant.
Sur la liste des exécutions de 1870 à 1939, nombreuses erreurs de dates.
(Il ne semble pas que l'auteur se soit renseigné réellement sur les exécutions de cette période, et qu'il a copié simplement une liste trouvée sur internet, recopiant en même temps les erreurs de cette dite liste...)

Voici un article sur ce livre, parmi d'autres, mais qui résume bien, à mon avis, le contenu de cet ouvrage. Il sera bien plus éloquent que moi...
A acheter si vous le trouvez d'occasion pour une somme modique, comme moi (12.00 €).

Emmanuel Taieb publie ici une version remaniée de sa thèse de science politique soutenue en 2006. L’ouvrage conserve de son origine universitaire un certain nombre de pesanteurs, comme de multiples références aux autorités (en premier lieu Norbert Elias et Michel Foucault), de nombreuses discussions historiographiques très pointues et parfois un style un peu jargonnant. Il reproduit aussi des tableaux aussi utiles qu’instructifs (sur les principaux lieux d’exécution en France, les dates d’abandon des principales pratiques punitives, une comparaison entre l’abolition de la peine de mort et celle de sa publicité dans les différents pays occidentaux, et last but not least, la liste nominale des 566 personnes exécutées entre 1870 et 1939 – parmi elles, quatre femmes seulement). L’auteur retrace avec précision les étapes qui mènent à la suppression de la publicité des exécutions capitales, et donc la mise au secret de la guillotine – d’où le titre, qui semble pour le coup prêter à confusion. Cette question, qui n’est pas celle de l’abolition mais qui évidemment lui est liée, relève à la fois d’enjeux juridique, sociologique, politique et culturel : l’éventail des sources (l’auteur a privilégié la presse et les archives judiciaires) et des auteurs (de Durkheim à Corbin) convoqué par E. Taieb donne une idée de l’ampleur de ce travail. Elle lui permet aussi, à côté de considérations plus structurelles, de faire une histoire riche en récits – y compris en sollicitant la littérature avec Hugo, Thackeray, Tourgueniev, Villiers de L'Isle-Adam – et en portraits, que ce soit celui du condamné ou du bourreau. Malgré un certain nombre d’initiatives parlementaires, la publicité de la peine capitale ne sera jamais abolie par la chambre des députés (puisque c’est finalement par un décret du gouvernement qu’elle le sera) au motif que cette mesure soit interprétée comme « un adoucissement pénal ». Pourtant, et l’auteur le détaille avec précision, les autorités politiques tendent à en rogner progressivement les aspects les plus spectaculaires : suppression de l’échafaud surélevé, généralisation des abords de la prison comme lieu des exécutions, restriction des prises de vue, avancement de l’exécution à une heure de plus en plus matinale… La publicité n’est abolie qu’avec le décret-loi du 24 juin 1939, passé inaperçu en raison du contexte, alors qu’elle l’avait été dès 1860 aux Pays-Bas, en 1868 en Angleterre… La IIIe République a repris donc sans le modifier le code pénal de 1791 qui stipule la nécessité d’exécuter en public. Un tel retard de la France républicaine à accomplir ce « saut démocratique » (p. 254) ne manque pas d’interroger – comme toutes proportions gardées, la répugnance à accorder le droit de vote aux femmes. A ce titre, la démonstration de l’auteur n’est pas totalement convaincante : à opposer symétriquement une sensibilité humanitariste républicaine à un rétentionnisme assimilé à la droite (p. 68, 78), elle rend mal une attitude plus complexe de la gauche patriote à l’égard de la guillotine, au-delà de triviales considérations électoralistes. De même, l’absence d’étude du discours religieux, réduit au rang de simple outil du politique, aurait peut-être permis d’amener davantage de nuances – en partant des récits laissés par les aumôniers, figure obligée du rituel. Surtout, et c’est là que réside l’intérêt du livre, la publicité de la peine de mort est présentée comme un « rituel politique de violence », une démonstration de pouvoir, au sens où la peine sert la souveraineté avant tout (p. 12). Dans cet esprit, on lira avec ravissement l’aparté consacré au « chauvinisme du mode d’exécution » (p. 203-204). L’exécution publique, de plus en plus concurrencée par d’autres cérémonies publiques, est un rituel d’obéissance par lequel s’exerce la légitimation politique du pouvoir (avec, selon les calculs de l’auteur, 5800 spectateurs en moyenne dans les villes de province). La réduction du nombre d’exécuteurs à un seul pour le territoire métropolitain comme le dessaisissement de la cour d’assises de désigner une place publique particulière disent bien la volonté de faire de l’exécution une démonstration de la centralité du pouvoir. La contestation puis l’abandon de la publicité, ainsi que la disqualification de la présence de la foule, relèvent d’une mutation des sensibilités, d’un processus de civilisation, où la violence d’Etat est dissimulée, renfermée ou, pour mieux dire l’ambiguïté du processus, refoulée. En bref, un livre qui donne un regard à la fois neuf1, acéré et complet sur un point significatif de notre histoire collective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1509
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Reférences livres   Mer 19 Aoû 2015 - 18:27

Merci de votre avis. Du coup, je ne pense pas lire ce livre. What a Face

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viking
Bourreau de village
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 59
Localisation : IDF, Normandie
Date d'inscription : 13/05/2015

MessageSujet: Re: Reférences livres   Jeu 20 Aoû 2015 - 18:28

Je mets ici la table des matières, des fois que:





Bonne soirée à toutes et tous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reférences livres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reférences livres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 10 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
 Sujets similaires
-
» EDM - Livres personnalisés pour enfants
» donne livres
» vente des livres de la formation par des BAFM
» Télésecrétaire en réflexion
» Alouette III

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: