La Veuve

Forum consacré à l'étude historique et culturelle de la guillotine et des sujets connexes
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

  Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Mer 16 Sep 2009 - 17:32

Un détenu de 53 ans a vu son exécution létale reportée d'une semaine, l'équipe médicale chargée de l'injection fatale ayant tenté pendant plus de deux heures de lui trouver une veine. De quoi raviver le débat sur la cruauté de ce mode d'exécution.

" Un condamné à mort qui finit par aider le personnel d'un pénitencier à lui trouver une veine pour recevoir la dose fatale : la scène, surréaliste, a bien eu lieu aujourd'hui, mardi 16 septembre, dans la prison de Lucasville, dans l'Ohio. Il est deux heures du matin, quand l'équipe médicale de l'établissement commence à procéder à la mise à mort de Romell Broom, un détenu noir de 53 ans, condamné à la peine capitale, pour le viol et le meurtre de Tryna Middleton, 14 ans en 1984. La prison a alors déjà quatre heures de retard sur l'horaire prévu, à cause des derniers appels rejetés. Pendant plus d'une heure et demie, les médecins tentent de lui trouver une veine, à même de recevoir la triple injection mortelle par voie intraveineuse. «Notre équipe a tenté à plusieurs reprises de trouver un point d'accès, malheureusement ces points d'accès n'étaient pas utilisables», explique Julie Walburn, porte-parole de la prison de Lucasville.

Au bout de ce temps interminable, Romell Broom, qui clame son innocence depuis vingt-cinq ans, décide lui-même d'aider le personnel à en finir, en tentant de faire ressortir ses veines par tous les moyens. Le détenu a fait preuve d'une «grande coopération», dira plus tard la prison. Les techniciens finissent par en trouver une, mais échouent une nouvelle fois à procéder à l'injection. Sous la pression, Romell Broom craque et se met à pleurer, mais refuse de faire une pause, comme le lui proposent les médecins. Le directeur de la prison insiste.

A 3h20, l'équipe médicale procède à une nouvelle tentative, cette fois, dans les jambes du détenu, et réessaient cinq minutes plus tard sur son bras. Vers 4 heures, le directeur de la prison estime qu'il est temps de demander un délai au gouverneur de l'Etat, le démocrate Ted Strickland. Légalement, l'équipe chargée de l'exécution a pourtant le droit d'essayer aussi longtemps que nécessaire. Ce n'est qu'après plus de deux heures et demie de calvaire que Romell Broom obtient un sursis d'une semaine et retrouve le couloir de la mort. Une première dans l'Etat depuis la reprise des exécutions en 1999, après un moratoire de 36 ans. A charge à l'équipe médicale pendant ce temps de consulter «plusieurs personnes» sur la façon de procéder à l'exécution. Contrairement à plusieurs autres Etats, l'Ohio ne dispose d'aucune méthode alternative d'exécution.

C'est le quatrième cas de ce type dans l'Ohio, après deux reports similaires, mais plus courts, en mai 2006 et 2007, ce qui repose la question la méthode de la triple injection mortelle par voie intraveineuse. «Après trois exécutions bâclées en tant d'années, il est clair que l'Etat doit arrêter et revoir le système entièrement avant qu'une autre personne soit exécutée», estime Carrie Davis, de l'Aclu (Union américaine pour les libertés civiles), association qui prône l'arrêt immédiat des exécutions.

En avril 2008, la Cour suprême américaine avait estimé que l'injection létale ne constituait pas «un châtiment cruel», ouvrant la voie à une reprise de ce type d'exécutions, suspendues pendant six mois.

Par le passé, un seul condamné à mort a vécu deux procédures d'exécutions : en 1947, Willie Francis, un jeune noir de dix-huit ans, réchappe à une chaise électrique itinérante défectueuse. «Ça ne me tue pas !», aurait-il crié. La Cour suprême rejettera finalement son appel et le jeune homme sera exécuté un an plus tard."

Le Figaro - 16.09.09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1522
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Jeu 17 Sep 2009 - 12:55

No

...Voilà du "grain à moudre" pour les abolitionnistes, en tout cas!

Boisdejustice, pourquoi ne pas leur parler de tes machines? Sûr que cela serait plus efficace et plus rapide. Rolling Eyes

Par ailleurs, cela me rappelle que dans l'ancien temps, un usage voulait que le condamné soit gracié lorsque l'exécution ratait... Apparemment cela n'est pas le cas aux USA.

Que va devenir ce pauvre bougre? N'a t-il pas déjà été exécuté moralement plus qu'il n'est nécessaire?

Personnellement, je serais d'avis qu'une âme charitable lui donne une capsule de cyanure afin qu'il s'exécute lui-même...

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Sam 17 Oct 2009 - 20:06

Et si, c'était dans la page 5 ou 6 du Herald Tribune du 8 octobre dernier ...

http://thelede.blogs.nytimes.com/2009/09/17/lawyers-argue-against-second-attempt-to-execute-man-in-ohio/?scp=2&sq=injection%20Ohio&st=cse


Gros débat vraiment très américain et infiniment ridicule - soit on est partisan de la peine de mort, soit on est opposé mais c'est *nc*ler les mouches que les histoires de mises à mort "humaines" et non cruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Sam 17 Oct 2009 - 21:09

Ce n'est pas particulierement Americain mais c'est neanmoins ridicule.

C'est la derniere technique qu'utilisent les abolitionistes pour combattre la peine de mort. Ils utilisent l'interdiction d'infliger une punition cruelle et inhabituelle (Cruel and unusual punishment) qui est dans la constitution Americaine et essayent de demontrer que l'injection letale tombe dans cette categorie.

L'interdiction etait destinee a empecher la torture des condamnes a mort. Puisqu'on annonce au condamne sa date d'execution plusieurs mois a l'avance, que sont quelques heures de plus ou de moins qund on se prepare a l'executer. Ce n'est pas la meme chose qu'une longue agonie physique comme les supplices sous l'ancien regime en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
Titus_Pibrac
Monsieur de Paris


Nombre de messages : 647
Age : 51
Localisation : Italie, Venise
Emploi : Ingénieur
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Lun 19 Oct 2009 - 22:38

L'absurde est que, comme la moitié des juges américains sont contre la PDM, les avocats des condamnés leur font faire de très longs parcours légaux - et Dieu sait s'il y a des possibilités de le faire aux USA - pour les prétextes les plus divers - et maintiennent comme ça leurs clients en cellule pendant parfois des dizaines d'années.

Ce me^me quand les choses sont très claires - ce qui est le cas dans 99,9% des cas - nonobstant les très rares exceptions qui confirment la régle. Personnellement je trouve que c'est idiot - soit on exécute rapidement le condamné, soit on le gra^cie mais j'ai des doutes sur exécuter quelqu'un 20 ans après le crime qu'il a commis (l'unique avantage est qu'on le garde derrière les barreaux tout ce temps et on évite les risques de récidive). J'avoue que de toute manière la discussion est stérile, soit on est pour (comme moi), soit contre. Pas de demi-mesure possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boisdejustice
Monsieur de Paris
avatar

Nombre de messages : 1453
Age : 60
Localisation : USA
Emploi : Ingenieur
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Mar 20 Oct 2009 - 2:02

Tres americain car on respecte les droits du condamne a l'extreme ce qui permet tous ces delais pour des causes plus ou moins absurdes... d'accord, c'est tres americain de ce point de vue.

Je suis aussi pour la peine de mort mais son application devient tres difficile dans ce climat totalement "PC". Executer un assassin 30 ans apres son crime alors qu'il est rehabilite, c'est idiot. Si on doit executer on doit le faire sur le meme individu qui a commis le crime et pas sur un vieillard de 65 ans qui a passe 30 annees en prison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boisdejustice.com
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1522
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Mar 20 Oct 2009 - 12:35

Boisdejustice a écrit:
Executer un assassin 30 ans apres son crime c'est idiot. Si on doit executer on doit le faire sur le meme individu qui a commis le crime et pas sur un vieillard de 65 ans qui a passe 30 annees en prison.

C'est aussi mon avis. D'autant que les 30 ans passés en prison sont déjà une peine. C'est d'ailleurs celle que l'on applique en France. Il y a donc ici une double peine, non triple, puisqu'également on annonce au condamné la date de son exécution, histoire qu'il sente bien venir l'angoisse de son exécution. No

J'en reviens toujours à la PDM telle qu'elle était en vigueur en France et qui me semble moins cruelle.

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 39
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Mar 3 Nov 2009 - 18:03

La question du délai entre la condamnation et l'exécution est une différence très frappante entre la France et les États-Unis. Les deux choix correspondent à deux logiques antagonistes : d'une part, le souci d'"humaniser" l'exécution (ou du moins de la rendre moins cruelle); d'autre part, la volonté d'éviter les erreurs judiciaires.

En France, le choix de la guillotine par rapport aux anciens modes de supplice illustre le désir de rendre la mort instantanée, ou du moins aussi rapide que possible. La peine de mort "moderne", qui naît à la révolution française, tente par là de se distinguer des supplices de l'ancien régime qui supposaient une durée et avaient pour but de faire durer l'agonie du condamné et d'en offrir le spectacle édifiant à la foule. En outre, tout a été fait, au XIX et XX S, pour réduire au maximum le lapse de temps durant lequel le condamné attend la mort ou vit écartelé entre la conscience inéluctable de sa mort et l'espoir illusoire d'une grâce. L'évolution de l'application de la peine montre également le souhait de "raccourcir " (le mot est malheureux mais je n'en trouve pas d'autre) les préparatifs de l'exécution. Un souci d'humanisme fait que tout doit aller vite dès le verdict acquis. Cependant, l'on peut s'interroger sur le peu de possibilités qu'offrait la justice française pour contester une décision aussi grave. La condamnation définitive d'un être humain était acquise de manière fort rapide, ce qui ouvrait la porte à des erreurs et à des différences de traitement entre les condamnés. S'il y avait eu plus de possibilités de recours, certains condamnés à mort auraient peut-être sauvé leur tête et certainement Ranucci.

Aux États-Unis, le système semble, au contraire, conçu avant tout pour se prémunir de l'accusation d'une justice expéditive qui aurait laissé exécuter un innocent. D'où la multiplication de recours que n'avaient pas les condamnés français. Ceux-ci prennent du temps et conduisent à des situations incroyables où le condamné attend des décennies coincé entre la vie et la mort, ce qui est la pire des tortures. Beaucoup de condamnés sombrent ainsi dans la folie et certains finissent par renoncer à leurs droits de recours. Derrière ce qui peut apparaître comme une cruauté supplémentaire ajoutée à la peine de mort, le but est de pouvoir affirmer que tout a été mis en oeuvre pour qu'une éventuelle erreur judiciaire soit évitée.

Humanisme (ou plutôt voile d'humanisme pour draper la barbarie) vs légalisme (ou plutôt multiplication de pare-feux pour se donner bonne conscience).

De toute façon la notion de châtiment cruel et inhabituel pour la peine de mort est une tartufferie. Il faut se rappeler les réflexions du prince Mychkine dans l'Idiot. À un autre personnage qui lui vante les mérites de la guillotine, le prince lui répond que la véritable souffrance n'est pas physique, mais morale et que cette souffrance rien ne pourra jamais la diminuer parce qu'elle est liée à l'instant de l'exécution et à son approche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: L'Ohio teste demain une méthode d'exécution inédite   Lun 7 Déc 2009 - 18:21

"Fait rarissime, un condamné à mort dans l'Ohio avait survécu à son exécution en septembre dernier. Cet État du Nord des États-Unis doit utiliser demain (mardi 8 décembre) sur un autre détenu une méthode d'injection mortelle inédite, dénoncée par les avocats comme une "expérimentation humaine". "Il s'agit d'une méthode unique dans le pays, et nous devrions l'utiliser lors de l'exécution de Kenneth Biros, le 8 décembre, sauf action judiciaire", a déclaré Julie Walburn, porte-parole des autorités pénitentiaires de l'Ohio, lors d'une conférence de presse à la prison de Lucasville où se situe la chambre d'exécution. "Nous sommes le premier État dans le monde à adopter une méthode utilisant un seul produit et à prévoir une solution de secours", ajoute-t-elle.

Après que l'équipe d'exécution, "formée et entraînée", eut passé le 15 septembre deux heures à chercher en vain une veine pour poser une intraveineuse à Romell Broom, qui allait ressortir vivant de la chambre d'exécution, les autorités pénitentiaires ont suspendu les exécutions et planché sur une solution. "Mes avocats ont parlé à de nombreux experts dans ce domaine, dont nos conseillers juridiques et un médecin", explique Terry Collins, directeur des autorités pénitentiaires qui a présidé à 31 exécutions sur les 32 menées dans l'Ohio depuis qu'elles ont repris en 1999.

Résultat : au lieu d'un protocole comprenant trois produits injectés par intraveineuse (un qui anesthésie, un qui paralyse les muscles et un qui arrête le coeur) utilisés partout ailleurs aux États-Unis, l'Ohio n'en utilisera désormais plus qu'un seul, l'anesthésiant, mais à une dose létale. Et si l'équipe ne parvient pas à fixer une intraveineuse ou si celle-ci défaille au milieu de l'exécution, un gardien enverra alors par injection intramusculaire une dose massive de deux autres produits - un sédatif et un anti-douleur. Les nouvelles règles prévoient que l'équipe puisse s'y reprendre à trois fois, jusqu'à ce que le condamné soit mort.

"Expérimentation humaine", protestent les avocats de Kenneth Biros dans un recours de dernière minute déposé devant un tribunal fédéral. "Ces produits et ces méthodes n'ont jamais été utilisés dans l'histoire des États-Unis ou d'aucun autre pays civilisé", argumentent-ils. Ils évoquent la souffrance que pourrait provoquer cette nouvelle procédure alors que la Constitution interdit tout "châtiment cruel". Pour Timothy Young, qui dirige l'équipe d'avocats assignés à la défense dans l'Ohio, la nouvelle méthode ne répond en effet pas au problème soulevé par l'exécution ratée de Romell Broom. "Qui prend la décision d'abandonner l'intraveineuse pour l'intramusculaire, à partir de combien de temps, de combien de piqûres ?", interroge-t-il. En ne cachant pas trouver "bizarre de parler de la manière dont on exécute quelqu'un", il explique à l'AFP combien cette question du délai sera déterminante dans la validation judiciaire de la nouvelle méthode.

Mais pour Terry Collins, il ne s'agit que d'"un écran de fumée". "Il est techniquement vrai" que la méthode avec un seul produit n'a pas été testée avant mais "il ne s'agit pas d'un produit expérimental, il est déjà utilisé dans l'actuel protocole d'injection mortelle et dans tous les hôpitaux à travers le pays et à travers le monde" comme anesthésiant. Argument confirmé par la Death Penalty Clinic de Berkeley (Californie, ouest), qui milite pour des méthodes d'exécution plus humaines et estime qu'il s'agit d'"une étape majeure" car "paralyser les condamnés avant de les exécuter pour qu'ils ne puissent pas dire qu'ils souffrent est une pratique barbare". "

(Le Point – 7/12/2009)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
petite lucarne
Bourreau de village


Nombre de messages : 81
Age : 39
Date d'inscription : 27/08/2009

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Mer 9 Déc 2009 - 18:48

Quelle étrange situation où l'on en vient à ne pas parler de la peine de mort en elle-même mais à débattre sur la technique à employer en évaluant les avantages et les inconvénients que présente chacune d'entre elles... Il y a beaucoup d'hypocrisie là-dessous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1522
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Jeu 10 Déc 2009 - 12:56

Quand la lame de la guillotine tombait, on ne se posait pas la question de savoir si l'exécution avait réussi... What a Face

@Boisdejustice: tu devrais leur parler de tes maquettes... clown

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri
Bourreau départemental


Nombre de messages : 285
Age : 61
Localisation : Cambridge UK
Emploi : vacataire/temporaire/artiste
Date d'inscription : 05/10/2006

MessageSujet: methode d'execution "humaine"   Jeu 10 Déc 2009 - 23:05

bonsoir.
Vous avez raison, Petite lucarne. Ca frise meme le drolatique ou l'humour noir...Esperons que l'on arrivera progressivement a une relle humanite. L'Amerique est decidement un pays bien singulier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Ven 18 Juin 2010 - 8:50

Un condamné à mort a été fusillé ce matin - vendredi 18 mai 2010 - par un peloton d'exécution dans l'Etat de l'Utah après le rejet d'une ultime demande de clémence, ont indiqué les autorités pénitentiaires locales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Ven 18 Juin 2010 - 8:59

Suite du message précédent...

Le condamné se nomme Ronnie Lee Gardner. Il est le premier condamné à mort, depuis 14 ans, à être exécuté par balles en Utah. L'Etat américain permet en effet à ses prisonniers de choisir leur mode d'exécution. Sans expliquer pourquoi, Ronnie Lee Gardner a opté pour le peloton plutôt que pour l'injection létale très controversée depuis les bavures de récentes exécutions.

Le détenu de 49 ans a été condamné en 1985 pour avoir abattu un avocat et gravement blessé un huissier, lors d'une tentative d'évasion du tribunal où il était jugé pour un premier meurtre, au cours d'une attaque à main armée.

L'exécution s'est déroulée selon un rituel bien précis . A minuit cinq, Ronnie Lee Gardner a été sanglé dans une chaise métallique (Dotée d'un dossier bleu pour que la couleur du sang soit moins visible). Un plateau a été placé à ses pieds pour recueillir son sang. Une cagoule noire lui a été posée sur le visage pour qu'il ne puisse pas voir ses bourreaux et une cible a été épinglée sur sa poitrine.
Gardner a été fusillé par cinq représentants des forces de l'ordre positionnés huit mètres devant lui. L'un des cinq fusils état chargé à blanc pour qu'aucun des tireurs ne devine qui est l'auteur des balles mortelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Ven 18 Juin 2010 - 9:04

Dommage qu'on ne puisse plus utiliser la fonction de correction !

Je rectifie mon premier message : aujourd'hui vendredi 18 juin 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
hdesmorest
Bourreau départemental


Nombre de messages : 237
Age : 106
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Ven 18 Juin 2010 - 13:13

Jourdan coupe tête a écrit:
Un condamné à mort a été fusillé ce matin - vendredi 18 juin 2010 - par un peloton d'exécution dans l'Etat de l'Utah après le rejet d'une ultime demande de clémence, ont indiqué les autorités pénitentiaires locales.

Merci à vous pour l'information.

Cordialement

H. DESMOREST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jourdan coupe tête
Bourreau départemental
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/12/2008

MessageSujet: Peine de mort aux USA   Mar 9 Nov 2010 - 22:01

La pénurie de thiopental sodique, un barbiturique entrant dans la composition des injections létales utilisées dans les exécutions aux Etats-Unis, pousse les Etats américains à rechercher des solutions alternatives, qui ne sont pas sans susciter quelques controverses. La plupart des Etats concernés ont commencé à reporter des exécutions du fait de la suspension, dès 2009, de la fabrication du produit par l'unique fabricant américain, le laboratoire Hospira. En raison d'une rupture de stock chez un de ses fournisseurs, le laboratoire a indiqué qu'il ne pourrait reprendre sa production qu'en 2011.
L'Etat de l'Oklahoma se prépare ainsi à défendre devant le tribunal, la semaine prochaine, le recours à un produit alternatif, le pentobarbital, un barbiturique utilisé pour l'euthanasie vétérinaire, rapporte mardi le Wall Street Journal. L'Etat souhaite utiliser ce produit dans l'injection létale qui servira à exécuter le condamné à mort John David Duty, le 16 décembre prochain. Les avocats de M. Duty ont fait appel de l'exécution, arguant que la drogue "n'a pas été testée, est potentiellement dangereuse et pourrait donner lieu à une torture". L'Etat argue pour sa part que le barbiturique est "substantiellement" similaire au thiopental.

Début octobre, d'autres Etats américains — l'Arizona et la Californie — ont annoncé avoir réussi à se procurer du thiopental sodique par d'autres moyens. Une solution qui a permis aux autorités d'Arizona de procéder, le 26 octobre, à la condamnation à mort de Jeffrey Landrigan, après avoir reçu le feu vert de la Cour suprême des Etats-Unis. L'injection létale contenait du thiopental provenant de Grande-Bretagne, selon le ministère de la justice de l'Etat, qui a confirmé des informations parues dans la presse britannique. L'information a toutefois été démentie par Archimedes Pharma, le seul laboratoire pharmaceutique britannique habilité à produire du thiopental.

La controverse a rebondi en Grande-Bretagne, où l'organisation de défense des droits des détenus Reprieve a exhorté le ministre du commerce britannique, Vincent Cable, à interdire l'exportation du thiopental sodique, selon le Guardian. M. Cable leur a opposé un refus, motivé par le fait que ledit produit est légalement utilisé comme anesthésiant. Le 28 octobre, la Commission européenne avait soutenu la même position, refusant le thiopental sur la liste des produits interdits à l'exportation du fait de leur utilisation dans l'application de la peine capitale.
Le 2 novembre, les avocats de Reprieve ont engagé une procédure judiciaire contre le gouvernement britannique pour interdire l'exportation de ce barbiturique. Un recours a été déposé au nom d'Edmund Zagorski, un condamné à mort de l'Etat américain du Tennessee qui pourrait être exécuté le 11 janvier prochain avec un anesthésiant fabriqué en Grande-Bretagne. "Il existe un vrai risque que le requérant soit exécuté en janvier 2011 si l'exportation du thiopental depuis la Grande-Bretagne n'est pas contrôlée", ont défendu les avocats dans leur argumentaire. Selon un accord commercial diffusé par l'organisation, les autorités du Tennessee aurait acheté quatre doses du produit à un fabricant non identifié.
Le Monde.fr (9.11.10)

Pour en savoir plus :


- Un dossier complet en français sur la peine de mort aux Etats-Unis, sur Revoltes.org, un portail d'information militant contre la peine de mort : http://www.revoltes.org/chiffres-peine-de-mort.htm

- La liste des exécutions aux Etats-Unis en 2010, sur le site militant Peinedemort.org : http://www.peinedemort.org/National/Etats-Unis/executions.php

- les exécutions programmées sur le site de l'ONG Death Penalty Info Center (DPIC) : http://www.deathpenaltyinfo.org/upcoming-executions

- Le Wall Street Journal présente une carte des méthodes d'exécution par Etats américains : http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704146904575602784093885378.html?mod=WSJEUROPE_hpp_sections_news


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiresdebourreaux.blogspot.com/
CARNIFEX
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1522
Age : 46
Localisation : Angers(Maine et Loire)
Emploi : Justice
Date d'inscription : 20/02/2006

MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   Mer 10 Nov 2010 - 13:13

Quelle histoire! Shocked

On a du mal à imaginer qu'il n'y ait qu'un seul produit capable d'arriver au résultat escompté...

Les Chinois ne sont pas en rupture de stock pour leur produit léthal, eux.

Quant à Anatole, il était lui-même le fabriquant de produit léthal. Rolling Eyes

_________________
Potius mori quam foedari
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort   

Revenir en haut Aller en bas
 
Romell Broom - Etats-Unis - Le supplice d'un condamné à mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Teresa Lewis - Etats Unis
» Si la Veuve était utilisé aux États-Unis...
» Les grues aux Etats Unis (USA)
» Arctic Sea: False Flag Attack ratée qui devait détruire les USA
» Accord de ciel ouvert UE / Etats-Unis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Veuve :: DEATH PENALTY, PENA DI MORTE, TODESSTRAFE, etc...-
Sauter vers: