La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   Lun 5 Oct 2009 - 20:15



2011-12-21 par Adelayde

En haut de cette route, le lieu de la tuerie.

* Le lundi 13 décembre 1909, M. Lechtahaler, 76 ans, mais toujours chasseur à ses heures, quitta son village de Commissey (Yonne) et s'engagea dans la campagne. Soudain, il aperçut deux jeunes garçons, paraissant assez fatigués et arpentant le terrain environnant. Il fit alors un rapprochement avec un fait-divers tragique qui s'était déroulé trois jours auparavant dans une ferme de cette région du Tonnerrois et qui avait mis la population locale dans un émoi indescriptible. Ses soupçons augmentant, il leva alors son arme vers les deux jeunes gens et leur intima l'ordre de les suivre au proche village. Son intuition était bonne. Il venait d'arrêter les auteurs du crime de la « ferme de Jully » (Yonne), une des tueries les plus sanglantes et les plus retentissantes qui se soient déroulées en ce début de siècle.

Les deux garcons, venus tenter l'aventure en France, étaient originaires de Suisse. Richard-Joseph Jacquiard, 16ans et demi, et Joseph Vienny, 14 ans et demi, avaient été embauché comme vachers à « la ferme de Jully » exploitée par la famille Verrières. Mais depuis le soir du vendredi 10 décembre ils étaient recherchés après leur fuite de cette ferme. En effet, ce soir là, un enfant de 10 ans, Louis Imbert, également employé dans cette ferme, avait fait irruption dans la ferme voisine des Verrières, hors d'haleine et blessé. Il avait raconté aux fermiers qu'un drame venait de se produire chez ses patrons. La découverte avait été terrible pour les voisins. Cinq cadavres gisaient dans la ferme.

M. et Mme Verrières avaient été tués à coups de révolver par Jacquiard et les deux domestiques, MM. Bonny et Rusconni, massacrés à la hache par le même. Marie Goguet, la bonne, flottait dans le puits où l'avaient jeté les deux complices après que Vienny lui ai tiré un coup de révolver dans la nuque et qu'ensuite Jacquiart lui ai tranché la gorge avec son couteau. Pour le petit berger Imbert, seule sa présence d'esprit lui avait permis de sauver sa vie. Seulement blessé à la hache par Vienny il fit le mort, mais aussitôt que l'occasion se présenta il fuya vers la ferme voisine pour donner l'alerte. S'apercevant de la disparition d'imbert, Jaquiard et Vienny avaient pris peur et quitté la ferme, passant deux jours à vagabonder dans la campagne où M.Lechtahaler les avait alors rencontrés. Les quatre enfants des époux Verrières devaient aussi être tués (déclaration de Jacquiard) et seule la fuite d'Imbert les avait sauvés.

Le procès de Jaquiard et Vienny s'ouvrit aux assises d'Auxerre en juin 1910. A la barre, le docteur Mercier évoqua l'hérédité de Vienny, (mère et tantes aliénées) et la dégénérescence physique et alcoolique des deux accusés, laissant entendre implicitement que le mobile du crime, l'argent selon Jacquiard, ne pouvait, seul, expliquer la sauvagerie dont avaient fait preuve les criminels. * *
Le verdict tomba le 5 juin. Robert-Joseph Jacquiard fut condamné à la peine capitale pour quintuple meurtre, suivi de vol, et Joseph Vienny, à 20 ans de détention dans un colonie pénitentiaire ( (le maximum pour son âge). Appel ayant été interjeté, la cour d'appel de Paris confirma le jugement des Assises d'Auxerre. Le 29 Juillet, le président Fallières graciait Joseph Jacquiard dont la peine fut commuée en travaux forcés à perpétuité. Bagnard, il prit le chemin de la Guyane. Dans son livre « Les mystères de l'Yonne », paru en 2005, Jean-Pierre Fontaine mentionne que depuis ce crime la ferme de Jully n'a jamais plus été habitée. Il semblerait que ce ne soit plus le cas aujourd'hui, mais cela demande une confirmation absolument fiable que je n'ai pu obtenir jusqu'à présent.





2011-12-21 par Adelayde





2011-12-21 par Adelayde



2011-12-21 par Adelayde,

La ferme de Jully, des époux Verrières.



2011-12-21 par Adelayde


Joseph Jacquiard et Joseph Vienny.



Par Archange et Gaëtane - 21/12/2011.[/b]





2011-12-21 par Adelayde

Louis Imbert, le petit berger rescapé.



2011-12-21 par Adelayde

Les enfants Verrières, rescapés de la tuerie.




2011-12-21 par Adelayde

M. Lechtahaler, qui arrêta les coupables.




2011-12-21 par Adelayde

Louis Imbert à Paris. Venu pour être décoré par le ministère de l'intérieur.




Assassinat de M.et Mme Verrières. Tableau anonyme, à l'huile. Datation : entre 1925 et 1940.
Acquisition de l'état en 1983. Éxposé au Musée national des Arts et Traditions Populaires à Paris,malheureusement définitivement fermé. Il sera probablement réouvert, à Marseille, mais sous une autre forme.




2011-12-26 par Adelayde

Éditions de Borée.
Un deuxième ouvrage de Jean-Pierre Fontaine « Les nouveaux mytères de l'Yonne » est paru en 2007, chez le même éditeur.
[/b]

** Sur ce sujet voir le blog « l'Inné et l'acquis » dans « La Plume et le rouleau »
http://laplumeetlerouleau.overblog.com/article-6711581.html


Dernière édition par mercattore le Mar 8 Déc 2009 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fouche
Exécuteur cantonal
avatar

Nombre de messages : 129
Age : 48
Localisation : bourgogne
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   Lun 5 Oct 2009 - 20:33

Je l'ai déja dit dans un autre post, mais ce fait divers est typique de la criminalité de l'époque, et jusqu'à la deuxième guerre mondiale: c'est le crime crapuleux "banal" d'un pays encore rural; on en trouve de multiples exembles, à tel point que le meurtre des fermiers par l'ancien employé ou journalier sera un grand classique.

Après la guerre, un crime crapuleux beaucoup plus "urbain" apparût: le meurtre des chauffeurs de taxi, qui valaient aussi souvent la guillotine à leurs auteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   Lun 5 Oct 2009 - 23:38

fouche a écrit:

Après la guerre, un crime crapuleux beaucoup plus "urbain" apparût: le meurtre des chauffeurs de taxi, qui valaient aussi souvent la guillotine à leurs auteurs.

Je ne suis pas certain que les meurtres de chauffeurs de taxi qui ont sévi pendant une certaine période aient souvent été sanctionnés par une peine de mort. Un examen attentif du Palmarès permettrait de voir les exécutés pour ces crimes, mais l'ayant parcouru plusieurs fois, probablement trop sommairement quand même, je n'ai pas le souvenir d'en avoir trouver un nombre significatif. Des grâces ont pu jouer aussi, c'est à voir.
La perpétuité a dû être plus appliquée que la peine capitale.
Revenir en haut Aller en bas
Bill
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 333
Age : 62
Localisation : Paris
Emploi : journaliste indépendant
Date d'inscription : 11/01/2009

MessageSujet: précision   Mar 6 Oct 2009 - 21:05

mercattore a écrit:
fouche a écrit:

Après la guerre, un crime crapuleux beaucoup plus "urbain" apparût: le meurtre des chauffeurs de taxi, qui valaient aussi souvent la guillotine à leurs auteurs.

Je ne suis pas certain que les meurtres de chauffeurs de taxi qui ont sévi pendant une certaine période aient souvent été sanctionnés par une peine de mort. Un examen attentif du Palmarès permettrait de voir les exécutés pour ces crimes, mais l'ayant parcouru plusieurs fois, probablement trop sommairement quand même, je n'ai pas le souvenir d'en avoir trouver un nombre significatif. Des grâces ont pu jouer aussi, c'est à voir.
La perpétuité a dû être plus appliquée que la peine capitale.

Bonjour ami Mercattore

Après un rapide calcul , 7 exécutions de meurtriers de chauffeurs de taxis entre 1947 et 1951. Je suis d'accord avec Fouché . Ce crime "à la mode" dans l'après guerre était lourdement sanctionné.et ses auteurs rarement graciés, si je ne me trompe. Michel W...dont Albert Naud raconte l'exécution dans son livre "Tu ne tueras pas " a été exécuté pour l'assassinat de deux chauffeurs de taxi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   Mar 6 Oct 2009 - 22:37

Bonsoir, Bill,

C'est exact. Sept en cinq ans, c'est pas mal.
Fouche avait vu juste. Ce que l'on ne sait pas par contre c'est le nombre total de condamnations à mort pour de genre de crimes.
Revenir en haut Aller en bas
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 50
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   Jeu 8 Oct 2009 - 19:46

a Venise nous avons eu un crime similaire il y a 2 ans: le meurtre d'un marchand des 4 saisons vénitien par son ancien employé roumain. Le cra^ne défoncé. Cela déchaina la presse local (c'était le premier meurtre crapuleux depuis une dizaine d'années depuis que le Marciano s'était fait refroidir à coups de 7,65 pour s'e^tre probablement opposé à Giuseppe Maniero, le chef de la mafia de la Brenta pour le contro^le de la drogue dans la cité des Doges - une amie en voyant le sang a d'abord cru qu'on avait cassé une bonbonne de vin...).

On parla de trafic de drogue avant que la vérité ne vienne à jour. Je me rappelle avoir fait quelques photos de la scène du meurtre. J'étais avec mon amie C. M*rt*n ancienne procureur anti-terroriste qui voulait donner des conseils au juge d'instruction - le PM en Italie. Assassinat classique par un familier de la victime. L'assassin d'ailleurs a rigoureusement suivi le conseil de D'Avinain (ou D'Avilain) "N'avouez jamais".

Je crois que la police locale a su très to^t qui était l'assassin, le problème étant de le faire revenir de Roumanie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Joseph Jacquiard et Joseph Vienny - Le crime de Jully   Mar 8 Fév 2011 - 14:01

Quelques documents dans le prolongement de l'excellent reportage de Mercattore.



L'ARRESTATION DES ASSASSIN – 26 DECEMBRE 1909




UN CRIME MONSTRUEUX COMMIS PAR DEUX ENFANTS
(Le Petit Journal – 26 décembre 1909)
Cinq personnes tuées, une sixième blessée... Une série de meurtres atroces accomplis avec le plus horrible sang-froid... Et les auteurs de ces meurtres sont deux enfants : Joseph Jacquiard, 16 ans, et Joseph Vienny, 14 ans, employés comme vachers à la ferme de Jully, dans l’Yonne, à 30 kilomètres de Tonnerre.
Jacquiart, avec un affreux cynisme, a fait, en ces termes, le récit de ce sextuple forfait.
« Comme nous l'avions décidé, nous sommes descendus à I'étable à six heures, et j'y postai Vienny. Je suis allé chercher le patron en lui disant qu'un taureau était malade. Le patron est venu avec un falot. Il s'est baissé pour regarder le taureau. J'avais mon révolver à la main. Je tire. Il tombe. Le falot s'éteint. Le patron ne bouge plus et voilà que la patronne arrive à son tour. Au moment où elle franchit la porte je tire sur elle trois coups de révolver. Elle tombe aussi. Alors nous sortons dans la cour. Nous nous dirigeons vers l'habitation. Nous entrons dans la cuisine où se trouvent Bonny, Imbert et Bousconni.
- Venez vite : une vache qui vient de s'échapper !
Imbert et Bonny seuls nous suivent. Nous les entraînons hors de la ferme. Moi, je serre sous mon veston la hache que j'ai préparée. Nous marchons derrière eux. Nous faisons ainsi une vingtaine de mètres. Je pousse le coude à Vienny qui donne un croc en jambe à Imbert. Celui-ci tombe. Moi, je sors ma hache et j'en profite pour en asséner un coup énorme sur la tête de Bonny qui s’affaisse, le crâne fendu, et rapidement je passe ma hache à Vienny. Il se précipite sur lmbert qu'il frappe à son tour. Ni Imbert, ni Bonny ne bougent plus.
- Ils sont morts, me dit Vienny.
Alors nous reprenons le chemin de la ferme où nous rentrons. Comme nous remontons le chemin de l’habitation, nous rencontrons Bousconni qui vient au devant de nous et nous demande si la vache est retrouvée. Moi j’ai repris la hache des mains de Vienny et l’ai remise sous mon veston, mais au moment où nous allons sortir de la cour, j’abats l’arme sur la tête de Bousconni qui est tué sur le coup. Et en courant nous revenons près de la maison. Quand nous arrivons près de la citerne, nous apercevons la bonne, Marie Coguet, qui tire de l’eau. Vienny s’approche derrière elle, à pas de loup, et lui tire un coup de révolver dans la nuque. Elle tombe. Je prends mon couteau, me précipite sur elle et d'un seul coup lui coupe la gorge. Après quoi, à nous deux, nous la précipitons dans la citerne. Mais à ce moment, nous eûmes peur de ce que nous venions de faire et nous nous sauvâmes... »
Ainsi, le fermier et la fermière abattus à coups de révolver, deux domestiques, Bonny et Bousconni, tués à coups de hache, la bonne égorgée et jetée dans le puit, voilà cinq meurtres accomplis en quelques minutes par deux enfants !... Une seule de leurs victimes survécut, le jeune Imbert, domestique comme eux, qui eut la présence d’esprit de faire le mort après avoir reçu un premier coup de hache… et c’est cet enfant qui donna l’éveil et courut chercher des secours.
Pendant ce temps, les deux assassins s’enfuyaient. Ils errèrent toute la nuit. Le lendemain, ils se trouvaient à Saint-Vinemer lorsqu’un chasseur du pays, M. Lechtaner, les reconnut au signalement qu’on avait donné d’eux. A sa vue, ils firent mine de se sauver dans le bois proche. Mais M. Lechtaner les mit en joue :
- Halte là ! ou je tire…
Les deux jeunes criminels se sentirent perdus. Ils se rendirent. Quelques instants plus tard, grâce à la présence d’esprit du chasseur de Saint-Vinemer, ils étaient arrêtés et conduits d’abord à la maison du village d’où ils furent transportés à la prison de Tonnerre.

Document retranscrit par « Cheny mon Village http://www.cheny.net

LES FUNERAILLES DES VICTIMES

Le cortège funèbre sortant de la ferme






L’entrée des corps à l’Église





Les discours prononcés sur les tombes




LE PETIT BERGER DE JULLY - LOUIS IMBERT DÉCORÉ
Le drame sanglant de Jully vient d'avoir son dénouement devant la Cour d'assises de l'Yonne.
Jacquiard et Vienny, ces deux jeunes monstres, de nationalité suisse, qui, le 10 décembre dernier, massacrèrent cinq personnes dans une ferme, ont été condamnés, le premier, à la peine capitale, le second à vingt ans de détention. Une touchante cérémonie, célébrée au lendemain même du verdict, nous fournit l'occasion de reproduire la sympathique figure du petit berger Louis Imbert, survivant de l'horrible tuerie, le principal témoin au procès. Frappé et terrassé, il eut, on s'en souvient, la présence d'esprit de faire le mort, et, dès que les assassins, se furent éloignés, il se releva, courut, malgré ses blessures, appeler des voisins dont l'arrivée sauva les quatre enfants des époux Verrière.
Le ministre de l'Intérieur avait immédiatement récompensé cet acte méritoire en décernant au courageux garçon une médaille d'honneur de première classe.
Le dimanche 5 juin, dans son assemblée générale tenue à la Sorbonne, la Société des Sauveteurs de la Seine a voulu consacrer solennellement cette exceptionnelle récompense ; elle a fait venir le jeune Louis Imbert à Paris, et la proclamation de son nom parmi ceux des autres sauveteurs, ses aînés, a été saluée par une chaleureuse ovation.

L’Illustration n° 3511 du 11 juin 1910
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaëtane
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 916
Age : 62
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 04/08/2010

MessageSujet: A la ferme de Jully   Mer 21 Déc 2011 - 15:57

Crime commis par deux enfants

Images des crimes

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   Mer 21 Déc 2011 - 19:13



"Le crime de la ferme de Jully" - Tableau anonyme - Lieu de conservation : Paris, musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison
Exécuteur régional
avatar

Nombre de messages : 414
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/12/2011

MessageSujet: La ferme d'aujourd' hui   Mer 21 Déc 2011 - 19:58

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelayde
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5696
Localisation : Pays d'Arles
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: L'effryable tuerie de July   Dim 3 Nov 2013 - 15:40



_________________
"L’art est le cordon ombilical qui nous rattache au divin" - Nikolaus Harnoncourt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joseph Jacquiard - Joseph Vienny : la tuerie de Jully
» Antoine-Joseph Albert - 1877
» Joseph-Antoine Deibler - un bourreau itinérant
» Umberto Piccinelli - Joseph Kistetter -1914-Vesoul
» Joseph Souberbielle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: TOUT CE QUE VOUS VOULEZ-
Sauter vers: