La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Poésie de Mancini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Poésie de Mancini   Ven 16 Oct 2009 - 12:27

Le dernier duc de Nevers - Mr. de Mancini -, membre de l'Académie Française écrivit dans un petit poéme son expérience face à la guillotine:

Il s'agit en fait de Louis Jules Barbon MAZARINI-MANCINI - arrière petit neveu du Cardinal Jules de Mazarin qui avait racheté ce titre à la famille italo-française des Gonzague de Mantoue (voir le Bossu de Paul Féval) - né en 1716, fils de Philippe-Jules-François MANCINI et de Marie-Anne SPINOLA (autre grande famille italienne de Gènes).

En 1730 (à 14 ans) il épouse Hélène-Angélique-Françoise PHELIPPAUX de PONT-CHARTRAIN, soeur du ministre MAUREPAS..

Militaire de 1734 à 1742. Il entre à l'Académie française en 1742 (à 26 ans - ce qui fait penser à Jean Sarkozy - la valeur n'attend pas le nombre des Années comme disait Corneille - mais il faut dire à sa défense qu'on faisait une carrière bcp plus jeune qu'aujourd'hui au XVIIIème et aussi qu'on mourrait beaucoup plus to^t).

Ambassadeur à Rome en 1749, en mission diplomatique à Berlin en 1746, à Londres en 1762.

Il succède à son père à la tête du gouvernement du duché en 1769. Il y acquiert un réputation de libéralisme et de générosité. Il semble que ses intendants et feudataires avaient des pratiques moins libérales [cette tradition ne s'est pas perdue], si on se réfère à ce qu'en dit le Comte Beugnot dans ses Mémoires

Il est appelé au Conseil du roi en 1787 par Loménie de Brienne.
[Apparemment plus par politesse - on ne comprend pas son ro^le.]


Arrêté sous la Terreur, le 13 septembre 1793, il est incarcéré aux Carmes.

Dépouillé de son château ducal de Nevers, qui a été mis à sac, de ses forêts d'Entrains et de Donzy, il avait assez d'esprit pour s'estimer heureux d'avoir conservé sa tête (les gens du XVIIIème avaient un grand sens de l'humour - e.g.: le procureur Fouquier-Tinville - qui survécut mal au XIXème - l'humour et pas Fouquier).

J'ai perdu ma fortune entière
Ou s'il m'en reste, ce n'est guère
Je suis mal mis et mal nourri
Ahi ! Povero Mancini !


Mais je n'ai plus regrets, ni peines,
Zulmé m'a donné pour étrennes
Les deux beaux écrans que voici :
Ah ! Ah ! Trop heureux Mancini !


J'ai vu de près la guillotine
Mon sort avait méchante mine
Et j'en avais quelques soucis
Ahi ! Povero Mancini !


Mais je n'ai pas monté l'échelle
Et dans le quartier de Grenelle
Je suis reçu, je suis chéri !
Ah ! Ah ! Trop heureux Mancini !

Il est libéré (complétement ruiné) le 8 octobre 1794, après la chute de Robespierre.
Il travailla alors à la publication de ses oeuvres littéraires (8 volumes, dont 2 de fables) et mourut à Paris le 20 février 1798 à l'âge de 82 ans, en dédiant son dernier poème à son médecin.

Cf: http://pagesperso-orange.fr/pierre.collenot/Issards_fr/personna/personnages.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Poésie de Mancini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: LA MACHINE DANS L'IMAGINAIRE-
Sauter vers: